Others

Frost*

05/06/2020

Insideout

Drôle d’histoire que celle de ce groupe résolument à part sur la scène Progressive mondiale. Est-il d’ailleurs encore pertinent de l’affilier au style, sa musique échappant à toute restriction de genre depuis ses débuts ? Toujours est-il que la bio du concept n’est pas inintéressante en soi, puisque FROST* (l’astérisque est importante je le souligne) a été monté de toute pièce par un musicien plus connu pour son parcours de compositeur de tubes Pop qu’en tant que musicien Rock. Créé en septembre 2004 par Jem Godfrey, qui était alors le compositeur en vogue dans l’industrie des groupes de Néo-Pop (il a notamment écrit pour le trio féminin ATOMIC KITTEN), FROST* répondait alors à un besoin de l’artiste de se rapprocher de ses racines Rock, qu’il avait fermement plantées en créant FREEFALL. Jem se mit alors à la recherche de compagnons de voyage et enrôla dans sa bande John Mitchell (guitariste, ARENA, THE URBANE, KINO, avant de rejoindre les rangs de la référence IT BITES), John Jowitt (IQ, ARENA, JADIS), Andy Edwards (ex-Robert Plant et IQ) et John Boyes, son ancien compère de FREEFALL. Avec ce line-up, le groupe enregistra son premier album, déjà très atypique pour l’époque, Milliontown, inspiré du livre The Apprentice de Gordon Houghton. Après un tel départ en fanfare, la carrière du groupe semblait lancée pour de bon, et pourtant, de nombreux splits et pauses vinrent émailler l’avancée des anglais qui finalement n’ont pas pu maintenir la cadence, devant se contenter de trois albums en plus de dix ans d’existence. La dernière trace discographique du combo remonte aujourd’hui à 2016 et la parution de Falling Satellites, et c’est donc avec un plaisir non feint que nous le retrouvons aujourd’hui, certes en version modeste et via un humble EP, mais toujours aussi avant-gardiste, créatif, et électron libre de la scène progressive anglaise si à cheval sur ses principes.

Dans les faits, Others n’est qu’une mise en bouche, et l’avertissement d’un prochain LP à paraître en 2020. En attendant cette œuvre qui sera à n’en point douter une nouvelle révolution, ces six morceaux comblent quatre années de silence difficiles à supporter. Dans les faits, FROST* est tout sauf un groupe progressif classique, puisque sa musique en appelle tout autant au Rock qu’à la Pop, et surtout à l’électronique, abondamment utilisée dans le processus de composition et d’enregistrement. Il est donc très difficile de les situer sur une carte mondiale, leur approche étant résolument personnelle et novatrice, un peu comme si les TEA PARTY se fendaient d’un projet commun avec Devin TOWNSEND et Steven WILSON. Ecrit sur le papier, la comparaison peut sembler absconse, mais mise en musique, elle prend tout son relief, et évoque tout autant les nineties les plus provocantes que les seventies plus classiques. Ce qui frappe la première fois qu’on pose ses oreilles sur une œuvre du groupe, c’est sa modernité qui dans un paradoxe surprenant, évite l’ancrage temporel. Fonctionnant un peu comme un message du futur envoyé par des musiciens à leurs pairs d’un siècle antérieur, Others mérite une fois encore son titre, et fait appel à l’ouverture d’esprit la plus manifeste de la part d’un public Metal peu habitué à ce genre de pratique. En format court, le groupe de Jem ne peut évidemment pas se laisser aller à ses longues digressions (comme le final homérique de Milliontown et ses vingt-six minutes de voyage intersidéral), et ce sont donc six morceaux plus ou moins concentrés qui nous sont livrés, mais qui une fois de plus font appel à l’imagination musicale la plus débridée et souple. Dans un contexte futuriste et mélodique, le groupe nous entraîne dans un trip unique, fait de couleurs pastels et de stries de lumière aveuglants, pour nous faire perdre nos repères et nous introduire à un monde…différent.

Dans les faits, ce nouvel EP n’en est pas vraiment un, puisque ses six chansons sont exhumées des sessions d’enregistrement de Falling Satellites qui au départ était prévu pour être un double album. Ayant renoncé au volume trop conséquent d’information, les anglais ont donc préféré garder quelques titres au chaud pour nous servir de cale-faim en attendant leur prochain longue-durée. Mais même en accusant quatre ans d’existence, ces chansons sonnent aussi fraîches et originales que si elles avaient été composées la veille, ce qu’on ressent dès « Father ». Avec toujours en exergue ce mélange de Rock et de musique électronique, FROST* nous propose une mise en jambes musclée, et toujours des surprises, comme cette cassure en fin de morceau qui impose un silence étrange à peine interrompu par une petite boîte à musique sortie de nulle part. Trouvant toujours l’équilibre entre une guitare agressive et une rythmique souple et fluide, les musiciens nous enchantent de cette modernité mélodique incroyable, et « Clouda » de continuer sur la même lancée, en juxtaposant un clavier économique et une voix très épurée. Beaucoup, étrangers à l’univers du groupe se demanderont de quel droit l’affilier à un courant progressif toujours très strict quant à ses dogmes, et pourtant, le lien est très visible, notamment dans la liberté de ton, le métissage des genres, et le refus des structures imposées. Evidemment, pour ceux ayant usé Falling Satellites jusqu’à la corde, Others ne présentera pas de surprise majeure, mais entre le beat enflammé de dancefloor de « Exhibit A », lui aussi interrompu en son centre par un break spatial, et la délicatesse futuro-Pop de « Fathom », le plaisir de retrouver des musiciens à part et farouchement attachés à leur liberté sera total.

Sans vraiment changer leur optique, les anglais l’adaptent à leur époque, et rompent le silence de la plus belle façon qui soit. Toujours aussi prompts à utiliser des arrangements étranges et modernes, les membres de FROST* naviguent à vue dans un paysage multiple, et se reposent sur des rythmiques synthétiques meubles qui nous catapultent dans un ciel Electro-Pop de toute beauté (« Eat », qu’on avale d’un trait), avant de terminer leur périple sur fond d’Ambient relaxant et stellaire (« Drown »). Plus qu’un simple EP de retrouvailles, Others est une fois encore une porte ouverte sur une autre galaxie, dans laquelle le Rock, la Pop et la musique électronique cohabitent en paix, sans troubler l’harmonie générale. Groupe unique et magique, FROST* affirme encore plus sa singularité, et nous envoie des signaux de sa planète, signaux amicaux qui nous prouvent qu’une musique peut être différente mais tout à fait assimilable par les terriens les plus ouverts aux manifestations extérieures.       

          

Titres de l’album :

                     01. Fathers

                     02. Clouda

                     03. Exhibit A

                     04. Fathom

                     05. Eat

                     06. Drown

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 15/12/2020 à 17:38
85 %    301

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Tartampion
@176.28.230.189
16/12/2020, 10:36:44

Ce groupe est fantastique!

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
metalrunner

Quelle pochette je pense quelle ont bcp aide maiden  

04/03/2021, 07:44

Ragnar56

Je viens d'apprendre la nouvelle via un commentaire sous une vidéo YouTube

03/03/2021, 22:55

MorbidOM

Une double provocation assez géniale ?Les true métalleux le prennent pour un guignol depuis longtemps et la ménagère Polonaise le vois sans doute comme le rebelle de salon indispensable à ce genre d'émission, une sorte de JoeyStarr

03/03/2021, 04:08

Bones

Ca fait une publicité maousse autour de Behemoth et leur donne la "crédibilité" qu'ils recherchent.Faire le buzz => vendre des disques.Je ne m'en fais pas pour Nergal, ce petit malin fait bien parler de lui et c'est l'objectif.

02/03/2021, 18:47

RBD

Nergal est un provocateur né, comme bien des artistes surtout dans des sociétés conformistes. Le fait d'aller cachetonner et se montrer dans une émission de télé-crochet est une double provocation assez géniale, autant envers les true mé(...)

02/03/2021, 16:07

Jus de cadavre

Message pas posté entièrement... bizarre...Du coup suite :"Nous en sommes à une période charnière" là je suis d'accord. Quand sur un site comme ici les gens commencent à defendre le christianisme c'est (...)

02/03/2021, 09:30

Jus de cadavre

"Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre"Mais tout le monde du coup crieraient au lâche ou au vendu ! Si à chaque fois qu'il y a un truc qui nous plaît pas dans notre pays on doit l(...)

02/03/2021, 09:26

Gargan

Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre. Tu assumes quand tu t'exposes ainsi, c'est pathétique ce oin-oin alors que ça joue les durs sur scène. Ceci étant, je réécoute Sv(...)

02/03/2021, 08:21

Yolo

Merci pour vos commentaires les guignols.

02/03/2021, 08:09

Satan

@ Jus de Cadavre : En effet, le délit de sale gueule semble se manifester à l'égard de Nergal. Et tu as raison de dire que c'est quand même lui qui se fait chier devant les tribunaux.Le christianisme ne fait plus peur aujourd'hui, mais il faudrait se (...)

01/03/2021, 16:06

Jus de cadavre

Débat épineux ! Mais pour le coup que ça plaise ou pas, Nergal (même si c'est uniquement pour se faire de la comm on est d'accord) lui il va au tribunal et il a des emmerdes judiciaires... Dans la scène aujourd'hui, et même parmi ceux qui se (...)

01/03/2021, 14:49

Satan

@ Orphan : Ce n'est pas du tout ce qu'a dit Yolo, là tu t'en fais le ventriloque. Après, sur le courage ou non de Nergal ça se discute en effet, mais dans ce cas-là il convient de mettre dans le lot 99% des artistes dits "blasphématoires"(...)

01/03/2021, 14:10

Simony

Ben d'ailleurs, à part de la bière et des T-Shirts, il n'y a même pas l'album en vente sur leur shop ? C'est quand même bizarre !

01/03/2021, 14:00

Orphan

@Yolo : Je te rejoins à 200%Il est facile de pietiner le christ et le catholicisme ...... pas sur qu'il ferais la même pour d'autre.A partir de la pour moi fin du débat.

01/03/2021, 12:12

Gargan

Vu aussi ce live de King Diamond sorti il y a quelques jours par Metal Blade : Songs for the Dead Live - The Fillmore in Philadelphia

28/02/2021, 19:16

Stench

Du coup, on peut écouter où, ce truc ? Même sur leur site il n'y a rien alors que moi, quand je vois qu'on parle de Gus, ça m'intéresse...

28/02/2021, 17:24

Bones

Pour les amateurs de PENTAGRAM, il existe un docu assez dur sur la vie chaotique de son leader. Il donne plutôt envie de se mettre à la camomille et aux cigarettes russes.

28/02/2021, 13:54

Satan

@ Yolo : Soit c'est de l'ignorance, soit de la bêtise... ou de l'humour sacrément mal formulé. Un petit peu comme ton orthographe en somme.

28/02/2021, 12:37

Invité

@Yolo : Ce qu'il y a de bien avec les opinions tranchées, c'est qu'ça relance le débat. En somme vous êtes une sorte de provocateur, quoi.

28/02/2021, 11:28

Invité

@Yolo : Ce qu'il y a de bien avec les opinions tranchées, c'est qu'ça relance le débat. En somme vous êtes une sorte de provocateur, quoi.

28/02/2021, 11:28