Je dissertais hier à l’occasion d’une chronique sur la propension du Black Metal à oublier ses racines pour mieux se concentrer sur ses prolongements cryptiques, déplorant de fait l’amnésie touchant les musiciens du cru. J’avais quelque part raison dans mes hypothèses et conclusions, et pourtant, aujourd’hui, je vais aller à l’encontre de mes propres projections.

Pour quelle raison ce retournement de veste reste-il dans un domaine de pertinence qui ne me pousse pas à la contradiction ? Simple, le nouvel album des originaires de Chicago, CRACKED VESSEL. Je pourrais arguer d’une appartenance lointaine à la famille BM pour justifier de mon regard de biais, mais il est pourtant indéniable que ces manipulateurs de bruits font bien partie du cénacle noir, ce que leurs premiers albums prouvent sans discussion possible.

Mais ce petit dernier, No Path, qui semble se poser en impasse de style démontre bien que l’ouverture sera définitivement le salut d’un genre condamné à tourner en rond s’il ne cherche pas la pelle pour se dégager de sa tombe.

Une pochette plein bleu qui se démarque des impératifs graphiques d’usage, une musique qui pourtant se veut sombre mais optimiste d’un certain point de vue, et finalement, une orientation inclassable qui m’empêche de les rattacher pleinement à un courant précis, si ce n’est celui suffisamment vague du Post Black…Mais plus précisément, il n’est pas incongru d’affirmer que les CRACKED VESSEL sont parvenus avec ce premier longue durée à assimiler les préceptes du Black le plus abrasif aux postulats Post-Hardcore les plus décisifs. On connaît déjà le principe qui a abouti quelque part à la genèse du Post Black, mais l’approche de ces musiciens est sensiblement différente, puisque les deux composantes cohabitent dans un ballet étourdissant, donnant souvent l’impression d’être cloisonné dans un duplex habité conjointement par un combo de Post Hardcore New-yorkais et un ensemble BM Norvégien.

Le parallèle vous semble osé ? Pourtant il décrit à merveille l’ambiance de claustrophobie qui émane de No Path, qui en effet, ne semble offrir qu’une fin de non-recevoir à un périple pas encore entamé.

On savait depuis Path I que la vision du Post Black étalée sous nos oreilles par les natifs de l’Illinois était clairement différente de celle de leurs homologues, dont celle de DEAFHEAVEN, mais ce premier LP vient à point nommé prouver leur singularité et leur excentrisme musical.

Constitué de huit longues plaintes aussi abrasives que contemplatives parfois, ce disque est une énigme insoluble, qu’il ne faut surtout pas analyser, mais ressentir. En utilisant les rythmiques puissantes du Black soutenant des riffs Hardcore, et traitant le tout d’une désinvolture Punk, les CRACKED VESSEL sont parvenus à concrétiser un sale traumatisme musical qui doit autant à la scène heurtée de New-York des années 90, qu’à la mouvance arty No Wave de la même ville des 80’s, le tout dilué dans une ambiance nihiliste émanant des côtes Norvégiennes du début des années 2000.

Le mélange vous semble intéressant ?

Il l’est, et le résultat n’en est que plus troublant et déstabilisant.

Fonctionnellement, le Post des CRACKED VESSEL fonctionne presque comme une trame instrumentale sur laquelle viennent se poser quelques lyrics épars. L’enchevêtrement de riffs est complexe, et si certains sont clairement rattachable au BM le plus ouvertement Core, d’autres au contraire osent un Punk direct et cru (« No Family »), tandis que sur certains intermèdes courts, la folie qui émane de la confrontation globale aboutit à une sorte de fusion entre un BM très cru et aride et un Post Hardcore débridé et terrible (« City Of Hunched Shoulders », qui agit comme une course poursuite dans les rues de Chicago entre un PAINKILLER complètement perdu et un DARKTHRONE aux pneus lisses).

En gros, une liberté de création sans limites, qui n’a cure des affiliations, et qui fonce sans raison, mais avec un but. Déstabiliser l’auditeur pour lui faire perdre ses repères, et lui faire abandonner toute volonté de classification restrictive et usurpée.

Feedback, stridences, itérations, titres brefs et violents ou longues errances progressives (« No Life », l’ouverture qui débute par une note unique de basse soudainement déchirée d’une lame de riffs rouillés), tentatives mélodiques incongrues qui dressent un parallèle contraire entre des harmonies de guitare presque nostalgiques et un chant complètement ravagé (« No Body »), basse roublarde et hypnotique roulant sur un tapis de riffs si concentriques qu’on peine à en trouver la logique (« Bastard Children of Rust »), percussion des mondes de CONVERGE et DEAFHEAVEN dans un fracas assourdissant et aveuglant (« Winter's Unsheathed Sword »), No Path est finalement une œuvre qui va à l’encontre même de son titre en proposant une multitude de pistes à suivre.

Pas vraiment le genre d’album qu’on écoute d’une oreille distraite, pas vraiment le genre d’album qui vous met à l’aise et laisse votre esprit vagabonder, mais plutôt une visite guidée des bas-fonds de Chicago en vélo, prêt à dérailler au moindre nid de poule.

Et plus simplement la réconciliation imposée du Black Metal et du Post Hardcore dans une fusion de gerbes de flammes, un équilibre instable qui ne choisit d’utiliser que les éléments les plus dérangeants des deux courants.

Unique en soi, et libérateur autant qu’irritant. Mais une expérience hors du commun, qui pourrait bien réunir en un même élan les deux factions.

Un genre de pas de trois entre les SONIC YOUTH, UNSANE et NAILS dans une impasse, pour savoir qui est le plus dérangé du lot.

 Mais sans réponse évidemment.


Titres de l'album:

  1. No Life
  2. No Body
  3. Bastard Children of Rust
  4. No Passage
  5. Winter's Unsheathed Sword
  6. No Family
  7. City of Hunched Shoulders
  8. No Mend

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 24/12/2016 à 12:19
80 %    330

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Parad1gm

Parad1gm

Laceration

Remnants

Dragon's Daughters

Tits on Fire

Ad Patres

A Brief Introduction to Human Experiments

Suzi Quatro

No Control

Beast In Black

From Hell With Love

Manowar

The Final Battle 1 (E.P)

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Crippled Black Phoenix I Villingen-Schwenningen

Simony / 16/04/2019
Cold Wave

EVERGREY - Le Gibus - Paris

Kamel / 15/04/2019
Evergrey

LA CAVE : une sélection d'albums Metal Extreme #1

Jus de cadavre / 02/04/2019
Metal Extrême

Concerts à 7 jours

+ Sortilège

19/04 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Bah c'est une pochette de Prog quoi...


Cette pochette est comment dire ... ... ...


C'est une histoire de dingue là... Je comprend pas trop le but de ce genre d'arnaque en fait... C'est pas en vendant 3 albums de groupes totalement underground qu'on fait du fric bordel !?


Une plus grande exposition à l'internationale tout simplement. Si ça marche, l'aspect financier suivra mais ce ne sera qu'une conséquence indirecte. La médiatisation prime avant tout. Pour ce qui est de leur revendication comme tu dis, si tu regardes les commentaires de cette new sur leur facebo(...)


Sans compter le fait que les mecs de Metal Bastard Enterprises (Oliver et ralf Schaffelhuber) sont ceux qui ont fait le célèbre label rip off Turbo records/Turbo Music ! mais aussi Braincrusher records, Metal age, sont aussi ceux qui ont fait un label qui sortait des groupes de RAC néo nazi nom(...)


Oui Goughy, ce sont clairement des classiques, c'est indiscutable.
Loin de moi l'idée de descendre les albums qui ont précédé ce Russian.
Je voulais dire que les journalistes avaient un peu eu tendance à les faire passer pour les "seuls" classiques des allemands. Et c'est vrai qu'Ac(...)


Je suis bien content que quelqu'un aie pu y aller. Je suis encore vert que la date dans le Midi ait été annulée deux jours avant, je la guettais depuis des mois, réservation et tout... C'est la deuxième fois que je rate Soft Kill notamment sur annulation.


Quelque chose m'échappe totalement dans la démarche : ils ont toujours revendiqué d'être "à part" et là ils signent sur un label impersonnel. Il va falloir qu'ils m'expliquent ce qui a pu les motiver à quitter un label aussi pointu que Prophecy, hormis de basses considérations financières.


Je n'ai jamais vraiment écouté Accept, à part Balls... et encore, (je ne sais même pas vraiment pourquoi en fait... c'est pas ma génération on va dire...), mais vos coms de passionnés donne envie de s'y pencher un peu plus sérieusement.


Eh ben merci à Metalnews et à toi Monsterman, vous relancez un débat que j'ai avec moi même et quelques amis sur la place de cet album dans la discographie d'Accept (avec Udo hein, restons sérieux).
Pour l'instant il est derrière le quatuor indiscutable (j'ajoute "Breaker" aux trio que t(...)


En me relisant, je me suis mal exprimé : je voulais dire que j'ai fait écouter cet album il y a 4 ou 5 ans à un vieux fan de Heavy qui était totalement passé à côté... eh bien il avait pris SA CLAQUE ! Voilà le souvenir qui revient. :-)
un album qui a sacrément bien vieilli !


Sans doute le meilleur Accept. Le plus mur, le mieux produit...
des textes monstrueux et bien plus affutés que chez la concurrence (lisez attentivement ceux de "Heaven is hell" ou "TV War")...
cet album est un must à écouter à fort volume ! Tuerie de prod !!
Souvenir d'un pote (...)


Jamais accroché à ce groupe... Et ce n'est pas leurs dernières productions qui ont pu me faire changer d'avis. Néanmoins, très chouette live-report ! Bienvenue Kamel ! :-)


Groupe vu sur la tournée d'In Search of Truth, depuis je trouve que le groupe tourne en rond se reposant trop sur la voix exceptionnelle de son chanteur. Mais en live si je peux les revoir... j'hésiterais pas une seconde.
Bienvenue à Kamel !


Bienvenue à Kamel dans l'équipe!


Je pense que ça vient du fait que le groupe "travail" (ils sont payés quoi) et que c'est donc un visa particulier qu'il faut et non un simple visa touristique. En fait si j'ai bien compris il n'y a pas eu de refus de visa mais un retard (c'est très long les délais apparemment) et du coup le grou(...)


Pourquoi ?


Quel dommage pour Gorod.

Pour une fois, j'aimerais bien savoir ce qui motive un refus de visa. Est ce que c'est parceque c'est lié à un visa de tourisme vs un visa de travail ?

ça me fait beaucoup penser au problèmes de visa qui ont fait que Morbid Angel ont du annuler (...)


Tiens, tiens... Turbo music était déjà salement réputé à l'époque. Rip-off d'un jour, rip-off toujours...


de plus en plus naïf et limite ridicule le pauvre DT...