Nostalgia

Enforcer

05/05/2023

Nuclear Blast

C’est (déjà) l’heure du sixième album pour les suédois d’ENFORCER, et quelque part, l’heure d’un bilan indispensable pour faire le point sur la situation du Hard n’Heavy suédois. Personne n’aurait pu voir venir cette hégémonie indiscutable aujourd’hui, mais pour autant, le pays mérite-t-il toujours ce leadership infernal qui repousse tous les assauts étrangers ? Oui et non, puisque la production nationale semble se reposer sur ses lauriers chèrement acquis en développant les mêmes thèmes à l’envi. Les chansons sont toujours aussi persuasives, l’énergie bien présente, mais on ne peut s’empêcher de remarquer des similitudes toujours plus flagrantes, et des itérations pas franchement rassurantes.

Pilotage automatique ? Quelque part, oui.

ENFORCER, chantre de la traduction d’un Heavy Metal chantonnant en refrains Pop nous propose donc avec ce nouvel album un regard lucide sur l’inspiration suédoise de ces quinze ou vingt dernières années. La nostalgie, et ce qu’il en reste est donc toujours le point de focalisation de ces musiciens refusant d’innover pour mieux capitaliser sur des souvenirs attendrissants. A ce titre, Nostalgia ne diffère pas vraiment de Zenith ou From Beyond, bien calé sur ses rythmiques mordantes et ses riffs joyeux, et se contente d’utiliser une fois encore une recette éprouvée, entre recyclage et formatage.

Peut-on trouver tout ça vain et légèrement fourbe sur les bords ? Absolument, spécialement en écoutant le premier hit d’un album sage, « Unshackle Me », qui ne dévie en rien d’une trajectoire bien tracée. Production rétrograde, couches de chant superposées, souplesse et fluidité, les ingrédients sont toujours aussi bien dosés, mais cette perfection cache en réalité une problématique plus sombre : les suédois sont-ils encore capable d’évoluer pour ne pas se contenter de refiler des coupures de presse Metal déjà abondamment lues par le passé ? Et la réponse semble couler de source : non.

De là, deux options se détachent clairement pour vous. Ignorer ce statisme et continuer d’apprécier des chansons ancrées dans le passé le plus éloigné de la réalité, ou admettre que quelque chose ne tourne pas rond en tournant en rond. Car après tout, lorsqu’on est capable d’anticiper le moindre plan ou le plus petit solo, c’est que l’imagination a depuis longtemps cédé sa place à la sécurité.

Olof Wikstrand (chant), Jonas Wikstrand (batterie), Jonathan Nordwall (guitare) et Garth Condit (basse), soit une moitié du line-up d’origine, pour une cohérence qui sent bon la tradition dans la transposition. Alors, évidemment, il faudrait être d’une mauvaise foi crasse pour ne pas s’incliner face au soin apporté à chaque entrée qui se pose comme un hit incontournable, mais il n’est à l’inverse pas interdit de trouver la génuflexion un peu exagérée après tant d’années. En jouant sur le velours de son trône posé en plein milieu du musée du Heavy Metal allégé, ENFORCER toise encore la concurrence du regard, mais commence à se méfier des coups bas. Et cette attitude permettra sans doute au quatuor d’éviter les coups de poignard dans le dos.

Standardisé tout en évitant la baisse de régime. Ainsi pourrait être défini ce Nostalia, qui est l’occasion d’une superbe power-ballad éponyme. Non, rien à faire, la forme est inattaquable, même si le fond est clairement discutable. Entre cuir souple et moustache brillantes, les suédois se posent en défenseurs acharnés de la cause, et règlent son compte à la critique qui comme moi, les accuse de facilités impardonnables et de satisfaction d’une trajectoire linéaire entre NWOBHM et Hard à l’américaine des années 84/85.

Et comme les swedes ont une fois encore joué la générosité avec pas moins de treize titres, le constat se veut sans appel. Entre la tendresse Pop transposée dans l’agressivité Metal (« No Tomorrow », baissez la distorsion et vous aurez un tube calibré Billboard), et la pugnacité Speed Metal polie et retenue (« At the End of the Rainbow »), ENFORCER continue de raconter la même histoire, avec plus ou moins de conviction.

Je vous propose donc d’ignorer une fois de plus toutes les attentes en termes de créativité pour apprécier un disque qui s’avale d’un trait, et qui fédère sans forcer. Puisqu’il est assez rare de tomber sur un disque aussi policé et préparé, autant apprécier le voyage dans le passé, sans avoir à s’accrocher à des souvenirs fanés et faussés. Ici, la nostalgie est tangible et crédible, et entre un « Coming Alive » survolté en mode RAVEN/WARHEAD, et un « Demon » trépidant dans le pit, le résultat est incontestablement une réussite, une fois de plus.

Mais cette réussite s’apparente plus à un sillon creusé à force de tourner en rond dans le poulailler. ENFORCER se contente de reproduire des schémas inamovibles, et séduit par son simple physique musical plus qu’avenant. On attend des groupes de cette catégorie bien plus qu’un défilé organisé en leur propre gloire, et quelques pas de côté qui éviteraient l’ennui standardisé de compositions trop évidentes.

J’accorde donc une bonne note à cette nouvelle copie, sans savoir si je serai volontaire pour corriger la prochaine. A moins que ces élèves surdoués ne se souviennent qu’ils le sont, et sortent de leur zone de confort. Mais il faudra plus qu’un « When the Thunder Roars (Cross Fire) » pour mériter la mention.              

                         

                         

Titres de l’album:

01. Armageddon

02. Unshackle Me

03. Coming Alive

04. Heartbeats

05. Demon

06. Kiss of Death

07. Nostalgia

08. No Tomorrow

09. At the End of the Rainbow

10. Metal Supremacia

11. White Lights in the USA

12. Keep the Flame Alive

13. When the Thunder Roars (Cross Fire)


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 22/05/2023 à 17:41
80 %    333

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report

1984

mortne2001 10/01/2024

From the past

SÉLECTION METALNEWS 2023 / Bonne année 2024 !

Jus de cadavre 01/01/2024

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Gargan

Faites chier, j'apprécie le groupe (enfin surtout l'ep comme beaucoup, je me demande si je ne l'ai pas découvert avec ce bon Shaxul) et je trouvais l'artwork très réussi ("oh bah c'est pas l'AI de Pestilence hein"), mais là(...)

05/03/2024, 09:43

Capsf1team

Balle de match...Un peu de silence s'il vous plait, les joueurs sont prêts...

05/03/2024, 08:03

Tourista

Hep ! on ne dépasse pas les bouées, siouplè !

05/03/2024, 07:05

Tourista

Acheté samedi, écoute en cours. BD absolument sans intérêt mais album bien plus intéressant que le dernier Maiden.

04/03/2024, 17:58

LeMoustre

Citer  INCUBUS, ASSASSIN et RIGOR MORTIS sur le même papier = obligé d'écouter les deux titres, et en effet, tout à fait ma came ! Merci pour cette petite découverte aux allures de pépite.M'en vais commander cela de ce pas(...)

04/03/2024, 09:59

LeMoustre

Excellent album

04/03/2024, 07:14

Saddam Mustaine

Le seul à être présent sur chaque album c'est Paulo Jr, peut-être le seul qui a vraiment les droits officiellement ? Kisser après est devenu très impliqué aussi 

02/03/2024, 19:55

RBD

Les frères Cavalera ont récemment réenregistré le premier album, le seul où Andreas Kisser n'était pas encore là. Cavalera Conspiracy existe déjà pour ceux qui voudraient un Sepultura avec les frères Cavalera, et tant mieu(...)

02/03/2024, 13:16

Humungus

Ah ah ah !Alors ça pour le coup, cela pourrait me faire plaiz...

02/03/2024, 07:27

Saddam Mustaine

Max et Igor vont donc pouvoir réformer Sépultura dans 2 ans...

01/03/2024, 18:15

Jus de cadavre

Ouais du tout bon. Assez balèze pour un groupe avec autant de bouteille de sortir un album aussi "frais" ! Et puis ce côté Metal "nola" : irrésistible !

01/03/2024, 15:22

Humungus

J'avais déjà hâte d'écouter ça, mais avec une chronique pareille...Vivement.Pis surtout, vivement la tournée de mai prochain bordel !

01/03/2024, 10:06

Tourista

Je me rappelle avoir vu UNE fois Sepultura avec Derrick Green en festoche, époque dreadlocks, j'ai dû tenir 3 morceaux.  Mais évidemment les propositions arriveront, les gros sous se profiler, le groupe reviendra avec une cote renforcée et des cachets g(...)

29/02/2024, 22:36

Gargan

´Vont ptêtre se reformer deux ans après la tournée, avec lui.

29/02/2024, 21:48

Cupcake Vanille

Quitter Sepultura pour peut-être (voir les rumeurs du moment) pour un autre groupe commençant par la lettre S sur le son américain du côté Iowa. 

29/02/2024, 21:24

RBD

Il a déjà un autre groupe de Rock chrétien qui marche bien au Brésil. C'est vrai que c'est bizarre de partir maintenant alors que la fin prochaine du groupe est déjà programmée à assez court terme. En tout cas c'est un batteur(...)

29/02/2024, 21:12

Buck Dancer

Même si je comprends l'opportunité de jouer dans Slipknot (si la rumeur dit vrai) dommage d'être resté toutes ces années pour partir juste avant la dernière tournée.

29/02/2024, 18:48

senior canardo

@Humungus sur la date de Magny le hongre, Paulo avait un tshirt Houwitser    sur scène ça ma remis un coup de (...)

29/02/2024, 10:09

Orphan

Batteur absolument génial.https://www.youtube.com/watch?v=PkmUSjkTJCgV'la le niveau du gamin qu'il était.

29/02/2024, 08:24

Tourista

Bha, toujours moins grave que les fans qui ont quitté le groupe en 96.

29/02/2024, 07:13