Memento Mori

Binary Code

15/05/2020

Autoproduction

Quand un groupe se réclame d’un Progressif extrême, j’ai toujours tendance à me méfier. D’autant plus lorsqu’il se sent obligé d’ajouter que ses inclinaisons Post Metal sont volontaires. Dans le premier cas, je m’attends toujours à un Djent roboratif au possible, ennuyeux sur la durée et prétentieux dans les ambitions. Dans le second cas, je crains des débordements contemplatifs rébarbatifs, de longues complaintes solitaires en pleurnicheries utopistes, et des mélodies étirées à l’infini pour dissimuler un manque de créativité. Alors, lorsque les deux composantes sont réunies, mon appréhension n’en est que plus grande. Mais connaissant l’art des BINARY CODE, il n’y a pas de place pour les doutes ou les craintes. Les américains ont prouvé depuis longtemps qu’ils étaient capables d’échapper aux figures les plus imposées pour imprimer leur patte unique à une musique hors du temps et des modes. Fondé en 2004, ce collectif créatif a d’abord pris son temps pour modeler son approche, au travers de cinq démos successives avant d’oser se lancer dans le grand bain du longue-durée. Leur premier effort professionnel a vu le jour en 2009, cinq ans après leur émergence, et Suspension of Disbelief a vite montré les capacités de musiciens se réclamant d’horizons divers, mais de philosophies convergentes. Sans se précipiter après ce départ, les américains ont privilégié quelques formats courts en lâchant deux EP’s en cinq ans, avant de revenir par la grande porte avec Moonsblood. Ce second chapitre montrait des signes d’évolution et de progression, le style de la formation s’affinant avec le temps, et après quatre années de silence, BINARY CODE passe donc le cap crucial du troisième album avec un panache incroyable, nous offrant la diversité de ce Memento Mori comme cadeau de retour. Memento Mori, artefact destiné à se souvenir des morts est un titre assez ironique pour un groupe qui n’a jamais semblé aussi vivant. Sans renier leur passé, les musiciens ont choisi de se tourner vers un avenir futuriste, qu’on serait tenté de percevoir comme une dystopie au regard des tonalités sombres de l’album, mais qui dégage un espoir assez utopique dans les faits, en acceptant la lumière mélodique qui s’en dégage.

Citant sans honte une bordée d’influences qui balisent le terrain couvert (KATATONIA, GOJIRA, SEPTICFLESH, PARADISE LOST, EXTOL, MUDVAYNE, MESHUGGAH, DEVIN TOWNSEND, STRAPPING YOUNG LAD, PINK FLOYD), les BINARY CODE prouve que leur langage est tout sauf binaire est constitué de 1 et de 0. Loin d’une musique machinale et mécanique, leur art repose sur un équilibre parfait entre la brutalité la plus crue et l’harmonie la plus ouverte, ce qu’on ressent à l’écoute de chaque morceau. On pense parfois à l’écoute de certains titres à la référence absolue de TEXTURES, mais le talent naturel des musiciens permet d’éviter les comparaisons les plus évidentes. Première constatation, l’écart séparant les passages les plus violents et les digressions les plus évanescentes est clairement prononcé, avec des écarts d’ambiance frappants. C’est particulièrement notable sue le terrifiant « Unborn » qui utilise une dualité très marquée, évoquant le GOJIRA le plus brutal tout en s’en remettant au Devin TOWNSEND le plus épuré lors des accalmies. Mais là où d’autres groupes semblent forcer le trait lorsqu’ils durcissent le ton, les BINARY CODE réagissent de façon très naturelle et ne font qu’exprimer leur nature profonde pour convaincre les amateurs d’extrême de leur pertinence. En utilisant le clavier comme contrepoint d’ambiance, Memento Mori offre une ambiance vraiment prenante, à la limite de la mystique, qui permet d’apprécier les approches les plus convenues d’un Metal moderne classique, mais toujours efficace (« Those I Sought to Spare »). Les américains s’offrent même le temps d’un solo le talent de Jeff Loomis, venu poser quelques notes apaisées dans la tempête. Loin d’un simple featuring en gadget, cette apparition est une vraie plus-value s’inscrivant totalement dans la démarche d’un album ouvert, aux sonorités multiples. Alors, Extreme Post Metal ou tout autre chose ? Un peu des deux, le flair dont font preuve les musiciens leur permettant d’échapper une fois encore aux étiquettes, proposant une sorte de Metal progressif moderne constamment agressif, mais totalement mélancolique.

Le défaut principal de ce genre de réalisation est souvent sa trop grande unité dans la linéarité, mais l’écueil est brillamment contourné par des astuces de composition très intelligentes. Toujours prompt à lâcher des introductions qui immergent, les américains savent jouer l’agencement et la montre pour ne pas lasser, usant d’arythmies très intelligentes et de petites prouesses techniques délicates. Certes, l’alternance entre la violence et la quiétude est un peu systématique, mais certains segments moins évidents permettent de rétablir l’attention, à l’image du très radiophonique « Even Death May Die ». L’inspiration en appelle aux DEFTONES les plus actuels, qui auraient accepté la concession de claviers discrets, et au fur et à mesure de l’écoute, on prend mesure de l’ampleur de la réussite, lorsqu’on constate que chaque chanson a son identité propre. Louvoyant toujours entre la délicatesse et la brutalité, BINARY CODE nous propose une liberté de ton qui convainc sans peine, la production mettant l’emphase sur l’amplitude lorsque la tension monte d’un cran. Opposant une guitare acoustique claire et pure et des arrangements en volutes à des riffs puissants et concentrés, le quatuor (Oded, Jesse, Connor et Austin) propose une échappatoire Post à un Death Metal expérimental très culotté (« Away With Oneself »), sans trahir l’un ou l’autre des deux camps. Osant même parfois s’éloigner de son schéma pour nous séduire d’une coupure digne d’un PINK FLOYD contemporain (« Fade Into You »), Memento Mori conchie la facilité d’un Post trop évident, et saute du coq à l’âne sans sonner incongru. Ainsi, nous pouvons apprécier la technique affûtée de « Notion of Gravity », un peu Metalcore dans les faits, mais trop précis pour en accepter les facilités.

Tout n’est pas encore parfait dans le meilleur des mondes, mais avec un chanteur maniant avec classe l’art du contrepied chant clair/growls sans tomber dans les clichés, une section rythmique précise et souple, et un ensemble mixé à la perfection, BINARY CODE propose une alternative intéressante, aussi accrocheuse que précieuse, et aussi populaire qu’elle n’est pointue.   

                      

Titres de l’album :

01. Filaments Dissolve

02. Into the Maw

03. The Absolute Nothing

04. Unborn

05. Those I Sought to Spare

06. Even Death May Die

07. Embers

08. Away With Oneself

09. Fade Into You

10. Notion of Gravity

 11. Let Them in Your World


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 23/12/2020 à 14:20
80 %    97

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
MorbidOM

Complétement d'accord avec Gargan.Simony, je te conseille la lecture de Jean-Claude Michéa (si tu as la flemme ou peu de temps on peut facilement trouver des conférences qu'il a données sur internet)Christopher Lasch ça marche aussi ma(...)

27/02/2021, 19:42

Arioch91

encore moins sur Conan*

27/02/2021, 19:35

Arioch91

Jamais un patronyme d'un groupe n'a été en aussi inadéquation avec sa musique.Je ne crache pas sur le Doom, encore moins que Conan (le personnage) mais sans déconner : quiconque a lu une aventure de Conan, en particulier sur un champ de bataille, que l(...)

27/02/2021, 19:34

Gargan

Je pense de plus en plus que la critique "des lois archaïques" est un faux-nez du libéralisme (celui qui ne te veux vraiment pas du bien si tu ne fais pas partie des 1%). 

27/02/2021, 18:27

Simony

Perso, je reste mesuré sur la non menace que représente les lois religieuses archaïques de son pays. Loi anti-avortement, répression et censure envers les artistes qui ne respectent pas les lois sur le blasphème, et ça ce n'est que ce que nous, bons Fr(...)

27/02/2021, 17:56

KaneIsBack

Ce mec a toujours été une trompette...

27/02/2021, 17:33

Buck Dancer

En plus il demande un don....Je fais mon rebelle mais c'est vous qui payez l'amande. Il se fout du monde sur ce coup là. 

27/02/2021, 16:35

MorbidOM

Quel rebelle !Sinon, désolé mon grand je n'ai pas l'impression que "lois religieuses archaïques de ton pays" soient la plus grande menace pour notre liberté (en tout cas à l'Ouest mais même à l'Est j'(...)

27/02/2021, 15:58

Humungus

D'accord avec Buck Dancer sur ce titre.Le précédent extrait était bien plus savoureux.A voir la totalité de l'oeuvre donc...Par contre, le clip est chiadé.

26/02/2021, 08:38

Buck Dancer

De savoir que Rutan fait désormais partie du groupe éveil ma curiosité pour l'album, mais le morceau s'écoute et s'oublie une fois terminé. Certainement un résumé de ce que sera l'album a mes oreilles. 

25/02/2021, 15:58

Moshimosher

Intéressant, intéressant...

25/02/2021, 13:59

Arioch91

Le clip est juste insoutenable. Tellement que je trouve la zique de CC en décalage avec les images. Trop propre pour ce qui est montré. Mais je dois reconnaître qu'avec cette vidéo sur du trafic d'organes immonde, Canniboul fait fort, très fort. Pas pr&(...)

25/02/2021, 11:30

Arioch91

La voix est juste horripilante   Next !

25/02/2021, 08:56

Arioch91

Ca dépote ! Mais ça, je le dis souvent, j'écoute l'album et souvent, je finis par dire : next !Donc je vais pas m'emballer et écouter l'album plus en détails avant de me prononcer.

25/02/2021, 08:52

Humungus

Ah là oui !C'est effectivement très cliché dans le genre (ce qui reste quasi obligatoire d'ailleurs dans le style), mais effectivement, c'est largement au dessus de la moyenne pour ce qui est de la "clarté" de l'ensemble.Tr&e(...)

25/02/2021, 08:14

Humungus

Mouuuais...Au vu de vos avis dithyrambiques, je me suis donc penché sur ce bazar que je ne connaissais pas du tout :Je n'y ai absolument rien trouvé de ce que vous a fait frissonner les gars.Cela m'a fait penser à du Deathcore.J'avai(...)

25/02/2021, 08:10

Jefflonger

Très sympa à regarder cette vidéo, merci. De mon côté j'ai vu plusieurs fois le groupe en concert sans posséder les albums. L'erreur est réparée  et je les écoute maintenant régulièrement sauf sign of the d(...)

24/02/2021, 17:41

POMAH

C'est pas mal du tout. Cela manque un poil d'agressivité, mais y'a du bon la dedans.Cela me rappel Betray my secrets - Shamanic dreams. 

24/02/2021, 17:15

Gargan

Vraiment hâte d'écouter, en espérant un mix entre nostalgie et des riffs de qualité de l'époque plus récente.

24/02/2021, 13:02

RBD

En voilà qui ont mangé du Slayer quand ils étaient petits. On dirait du The Haunted.

24/02/2021, 12:10