• Le Golgotha ou mont du Calvaire, nommé aussi "Lieu du Crâne", était une colline située dans l'Antiquité à l'extérieur de Jérusalem, sur laquelle les Romains attachaient les condamnés à mort sur un poteau. Il est connu pour être le lieu où Jésus a été condamné à mort, d'après les évangiles. (Merci Wikipedia pour le copier/coller)
  • Ils prirent donc Jésus ; il sortit portant sa croix et vint au lieu dit du crâne, ce qui se dit en hébreu Golgotha (merci la Bible, et l’évangile selon Saint Jean pour le connu/répété)

Mais ce Golgotha-là ne vient pas du tout de Jérusalem. D’ailleurs, le nom aurait dû vous l’indiquer, puisqu’il n’est pas repris tel quel. Les GOLGOTHAN REMAINS viennent en effet de Sydney, et incarnent à merveille cette nouvelle vague de groupes locaux qui y sévit depuis quelques années. Il faut dire que l’Australie est depuis longtemps la terre d’asile des innovateurs/bruiteurs de tout poil, puisqu’on ne compte même plus sur les lambeaux d’un moignon les groupes d’importance nous en venant des côtes australes. Mais entre les PORTAL, SADISTIK EXEKUTION, et tant d’autres qu’il devient superfétatoire d’en dresser une liste exhaustive, les tribus locales prennent un malin plaisir à prendre le contrepied de la production mondiale pour se mettre en avant, à juste titre. Mais si le désir vous en venait de rendre compte de l’activité locale, le nom de ce quatuor presque sorti de nulle part devrait être mentionné, ne serait-ce que pour sa façon de jouer un Death de puristes comme des barbares sans foi ni loi. Rongeant son os depuis 2015, ce quatuor (D - basse, A - batterie, M - guitare et M - chant) nous a déjà proposé une première démo éponyme en 2016, dont l’underground s’est d’ailleurs parfaitement satisfait. A tel point que l’annonce de parution de cet album sur les forums spécialisés a fait grand bruit, ce qui est somme toute mérité au regard des qualités intrinsèques du produit en question. D’une durée très raisonnable pour un LP du cru, Perverse Offerings to the Void mérite bien son titre, et se présente comme une version du Purgatoire de Dante version corps décharnés en putréfaction, se livrant à des bacchanales perverses et mortifères, sans aucune espèce de remord ni regret. On le sait, le Death dit « classique », n’est pas genre à supporter une quelconque édulcoration, et c’est sans complexe que nos amis australiens du jour lui rendent hommage en respectant ses fondements. Sans aucun jeu de mot lubrique s’entend.

Que dire donc d’une œuvre qui ne prend qu’indirectement ses distances avec les grands classiques du genre, et qui agrémente la rigueur américaine d’une touche de folie sobre australe ? Du bien évidemment, puisque tout, de la production macabre à l’interprétation morbide parfume nos oreilles d’une délicate odeur musicale en déliquescence, bien que ces quatre musiciens soient bien plus que de cruels autochtones en mal de victimes. Ici, c’est le sadisme qui prime, celui des AUTOPSY, des INCANTATION, et toute cette clique de bruitistes refusant tout effort de complaisance pour plaire aux masses. Nous nageons donc en plein Death putride, qui juxtapose des rythmiques en chien de fusil et de soudaines décélérations en pleine montée, pour mieux nous prendre à revers de riffs épais et belliqueux. Mais l’un dans l’autre, et parce que ce premier jet est beaucoup plus riche qu’un simple glaviot craché à la face du bon goût, le respect n’empêche pas une petite dose d’originalité, qui se matérialise ici via des riffs parfois psychédéliquement acides, et autres déviances harmoniques méchamment sadiques. Il n’est pas interdit de penser que parfois, les tonalités se veulent délicieusement progressives, notamment sur ce surprenant « Timeless Eradicator », qui multiplie les références et les ambiances pour ne pas vous laisser pantois dans une vieille grotte aux abois. Ou l’inverse. Mais pas de méprise. De l’ouverture franche de « Vehemence » au final tortueux de « Flagellation », tout est fait pour vous bousculer, et vous rappeler que le Death, malgré ses pseudos balises étroites a su rester le genre le plus dangereux du Metal actuel, pour peu qu’il soit transcendé par de véritables amoureux. Et les GOLGOTHAN REMAINS le sont, sans conteste.

Tout en gardant une patine véritablement obscure et ténébreuse, les australiens développent de belles qualités de construction, et agencent leurs morceaux comme de mini-épopées de l’étrange. Ainsi, il n’est pas rare qu’un titre à la durée modérée se voit gratifié d’un nombre conséquent de plans et changements, sans pour autant que la cohérence d’ensemble n’en pâtisse. Pour exemple, « From Chaos It Has Come », qui tout en restant fidèle à des principes de production de la mort, flirte parfois avec une ambiance typiquement BM, le tout certainement imputable à ce son si particulier, très sourd et caverneux. Mais ce mélange de fragrances est en tous points délicieux, et l’aventure à des allures de quête ultime au pays de la violence et de la barbarie, symbolisé par des interludes sans pitié comme « Vile Blasphemy », à l’oppression presque palpable, et au chant immonde, ou « Bone From Dust », et son allusion très finaude à des restes jamais vraiment trouvés, sauf par la légende. Lorsque le quatuor joue la carte de la brutalité outrancière, ça fonctionne, parce que leur exubérance ne supporte aucune limite, mais lorsque les nuances s’invitent au banquet, les musiciens font tout pour leur faire honneur, et dressent la table d’ornements tous plus macabres les uns que les autres, décortiquant l’harmonie pour un plat de hors d’œuvres d’agonie, et déformant le plat de résistance des riffs pour satisfaire les plus exigeants. Pas question donc pour la troupe de se contenter du minimum, même s’il leur sied bien, et chaque titre à sa raison d’être propre. Et le rythme tient la pression jusqu’à terminaison, nous laissant seuls face à ce monstrueux épilogue qu’est « Flagellation (Torrid Tongues) », le plus long avec ses cinq minutes bien tassées.

 A cette occasion, la dernière, Perverse Offerings to the Void prouve qu’il frise la perfection dans la déraison, et nous entraîne encore plus profond dans les abysses des oraisons, maltraitant une batterie qui trépasse de sa double grosse caisse en perpétuelle progression. Pour cet au-revoir programmé, le groupe met le paquet, et sort ses riffs les plus létaux, ses ambiances les plus délétères, et nous condamne à un silence éternel de sa cruauté instrumentale en fausse finesse, mais en réelle puissance. Une jolie démonstration de force, mais aussi de moyens, puisque pour parvenir à leurs fins, les GOLGOTHAN REMAINS n’hésitent pas à utiliser leur intelligence, et pas seulement leurs muscles ou leur indécence. Du Death oui, du Death vintage aussi, mais du Death morbide et futé, je dis oh oui.


Titres de l'album:

  1. Vehemence (Through Pain Divine)
  2. From Chaos It Has Come
  3. Vile Blasphemy
  4. Bone From Dust
  5. Phantom Earth
  6. Void
  7. Timeless Eradicator
  8. Looped Depraved Spell
  9. Golgothan Remains
  10. Flagellation (Torrid Tongues)

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 21/02/2018 à 17:49
79 %    240

Commentaires (3) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
21/02/2018 à 18:14:12
Excellent ! C'est moi ou le Death Metal underground devient de plus en plus sombre en ce moment ? Limite plus malsain que le BM de nos jour... Ou alors c'est mortne qui nous déniche que des trucs pas possible :D !

Simony
membre enregistré
21/02/2018 à 21:38:55
Avec le buzz autour des K7, je trouve que c'est le format idéal pour ce Death Metal cradingue et certains labels underground l'ont bien compris pour enfin faire renaître ce Death Metal, le vrai ! Marre de ces groupes qui se collent l'étiquette Death Metal sans rien en avoir tant musicalement que dans l'attitude. Où a-t-on vu qu'il y avait du Groove jumpy dans le Death Metal ?
Par contre, il a des groupes de Black bien sombres et malsains aussi, peut-être pas dans l'étiquette Raw Black Metal, quoique, mais des groupes comme ACHERONTAS, SERPENT NOIR, GRAFVITNIR, MISANTHROPIC RAGE. En prenant le temps de fouiller, on tombe sur des perles comme récemment j'ai découvert INFERNO.

Francis
@61.69.85.6
22/02/2018 à 04:56:11
Killer album!

Ajouter un commentaire


Heresy

Blasphemia

Sadist

Spellbound

Prezir

As Rats Devour Lions

Septagon

Apocalyptic Rhymes

Blood Curse

Sorceress

Orion Dust

Legacy

Cult Leader

A Patient Man

Warkunt

Of Ruins And Agony

Dalkhu

Lamentation And Ardent Fire

Edremerion

Ambre Gris

Beer Breath

Story of a Decayed Life

Sacral Rage

Beyond Celestial Echoes

Eternal Rot

Cadaverine

Cancer

Shadow Gripped

Warrel Dane

Shadow Work

Zealotry

At the Nexus of All Stillborn Worlds

Heir Apparent

The View from Below

Hæster

All Anchors No Sails

Syd Kult

Weltschmerz

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Tyrant Fest J2 [Photo Report]

Simony / 29/11/2018
Black Metal

Tyrant Fest J1 [Photo Report]

Simony / 25/11/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Solstafir

12/12 : Le Moloco, Audincourt (25)

Solstafir

13/12 : L'aéronef, Lille (59)

Revocation + Rivers Of Nihil + Archspire

15/12 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Pas mal du tout en effet ! Old-school, brutal, bas du front. Combo !


chro séduisante, bon morceau également, merci pour la découverte


Franchement meilleur que les dernières prod de Death Fr...


Humungus : +1
Ben oui, normal. Déjà assimiler "vegan" et "antifa" est hors sujet.
Soutenons UADA !


KaneIsBack + 1.


Nefarious + 1.


Non.


Cet album est absolument fantastique !!!


Ravi de lire un report sur Aura Noir


J'ai jamais vraiment écouté Cancer, pourtant je fais partie de cette génération des 90's qui a découvert( le death metal avec ces sorties majeures. Très efficace ce titre , va falloir que je rattrape quelques lacunes.


commandé


Le metal selon les Grammys... Vaste blague.


Candlemass c'est pourris depuis la première séparation des années 90...Avant c'était génial et sombre.


Rien d'autre a faire que d'aller au Botswana ?


Donc Ici on ne peut pas être anti-fa, et vegan sans être aussi une cible...


Les antifas sont effectivement aussi fascistes que ceux qu'ils dénoncent. Pitoyable histoire...


Si Jeff est aussi insipide dans MDB qu'il ne le fut dans Paradise Lost, ça promet de sombres catastrophes. Je me souviens encore de la manière dont il détruisait "As I die" sur scène...


Très très curieux d'entendre ça, surtout avec le retour de Langqvist.


Faut voir le résultat, je suis très méfiant avec CANDLEMASS qui n'a rien proposé de bandant depuis fort longtemps ! Mais sur le papier... oui c'est la classe ultime !


C'est exactement ce que je me disais... La classe !