Le Wolves

Le Wolves

30/11/2016

Autoproduction

Attention Metalleux puristes, disque à ne pas mettre en toutes vos oreilles. A proprement parler, LE WOLVES et son nom un peu bizarroïde ne propose pas stricto sensu un dérivé du Heavy Metal, mais bien un énorme Rock à tendance garage et fuzzy, qui pourra certainement heurter les pavillons les plus sensiblement habitués aux gros riffs de la mort et aux rythmiques en chape de plomb.

Mais un peu d’ouverture ne faisant de mal à personne, il est fort possible que certains fans de Stoner et autres délires à la Josh Homme y trouvent leur compte, et très égoïstement, y ayant trouvé le mien, je n’ai cure de l’opinion de quelques réfractaires aussi bornés qu’un cheval avançant les œillères bien vissées sur la tête.

Factuellement, LE WOLVES est un quatuor (Keanu, Nathan, Manuel, Luke) qui nous vient de Fresno, Californie, et qui nous propose donc son premier LP, faisant suite au EP Melted Eyes, paru il y a maintenant trois ans.

Les quatre musiciens ne prennent même pas la peine de se répandre dans une bio qui n’intéressera pas grand monde, et ne nous saoulent même pas de leurs influences que tous les spécialistes de la question identifieront assez rapidement. Leur Bandcamp donne juste quelques informations techniques sur ce premier jet éponyme, que je vous reproduis donc ici telles quelles.

Cet album a donc été enregistré par Ryan « Rings » Ellery a Lafayette, Californie, mixé par Andrew A. Saldate IV, et son artwork (superbement vintage au demeurant) a été soigné au petit trait par Ernesto Martinez, qui a bien respecté les codes graphiques seventies en vigueur à l’époque.

Et d’ailleurs, le contenu est à l’image du contenant. Un peu abstrait, légèrement psychédélique sur les bords, coloré par moments, suivant quelques pistes découvertes à la fin des années 60 et poursuivies durant les premières années de la décennie suivante.

Au menu de ce banquet nostalgique des dérives lysergiques de la flower power generation, beaucoup de guitares fuzées, des riffs épais comme un trois feuilles mal roulé, une basse gironde qui arrondit les angles, une rythmique élastique qui part un peu où elle veut, et un chant qui peut se vouloir félin, malin, chafouin ou plus câlin, selon les ambiances désirées.

Le Wolves est donc un LP plein de stupre, de séduction vénéneuse, mais aussi d’accalmies mélodiques, et strié de riffs aussi mémorables que classiques, comme un voyage dans le temps, lorsque le Stoner s’appelait encore Rock psychédélique. Ou presque.

Concrètement, il est possible de voir en ce quatuor une synthèse de tout ce que la vague Néo Psychédélique nous offre depuis des années, comme une gentille symbiose entre le BRIAN JONESTOWN MASSACRE et les SEX SNOBS pour ne prendre qu’un exemple pas forcément probant. Mais à vrai dire, et non pour disculper mon manque d’audace, dans le créneau assez chargé du revival 60’s/70’s, il est toujours difficile de trouver des points de comparaison fiables tant la variété est de mise, et les différences entre les orientations minimes.

Et d’ailleurs, rien qu’une consultation superficielle d’un top comme celui que propose le site Album of the Year pour les seules années 2013 ou 2014 suffit à comprendre que les musiciens fascinés par la tendance sont trop nombreux pour que les parallèles soient d’une utilité quelconque.

Alors, la musique, juste la musique.

Le Wolves, c’est un assemblage de chansons la plupart du temps assez courtes, qui se focalisent sur le son plutôt que sur l’originalité du style, sans en être totalement dénuées cela s’entend. Ainsi, l’ouverture « The Wasp Boss of Milf Mountain » pourrait passer pour un curieux mélange du riff de « Immigrant Song », joué par un Dave Brock apathique, après contamination d’une injection de CRIPPLED BLACK PHOENIX assez mal dosée.

« Favorite One » au contraire, sonne comme du QOTSA se souvenant de l’époque KYUSS sans nostalgie, mais en délirant autour d’un thème sci-fi un peu cheap. Up tempo qui donne envie de bouger ses petons, chant sous mixé et légèrement neurasthénique sur les bords, guitare et basse à l’unisson, enfin, de quoi se replonger dans les abysses de la dénaturation de la perception naturelle des choses.

L’énergie hautement juvénile de « Got The Stuff » nous rappelle les meilleurs moments de JET (c’est à dire à peu près tous), déformés par la mémoire défaillante des CRAMPS soudainement passionnées par les obsessions trash de Poison Ivy. Bizarre ? Oui, étrange, diffus, enfin tout ce que vous voulez pourvu que ça échappe à une normalité trop contraignante. Et puis ces chœurs de pom-pom girls en rut, moi j’adore, c’est comme ça, ça ne se discute pas.

Certes, les quatre potes se complaisent dans l’énergie brute, mais savent aussi chalouper histoire de bien structurer la soirée, et proposent même un joli déhanché digne d’un Iggy Pop qui aurait partagé ses vues non avec Josh Homme mais avec Jack Black et Nick Cave, pour une danse étrange et hypnotique sur « Wizardry », qui parvient par miracle à unir contre leur gré la sombritude de BLACK SABBATH, les guitares des NAZZ et l’esprit rebelle des STOOGES en à peine quatre minutes.

Et tout ça pour quoi ? Pour revenir quelques instants plus tard dans le giron d’un Rock brûlant et incandescent, pour un furieux « I Know You Want It », qui ne fait pas de détail, mais ronronne comme une Buick au moteur surgonflé un peu fatigué, et dont le poste serait bloqué sur du SUPERGRASS distordu d’ondes BLUE CHEER en oscillations.

Entre les bourrasques, LE WOLVES trouve quand même le temps de placer quelques histoires un peu plus glauques que la moyenne, comme cette fable sur « Juanita », qui semble se bouger le derrière au son d’un conglomérat de sons étranges, un peu faux, mais qui survolent une rythmique tribale très louche, enfoncée dans la mémoire par une basse ronflante de distorsion.

Et comme en plus, ils finissent leur narration sur un ultime brûlot un peu plus mélodique que la moyenne (« Deep Deep Down » qui en profite encore pour placer une ronflée de chœurs fédérateurs), on ne peut que se laisser emporter par leur enthousiasme et leur culture garage indiscutable.

 C’est certes parfois convenu et sans surprises, mais les quelques percées que le quatuor laisse traîner en route sont appréciables, et transforment ce premier essai en affirmation de personnalité, qui ne demande qu’à murir, ou pas d’ailleurs, puisque en l’état, Le Wolves est un excellent traité de Rock Psychédélique garage gorgé de fuzz et de guitares qui buzzent.


Titres de l'album:

  1. The Wasp Boss of Milf Mountain
  2. Favourite One
  3. Got The Stuff
  4. B.M.M.
  5. Wizardry
  6. I Know You Want It
  7. Hit Me Slow Like An Overdose
  8. Way Back home
  9. Juanita
  10. Deep Deep Down

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 05/12/2016 à 18:58
70 %    649

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kairos

Ouais dsl j'ai été un peu sec, mais l'autre andouille est venu gratuitement me baver sur les rouleaux... J'aurais dû employer l'adverbe "cordialement" à la fin de mon précèdent post. 

26/01/2021, 16:03

Bones

Mouais, mais par contre je vais rapidement le réécouter pour voir si mon approche a évolué. C'est vrai qu'il est réputé...  j'ai sans doute raté le coche.

26/01/2021, 13:14

Arioch91

@Humungus : SIC... And Destroy !   Comme disait Coluche : la politique ? C'est quand on est poli et qu'on a(...)

26/01/2021, 10:45

Arioch91

@Humungus : je confirme pour The Rack. Plusieurs fois j'ai essayé mais sans jamais accrocher.Y a des albums comme ça

26/01/2021, 07:56

Humungus

Toujours "intéressant" (SIC !!!) quand la politique s'insère ici... ... ...

26/01/2021, 07:38

Humungus

Ne pas "rentrer" dans "The rack" ?!?!Bizarre étant donné la monstruosité de cet album...Quoi qu'il en soit, je plussoie sur HAIL OF BULLETS !Pis n'oublions pas le merveilleux GRAND SUPREME BLOOD COURT non plus hein !!!(...)

26/01/2021, 07:35

Arioch91

@Bones : merci pour l'idée, vais m'écouter les trois albums de Hail of Bullets, juste histoire de rattraper mon retard concernant le père Van Drunnen.

25/01/2021, 20:12

Bones

Ce dernier Asphyx n'est pas une montagne de nouveautés mais il est super efficace. On sent les vieux briscards qui connaissent parfaitement leur affaire.Etant un gros fan de Van Drunen, je vais décortiquer ses paroles en ne doutant pas que les morceaux vont s'en tro(...)

25/01/2021, 18:39

Jus de cadavre

Ouais, ils frappent fort les anciens avec cet album ! 

25/01/2021, 18:17

LeMoustre

Chez Accuser, en période récente, c'est Demoniac qu'il faut écouter. Plus violent, sorte de Testament sous amphétamines, il est à mon humble avis le meilleur de ce que Thoms  a produite depuis Who Dominates Who. Ah, si, le premeir album est aussi (...)

25/01/2021, 17:03

LeMoustre

Opposer les casseurs qui seraient bons à expédier aux bagnes de Cayenne pour casser des cailloux et les envahisseurs du Capitole n'est pas une bonne idée. L'objectif est pas le même, les casseurs sont souvent des racailles de délinquants multiréc(...)

25/01/2021, 11:47

Stench

Très étrange à dire mais sur le titre "Tree years of famine", j'entends Overkill de "Skullkrusher". Sinon, excellent album, bien sûr !

25/01/2021, 11:46

Arioch91

Je suis fan du timbre vocal de Van Drunnen depuis le Consuming Impulse de Pestilence mais j'avoue n'avoir jamais accroché au The Rack d'Asphyx et ne me suis jamais penché sur les sorties du groupe. Pas plus pour Hail of Bullets (si je me gourre pas).Mais &ccedi(...)

25/01/2021, 11:04

Solo Necrozis

Piñata of Pus, Necro Thicc, Uteronecrotic Descent of the Divine...Haha ces titres de merde, j'en ris comme un con devant mon PC.

25/01/2021, 10:12

Simony

En tout cas, le livestream proposé samedi était une boucherie totale. Avec ou sans public, les mecs se donnent, Martin plaisantent entre les morceaux et v'là comment ça défouraille sévère. Total respect pour ces mecs qui en imposent, vraiment (...)

25/01/2021, 08:17

POMAH

L'ambiance est chaude par ici...

25/01/2021, 08:06

Humungus

J'en suis déjà à ma troisième écoute consécutive...ACHAT OBLIGATOIRE BORDEL !!! !!! !!!PS : Martin je t'aime.

25/01/2021, 04:25

Pozo (bass)

Thanks for the review!I'll put our spotify link if you wanna follow ushttps://open.spotify.com/artist/0QwY3TM6Lvo6Ba8VGC67YL

25/01/2021, 01:07

Chemikill

Parler de la musique serait déjà un gros morceau.

24/01/2021, 22:59

jtdef

Avec Joe Bidon et l'imposteur Harris ils sont mal barrés.

24/01/2021, 21:11