Attention Metalleux puristes, disque à ne pas mettre en toutes vos oreilles. A proprement parler, LE WOLVES et son nom un peu bizarroïde ne propose pas stricto sensu un dérivé du Heavy Metal, mais bien un énorme Rock à tendance garage et fuzzy, qui pourra certainement heurter les pavillons les plus sensiblement habitués aux gros riffs de la mort et aux rythmiques en chape de plomb.

Mais un peu d’ouverture ne faisant de mal à personne, il est fort possible que certains fans de Stoner et autres délires à la Josh Homme y trouvent leur compte, et très égoïstement, y ayant trouvé le mien, je n’ai cure de l’opinion de quelques réfractaires aussi bornés qu’un cheval avançant les œillères bien vissées sur la tête.

Factuellement, LE WOLVES est un quatuor (Keanu, Nathan, Manuel, Luke) qui nous vient de Fresno, Californie, et qui nous propose donc son premier LP, faisant suite au EP Melted Eyes, paru il y a maintenant trois ans.

Les quatre musiciens ne prennent même pas la peine de se répandre dans une bio qui n’intéressera pas grand monde, et ne nous saoulent même pas de leurs influences que tous les spécialistes de la question identifieront assez rapidement. Leur Bandcamp donne juste quelques informations techniques sur ce premier jet éponyme, que je vous reproduis donc ici telles quelles.

Cet album a donc été enregistré par Ryan « Rings » Ellery a Lafayette, Californie, mixé par Andrew A. Saldate IV, et son artwork (superbement vintage au demeurant) a été soigné au petit trait par Ernesto Martinez, qui a bien respecté les codes graphiques seventies en vigueur à l’époque.

Et d’ailleurs, le contenu est à l’image du contenant. Un peu abstrait, légèrement psychédélique sur les bords, coloré par moments, suivant quelques pistes découvertes à la fin des années 60 et poursuivies durant les premières années de la décennie suivante.

Au menu de ce banquet nostalgique des dérives lysergiques de la flower power generation, beaucoup de guitares fuzées, des riffs épais comme un trois feuilles mal roulé, une basse gironde qui arrondit les angles, une rythmique élastique qui part un peu où elle veut, et un chant qui peut se vouloir félin, malin, chafouin ou plus câlin, selon les ambiances désirées.

Le Wolves est donc un LP plein de stupre, de séduction vénéneuse, mais aussi d’accalmies mélodiques, et strié de riffs aussi mémorables que classiques, comme un voyage dans le temps, lorsque le Stoner s’appelait encore Rock psychédélique. Ou presque.

Concrètement, il est possible de voir en ce quatuor une synthèse de tout ce que la vague Néo Psychédélique nous offre depuis des années, comme une gentille symbiose entre le BRIAN JONESTOWN MASSACRE et les SEX SNOBS pour ne prendre qu’un exemple pas forcément probant. Mais à vrai dire, et non pour disculper mon manque d’audace, dans le créneau assez chargé du revival 60’s/70’s, il est toujours difficile de trouver des points de comparaison fiables tant la variété est de mise, et les différences entre les orientations minimes.

Et d’ailleurs, rien qu’une consultation superficielle d’un top comme celui que propose le site Album of the Year pour les seules années 2013 ou 2014 suffit à comprendre que les musiciens fascinés par la tendance sont trop nombreux pour que les parallèles soient d’une utilité quelconque.

Alors, la musique, juste la musique.

Le Wolves, c’est un assemblage de chansons la plupart du temps assez courtes, qui se focalisent sur le son plutôt que sur l’originalité du style, sans en être totalement dénuées cela s’entend. Ainsi, l’ouverture « The Wasp Boss of Milf Mountain » pourrait passer pour un curieux mélange du riff de « Immigrant Song », joué par un Dave Brock apathique, après contamination d’une injection de CRIPPLED BLACK PHOENIX assez mal dosée.

« Favorite One » au contraire, sonne comme du QOTSA se souvenant de l’époque KYUSS sans nostalgie, mais en délirant autour d’un thème sci-fi un peu cheap. Up tempo qui donne envie de bouger ses petons, chant sous mixé et légèrement neurasthénique sur les bords, guitare et basse à l’unisson, enfin, de quoi se replonger dans les abysses de la dénaturation de la perception naturelle des choses.

L’énergie hautement juvénile de « Got The Stuff » nous rappelle les meilleurs moments de JET (c’est à dire à peu près tous), déformés par la mémoire défaillante des CRAMPS soudainement passionnées par les obsessions trash de Poison Ivy. Bizarre ? Oui, étrange, diffus, enfin tout ce que vous voulez pourvu que ça échappe à une normalité trop contraignante. Et puis ces chœurs de pom-pom girls en rut, moi j’adore, c’est comme ça, ça ne se discute pas.

Certes, les quatre potes se complaisent dans l’énergie brute, mais savent aussi chalouper histoire de bien structurer la soirée, et proposent même un joli déhanché digne d’un Iggy Pop qui aurait partagé ses vues non avec Josh Homme mais avec Jack Black et Nick Cave, pour une danse étrange et hypnotique sur « Wizardry », qui parvient par miracle à unir contre leur gré la sombritude de BLACK SABBATH, les guitares des NAZZ et l’esprit rebelle des STOOGES en à peine quatre minutes.

Et tout ça pour quoi ? Pour revenir quelques instants plus tard dans le giron d’un Rock brûlant et incandescent, pour un furieux « I Know You Want It », qui ne fait pas de détail, mais ronronne comme une Buick au moteur surgonflé un peu fatigué, et dont le poste serait bloqué sur du SUPERGRASS distordu d’ondes BLUE CHEER en oscillations.

Entre les bourrasques, LE WOLVES trouve quand même le temps de placer quelques histoires un peu plus glauques que la moyenne, comme cette fable sur « Juanita », qui semble se bouger le derrière au son d’un conglomérat de sons étranges, un peu faux, mais qui survolent une rythmique tribale très louche, enfoncée dans la mémoire par une basse ronflante de distorsion.

Et comme en plus, ils finissent leur narration sur un ultime brûlot un peu plus mélodique que la moyenne (« Deep Deep Down » qui en profite encore pour placer une ronflée de chœurs fédérateurs), on ne peut que se laisser emporter par leur enthousiasme et leur culture garage indiscutable.

 C’est certes parfois convenu et sans surprises, mais les quelques percées que le quatuor laisse traîner en route sont appréciables, et transforment ce premier essai en affirmation de personnalité, qui ne demande qu’à murir, ou pas d’ailleurs, puisque en l’état, Le Wolves est un excellent traité de Rock Psychédélique garage gorgé de fuzz et de guitares qui buzzent.


Titres de l'album:

  1. The Wasp Boss of Milf Mountain
  2. Favourite One
  3. Got The Stuff
  4. B.M.M.
  5. Wizardry
  6. I Know You Want It
  7. Hit Me Slow Like An Overdose
  8. Way Back home
  9. Juanita
  10. Deep Deep Down

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 05/12/2016 à 18:58
70 %    382

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Backyard Babies

Silver & Gold

Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019 Part. II

Simony / 26/06/2019
Punk Rock

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Concerts à 7 jours

+ Gorgasm + Cenotaph

03/07 : Quartier Libre, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime beaucoup le premier album mais je suis passé à côté du deuxième. Vu le côté classique mon intérêt dépends aussi beaucoup de l'humeur du moment. Mais Willetts à retrouver un peu de voix j'ai l'impression.


Bof. Bof depuis toujours. La relève de Bolt-Thrower n'est pas assuré sur ce coup-là. Sans grand intérêt ce groupe et surtout une déception car j'en espérais beaucoup.


Le son était aussi radical que leur musique... Le genre de concerts où le circle-pit n'a pas sa place en somme, et où le public se prend juste un mur du son qui le paralyse.


Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.