The Ghost of L.A.

Aor

06/01/2021

Perris Records

Je me disais qu’il fallait une sacrée dose de courage ou d’inconscience pour oser appeler son groupe AOR. Après tout, ces trois petites lettres signifient tant pour les amateurs de musique américaine que le résultat se doit d’être à la hauteur du défi, et il est de notoriété publique que n’importe quel musicien ne peut pas jouer d’AOR sans être vraiment talentueux et passionné. Alors, qu’un américain ait le culot d’utiliser cette AOC comme nom de baptême peut être envisagé comme de l’outrecuidance crasse. Sauf que l’artiste caché derrière ce nom n’a rien d’américain, et qu’il est bien…français. Oui, un français qui s’exile aux Etats-Unis pour défier les américains sur leur propre terrain a quelque chose d’attachant dans la folie, et pourtant, c’est le pari relevé depuis des années par Frédéric Slama, compositeur, producteur, auteur, journaliste et directeur de label (Sunset Dreams Records). Car la carrière d’AOR, comme la musique que le groupe honore n’a pas commencé hier, mais bien à l’orée des années 2000, alors que le style était moribond depuis longtemps. Plus de vingt ans de carrière pour Frédéric donc, et une kyrielle d’albums, tous aussi passionnants et intenses. Et vingt ans après l’initial L.A Concession, The Ghost of L.A. célèbre donc une existence vouée aux gémonies de la musique la plus radiophonique des eighties, celle qu’on écoutait sur les stations et qu’on entendait dans les films, rythmant les scénarii les plus typiques pour rendre l’action encore plus romantique ou dramatique.

Cinq ans après son dernier témoignage studio (L.A. Darkness), et après avoir inondé le marché de compilations et d’inédits (Rare Tracks & Demos (2017), More Demos From L.A. (2018), Heavenly Demos (2019)), Frédéric Slama revient donc en mode créatif pour nous proposer le dernier tome de ses aventures mélodiques, avec encore une fois, de sacrés sidekicks. Le principe du groupe est toujours le même, une base instrumentale sur laquelle vient se greffer le chant de légendes vivantes du genre, et Perris Records n’est pas peu fier de présenter la dernière collaboration d’AOR avec des vocalistes historiques. Le label présente donc ce nouvel album comme étant le meilleur de la discographie d’AOR, constat euphorique que seul le temps validera ou pas. Et tout ce qu’on peut dire pour le moment à propos de The Ghost of L.A. est qu’il ne fera pas vraiment tâche dans l’œuvre de son auteur.

Frédéric a condensé le propos, et n’a battu le rappel que de façon modeste. Ce ne sont que quatre chanteurs que l’on retrouve au micro sur ce nouveau chapitre, mais pas des moindres. Ainsi, le chant se partage entre Paul Sabu (ONLY CHILD, KIDD GLOVE, John WAITE), Rick Riso (CHASING VIOLETS, AOR), Steph Honde (HOLLYWOOD MONSTERS), et Markus Nordenberg (COASTLAND RIDE), Tommy Denander (ALICE COOPER, Steve WALSH) se chargeant quant à lui d’apporter le doigté en solo nécessaire à l’enjolivement des compositions, superbes, tandis que le maître d’œuvre Slama, en sus d’avoir tout composé, a aussi tout interprété et enregistré. Les quatre vocalistes se partagent donc le butin, avec deux morceaux pour Sabu, quatre pour Riso, deux pour Honde et un seul pour Nordenberg, la dernière piste se dispensant de chant. C’est donc à un festival auquel nous sommes conviés, et surtout, à un hommage sincère à cette ville qui a vu naitre tant de talents, et qui a incarné la Mecque du Rock FM dans les années 70 et 80.

Le titre même de l’album est quant à lui plutôt nostalgique et amer, puisqu’il prend acte de la dérive de cette ville californienne unique, autrefois temple de l’insouciance qui aujourd’hui semble avoir perdu son âme. Mais il est tout à fait possible d’être lucide et mélodique et à la fois, et les compositions de ce nouvel album ne s’engluent pas dans un sentimentalisme de bas étage lui préférant l’efficacité Rock habituelle. Nous sommes donc gratifiés de dix compositions, peaufinées par Frédéric, compositions incarnant à merveille le caractère intemporel de cette musique, et l’insouciance qui en accompagne le souvenir. Mais cet AOR est bien loin des arrangements suédois modernes, ou de la soupe pseudo Soul servie par des artistes en perdition, et se rapproche plus d’un Hard FM tel qu’il fut pratiqué en son temps par des formations comme HONEYMMON SUITE, BON JOVI, ou même le WHITESNAKE le plus commercial et séduisant. Pas question donc de s’en remettre à des claviers dégoulinants ou des intermèdes jazzy pour faire plaisir aux musiciens les plus pointus, mais bien de jouer une musique euphorique, énergique, plus proche de BRIGHTON ROCK que de TOTO.

Certes l’uniformité du produit en vient à user parfois notre patience, tant le recours au mid tempo est un peu trop systématique, les plans harmonique se ressemblant d’ailleurs un peu trop aussi. La production, générique au possible n’allume pas non plus la mèche, et l’ensemble donne parfois le sentiment d’avoir eu recours au pilotage automatique, ce qu’on peut regretter après cinq années d’absence.

Cela étant posé, les hits ne manquent pas. « The Easiest Way » entame la reprise de contact avec un riff que le grand SURVIVOR aurait pu lâcher dans les mid eighties, et l’aventure commence donc sous les meilleurs auspices. C’est d’ailleurs à Steph Honde que revient l’honneur de lire la partition en premier, tâche dont il s’acquitte évidemment avec brio de son vibrato soul. Mais on aurait aimé que Frédéric dévie un peu de sa ligne de conduite pour proposer des morceaux moins conventionnels, et qu’il tolère une accélération du tempo pour produire des choses plus…nerveuses. C’est donc paradoxalement vers les rares adoucissements qu’il vaut aller chercher les variations, sur le très beau « Sarah’s Touch », seul morceau interprété par Markus Nordenberg, puisque le reste du tracklisting s’accorde de cette linéarité de surface qui devient vraiment irritante passé les quarante minutes.

Certes, l’instrumental « Good Intentions » et ses airs de BO de sitcom vient nous sauver en extrême fin de lecture, mais l’ensemble souffre de ce conformisme rythmique, qui handicape sérieusement son propos. The Ghost of L.A. passe donc du statut de résumé parfait en première partie à celui de survol bâclé en seconde, et se voit condamné à passer en fond sonore lors d’une soirée qu’on veut tranquille. Dommage, car Frédéric Slama est un compositeur de grand talent, qui aurait dû pousser le bouchon plus loin, et varier son propos. Mais si le but avoué de cet album était de transposer la léthargie d’un L.A trop nostalgique de son propre passé, alors le but est malheureusement atteint.  

   

                                                

Titres de l’album:

01. The Easiest Way

02. Too Late For Tears

03. Give Her The Moon

04. The Edge Of The World

05. The Spiral Heart

06. The Distance Between Us

07. Jenny’s Gone

08. Sarah’s Touch

09. Cast Out This Wicked Dream

10. Good Intentions


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/04/2021 à 15:07
70 %    67

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

Les pochettes Old School ouais !Mon vinyle de Blackout je l'adore. 

20/01/2022, 19:04

eyziel

La cover est totalement insane.

20/01/2022, 17:53

Humungus

"Ils ont toujours des pochettes à chier"?!?!?!?!?!Alors oui, "Fly to the rainbow" est imbuvable, mais toute la série des "In trance", "Virgin killer" (la pochette la plus malsaine de tous les temps !), "Taken by force" (...)

20/01/2022, 11:16

Gargan

Erf, les claviers font un peu trop pouic pouic, dommage.

20/01/2022, 09:46

Gargan

Ils ont toujours des pochettes à chier, mais on leur pardonne. Je suis resté scotché sur taken et surtout fly to the rainbow (un parfait exemple de pochette horrible) et rien que pour ces deux albums (bon, ok, jj'avoue, j'adore aussi le radio-tubesque crazy world) i(...)

20/01/2022, 09:45

Capsf1team

SCORPIONS, c'est presque fini. Le groupe s'arrêtera après une longue tournée, avec 200 dates prévues étalées sur 2 à 3 ans tout de même, pour son 22ème et dernier album, "Sting in the tail". (Papy Cyril)(...)

20/01/2022, 09:10

Jus de cadavre

Ils nous enterreront tous ces cons là ! Même Drucker fera pas le poids !

19/01/2022, 19:20

foja

masters. jamais vraiment

19/01/2022, 19:15

Simony

J'avoue qu'elle est pas de moi, c'est Jus de cadavre qui avait proposé ce style pour SCORPIONS et j'ai trouvé que ça leur allait bien

19/01/2022, 18:10

pierre2

"Never Retired Hard Rock Masters, Allemagne"J'avoue, j'ai ri - merci !

19/01/2022, 15:11

Humungus

Merci grin.(sic)

19/01/2022, 13:36

grinder92

@humu : tu cliques sur le tag "Druid Lord", ça te proposera cette chronique et également celle-ci : http://www.metalnews.fr/chroniques/grotesque-offerings 

19/01/2022, 10:35

Simony

C'est un des groupes dont j'attends leur nouvel album, le titre partagé m'avait beaucoup plu, à creuser car la chronique donne clairement envie.

19/01/2022, 08:12

Humungus

Comment fait-on pour retrouver ta chronique de leur deuxième galette ?

19/01/2022, 07:29

Humungus

Une de mes découvertes de l'an dernier...Hâte de foutre une oreille sur cet album putain !

19/01/2022, 07:26

Simony

En rappel avec The Number Of The Beast, The Evil That Men Do, Iron Maiden et Sanctuary....   

18/01/2022, 23:20

Kerry King

Un concert de Maiden sans Fear of the Dark c'est pas vraiment un concert de Maiden.

18/01/2022, 19:02

Simony

Merci Gargan, c'est corrigé.

18/01/2022, 14:32

Gargan

C'est leedET. Suis curieux d'écouter les autres titres, en espérant qu'ils gardent l'urgence de l'extrait mis en avant. Aucune info sur le line-up, mis à part le type de mare cognitum au chant.

18/01/2022, 10:32

Simony

Idem pour moi Eyziel, pas convaincu du tout de ce second extrait. A voir dans la globalité de l'album comme tu dis.

18/01/2022, 08:02