Moss Grew on the Swords and Plowshares Alike

Kayo Dot

05/11/2021

Prophecy Productions

Double anniversaire fêté en 2021 par l’infatigable Toby Driver. D’abord, le plus important, celui du dixième album de son bébé, KAYO DOT. Deux ans à peine après le célébré Blasphemy, Toby revient aux affaires avec le dixième tome de ses aventures étranges et déconstruites, et se love au creux du Metal le plus torturé et expérimental, lui qui n’aime rien de plus que de sinuer entre les genres pour s’adapter à son environnement et ses partenaires de jeu.

Seconde célébration, les vingt ans de la doublette Bath/Leaving Your Body Map de son ancienne fratrie, MAUDLIN OF THE WELL. Prenant acte des deux décennies écoulées depuis la sortie de ces deux chefs d’œuvres aussi différents que complémentaires, Toby a eu cette idée géniale de convoquer aux agapes ses anciens partenaires, pour fêter l’occasion comme il se doit. En considérant que KAYO DOT a toujours été le prolongement de MAUDLIN OF THE WELL, ce nouvel album permet enfin de fusionner les deux entités, et d’unir dans une célébration chaotique l’aîné et le benjamin, bien que ce dernier soit devenu beaucoup plus imposant et productif que le premier avec le temps.

Voilà donc en tout vingt-six ans que Toby propose la musique la plus complexe et viscérale qui soit, et si certains passages de sa vie d’artiste ont été marqués par un éloignement prononcé de toute sonorité abrasive, ces retrouvailles permettent de renouer avec la violence d’antan, sans se départir de cette musicalité étrange qui a toujours permis aux deux groupes de se tenir à part sur la photo de famille extrême.

KAYO DOT a toujours été un groupe à géométrie variable, sous la conduction d’un seul maître d’orchestre. Et Toby a toujours avoué composer de la musique en fonction des musiciens travaillant à ses côtés. En retrouvant ses anciens partenaires, et même si Jason Byron a abandonné le micro pour se concentrer sur l’écriture, Toby dessine les contours de la transformation de 2003, et la transformation logique d’une entité à une autre. De là, avec d’anciens amis et une volonté d’enregistrer ce nouvel album là où la première démo de MAUDLIN OF THE WELL fut couchée sur bande, il serait facile de voir en Moss Grew on the Swords and Plowshares Alike le cinquième album que MOTW n’a jamais enregistré, et quelque part, c’est ce qu’il est même s’il est flanqué du nom de KAYO DOT.

Mais comme le dit Toby lui-même, KAYO DOT n’a toujours été qu’un nouveau nom posé sur une vieille carte d’identité, et les deux visages d’un même musicien : lui-même. Une fois encore, le multi-instrumentiste/compositeur s’est arrangé de tout le travail, laissant au fidèle Greg Massi le soin d’élaborer les soli de l’album. Il est donc inutile de chercher les points communs et les différences qui unissent et séparent MOTW et KAYO DOT, comme il est inutile de chercher à comprendre pourquoi le Docteur Jekyll et Mr Hyde se haïssent autant qu’ils ne se craignaient mutuellement. La transformation est liée aux circonstances, et ce nouvel album de Toby n’est qu’une histoire de plus qu’il raconte avec la verve unique qu’on lui connait.

Musicalement, Moss Grew on the Swords and Plowshares Alike ne surprendra pas grand monde, et certainement pas les fans du groupe, qui reconnaîtront en son leader le messie qu’ils ont toujours suivi aveuglément. Si certaines pistes se rapprochent de ce Doom évanescent que MOTW proposait sur certains de ses disques, si les mélodies amères sont encore très présentes, la déconstruction rythmique, la recherche d'évolutions, les textures qui s’empilent comme par magie, transforment ce dixième album en peinture qui se dévoile sous nos oreilles comme un coucher de soleil soudainement dérangé par un violent orage. Le contraste entre le rageur et puissant « The Knight Errant » et l’apaisé et pastoral « Void in Virgo (The Nature of Sacrifice) » est toutefois saisissant, mais pas plus que les anciennes transitions offertes par le musicien prolifique.

Construit une fois encore comme un voyage intérieur partagé avec l’extérieur, Moss Grew on the Swords and Plowshares Alike réserve quelques surprises magnifiques comme ce court interlude bancal et hypnotique « Spectrum of One Colour » qui unit dans un même vertige VIRUS et PORCUPINE TREE, mais il respecte globalement le cheminement qui a permis à Toby de continuer son œuvre sans donner le sentiment de trahir qui que ce soit. Les exercices instrumentaux sont toujours aussi difficiles, et à solutions multiples, les couches de voix se superposent avec une grâce unique, et cette manière de vulgariser le Progressif pour le rendre accessible aux fans d’extrême est toujours aussi intelligente et subtile.

Ainsi, « Get Out of the Tower » peut faire penser à du OPETH en pleine crise de cauchemars, avec ce chant scandé et hurlé qui se pose sur une structure mouvante et déformée, mais les cassures harmoniques, les déviations soudaines et pourtant logiques, ces petits détails en arrangements d’arrière-plan qu’on ressent plus qu’on ne les entend font de ce dixième chapitre le sommet d’une carrière pourtant riche en évènements et avènements.

Les retrouvailles sont donc émouvantes, et riches comme cette musique toujours aussi unique qui se sert de performances individuelles incroyables pour nourrir un collectif égalitaire. Ainsi, les percussions en intro de « The Necklace » sont autant de perles enfilées sur le collier de l’étrangeté, et le fait de les répercuter sur l’ensemble du morceau prouve que KAYO DOT ne se rangera jamais des voitures à vapeur.

On se concentrera évidemment sur l’énorme bougie qu’incarne « Epipsychidion », le long final qui se souffle en plusieurs étapes. Archétype de ce que l’extrême progressif devrait toujours être, ce long épilogue scelle les retrouvailles, et nous rappelle s’il en était besoin que Toby a toujours été un musicien d’exception, bien plus fascinant que d’autres dont le succès est pourtant régulièrement célébré. KAYO DOT, MAUDLIN OF THE WELL, peu importe le nom que vous pourriez employer, puisque le seul à retenir est celui de Toby Driver.               

               

                                                                                                                                                                                                  

Titres de l’album:

01. The Knight Errant

02. Brethren of the Cross

03. Void in Virgo (The Nature of Sacrifice)

04. Spectrum of One Colour

05. Get Out of the Tower

06. The Necklace

07. Epipsychidion


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 02/12/2021 à 15:17
98 %    76

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Ils nous enterreront tous ces cons là ! Même Drucker fera pas le poids !

19/01/2022, 19:20

foja

masters. jamais vraiment

19/01/2022, 19:15

Simony

J'avoue qu'elle est pas de moi, c'est Jus de cadavre qui avait proposé ce style pour SCORPIONS et j'ai trouvé que ça leur allait bien

19/01/2022, 18:10

pierre2

"Never Retired Hard Rock Masters, Allemagne"J'avoue, j'ai ri - merci !

19/01/2022, 15:11

Humungus

Merci grin.(sic)

19/01/2022, 13:36

grinder92

@humu : tu cliques sur le tag "Druid Lord", ça te proposera cette chronique et également celle-ci : http://www.metalnews.fr/chroniques/grotesque-offerings 

19/01/2022, 10:35

Simony

C'est un des groupes dont j'attends leur nouvel album, le titre partagé m'avait beaucoup plu, à creuser car la chronique donne clairement envie.

19/01/2022, 08:12

Humungus

Comment fait-on pour retrouver ta chronique de leur deuxième galette ?

19/01/2022, 07:29

Humungus

Une de mes découvertes de l'an dernier...Hâte de foutre une oreille sur cet album putain !

19/01/2022, 07:26

Simony

En rappel avec The Number Of The Beast, The Evil That Men Do, Iron Maiden et Sanctuary....   

18/01/2022, 23:20

Kerry King

Un concert de Maiden sans Fear of the Dark c'est pas vraiment un concert de Maiden.

18/01/2022, 19:02

Simony

Merci Gargan, c'est corrigé.

18/01/2022, 14:32

Gargan

C'est leedET. Suis curieux d'écouter les autres titres, en espérant qu'ils gardent l'urgence de l'extrait mis en avant. Aucune info sur le line-up, mis à part le type de mare cognitum au chant.

18/01/2022, 10:32

Simony

Idem pour moi Eyziel, pas convaincu du tout de ce second extrait. A voir dans la globalité de l'album comme tu dis.

18/01/2022, 08:02

Simony

Ben moi je prends cette idée. Ils l'avaient fait pour A Matter Of Life And Death et c'était vraiment bon. Et comme ce dernier album me plait beaucoup... why not ? Reste à savoir si la date de juin à Paris aura bien lieu...

18/01/2022, 08:01

eyziel

Je l’attends énormément mais je ne suis pas super convaincu des morceaux dévoilés, surtt dark horse. Après on verra un album de Messa ça s’écoute d’une traite. 

17/01/2022, 22:48

Jus de cadavre

Je l'ai trouvé efficace mais très impersonnel. La prod générique au possible y est pour beaucoup.

17/01/2022, 19:13

LeMoustre

Il est très bien ce titre.

17/01/2022, 17:37

Goughy

Le saviez-vous ?2 morceaux (le 1 et le 11) se trouvent sur aussi l'album de reprises d'Helloween "Metal Jukebox"Je ne sais qu'en déduire : influence majeure de ces morceaux sur la scène heavy/speed ? ou perception "différente" (...)

17/01/2022, 16:31

faga

Groupe sucoté

16/01/2022, 21:26