Qu’est-ce qui ressemble plus et moins à un groupe de Heavy Metal de L.A qu’un autre groupe de Heavy Metal de L.A ? Rien, en effet, tant la Californie s’évertue depuis les années 80 à nous dispenser des leçons de versatilité, ayant tout connu de l’aventure depuis son orée. Néanmoins, et puisqu’il faut bien admettre que le Thrash est plus ou moins né là-bas (même si San Francisco est pointé avec moins de dédain sur la carte), autant dire que cet état fut le berceau du Metal moderne tel que nous l’avons toujours connu, et que parfois, le temps s’y arrête, l’histoire s’y répète, au point de transformer les acteurs d’aujourd’hui en sosies des héros d’hier. C’est plus ou moins le sentiment qui m’a étreint en écoutant le second album des locaux d’OBSIDIAN, qui en plus d’une occasion, m’ont rappelé à la mémoire d’une autre assemblée de chevaliers, tout aussi portés qu’eux sur la nuance et la violence en ambivalence. Si vos souvenirs ne vous font pas trop défaut, le nom d’ARMORED SAINT devrait vous évoquer quelque chose de plutôt palpable et probant, l’armée de John Bush ayant traversé les années 80 en étant un peu chahutée, mais en intrigant un public assez perceptif à leurs fugues en Heavy majeur qui parfois se frottait à l’agressivité du Thrash sans pour autant en revendiquer la brutalité, et sans se départir de son sens mélodique prononcé. Alors dites-vous que les californiens d’OBSIDIAN en sont presque les héritiers logiques, tout en admettant quelques nuances importantes. Car loin de se contenter de singer les recettes de leurs aînés, ces trois musiciens au potentiel plutôt marqué (Carlos Calavera - chant/basse, Frank Bera - guitare/chœurs, et Mike Lopez - batterie) les font fructifier pour surfer sur la vague nostalgique en vogue, et nous offrent donc un second LP très frais, catchy comme il faut, mordant mais costaud, et surtout, suffisamment harmonique pour attirer dans ses filets les plus réfractaires à la cause Thrash trop appuyée.

Ils s’en revendiquent pourtant, alors autant leur accorder cette affiliation qui leur sied. Mais en précisant quand même que leur approche est sévèrement modulée et plus réceptive des optiques originelles, celles que les METALLICA et MEGADETH avançaient à l’orée de leur carrière, le tout atténué d’une réelle volonté d’aplanir les aspérités pour se rapprocher d’un Heavy vraiment énergique et juvénile. C’est ainsi que Killshot, malgré une pochette choc qui pourrait laisser présager d’une overdose de bestialité, se présente sous la forme d’un sept titres suffisamment varié pour intéresser un public large, mais aussi précis qu’un petit bréviaire Heavy. La caution ARMORED SAINT étant la plus prononcée, spécialement dans les accents vocaux de Carlos Calavera, plus proche de John que des frangins de SEPULTURA, et dont le timbre rauque et granuleux est policé par une acceptation des harmonies assez marquée. Beaucoup de talent chez ce chanteur qui n’a pas oublié la noblesse d’un gosier typiquement Heavy, et qui nous ramène aux grandes heures de l’explosion eighties, mais aussi beaucoup d’assurance chez Frank Bera, qui manipule avec beaucoup de dextérité le riff Heavy et la saccade Thrash, trouvant des jonctions entre les deux pour assurer la cohérence de l’ensemble. L’homme troussant en outre des soli parfaitement remarquables, et souvent légèrement enflammés de la démesure baroque d’Yngwie et Ritchie (« Valhalla », si avec une partition comme celle-là vous ne l’atteignez pas, c’est que vous ne le méritez pas), sa participation à l’œuvre se veut donc d’une importance aussi capitale. Et finalement, le nom encore assez méconnu d’OBSIDIAN s’écrit lui-aussi en lettres capitales, tant le talent du groupe éclate sur chaque composition, qui ont le mérite d’offrir un panel assez large d’influences.

En restant raisonnable, le trio parvient à signer des structures ambitieuses, mais surtout, accrocheuses. Jamais plus de cinq minutes, mais beaucoup d’idées, de breaks bien amenés, de transitions fluides développées, pour un second LP qui affine la direction entamée à l’occasion d’Army Of Darkness, leur premier effort, encore un peu vague et généraliste. Ici, on sent que l’affaire est celle de spécialistes, de véritables amoureux d’un Metal intrépide mais agencé, compréhensible et ciselé, mais épidermique et spontané. Si les références déjà énoncées peuvent largement suffire à comprendre le jeu pratiqué (l’empreinte de MEGADETH est tellement probante sur « Nightmare » qu’on pourrait penser à un leftover de Countdown To Extinction repris à leur compte par les californiens), il convient d’en ajouter quelques-unes pour appréhender la réalité des faits. Celle de l’ANNIHILATOR post Never, Neverland, plus modulé, celles des RAVEN et de pas mal de pionniers sur un « One Punch » bien sautillant et trépidant, ce qui nous amène à un bilan plus que satisfaisant. Et si les OBSIDIAN ont délibérément choisi de placer en éclaireur leur morceau le plus bref mais le plus chaud (« Killshot », Kill ‘Em All revu et corrigé par les ARMORED SAINT ? C’est une éventualité), dès « Blind The Masses », les masques tombent, le rythme s’accélère, et le trio abat enfin ses cartes dans un déluge de Heavy, de Thrash et de plomb en fusion, pour nous offrir un hymne imparable au Heavy Metal le plus malléable, s’accordant de modulations, de diversions, mais aussi de mélodies, d’harmonies, de pulsions, et de soudaines crises de possession. Tour de force de quatre minutes à peine, ce morceau est en quelque sorte une synthèse parfaite de l’art des californiens pour leur propre sens du résumé, qui permet quelques simplifications accrocheuses (« Involuntary Commitment », le genre de headbanging estampillé 84/85, mais adapté au talent du Jeff Waters de 89/90), mais aussi quelques progressions plus aventureuses (« Palace of Tyranny », beat élastique pour chant saccadé et riff englué).

En à peine une demi-heure, Killshot nous séduit de sa facilité à enjamber les querelles de style, et à ne s’accrocher qu’au sien, ce Heavy tendance Thrash très musical, mais parfois brutal. Un joli flashback vers la Californie des années 80, celle qui voyait ses glammers attendre des heures sur le trottoir et ses thrasheurs se regrouper dans le noir. L’histoire d’une ville, l’histoire d’un état, l’histoire d’une musique, mais surtout l’histoire d’un groupe, OBSIDIAN qui prône avec panache certains principes de passion. Auxquels on adhère sans hésitation !               

       

Titres de l'album:

                           1. Killshot

                           2. Blind the Masses

                           3. Involuntary Commitment

                           4. Palace of Tyranny

                           5. One Punch

                           6. Valhalla

                           7. Nightmare


Facebook officiel


par mortne2001 le 04/07/2018 à 18:38
90 %    144

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Helfro

Helfro

Ain

Stance I

Beaten To Death

Agronomicon

Wolfen

Rise of the Lycans

Obscura + Fallujah + Allegaeon + First Fragment

RBD / 16/02/2019
Death Mélodique

NECROS CHRISTOS + ASCENSION + VENENUM / Live-report / Rennes

Jus de cadavre / 11/02/2019
Death Old School

Brendan Perry

RBD / 06/02/2019
Country

Concerts à 7 jours

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

Moi qui pensais que ça s'appelait le "Glam" ce truc...


Quand est-ce que toutes ces minorités vont arrêter d'emmerder la majorité ?...


C'est exactement ça, Jus : on a le droit de ne pas être d'accord avec cette pratique, mais annuler un concert de metal n'empêchera rien. Heureux de voir que les lyonnais ont leur date maintenue, nous n'avons pas eu cette chance à Marseille.


Annuler ce concert n’arrêtera jamais cette pratique. Je ne défends pas ce massacre hein, mais voila, un concert de TYR en moins ne changerait rien à ça.
Et puis comme sous entendu au dessus je ne supporte pas la "censure", ce n'est jamais une solution valable. Ce n'est pas parce que tu (...)


@MorbidOM :
Les arguments se valent, le problème vient surtout en mon sens du fait de la contradiction formelle de tout ce qui est avancé (cf. ma vanne) et qu'en définitive, toute la dialectique employée ici pour justifier du maintien du concert est celle d'un omnivore pur et dur.
Et(...)


Je suis assez surpris que cette réponse puisse être considérée "intelligente, mesurée et qui prend du recul".

Pour moi c'est un mélange de déculpabilisation sur fond de moralisme bon marché (mais nous on est vegans) de relativisme adolescent (nos bœufs abattus "dans des conditi(...)


1) Malgré tout le désamour que je puisse avoir pour le nouveau diktat vegan, je confirme totalement ce que disent mes deux coreligionnaires du dessus.
2) Je ne savais pas que l'abréviation de ce bazar était "le Grind"...
Que dire de plus hé hé hé !
3) Et juste parce que je s(...)


réponse bien argumentée, +1 jus...


Une réponse intelligente, mesurée et qui prend du recul. Ça fait pas de mal par les temps qui courent...


Je ne peux que confirmer ce que tu nous contes là mon bon Simony :
- DISFUNERAL = AUTOPSY.
- Jamais vu le No Man's Land aussi échaudé.
- Moi aussi j'ai craint un peu pour notre sécurité quand ils ont voulu se la jouer RAMMSTEIN.

PS : Point de détail : DESTRUKT e(...)


Tant mieux alors !!!


Ouais franchement j'ai pris une bonne claque avec ce groupe !


Indian Nightmare c'est juste terrible. C'est exactement ce que j'ai en tête quand on me dit Metal Old-school. Ça sent Satan, la liche et la crasse. Excellent ce groupe.


Le Entombed classique ! Pas le AD !


Entombed ou Entombed AD ???


Super nom.
Super groupe.
Superbes albums.
Superbes covers.
Rien à redire quoi...


Intéressant à lire et bonne découverte de label


vivement les autres interviews! chouette idée!


"sorte de copie non-conforme du MARDUK le plus impitoyable et retors, celui de Rom 5 :12, soit la quintessence d’un Black qui souhaite s’extirper de sa condition de polichinelle horrifique"

Alors là, entièrement d'accord ! Rom est le chef d'oeuvre absolu des suédois. Et un des me(...)


kingdoms est pourtqnt excellent