No Path

Cracked Vessel

09/12/2016

Hip Kid Records

Je dissertais hier à l’occasion d’une chronique sur la propension du Black Metal à oublier ses racines pour mieux se concentrer sur ses prolongements cryptiques, déplorant de fait l’amnésie touchant les musiciens du cru. J’avais quelque part raison dans mes hypothèses et conclusions, et pourtant, aujourd’hui, je vais aller à l’encontre de mes propres projections.

Pour quelle raison ce retournement de veste reste-il dans un domaine de pertinence qui ne me pousse pas à la contradiction ? Simple, le nouvel album des originaires de Chicago, CRACKED VESSEL. Je pourrais arguer d’une appartenance lointaine à la famille BM pour justifier de mon regard de biais, mais il est pourtant indéniable que ces manipulateurs de bruits font bien partie du cénacle noir, ce que leurs premiers albums prouvent sans discussion possible.

Mais ce petit dernier, No Path, qui semble se poser en impasse de style démontre bien que l’ouverture sera définitivement le salut d’un genre condamné à tourner en rond s’il ne cherche pas la pelle pour se dégager de sa tombe.

Une pochette plein bleu qui se démarque des impératifs graphiques d’usage, une musique qui pourtant se veut sombre mais optimiste d’un certain point de vue, et finalement, une orientation inclassable qui m’empêche de les rattacher pleinement à un courant précis, si ce n’est celui suffisamment vague du Post Black…Mais plus précisément, il n’est pas incongru d’affirmer que les CRACKED VESSEL sont parvenus avec ce premier longue durée à assimiler les préceptes du Black le plus abrasif aux postulats Post-Hardcore les plus décisifs. On connaît déjà le principe qui a abouti quelque part à la genèse du Post Black, mais l’approche de ces musiciens est sensiblement différente, puisque les deux composantes cohabitent dans un ballet étourdissant, donnant souvent l’impression d’être cloisonné dans un duplex habité conjointement par un combo de Post Hardcore New-yorkais et un ensemble BM Norvégien.

Le parallèle vous semble osé ? Pourtant il décrit à merveille l’ambiance de claustrophobie qui émane de No Path, qui en effet, ne semble offrir qu’une fin de non-recevoir à un périple pas encore entamé.

On savait depuis Path I que la vision du Post Black étalée sous nos oreilles par les natifs de l’Illinois était clairement différente de celle de leurs homologues, dont celle de DEAFHEAVEN, mais ce premier LP vient à point nommé prouver leur singularité et leur excentrisme musical.

Constitué de huit longues plaintes aussi abrasives que contemplatives parfois, ce disque est une énigme insoluble, qu’il ne faut surtout pas analyser, mais ressentir. En utilisant les rythmiques puissantes du Black soutenant des riffs Hardcore, et traitant le tout d’une désinvolture Punk, les CRACKED VESSEL sont parvenus à concrétiser un sale traumatisme musical qui doit autant à la scène heurtée de New-York des années 90, qu’à la mouvance arty No Wave de la même ville des 80’s, le tout dilué dans une ambiance nihiliste émanant des côtes Norvégiennes du début des années 2000.

Le mélange vous semble intéressant ?

Il l’est, et le résultat n’en est que plus troublant et déstabilisant.

Fonctionnellement, le Post des CRACKED VESSEL fonctionne presque comme une trame instrumentale sur laquelle viennent se poser quelques lyrics épars. L’enchevêtrement de riffs est complexe, et si certains sont clairement rattachable au BM le plus ouvertement Core, d’autres au contraire osent un Punk direct et cru (« No Family »), tandis que sur certains intermèdes courts, la folie qui émane de la confrontation globale aboutit à une sorte de fusion entre un BM très cru et aride et un Post Hardcore débridé et terrible (« City Of Hunched Shoulders », qui agit comme une course poursuite dans les rues de Chicago entre un PAINKILLER complètement perdu et un DARKTHRONE aux pneus lisses).

En gros, une liberté de création sans limites, qui n’a cure des affiliations, et qui fonce sans raison, mais avec un but. Déstabiliser l’auditeur pour lui faire perdre ses repères, et lui faire abandonner toute volonté de classification restrictive et usurpée.

Feedback, stridences, itérations, titres brefs et violents ou longues errances progressives (« No Life », l’ouverture qui débute par une note unique de basse soudainement déchirée d’une lame de riffs rouillés), tentatives mélodiques incongrues qui dressent un parallèle contraire entre des harmonies de guitare presque nostalgiques et un chant complètement ravagé (« No Body »), basse roublarde et hypnotique roulant sur un tapis de riffs si concentriques qu’on peine à en trouver la logique (« Bastard Children of Rust »), percussion des mondes de CONVERGE et DEAFHEAVEN dans un fracas assourdissant et aveuglant (« Winter's Unsheathed Sword »), No Path est finalement une œuvre qui va à l’encontre même de son titre en proposant une multitude de pistes à suivre.

Pas vraiment le genre d’album qu’on écoute d’une oreille distraite, pas vraiment le genre d’album qui vous met à l’aise et laisse votre esprit vagabonder, mais plutôt une visite guidée des bas-fonds de Chicago en vélo, prêt à dérailler au moindre nid de poule.

Et plus simplement la réconciliation imposée du Black Metal et du Post Hardcore dans une fusion de gerbes de flammes, un équilibre instable qui ne choisit d’utiliser que les éléments les plus dérangeants des deux courants.

Unique en soi, et libérateur autant qu’irritant. Mais une expérience hors du commun, qui pourrait bien réunir en un même élan les deux factions.

Un genre de pas de trois entre les SONIC YOUTH, UNSANE et NAILS dans une impasse, pour savoir qui est le plus dérangé du lot.

 Mais sans réponse évidemment.


Titres de l'album:

  1. No Life
  2. No Body
  3. Bastard Children of Rust
  4. No Passage
  5. Winter's Unsheathed Sword
  6. No Family
  7. City of Hunched Shoulders
  8. No Mend

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 24/12/2016 à 12:19
80 %    508

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

Excellent ouvrage que je recommande !

05/06/2020, 07:09

Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07

Jus de cadavre

O'Brien est toujours dans le line-up sur Metal-archives, mais sur le post de Fisher en studio il mentionne le nom de Rutan...
"georgecorpsegrinder
Guess what I’m doing @manarecording @cannibalcorpseofficial @alexwebsterbass @erikrutanofficial #paulmazurkiewicz #robbarrett @metalbladere(...)

04/06/2020, 11:57

grinder92

Pat est sorti de prison (50000$ de caution). Je pense qu'il n'en a pas fini de ses soucis judiciaires, mais il est libre.
A-t-il composé pour le prochain album ? aucune idée...

04/06/2020, 11:47

L'anonyme

Et avec qui pour remplacer Pat 0'Brien, parce que je suppose qu'il est toujours en prison ? Erik Rutan ? D'autant plus que O'Brien compose beaucoup pour le groupe...

04/06/2020, 11:34

Hair-dressing Curiosity

Oui on ne peut pas leur retirer ça, ils ont souvent essayé de faire bouger les lignes et proposer une expérience live hors norme. Là dessus, ils ne se moquent pas des fans. Les set-list non figées en sont le premier exemple.
Un Maiden pourrait en prendre de la graîne. :-/

Q(...)

04/06/2020, 09:07

JérémBVL

Excellente chronique pour un excellent album !

03/06/2020, 18:17

Simony

Par contre l'entrée sur scène toutes lumières allumées, un petit jam et une reprise c'est assez original. Malgré tout, ça reste un groupe qui a souvent tenté des choses pour proposer un truc en plus à son public.
Après perso, j'adore Load, peut-être aussi parce que c'est le 1° METAL(...)

03/06/2020, 14:48

Jus de cadavre

D'autant plus que c'est pas mal du tout je trouve ! Et je plussoi totalement pour Global Metal, c'est un très bon docu. Bien mieux que son premier et plus connu Voyage au coeur de la bête pour moi.

03/06/2020, 14:21

Wildben

Excellent!
Super découverte, d'autant que le reste de la discographie a l'air au niveau. Le traitement des voix me rappelle parfois également Anacrusis.

03/06/2020, 14:03

Hair-dressing Curiosity

La triste époque des nuques rases, avec cette impression de reniement complet de leur ADN dans le look et le son. Je trouve ça pénible à regarder, comme de vieilles photos qu'on ressort de la boite pour mieux vouloir les replanquer sous la pile.

C'est très curieux que James ait ens(...)

03/06/2020, 13:30

Grinding Velocity

Ca me fait toujours délirer ce genre de groupe totalement exotique venu du trou du cul du monde. :-)
Et là je repense au très bon docu de Sam Dunn, "Global Metal".
Cette musique s'est VRAIMENT mondialisée.

03/06/2020, 12:34

Wildben

Les extraits témoignent effectivement d'uns (grosse) influence Death Angel (période Act III) mais ce n'est pa pour me déplaire.
A suivre...

02/06/2020, 11:11

LeMoustre

Vus en première partie de jesaisplusqui, sans doute la tournée de cet album, c'était plutôt bon, la qualité des morceaux aidant bien sûr. Pas dégueulasse du tout, en tous cas. Ce qui est sûr, c'est que la doublette Vempire/Dusk est assez inattaquable.

02/06/2020, 07:16

Pomah

Mouais vraiment pas super emballé, c'est quand même un peu mou du genou. Je passe mon tour.

02/06/2020, 03:41

Pomah

Tres bonne chronique, vraiment, cela donne plus qu'envie de s'y plongé.

02/06/2020, 03:30