Pacifisticuffs

Diablo Swing Orchestra

08/12/2017

Candlelight Records

« Tout ça n’était donc pas qu’un simple coup de bol, mais bien une affaire de talent. Huit musiciens volubiles, impossibles à cadrer et encore moins à maîtriser…Des fous du volant version Satanas et Diabolo pleine bourre qui ne redoutent rien. Mais ça m’épuise tout ça…Quand vais-je pourvoir remiser mon loup de côté et me reposer un peu, hein les gars ?

Vous êtes infatigables décidemment….Mais continuez nom de Dieu, continuez !!! »

Il y a cinq ans, c’est de cette façon que je terminais ma chronique de Pandora's Piñata des DIABLO SWING ORCHESTRA. Et je ne sais pas si mon injonction leur a fait peur à l’époque, ou bien était-ce peut-être mon enthousiasme, mais depuis, j’étais sans nouvelles d’eux, et mon univers s’en trouvait beaucoup moins joyeux…Je me posais des questions, ayant quand même en ma possession quelques éléments pour juger de leur continuité, mais l’inquiétude s’installait. D’autant que les suédois avaient parlé d’un album à paraître en 2014, après un renouvellement de line-up, mais après trois ans passés à les attendre pour reprendre la fête transcendante, je m’angoissais sévère…Etaient-ils encore capables de nous surprendre, ou au moins de revenir ne serait-ce qu’un instant pour nous entraîner de nouveau dans leur monde baroque n’roll ? Aujourd’hui, la réponse s’éclaire d’un soleil d’hiver, qui dessine de ses rais un gigantesque « oui » sur l’ombre du passé, et je dois reconnaître que mon petit cœur se sent soulagé. Néanmoins, les interrogations planaient. Beaucoup s’étaient montrés déçus de leur troisième album en date (frange de leur auditorat donc je ne faisais pas partie), et surtout, inquiets du départ de la vocaliste démente Annlouice Lögdlund, celle-là même qui sublimait de ses excès lyriques la déclaration « Voodoo Mon Amour » qui entamait ce troisième chapitre de la façon la plus romantico-tonitruante qui fut. Depuis, c’est Kristin Evegård qui a repris les vocal duties, et admettons après quelques minutes que la nouvelle Castafiore de l’octette suédois s’est parfaitement intégrée au global, à tel point que les chaussures à talons lui vont parfaitement bien. La nouvelle Cendrillon n’aura donc pas à chercher ses pantoufles de vair, puisque les musiciens lui ont offert sur un plateau, bien après minuit, mais sans que son carrosse ne se transforme de façon un peu rosse en citrouille.

L’autre acteur/cogneur à avoir rejoint la troupe de saltimbanques barges, est le percussionniste Johan Norbäck, qui lui aussi doit rentrer dans la peau d’un des acteurs les plus importants de l’alchimie du groupe, qui repose en grande partie sur ce culot rythmique qui permet aux DIABLO de tutoyer la samba, de donner l’accolade à la salsa, tout en gardant du coin de l’œil la beauté Metal qui les a un jour transformés en attraction de carnaval. Et celui développé par Pacifisticuffs, à la pochette fluo chamarrée, est du genre de folie complète, qui s’arrête faire un petit coucou aux cantatrices de l’opéra, tout en serrant la pogne des brass-bands croisés sur une route de plus en plus nouée et sinueuse, passant par la forêt avant de se retrouver en plein centre-ville bondé. Cinq ans de disparition n’ont pas fait dévier les suédois de leur trajectoire, toujours aussi peu linéaire, mais pleine d’espoir. On retrouve leurs inclinaisons à partir un peu dans tous les sens, tout en gardant la boussole dans le bon, le leur, qui leur permet de serpenter dans la nuit sans tomber dans l’oubli. Et même si les sensations épidermiques éprouvées lors de la découverte de The Butcher's Ballroom, toujours considéré comme leur chef d’œuvre ultime (et il l’est certainement…), restent loin derrière nous dans le temps, ce tant attendu quatrième album passe largement la barre, et une fois de plus, relègue la concurrence au simple rang de faire-valoir, tout juste bonne à animer des micros-trottoirs ou des bals du samedi soir. Tout commence pourtant par une entrée en matière exubérante, mais assez rassurante, qui opte pour une démence rythmique soulignée de nappes vocales plutôt convaincantes, mais suffisamment rentrées dans le rang pour que notre sang fasse plus d’un tour. Toujours aussi Thrash que Pop, toujours aussi formellement Trad’ que foncièrement Power, et incluant même quelques éléments Country qui traînaient par-là, les DIABLO SWING ORCHESTRA nous démontrent en à peine plus des deux minutes de « Knucklehugs (Arm Yourself With Love) » qu’ils n’ont rien perdu de leur propension à nous distraire de leur ton, et s’essaient à l’exercice du pas de chauffe avec brio, sans brûler leur semelle, mais en laissant le tapis du salon bien chaud. Et puis, des violons, et un pas de deux chaloupé et subtilement caliente prend le relais, pour un « The Age Of Vulture Culture » que l’on aurait pu danser à l’occasion de Sing Along Songs for the Damned & Delirious, et qui ne fait aucunement honte à la tradition. La salle se remplit petit à petit, tout comme le balcon, et les spectateurs assistent hagards mais euphoriques au comeback le plus déluré de cette fin d’année, de ceux qu’on accepte non comme argent comptant, mais comme délivrance à l’avenant. L’aventure continuerait donc de plus belle ?

Et comment mes chers, et osons tout de suite dire que Pacifisticuffs corrige les rares erreurs de son prédécesseur pour se hisser quasiment au niveau d’un premier album qui avait volé la vedette sous le regard des badauds.

Petite dernière, Kristin Evegård s’est intégrée avec facilité et euphorie à la bande, et son timbre de voix, plus passe-partout et moins en arabesques incandescentes que celui d’Annlouice, la rapproche même d’une Pat Benatar cartoon lorsqu’elle monte dans les aigus. Mais elle est parfaitement à sa place en plein centre de cette débauche de furie sonore, que « Superhero Jagganath » fait monter d’un cran, osant le Symphonic-Medieval-Power-Epic-Thrash Metal, un peu comme si les FAITH NO MORE, NIGHTWISH, MACHINE HEAD, les FUN LOVIN CRIMINALS et BUENA VISTA SOCIAL CLUB se tapaient une gigue d’enfer en forme de bœuf entre frères, sous la supervision d’une cantatrice d’opéra-pop faisant des bulles de savon avec sa gorge en plein milieu d’un chœur de petits chanteurs à la gueule de bois. On reste admiratif devant telle débauche de talent, et l’univers dépeint par ce Pacifisticuffs est à l’image de sa pochette, coloré, endiablé, imprévisible et envouté, mais le seul exorcisme qui pourrait vous en protéger n’existe pas, alors autant chanter à tue-tête avant le trépas histoire de partir dans l’au-delà dans une grosse ambiance de fiesta. Les violons vous y attendent, mais joués par un Tom Waits en pleine descente (« Lady Clandestine Chainbreaker »), qui finit par poser l’instrument pour vous faire valser sur trois temps, et profiter de la décence de mariachis qui détournent le regard…Il est encore une fois inutile de tenter de résister, puisque le délire proposé par les suédois est complet, de qualité, et suffisamment varié dans ses tentatives pour satisfaire les plus tarés. Nous avons même droit à des clins d’œil plutôt inhabituels, comme cette ambiance Dance/Disco via « Jigsaw Hustle », qui réconcilie l’esprit des GARBAGE et l’envie des BLONDIE via une série de vignettes Pop tout à fait délectables, ou ce soudain accès de délicatesse de menuet sur l’intransigeant « Interruption », qui loin d’un coïtus interruptus nous offre une jouissance incroyable de ses cuivres qui giclent sur un instrumental galactico-jazzy.

Climat lourdement Heavy (« Climbing The Eyewall »), bonds de cabri de cabaret maudit (« Karma Bonfire », encore un truc que Devin aurait mis à sa sauce en compagnie de son Bad Devil…), et la danse romance s’achève en nage et en transe, nous laissant quitter le bal avec des étoiles plein les yeux et des notes qui s’agitent dans les cieux.     

Nouvelle formation, mais vieilles habitudes, pour une ouverture sur des possibilités encore plus larges, telle pourrait être la conclusion d’un quatrième album qui prouve que les suédois sont toujours de bon aloi. Mais finalement, je m’en tiendrai à mon final précédent, toujours valable malgré cet écart de cinq ans.

Vous êtes infatigables décidemment….Mais continuez nom de Dieu, continuez !!!


Titres de l'album:

  1. Knucklehugs (Arm Yourself With Love)
  2. The Age Of Vulture Culture
  3. Superhero Jagganath
  4. Vision Of The Purblind
  5. Lady Clandestine Chainbreaker
  6. Jigsaw Hustle
  7. Pulse Of The Incipient
  8. Ode To The Innocent
  9. Interruption
  10. Cul-De-Sac Semantics
  11. Karma Bonfire
  12. Climbing The Eyewall
  13. Porch Of Perception

Facebook officiel


par mortne2001 le 19/12/2017 à 14:36
88 %    594

Commentaires (3) | Ajouter un commentaire


poybe
membre enregistré
20/12/2017, 13:54:09
Il était temps ... 5 ans c'est beaucoup trop d'attente.

ddlameche
@78.192.38.132
21/12/2017, 07:57:58
pauvre chou

Uter
@93.17.233.98
27/12/2017, 10:25:56
très décu par ce nouvel album, je n'aime pas du tout cette nouvelle chanteuse trop "lisse", et ce titre disco, quelle horreur, bref c'était mieux avant

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Bones

Ca fait une publicité maousse autour de Behemoth et leur donne la "crédibilité" qu'ils recherchent.Faire le buzz => vendre des disques.Je ne m'en fais pas pour Nergal, ce petit malin fait bien parler de lui et c'est l'objectif.

02/03/2021, 18:47

RBD

Nergal est un provocateur né, comme bien des artistes surtout dans des sociétés conformistes. Le fait d'aller cachetonner et se montrer dans une émission de télé-crochet est une double provocation assez géniale, autant envers les true mé(...)

02/03/2021, 16:07

Jus de cadavre

Message pas posté entièrement... bizarre...Du coup suite :"Nous en sommes à une période charnière" là je suis d'accord. Quand sur un site comme ici les gens commencent à defendre le christianisme c'est (...)

02/03/2021, 09:30

Jus de cadavre

"Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre"Mais tout le monde du coup crieraient au lâche ou au vendu ! Si à chaque fois qu'il y a un truc qui nous plaît pas dans notre pays on doit l(...)

02/03/2021, 09:26

Gargan

Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre. Tu assumes quand tu t'exposes ainsi, c'est pathétique ce oin-oin alors que ça joue les durs sur scène. Ceci étant, je réécoute Sv(...)

02/03/2021, 08:21

Yolo

Merci pour vos commentaires les guignols.

02/03/2021, 08:09

Satan

@ Jus de Cadavre : En effet, le délit de sale gueule semble se manifester à l'égard de Nergal. Et tu as raison de dire que c'est quand même lui qui se fait chier devant les tribunaux.Le christianisme ne fait plus peur aujourd'hui, mais il faudrait se (...)

01/03/2021, 16:06

Jus de cadavre

Débat épineux ! Mais pour le coup que ça plaise ou pas, Nergal (même si c'est uniquement pour se faire de la comm on est d'accord) lui il va au tribunal et il a des emmerdes judiciaires... Dans la scène aujourd'hui, et même parmi ceux qui se (...)

01/03/2021, 14:49

Satan

@ Orphan : Ce n'est pas du tout ce qu'a dit Yolo, là tu t'en fais le ventriloque. Après, sur le courage ou non de Nergal ça se discute en effet, mais dans ce cas-là il convient de mettre dans le lot 99% des artistes dits "blasphématoires"(...)

01/03/2021, 14:10

Simony

Ben d'ailleurs, à part de la bière et des T-Shirts, il n'y a même pas l'album en vente sur leur shop ? C'est quand même bizarre !

01/03/2021, 14:00

Orphan

@Yolo : Je te rejoins à 200%Il est facile de pietiner le christ et le catholicisme ...... pas sur qu'il ferais la même pour d'autre.A partir de la pour moi fin du débat.

01/03/2021, 12:12

Gargan

Vu aussi ce live de King Diamond sorti il y a quelques jours par Metal Blade : Songs for the Dead Live - The Fillmore in Philadelphia

28/02/2021, 19:16

Stench

Du coup, on peut écouter où, ce truc ? Même sur leur site il n'y a rien alors que moi, quand je vois qu'on parle de Gus, ça m'intéresse...

28/02/2021, 17:24

Bones

Pour les amateurs de PENTAGRAM, il existe un docu assez dur sur la vie chaotique de son leader. Il donne plutôt envie de se mettre à la camomille et aux cigarettes russes.

28/02/2021, 13:54

Satan

@ Yolo : Soit c'est de l'ignorance, soit de la bêtise... ou de l'humour sacrément mal formulé. Un petit peu comme ton orthographe en somme.

28/02/2021, 12:37

Invité

@Yolo : Ce qu'il y a de bien avec les opinions tranchées, c'est qu'ça relance le débat. En somme vous êtes une sorte de provocateur, quoi.

28/02/2021, 11:28

Invité

@Yolo : Ce qu'il y a de bien avec les opinions tranchées, c'est qu'ça relance le débat. En somme vous êtes une sorte de provocateur, quoi.

28/02/2021, 11:28

Yolo

La Polognes est l'un des seuls pays respectables en Europe actuellement par ses prises de position. Point barre.

28/02/2021, 10:16

MorbidOM

Complétement d'accord avec Gargan.Simony, je te conseille la lecture de Jean-Claude Michéa (si tu as la flemme ou peu de temps on peut facilement trouver des conférences qu'il a données sur internet)Christopher Lasch ça marche aussi ma(...)

27/02/2021, 19:42

Arioch91

encore moins sur Conan*

27/02/2021, 19:35