Memento Mori

Binary Code

15/05/2020

Autoproduction

Quand un groupe se réclame d’un Progressif extrême, j’ai toujours tendance à me méfier. D’autant plus lorsqu’il se sent obligé d’ajouter que ses inclinaisons Post Metal sont volontaires. Dans le premier cas, je m’attends toujours à un Djent roboratif au possible, ennuyeux sur la durée et prétentieux dans les ambitions. Dans le second cas, je crains des débordements contemplatifs rébarbatifs, de longues complaintes solitaires en pleurnicheries utopistes, et des mélodies étirées à l’infini pour dissimuler un manque de créativité. Alors, lorsque les deux composantes sont réunies, mon appréhension n’en est que plus grande. Mais connaissant l’art des BINARY CODE, il n’y a pas de place pour les doutes ou les craintes. Les américains ont prouvé depuis longtemps qu’ils étaient capables d’échapper aux figures les plus imposées pour imprimer leur patte unique à une musique hors du temps et des modes. Fondé en 2004, ce collectif créatif a d’abord pris son temps pour modeler son approche, au travers de cinq démos successives avant d’oser se lancer dans le grand bain du longue-durée. Leur premier effort professionnel a vu le jour en 2009, cinq ans après leur émergence, et Suspension of Disbelief a vite montré les capacités de musiciens se réclamant d’horizons divers, mais de philosophies convergentes. Sans se précipiter après ce départ, les américains ont privilégié quelques formats courts en lâchant deux EP’s en cinq ans, avant de revenir par la grande porte avec Moonsblood. Ce second chapitre montrait des signes d’évolution et de progression, le style de la formation s’affinant avec le temps, et après quatre années de silence, BINARY CODE passe donc le cap crucial du troisième album avec un panache incroyable, nous offrant la diversité de ce Memento Mori comme cadeau de retour. Memento Mori, artefact destiné à se souvenir des morts est un titre assez ironique pour un groupe qui n’a jamais semblé aussi vivant. Sans renier leur passé, les musiciens ont choisi de se tourner vers un avenir futuriste, qu’on serait tenté de percevoir comme une dystopie au regard des tonalités sombres de l’album, mais qui dégage un espoir assez utopique dans les faits, en acceptant la lumière mélodique qui s’en dégage.

Citant sans honte une bordée d’influences qui balisent le terrain couvert (KATATONIA, GOJIRA, SEPTICFLESH, PARADISE LOST, EXTOL, MUDVAYNE, MESHUGGAH, DEVIN TOWNSEND, STRAPPING YOUNG LAD, PINK FLOYD), les BINARY CODE prouve que leur langage est tout sauf binaire est constitué de 1 et de 0. Loin d’une musique machinale et mécanique, leur art repose sur un équilibre parfait entre la brutalité la plus crue et l’harmonie la plus ouverte, ce qu’on ressent à l’écoute de chaque morceau. On pense parfois à l’écoute de certains titres à la référence absolue de TEXTURES, mais le talent naturel des musiciens permet d’éviter les comparaisons les plus évidentes. Première constatation, l’écart séparant les passages les plus violents et les digressions les plus évanescentes est clairement prononcé, avec des écarts d’ambiance frappants. C’est particulièrement notable sue le terrifiant « Unborn » qui utilise une dualité très marquée, évoquant le GOJIRA le plus brutal tout en s’en remettant au Devin TOWNSEND le plus épuré lors des accalmies. Mais là où d’autres groupes semblent forcer le trait lorsqu’ils durcissent le ton, les BINARY CODE réagissent de façon très naturelle et ne font qu’exprimer leur nature profonde pour convaincre les amateurs d’extrême de leur pertinence. En utilisant le clavier comme contrepoint d’ambiance, Memento Mori offre une ambiance vraiment prenante, à la limite de la mystique, qui permet d’apprécier les approches les plus convenues d’un Metal moderne classique, mais toujours efficace (« Those I Sought to Spare »). Les américains s’offrent même le temps d’un solo le talent de Jeff Loomis, venu poser quelques notes apaisées dans la tempête. Loin d’un simple featuring en gadget, cette apparition est une vraie plus-value s’inscrivant totalement dans la démarche d’un album ouvert, aux sonorités multiples. Alors, Extreme Post Metal ou tout autre chose ? Un peu des deux, le flair dont font preuve les musiciens leur permettant d’échapper une fois encore aux étiquettes, proposant une sorte de Metal progressif moderne constamment agressif, mais totalement mélancolique.

Le défaut principal de ce genre de réalisation est souvent sa trop grande unité dans la linéarité, mais l’écueil est brillamment contourné par des astuces de composition très intelligentes. Toujours prompt à lâcher des introductions qui immergent, les américains savent jouer l’agencement et la montre pour ne pas lasser, usant d’arythmies très intelligentes et de petites prouesses techniques délicates. Certes, l’alternance entre la violence et la quiétude est un peu systématique, mais certains segments moins évidents permettent de rétablir l’attention, à l’image du très radiophonique « Even Death May Die ». L’inspiration en appelle aux DEFTONES les plus actuels, qui auraient accepté la concession de claviers discrets, et au fur et à mesure de l’écoute, on prend mesure de l’ampleur de la réussite, lorsqu’on constate que chaque chanson a son identité propre. Louvoyant toujours entre la délicatesse et la brutalité, BINARY CODE nous propose une liberté de ton qui convainc sans peine, la production mettant l’emphase sur l’amplitude lorsque la tension monte d’un cran. Opposant une guitare acoustique claire et pure et des arrangements en volutes à des riffs puissants et concentrés, le quatuor (Oded, Jesse, Connor et Austin) propose une échappatoire Post à un Death Metal expérimental très culotté (« Away With Oneself »), sans trahir l’un ou l’autre des deux camps. Osant même parfois s’éloigner de son schéma pour nous séduire d’une coupure digne d’un PINK FLOYD contemporain (« Fade Into You »), Memento Mori conchie la facilité d’un Post trop évident, et saute du coq à l’âne sans sonner incongru. Ainsi, nous pouvons apprécier la technique affûtée de « Notion of Gravity », un peu Metalcore dans les faits, mais trop précis pour en accepter les facilités.

Tout n’est pas encore parfait dans le meilleur des mondes, mais avec un chanteur maniant avec classe l’art du contrepied chant clair/growls sans tomber dans les clichés, une section rythmique précise et souple, et un ensemble mixé à la perfection, BINARY CODE propose une alternative intéressante, aussi accrocheuse que précieuse, et aussi populaire qu’elle n’est pointue.   

                      

Titres de l’album :

01. Filaments Dissolve

02. Into the Maw

03. The Absolute Nothing

04. Unborn

05. Those I Sought to Spare

06. Even Death May Die

07. Embers

08. Away With Oneself

09. Fade Into You

10. Notion of Gravity

 11. Let Them in Your World


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 23/12/2020 à 14:20
80 %    196

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
RBD

Aaargh ! Quand est-ce que nous pourrons à nouveau recevoir des groupes venus de l'autre côté de l'Atlantique ? Il faudra encore quelques mois j'en ai peur.

20/10/2021, 12:39

Humungus

AAAAAAAAAAAAHHH !!! !!! !!!Cela fait plaisir d'avoir ce genre de commentaires pour ce groupe extraordinaire digne de faire parti des références pionnières et ultimes en Doom Trad' que sont SAINT VITUS, TROUBLE, PENTAGRAM et CANDLEMASS.Bones, tape toi t(...)

20/10/2021, 08:34

Oliv

Y'aura t'il des concerts métal  en 2022 en Europe ?? 

20/10/2021, 08:01

Bones

Sans vos commentaires enthousiastes j'avoue que je n'aurais pas spontanément cliqué sur "play".Pfouah ! Mais quel son et quelle efficacité !!! C'est vraiment très très bon !Franchement je serai attentif aux chroniques de ce(...)

19/10/2021, 22:28

Pomah

Ah ouais je plussoie je plussoie... Ce riff marteau. Sur que ca te reste dans la caboche.

19/10/2021, 20:16

Simony

N'est-ce pas ?

19/10/2021, 11:27

Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!Incontestablement une des news de l'année ça !!!Achat sans écoute !!!

19/10/2021, 09:28

Wildben

Entre cette triste nouvelle et le décès du bassiste de Bukowski, ça a vraiment été une journée de merde pour notre scène au sens large.

19/10/2021, 07:07

Moshimosher

J'apprends la nouvelle ici-même... Quel gâchis ! RIP...

18/10/2021, 23:37

Bones

Elle apparaît sur The Principle Of Evil Made Flesh. Je l'ignorais.  Bien triste fin, quoi qu'il en soit. :-(

18/10/2021, 23:08

sofs

Des loups dans les chiottes. Très fin comme nom de groupe...La musique est à l'avenant: bien chiasseuse.

18/10/2021, 21:19

Humungus

Bah merde !!!J'étais loin d'imaginer que quelqu'un comme ça faisait parti des victimes...(Oui, je sais, c'est une phrase à la con mais c'est tellement vrai)J'écoute du HAGALAZ' RUNEDANCE depuis la fin des 90s et s(...)

18/10/2021, 20:27

RBD

Ses multiples projets ne s'adressaient pas beaucoup à moi mais ce n'était pas une inconnue. Quand j'ai vu ça hier soir, je suis resté incrédule un petit moment.

18/10/2021, 18:47

Jus de cadavre

Pareil, le choc. L'album Frigga's Web a énormément tourné chez moi. Quelle tristesse.

18/10/2021, 18:45

Pomah

Épisode trop court, y'a encore tellement de chose à dire sur ce groupe fabuleux. 

18/10/2021, 16:47

Raumsog

A sa décharge il produit des oeuvres assez différentes (tout en restant un bon disciple de Beksinski quand même) mais les groupes ne semblent vouloir de lui qu'une seule chose : un gros bonhomme de 300 mètres de haut avec une serviette sur la tête (et des tou(...)

18/10/2021, 16:46

Pomah

Elle aura bercé pas mal de mes nuits d'automne, notamment avec Volven. C'est quand même con de mourir comme çà. RIP

18/10/2021, 16:41

Simony

Je ne sais pas si c'est lui mais cela ressemble étrangement à celle de Mirror Reaper de BELL WITCH ou celle de Walk Beyond the Dark de ABIGAIL WILLIAMS, de même du dernier NECROGOD et effectivement ça commence à se voir...

18/10/2021, 15:09

KRONEMBOURG

Remarque, mourir assassiné c'est très BLACK METAL ! non je plaisante, quel manque de bol.... RIP

18/10/2021, 13:44

Satan

Une des plus tristes nouvellles de l'année assurément...

18/10/2021, 12:16