Jackhammering Deathblow Of Nightmarish Trepidation

P.l.f.

14/09/2018

Six Weeks Records

Grind et puis c’est tout. Oui, c’est un peu péremptoire à l’approche du weekend mais c’est comme ça. L’originalité, les productions léchées, la sophistication, ça va bien cinq minutes. Et puis retourner aux sources ça fait du bien aussi. Alors Grind, et pas n’importe lequel. Un Grind viscéral, foncièrement mauvais et méchant, et paradoxalement bienveillant et de première catégorie. Pour ça, il n’y a pas cinquante solutions, piocher dans les coffres de l’histoire pour dénicher la perle rare et noire, et s’en aller du côté de Houston, Texas, qui ne répond plus depuis longtemps. Non pour y rencontrer Matt, mais pour croiser le chemin des P.L.F qui depuis presque vingt ans agitent l’underground de leur passion pour un bruit mat, blanc et pur, qu’ils ont largement eu le temps de roder au gré d’une discographie pléthorique. Formé en 1999, et ayant sévi huit ans sous le nom complet de PRETTY LITTLE FLOWER, les P.L.F sont un peu la légende locale, qui depuis leur premier split en compagnie des NEGATIVE STEP ont posé les bases d’une musique brutale, organique et analogique, très éloignée des standards aseptisés du genre ou des débordements Gore qui n’amusent plus personne depuis longtemps. Ici, on joue l’extrême à la façon d’un NASUM, d’un ASSUCK, d’un NAPALM, d’un REPULSION, ou d’un TOTAL FUCKING DESTRUCTION, en prenant grand soin d’agrémenter la folie ambiante de quelques pirouettes instrumentales pas piquées des asticots. Et après bien des efforts et des témoignages de sauvagerie, les désormais PULVERIZING LETHAL FORCE méritent de plus en plus leur nom, ce que ce cinquième LP ne viendra pas contredire de sa puissance et de sa démence. 

Quatre ans après le traumatique Ultimate Whirlwind of Incineration, et cinq après le terrifiant Devious Persecution and Wholesale Slaughter, les P.L.F. vous poussent encore à la P.L.S avec ce Jackhammering Deathblow Of Nightmarish Trepidation qui ne fait ni dans la dentelle ni dans la compression à outrance, et qui laisse respirer son Grind par tous les pores pour enthousiasmer les porcs. A l’image de sa pochette qui aurait pu être dessinée par Pushead pour illustrer un délire des MACE, Jackhammering Deathblow Of Nightmarish Trepidation joue encore la franchise, et nous comble de plans supersoniques, d’attaques métronomiques, d’accélérations atomiques, des blasts épileptiques, et de grognements épidermiques. Et avec dix-sept morceaux pour vingt minutes de barouf, cette chronique aurait pu/dû être expédiée en moins de temps qu’il n’en faut à un maniaque pour hurler « You suffer but why ? », mais face à la qualité de la sortie en question, impossible de se résoudre à traiter l’affaire en quelques punchlines lapidaires. Pourtant, avec une durée moyenne d’une poignée de secondes atteignant parfois la minute, difficile de gloser pendant des heures. Mais si les arguments promotionnels de la chose se focalisent sur un son de batterie pur et sec qui fait du bien, autant dire que les riffs calment d’autant plus, et que la juxtaposition des deux donne lieu à un carnage dans les règles qui ne supporte ni la médiocrité, ni la modération. Dave Callier (guitare/chant, depuis 1999) et Bryan Fajardo (batterie, depuis 2011) ont donc une fois encore (leur troisième collaboration en longue-durée) joué la carte de l’honnêteté, ne se faisant pas passer pour ce qu’ils ne sont pas mais assumant leur statut culte jusqu’au bout des doigts.

Au menu donc de ce cinquième LP, les composantes habituelles d’un album qui ne recule devant rien pour prouver que l’esprit originel du Grind US n’a pas forcément changé. En refusant tout principe d’évolution des théories émises à l’orée des années 90, le duo nous offre donc un festival de Hardcore joué à la vitesse de la lumière, mais qui sait parfois marquer le temps pour distiller des riffs pas forcément à l’aise dans le leur. On se retrouve donc confronté à un album radical, qui multiplie les acrobaties rythmiques, et qui ose placer un nombre incalculable de plans de batterie audacieux et vertigineux, un peu comme si Pete Sandoval redécouvrait les joies de la caféine pure après un coma de dix ans. Evidemment, disséquer les dix-sept morceaux de cette nouvelle livraison bouchère n’aurait pas grand intérêt, puisque les morceaux s’enchaînent et se fondent dans une symphonie d’ultraviolence, mais l’ensemble dégage un tel parfum de folie et de franchise qu’on ne peut que s’envoyer l’intégralité du LP plusieurs fois consécutives pour en saisir toute l’urgence, et surtout, toute la pertinence. Car le tout est joué carré, très, et nous ramène à la grande époque de Mieszko, tout en caressant le souvenir récent des INSECT WARFARE, PHOBIA, et autres IN DISGUST. Pas question ici de s’abrutir de frappes triggées, pas question ici de trop compresser, on laisse respirer les instruments pour qu’ils puissent s’exprimer, et le brio dont font preuve nos deux amis est tellement calibré qu’on se prend à rêver d’un revival Grind pérennisé.

Point de focalisation incontestable, le jeu de Bryan Fajardo est un modèle du genre. Percussionniste qui prend un malin plaisir à utiliser toutes les combinaisons possibles de son petit kit, ce frappeur infatigable survole ses toms, massacre ses cymbales, malmène sa caisse claire, tandis qu’au premier plan, à égalité, Dave Callier tente d’extirper de ses cordes des motifs classiques mais catchy, qui ne crachent jamais sur un brin de syncope pour s’incruster dans les mémoires. Il semblerait qu’après quelques années passées côte à côte, les deux hommes se connaissent bien, et parviennent à jouer comme s’ils n’étaient qu’un. Quelques rares samples pour agrémenter la schizophrénie ambiante, mais surtout des fulgurances (« Splinter Cell Transit Bombing », « Blare of Interminable Tinnitus »,  « Lost in a Lethean Fog », sous la barre des soixante secondes, mais avec l’énergie d’une déflagration à Mururoa), quelques temporisations pour caler de nouveaux sons (« Cannisterized Comingled Ash », presque Techno-Grind tellement c’est intense), un final orgiaque pour finir de cramer la maison (« In the Clutches of Unrepentant Ignorance »), et un Jackhammering Deathblow Of Nightmarish Trepidation qui finalement représente une méchante bouffée d’air frais dans le monde vicié du Grind aseptisé. Un refus des concessions en forme, pour une ultime assertion. Grind et puis c’est tout. Parce que le reste on s’en fout.  


Titres de l'album :

                       1.Drowned in the Harbor

                       2.Anti-Humanistic Cull

                       3.Blare of Interminable Tinnitus

                       4.Odious Demagoguery

                       5.Synaptic Nebula

                       6.Instant Urban Self-Interment

                       7.Dissolution of Rights Pt. 6

                       8.Lost in a Lethean Fog

                       9.Cannisterized Comingled Ash

                       10.Eyes of Corrupted Zeal

                       11.Splinter Cell Transit Bombing

                       12.Willingly Relegated to an Unremarkable Termination          

                       13.Industry of Convalescent Death

                       14.Pulsating Trepidation

                       15.Idealized Incomprehension

                       16.Gulf Coast Massacre

                       17.In the Clutches of Unrepentant Ignorance

Facebook officiel


par mortne2001 le 27/10/2018 à 17:41
80 %    476

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


fgweio
@78.192.38.132
28/10/2018, 20:05:30
thrashy les guitares comme d'hab'

Jus de cadavre
membre enregistré
29/10/2018, 07:17:46
Excellent ce truc ! Old-school comme il faut !

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
otagrosse

C'est de la merde

14/04/2021, 10:56

Emile Louis

Il va crever comme une merde!

14/04/2021, 10:54

metalrunner

Un putain de batteur doublé d un mec sympa et dispo go Tom

14/04/2021, 08:24

KaneIsBack

Aïe, ce n'est clairement pas un bonne nouvelle...   Mais bon, il va se battre, donc croisons les doigts !

14/04/2021, 08:13

RBD

Alors ça ! Je suis très peu consommateur de Black et moins encore quand c'est expérimental, mais par contre grand lecteur de Dan Simmons dont le cycle "Hyperion" est probablement l'oeuvre la plus culte. Il faut être ambitieux pour s'attaquer &ag(...)

13/04/2021, 21:37

totoro

Un peu de mal à entendre le côté dope et décadence dans la musique du groupe, même si je trouve le disque particulièrement emballant et entraînant ! Ca me rappelle un peu le groupe norvégien Red Harvest ! Merci pour la découverte ! En pl(...)

13/04/2021, 13:30

RBD

Cela rappelle les heures grises de l'"Enfant sauvage", en effet. Après deux bons premiers extraits, c'est pas si grave. Nous verrons bientôt ce que vaudra l'oeuvre complète.

13/04/2021, 11:47

Deathcotheque

Pas de sortie physique ? C'est vraiment dommage. Je ne pourrai pas les soutenir sur ce coup là !

13/04/2021, 11:24

Buck Dancer

Après une écoute, un peu moins convaincu aussi par ce morceau que les précédents, mais c'est le genre de chanson qui peu se révèler avec le temps.... ou pas. 

12/04/2021, 22:31

Moski

Hmmmmmmmmmmmmmmmmm mouais... Pas convaincu par ce titre. Je trouve les paroles un peu bateau, sur un tapis de triolets... Mouais... 

12/04/2021, 20:45

Deathcotheque

Guillaume a chanté dans Mnemic (sera encore le chanteur quand ils se reformeront ?), groupe dont le style n'est pas si éloigné que ça de Fear Factory. "Passenger", le 1° album qu'il a enregistré avec eux a été produit et enr(...)

12/04/2021, 20:27

Deathcotheque

Guillaume a chanté dans Mnemic (sera encore le chanteur quand ils se reformeront ?), groupe dont le style n'est pas si éloigné que ça de Fear Factory. "Passenger", le 1° album qu'il a enregistré avec eux a été produit et enr(...)

12/04/2021, 20:27

Humungus

"Et Fear Factory a joué le 17 décembre 2004 en 1° partie de Fear Factory à l'Elysée Montmartre"Et après on s'étonne que le pauv' Burton n'ait plus de voix durant les shows...(sic)

12/04/2021, 20:25

Deathcotheque

Guillaume a chanté dans Mnemic (sera encore le chanteur quand ils se reformeront ?), groupe dont le style n'est pas si éloigné que ça de Fear Factory. "Passenger", le 1° album qu'il a enregistré avec eux a été produit et enr(...)

12/04/2021, 18:42

Jus de cadavre

Je plussoie ! C'est excellent oui ! 

12/04/2021, 18:09

RBD

Pour préciser : il me semble très difficile d'empêcher l'utilisation des vocaux déjà enregistrés si Burton a effectivement signifié son départ après. Sur les suggestions, Guillaume Bideau pourrait êtr(...)

12/04/2021, 17:41

Florian coquerelle

ouais. Steeve. Petit. Nouveau chanteur. De fear. Factory. Ce. Serait. Bien. Non?

12/04/2021, 15:07

RBD

Essayé sur la foi d'une description qui s'est révélée parfaitement exacte. Cela faisait un petit moment que je n'avais pas croisé un jeune groupe mettant les solos de guitare autant en avant. L'allusion à Demolition Hammer est parlante(...)

12/04/2021, 13:42

LeMoustre

No les influences. Seule la voix, peu naturelle et monocorde, me gêne. 

12/04/2021, 12:40

Orphan

"sont" <- putain mes propres yeux saignent

12/04/2021, 10:10