Quand on vous dit que la scène BM française est en pleine ébullition depuis quelques années, ça n’est ni par chauvinisme ni par sens de la formule choc. Les exemples sont légion, et si vous n’êtes pas capable de citer au moins cinq ou six groupes dignes d’un intérêt Européen alors inutile d’aller plus loin, je ne peux rien faire pour vous.

Ou plutôt si, vous apporter un nouvel exemple appuyant cette assertion, sans aller plus loin que la capitale. Son nom ?

AMNUTSEBA, et vous n’en saurez pas beaucoup plus.

Tout est parti d’un mail mystérieux reçu dans ma boîte cette semaine, sans autre indication que ce nom, et un lien pour télécharger une première démo aussi mystérieuse que le projet en question. Aucune précision de line-up, aucune bio, aucun site officiel, juste des promesses alléchantes, et des questions qui se soulevaient d’elles-mêmes.

Quels étaient donc les tenants et aboutissants de ce projet opaque, et surtout, qu’avait-il à offrir à une scène déjà bouillonnante de créativité malsaine ?

La réponse fut aussi claire que les énigmes n’étaient nébuleuses, et ces quatre morceaux taillés dans le rocher noir d’un mysticisme musical fascinant me faisaient adhérer à la cause de ce « groupe » (ou one-man band, puisque je n’en sais pas plus que vous) à la direction aussi opaque qu’une nuit noire sans candélabre.

Dans un registre assez proche d’un NIGHT en moins emphatique, ou d’un DEATHSPELL OMEGA converti à la cause du malin, les AMNUTSEBA tissent une toile résolument avant-gardiste qui vous englue dans ses fils, usant tout autant d’une brutalité atonale que de mélodies immorales.

L’ambiance est poisseuse, sombre, et les dédales rythmiques semblent nous perdre dans une réalité plus onirique que concrète, mais le cauchemar fonctionne à plusieurs niveaux, comme un Inception de l’extrême qui vous renvoie d’un palier à un autre, sans vous offrir d’attache solide. Pas vraiment de franchise dans la composition, aucun riff vraiment mémorisable (les imbrications de cordes font d’ailleurs penser au travail post-mortem d’un Piggy de VOÏVOD perdu dans une matrice sans fond), beaucoup de grandiloquence traitée avec minimalisme, accentuant ce sentiment de décalage permanent entre le fond et la forme, et surtout, un gigantesque travail d’humeurs, toujours nihilistes, et pourtant assez humanistes en soi. En témoigne le dernier chapitre de la démo, « V », qui brosse un portrait assez déformé du BM scandinave balayé de brosses à poil ras de son homologue Allemand, dans un registre hermétique au possible qui noie toute velléité de cohérence et de logique.

Un voyage fantastique aux confins de l’anormalité, pour des envies d’ailleurs assez clairement exprimées. Difficile toutefois de comparer ce projet à d’autres plus reconnus, tant le désir d’individualité farouche domine les débats.

Touches Indus fugaces, répétitions traumatiques, motifs circulaires qui enivrent, blasts à peine soulignés de mélodies amères, le savoir-faire occulte des AMNUTSEBA est patent à chaque plan, et finalement, cette démo quatre titres revêt une importance assez surprenante, se montrant plus téméraire et aventureuse que bien des projets plus élaborés de combos à la réputation sans tâche.     

Impossible de ne pas penser parfois à une transposition des Némésis d’EMPEROR dans le monde d’un Clive Barker légèrement plus torturé que d’habitude (« I », le plus long segment, mais un des plus féroces aussi avec ses rythmiques orageuses et son chant époumoné), mais la musicalité dont fait preuve « II » nous aiguille pourtant sur d’autres pistes, à la lisière d’un Black Doom débarrassé de ses obsessions funéraires, et plus volontiers concentré sur la nostalgie que sur le deuil des harmonies.

En somme, ce premier jet des parisiens d’AMNUTSEBA est une sacré introduction, qui laisse présager d’un monde fascinant que l’on attend de découvrir avec plus de temps.

Mais finalement, la brièveté de cette démo joue aussi en sa faveur, et agit comme un teaser diabolique qui rend très rapidement accro, et qui laisse entrevoir, sans vraiment montrer. Un inconnu qui ne devrait pas le rester longtemps, puisque son destin est intimement lié à celui du label ricain Caligari Records, dont la réputation risque fort de jouer en la faveur de ce projet novateur.


Titres de l'album:

  1. I
  2. II
  3. IV
  4. V


par mortne2001 le 12/05/2017 à 17:29
80 %    384

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Coma

Disorder

Hellraiser

Heritage

Obsidian Sea

Strangers

Arides

Sur les Terres Oubliées

Freedom Call

M.E.T.A.L.

Vak

Loud Wind

Ascend The Hollow

Echoes Of Existence

Aziza

The Root Of Demise

Twilight Force

Dawn Of The Dragonstar

Perpetual Among Us

Thy Will Be Done

Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Skeletal Remains + Black March

RBD / 21/08/2019
Beatdown Death

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

+ All In The Small + Dopethrone

25/08 : Le Dropkick, Reims (51)

Iron Bastards + Paranoid Cats + Sweeping Death

31/08 : Millenium, Haguenau ()

Photo Stream

Derniers coms

@Buck : oui j'ai vu ça... Là ça fout les boules quand même !
Autant je n'aime vraiment pas Megadeth, mais les caler en dessous de cette bouse appelé Five finger machin, c'est juste une honte. Littéralement le monde à l'envers...


La situation à te faire péter un câble...


J'ai en tête un morceau des CLASH, "I'm so bored with the USA" et aussi un titre d'EXPLOITED plus explicite...pour cette chère administration "pussy grabbin" trumpesque :-)


Où Megadeth en première partie de Five finger death punch?


Behemoth qui ouvre pour Slipknot... Et pourquoi pas Metallica en guest de KoRn ou Black Sabbath en 1re partie de Limp Bizkit ?


Slipknot et Behemoth a ouais lol deux salles deux ambiances.


Très bonne chronique pour un très bon disque !


Mon premier groupe Metal vu en concert haha (avec Manigance en première partie, dans la salle communale d'un bled bien paumé!) ! Ça fait un bail, mais que de souvenir ! Même si je n'ai jamais réécouté ce groupe par la suite :D !


Un chef d’œuvre ???
Nouvelle illustration du caractère personnel du ressenti face à une œuvre. Attaché aux premiers albums et au retour en grâce du Heavy Metal auquel ils ont contribué, d'un point de vue médiatique (et aux concerts fabuleux des tournées Legacy of Kings et Renegade (...)


Très bon report. Précis et honnête.
Et bien dommage qu'un groupe du niveau de Skeletal Remains soit si peu communicatif... c'est surtout con pour eux d'ailleurs.


@maxime : je ne comprends pas ???


Cool ! Je suis un héros ! :-)


Très chouette tour-report ! Merci ! Et du coup j'en profite pour découvrir ABYSSIC dont la musique est vraiment cool.


Merci ! Merci de rappeler qu'il suffit juste de savoir lire pour être un héros... ;-)


Celui qui arrive à lire et surtout comprendre ce pavé est un héro...


Je ralais d’être absent pour cette date mais tu m’as remonté le moral. J’ai personnellement du mal avec la non communication (voir le mépris pour certains) des groupes envers leurs fans.. surtout dans des musiques dites de niches..
Sauf erreur de ma part, leur excellent batteur est p(...)


Belle découverte!


Chronique sacrément bien torchée. Chapeau !


"Carnal knowledge prophecy!" à 15h...ok je sors :-)


Cet album m'attire, je trouve le truc ambitieux mais 'tain, pas évident de bien rentrer dans le délire !