Je dissertais hier à l’occasion d’une chronique sur la propension du Black Metal à oublier ses racines pour mieux se concentrer sur ses prolongements cryptiques, déplorant de fait l’amnésie touchant les musiciens du cru. J’avais quelque part raison dans mes hypothèses et conclusions, et pourtant, aujourd’hui, je vais aller à l’encontre de mes propres projections.

Pour quelle raison ce retournement de veste reste-il dans un domaine de pertinence qui ne me pousse pas à la contradiction ? Simple, le nouvel album des originaires de Chicago, CRACKED VESSEL. Je pourrais arguer d’une appartenance lointaine à la famille BM pour justifier de mon regard de biais, mais il est pourtant indéniable que ces manipulateurs de bruits font bien partie du cénacle noir, ce que leurs premiers albums prouvent sans discussion possible.

Mais ce petit dernier, No Path, qui semble se poser en impasse de style démontre bien que l’ouverture sera définitivement le salut d’un genre condamné à tourner en rond s’il ne cherche pas la pelle pour se dégager de sa tombe.

Une pochette plein bleu qui se démarque des impératifs graphiques d’usage, une musique qui pourtant se veut sombre mais optimiste d’un certain point de vue, et finalement, une orientation inclassable qui m’empêche de les rattacher pleinement à un courant précis, si ce n’est celui suffisamment vague du Post Black…Mais plus précisément, il n’est pas incongru d’affirmer que les CRACKED VESSEL sont parvenus avec ce premier longue durée à assimiler les préceptes du Black le plus abrasif aux postulats Post-Hardcore les plus décisifs. On connaît déjà le principe qui a abouti quelque part à la genèse du Post Black, mais l’approche de ces musiciens est sensiblement différente, puisque les deux composantes cohabitent dans un ballet étourdissant, donnant souvent l’impression d’être cloisonné dans un duplex habité conjointement par un combo de Post Hardcore New-yorkais et un ensemble BM Norvégien.

Le parallèle vous semble osé ? Pourtant il décrit à merveille l’ambiance de claustrophobie qui émane de No Path, qui en effet, ne semble offrir qu’une fin de non-recevoir à un périple pas encore entamé.

On savait depuis Path I que la vision du Post Black étalée sous nos oreilles par les natifs de l’Illinois était clairement différente de celle de leurs homologues, dont celle de DEAFHEAVEN, mais ce premier LP vient à point nommé prouver leur singularité et leur excentrisme musical.

Constitué de huit longues plaintes aussi abrasives que contemplatives parfois, ce disque est une énigme insoluble, qu’il ne faut surtout pas analyser, mais ressentir. En utilisant les rythmiques puissantes du Black soutenant des riffs Hardcore, et traitant le tout d’une désinvolture Punk, les CRACKED VESSEL sont parvenus à concrétiser un sale traumatisme musical qui doit autant à la scène heurtée de New-York des années 90, qu’à la mouvance arty No Wave de la même ville des 80’s, le tout dilué dans une ambiance nihiliste émanant des côtes Norvégiennes du début des années 2000.

Le mélange vous semble intéressant ?

Il l’est, et le résultat n’en est que plus troublant et déstabilisant.

Fonctionnellement, le Post des CRACKED VESSEL fonctionne presque comme une trame instrumentale sur laquelle viennent se poser quelques lyrics épars. L’enchevêtrement de riffs est complexe, et si certains sont clairement rattachable au BM le plus ouvertement Core, d’autres au contraire osent un Punk direct et cru (« No Family »), tandis que sur certains intermèdes courts, la folie qui émane de la confrontation globale aboutit à une sorte de fusion entre un BM très cru et aride et un Post Hardcore débridé et terrible (« City Of Hunched Shoulders », qui agit comme une course poursuite dans les rues de Chicago entre un PAINKILLER complètement perdu et un DARKTHRONE aux pneus lisses).

En gros, une liberté de création sans limites, qui n’a cure des affiliations, et qui fonce sans raison, mais avec un but. Déstabiliser l’auditeur pour lui faire perdre ses repères, et lui faire abandonner toute volonté de classification restrictive et usurpée.

Feedback, stridences, itérations, titres brefs et violents ou longues errances progressives (« No Life », l’ouverture qui débute par une note unique de basse soudainement déchirée d’une lame de riffs rouillés), tentatives mélodiques incongrues qui dressent un parallèle contraire entre des harmonies de guitare presque nostalgiques et un chant complètement ravagé (« No Body »), basse roublarde et hypnotique roulant sur un tapis de riffs si concentriques qu’on peine à en trouver la logique (« Bastard Children of Rust »), percussion des mondes de CONVERGE et DEAFHEAVEN dans un fracas assourdissant et aveuglant (« Winter's Unsheathed Sword »), No Path est finalement une œuvre qui va à l’encontre même de son titre en proposant une multitude de pistes à suivre.

Pas vraiment le genre d’album qu’on écoute d’une oreille distraite, pas vraiment le genre d’album qui vous met à l’aise et laisse votre esprit vagabonder, mais plutôt une visite guidée des bas-fonds de Chicago en vélo, prêt à dérailler au moindre nid de poule.

Et plus simplement la réconciliation imposée du Black Metal et du Post Hardcore dans une fusion de gerbes de flammes, un équilibre instable qui ne choisit d’utiliser que les éléments les plus dérangeants des deux courants.

Unique en soi, et libérateur autant qu’irritant. Mais une expérience hors du commun, qui pourrait bien réunir en un même élan les deux factions.

Un genre de pas de trois entre les SONIC YOUTH, UNSANE et NAILS dans une impasse, pour savoir qui est le plus dérangé du lot.

 Mais sans réponse évidemment.


Titres de l'album:

  1. No Life
  2. No Body
  3. Bastard Children of Rust
  4. No Passage
  5. Winter's Unsheathed Sword
  6. No Family
  7. City of Hunched Shoulders
  8. No Mend

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 24/12/2016 à 12:19
80 %    390

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Cruella

Metal Revenge

Northtale

Welcome To Paradise

Mutilate

Contagium

Volt

The Grand Deception

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes


1) ManOfShadows + 1 !
2) C'est quoi "la résidence" ?


Bonne nouvelle. Je n'attendais pas un nouvel album de leur part si tôt.


J'ai eu peur ! En lisant les deux premières lignes et en voyant la photo, c'est mon cœur qui a faillit s’arrêter de battre. Murphy est un vocaliste unique et légendaire. Bon courage et bon rétablissement à lui.


C’est pas trop tot


Pas un petit passage par chez nous, dommage...


A noter qu'il s'agit d'un EP (5 titres) et non du 3ème album des chiliens à proprement parler.


Oui le morceau en écoute est... éprouvant ! Bien plus violent que certains groupes de métal. Je suis pas sur que ce soit pour moi par contre...
PS: Elle donne une interview dans le dernier New noise.


Ouch... je n'ai écouté qu'un seul morceau et pourtant je suis sur les rotules. C'est d'une intensité rare. Cathartique. Quand elle hurle, on a juste envie de hurler avec elle, encore plus fort pour... je ne sais pas vraiment en fait ! Tout bonnement impressionnant. Et éprouvant !
Merci mec(...)


Enjoy The Violence !