Je dissertais hier à l’occasion d’une chronique sur la propension du Black Metal à oublier ses racines pour mieux se concentrer sur ses prolongements cryptiques, déplorant de fait l’amnésie touchant les musiciens du cru. J’avais quelque part raison dans mes hypothèses et conclusions, et pourtant, aujourd’hui, je vais aller à l’encontre de mes propres projections.

Pour quelle raison ce retournement de veste reste-il dans un domaine de pertinence qui ne me pousse pas à la contradiction ? Simple, le nouvel album des originaires de Chicago, CRACKED VESSEL. Je pourrais arguer d’une appartenance lointaine à la famille BM pour justifier de mon regard de biais, mais il est pourtant indéniable que ces manipulateurs de bruits font bien partie du cénacle noir, ce que leurs premiers albums prouvent sans discussion possible.

Mais ce petit dernier, No Path, qui semble se poser en impasse de style démontre bien que l’ouverture sera définitivement le salut d’un genre condamné à tourner en rond s’il ne cherche pas la pelle pour se dégager de sa tombe.

Une pochette plein bleu qui se démarque des impératifs graphiques d’usage, une musique qui pourtant se veut sombre mais optimiste d’un certain point de vue, et finalement, une orientation inclassable qui m’empêche de les rattacher pleinement à un courant précis, si ce n’est celui suffisamment vague du Post Black…Mais plus précisément, il n’est pas incongru d’affirmer que les CRACKED VESSEL sont parvenus avec ce premier longue durée à assimiler les préceptes du Black le plus abrasif aux postulats Post-Hardcore les plus décisifs. On connaît déjà le principe qui a abouti quelque part à la genèse du Post Black, mais l’approche de ces musiciens est sensiblement différente, puisque les deux composantes cohabitent dans un ballet étourdissant, donnant souvent l’impression d’être cloisonné dans un duplex habité conjointement par un combo de Post Hardcore New-yorkais et un ensemble BM Norvégien.

Le parallèle vous semble osé ? Pourtant il décrit à merveille l’ambiance de claustrophobie qui émane de No Path, qui en effet, ne semble offrir qu’une fin de non-recevoir à un périple pas encore entamé.

On savait depuis Path I que la vision du Post Black étalée sous nos oreilles par les natifs de l’Illinois était clairement différente de celle de leurs homologues, dont celle de DEAFHEAVEN, mais ce premier LP vient à point nommé prouver leur singularité et leur excentrisme musical.

Constitué de huit longues plaintes aussi abrasives que contemplatives parfois, ce disque est une énigme insoluble, qu’il ne faut surtout pas analyser, mais ressentir. En utilisant les rythmiques puissantes du Black soutenant des riffs Hardcore, et traitant le tout d’une désinvolture Punk, les CRACKED VESSEL sont parvenus à concrétiser un sale traumatisme musical qui doit autant à la scène heurtée de New-York des années 90, qu’à la mouvance arty No Wave de la même ville des 80’s, le tout dilué dans une ambiance nihiliste émanant des côtes Norvégiennes du début des années 2000.

Le mélange vous semble intéressant ?

Il l’est, et le résultat n’en est que plus troublant et déstabilisant.

Fonctionnellement, le Post des CRACKED VESSEL fonctionne presque comme une trame instrumentale sur laquelle viennent se poser quelques lyrics épars. L’enchevêtrement de riffs est complexe, et si certains sont clairement rattachable au BM le plus ouvertement Core, d’autres au contraire osent un Punk direct et cru (« No Family »), tandis que sur certains intermèdes courts, la folie qui émane de la confrontation globale aboutit à une sorte de fusion entre un BM très cru et aride et un Post Hardcore débridé et terrible (« City Of Hunched Shoulders », qui agit comme une course poursuite dans les rues de Chicago entre un PAINKILLER complètement perdu et un DARKTHRONE aux pneus lisses).

En gros, une liberté de création sans limites, qui n’a cure des affiliations, et qui fonce sans raison, mais avec un but. Déstabiliser l’auditeur pour lui faire perdre ses repères, et lui faire abandonner toute volonté de classification restrictive et usurpée.

Feedback, stridences, itérations, titres brefs et violents ou longues errances progressives (« No Life », l’ouverture qui débute par une note unique de basse soudainement déchirée d’une lame de riffs rouillés), tentatives mélodiques incongrues qui dressent un parallèle contraire entre des harmonies de guitare presque nostalgiques et un chant complètement ravagé (« No Body »), basse roublarde et hypnotique roulant sur un tapis de riffs si concentriques qu’on peine à en trouver la logique (« Bastard Children of Rust »), percussion des mondes de CONVERGE et DEAFHEAVEN dans un fracas assourdissant et aveuglant (« Winter's Unsheathed Sword »), No Path est finalement une œuvre qui va à l’encontre même de son titre en proposant une multitude de pistes à suivre.

Pas vraiment le genre d’album qu’on écoute d’une oreille distraite, pas vraiment le genre d’album qui vous met à l’aise et laisse votre esprit vagabonder, mais plutôt une visite guidée des bas-fonds de Chicago en vélo, prêt à dérailler au moindre nid de poule.

Et plus simplement la réconciliation imposée du Black Metal et du Post Hardcore dans une fusion de gerbes de flammes, un équilibre instable qui ne choisit d’utiliser que les éléments les plus dérangeants des deux courants.

Unique en soi, et libérateur autant qu’irritant. Mais une expérience hors du commun, qui pourrait bien réunir en un même élan les deux factions.

Un genre de pas de trois entre les SONIC YOUTH, UNSANE et NAILS dans une impasse, pour savoir qui est le plus dérangé du lot.

 Mais sans réponse évidemment.


Titres de l'album:

  1. No Life
  2. No Body
  3. Bastard Children of Rust
  4. No Passage
  5. Winter's Unsheathed Sword
  6. No Family
  7. City of Hunched Shoulders
  8. No Mend

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 24/12/2016 à 12:19
80 %    364

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.


autant pour moi, avec mozilla c'est nettement mieux


Moi j'ai pu voir Carcass.


Ca fonctionne pas pour tous leur livestream, j'ai pu mater ultra vomit, dropkick et kvelertak, mais là ça bugg pour pestilence ou carcass. En tous cas pour ultra vomit c'est géant, superbe concert


Entombed AD = Entombed Alex Down ?


Scandaleux ! Je ne comptais pas aller les voir, mais j'imagine la déception des fans.
Et Sabaton en remplacement, la blague...
Bref, Gojira juste énorme hier soir.


Bon c'est vrai que le MANOWAR bashing est facile mais il est tellement tentant, étant donné les dernières années ridicules de ce groupe, ils ne récoltent que ce qu'ils ont semé, même si pour le Hellfest, il s'avèrerait qu'ils n'ont pas tous les tords.
Et pour moi SHINING est également(...)