Pressure

Tyler Bryant

26/10/2020

Snakefarm Records

Toute la musique que j’aime, elle vient de là, elle vient du Blues.

Oui, c’est un peu facile comme accroche, mais en même temps, qui irait dire le contraire ? Après tout, l’héritage d’Hendrix, de Page, Clapton, Beck, des YARDBIRDS, de ZZ TOP a été capitalisé, utilisé, pillé, pour que le Rock et le Blues s’unissent dans un déluge de distorsion et deviennent ce Hard Rock que l’on aime tant, et si certains artistes n’hésitent pas à le rapprocher de ses racines, il n’y a aucun mal à ça : on se ressource comme on peut. L’arrière-garde reste évidemment dans les clubs pour entretenir la flamme, mais ce sont souvent les jeunes qui montent au créneau pour rappeler aux ados et adultes que la musique n’a pas d’âge, et que la passion ne dépend pas d’une date de naissance. C’est en tout cas ce que nous prouvent les TYLER BRYANT & THE SHAKEDOWN depuis leur émergence en 2009 du côté de Nashville, la Mecque de la Country. Ces gamins-là ont en effet quelque chose de Tennessee, mais pas l’auteur, la ville, qui respire encore les effluves de cow-boys du crépuscule et de légendes à propos d’amour gâchés par la prison ou la séparation. En quelques années, ces petits malins se sont forgé une réputation immaculée de rockeurs incorruptibles, et c’est au travers de trois albums bien tassés que leur aura s’est mise à briller plus que de raison, entamant son ascension avec un Wild Child qui en disait long sur leur attitude. Pas d’esbroufe, juste le plaisir de jouer une musique simple, de partager avec le public un amour pour ce Rock bluesy qui trouve toute son ampleur dans les petites salles et les rades, et qui reconnaît l’héritage des Tom Petty, Springsteen, Stevie Ray Vaughan et autres défenseurs d’un certain idéal musical américain.

Mais moins d’un an après leur dernière et miraculeuse livraison, Truth and Lies, les trois lascars (Tyler Bryant - guitare, chant, Caleb Crosby - batterie, et Graham Whitford - guitare) privés de leur bassiste Noah Denney parti voir ailleurs si l’herbe est plus savoureuse, ont profité d’une période d’isolement forcé pour cause de pandémie, et ont enregistré une suite qui se devait digne des premiers efforts, et ont donc concocté Pressure dans leur coin, jouant ironiquement sur le titre pour justement admettre qu’ils n’en avaient aucune sur les épaules pour capter ces chansons dans un climat de confinement propice à la création. Nous aurions pu nous attendre à une saillie plus introspective, mais c’eut été mal connaître Tyler Bryant, qui ne conçoit le Rock que sous son aspect le plus ludique et euphorique. En résultent treize nouvelles compositions, toujours courtes et immédiates, qui renouent avec l’urgence d’un Rock joué Hard et avec les tripes, truffé de refrains poppy, mais refusant toujours la compromission d’un Pop-Rock trop facile. Pressure ressemble donc à ces bœufs qu’on tape dans le tard de la nuit, lorsque les reprises de classiques deviennent des originaux dans le secret d’une salle de répète éloignée de tout. Comme tout bon album de Rock qui se respecte, il est blindé de guitares qui rugissent, qui émeuvent, qui caressent ou griffent et évidemment, l’instrumental est velouté de la voix floutée de Tyler, qui n’hésite jamais à jouer l’émotion sous la carapace de la virilité en cuir. Alors, nous pouvons apprécier la sensibilité d’un sublime « Like The Old Me », qui s’autorise quelques arrangements de cordes, et qui sonne comme un regard en arrière vers une jeunesse à la « Summer of 69 » de Bryan Adams. C’est beau, et surtout, c’est authentique, chose rare ces temps-ci.

Mais ces instants d’accalmie sont rares sur ce quatrième LP qui joue constamment la carte de l’énergie débridée et de la jeunesse éternelle. Après tout, le Rock accuse de plus en plus de décennies d’existence, et doit constamment prouver qu’il est encore adolescent, ce qui n’est pas tâche facile. Alors, il compte sur la jeune génération pour le présenter sous un jour flatteur, cette génération qui le joue comme s’il était né avant-hier, et qui lâche les chiens de la rage sur « Pressure », animé des riffs les plus agressifs du marché. On peut ressentir le souffle des amplis Marshall, on peut sentir la membrane du micro vibrer sous les harangues, et même humer la sueur qui perle au front des musiciens. Solo simple mais efficace, bends diaboliques, investissement dans l’expression, le mode opératoire est toujours le même, et fonctionne à plein régime. TYLER BRYANT & THE SHAKEDOWN ne compte rien révolutionner, ni faire passer les STONES pour de vieux cons, juste pouvoir se compter dans les rangs d’un Rock crédible et rosse, un peu louche et juvénile sur les bords, mais de plus en plus mature au fur et à mesure des années qui passent. Beaucoup pensaient que le groupe ne pourrait pas faire mieux que l’incandescent Truth and Lies, surtout en moins d’un an, et pourtant il a réussi, justement parce qu’il a oublié la pression en route. On sent que cet album a été enregistré sans autre contrainte qu’occuper le temps libre, et son mélange habile du BON JOVI le plus crédible et du Tom Petty le plus valide nous enivre les tympans comme un bourbon de douze ans d’âge.

« Hitchhiker » continue sur sa lancée, et cherche à percer les ondes des radios du sud, mais « Crazy Days » cherche lui clairement à piocher du côté des SOUL ASYLUM pour se rapprocher d’un Pop-Rock populaire, mais pas putassier. Le mariage des voix masculine et féminine marche comme aux grandes heures de la Country, lorsque June et Johnny chantaient en concert, mais la basse mutine de « Backbone » se replonge dans les meilleurs moments des nineties, lorsque le Rock se mettait à toutes les sauces, et se permettait même de séduire un public de profanes. Une fois encore, tout est bon, tout tient debout, mais tout sonne naturel et crédible. Que le groupe tienne à son étiquette de sauveur du Rock ou qu’il admette des fêlures (« Loner », recette ENUFF Z’NUFF et BON JOVI, encore), ou qu’il accepte un son plus moderne et profond (« Fever »), le résultat est le même : le Rock vit et respire à nouveau.

Je ne sais pas jusqu’où ira cette aventure, mais je la souhaite la plus longue possible. Parce qu’elle est belle, rebelle, et les mecs méritent vraiment le meilleur. Lorsqu’on écoute « Fuel », on en tremble de plaisir, et lorsqu’on fond sur « Coastin’ », c’est sans regret, parce que le Blues a toujours été là pour nous. Et pour le Rock. Merci à Nashville d’avoir partagé son secret le plus enviable, et merci aux TYLER BRYANT & THE SHAKEDOWN pour cette petite dose d’espoir en musique. En ces temps perdus, ça fait un bien fou.                                                                         

                                               

Titres de l’album:

01. Pressure

02. Hitchhiker

03. Crazy Days (feat. Rebecca Lovell)

04. Backbone

05. Holdin’ My Breath (feat. Charlie Starr)

06. Like The Old Me

07. Automatic

08. Wildside

09. Misery

10. Fuel

11. Loner

12. Fever

13. Coastin’


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 21/10/2020 à 15:29
85 %    191

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Open Bar Vol2 : Antoine Perron

Baxter 20/04/2021

Interview

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

"Pire que GUNS N' ROSES" ?!?!Tu pousses là Hoover hé hé hé...

21/04/2021, 10:10

Humungus

Oh mais je ne sais que trop bien que les premiers DIMMU sont typés "vrai"...(Une fois de plus, mon intervention précédente n'était en réalité que boutade chers amis)Mais même à l'époque de leurs sortie(...)

21/04/2021, 10:07

Humungus

Putain...Après la box "Paranoid" et "Vol 4", encore une qu'il va me falloir acheter...Font chier à en sortir autant bordel ! J'suis pas Crésus moi merde !PS : Par contre, j'comprends pas trop leur façon(...)

21/04/2021, 10:02

Hoover

Je ne comprendrai jamais l'intérêt pour ce groupe. Pour moi tout l'apport de Fear Factory tient en deux ou trois morceaux sur Demanufacture plutôt sympathiques en dépit d'une durée de vie très faible (vraiment le genre dont je me désin(...)

21/04/2021, 08:29

Arioch91

Bien plus convainquant sur album que sur l'EP partagé avec Vektor.Ca donne envie de s'y pencher !Merci pour la chro :)

21/04/2021, 08:25

Hoover

Le black n'est certainement pas mort car il y a énormément de gens qui y sont extrêmement attachés et continuent à le faire vivre, et j'ai énormément de respect pour eux. Par contre pour quelqu'un comme moi dont les goûts dans l(...)

21/04/2021, 08:23

Hoover

L'album que j'aime le moins des 7 premiers Sabbath: c'est vraiment pas fait pour moi!

21/04/2021, 08:15

Rotten Tooth

Y sont sacrément bons ces gars là ! Et ils ont le don de faire dans la surprise ! Nu Black sous le papier cadeau cette fois ! Je passe mon tour sur ce coup mais je serai là au prochain tirage !

20/04/2021, 20:06

Saddam Mustaine

Les premiers albums de Dimmu sont du "true black".Comme Behemoth si l'on veut, j'aurais du aller plus loin.Le Black type année 80 mi-90 quoi (meme si Dimmu est arrivé plus tard mais les premiers sonnes dans le genre).

20/04/2021, 19:47

Seb

C'est vraiment mauvais ...

20/04/2021, 15:05

JTDP

En tout point d'accord avec cette (belle) chronique ! Cet album fut une vraie belle surprise de l'année passée. 

19/04/2021, 21:28

Buck Dancer

J'ai jamais vraiment accroché a Pestilence, mais ce morceau est loin d'être degueu. Comme dit Simony, bien meilleur que les précédentes sorties récentes du groupe. 

19/04/2021, 10:49

Arioch91

+1Je n'ai pas aimé Resurrection Macabre, à tel point que je n'ai pas posé une oreille sur Doctrine et Obsideo.Hadeon, je l'ai écouté uniquement parce qu'une interview de Mamelick disait qu'il revenait sur le passé d(...)

19/04/2021, 10:24

Simony

Ca me semble quand même bien plus intéressant que ce qu'ils ont produit depuis leur retour aux affaires.

19/04/2021, 09:59

Arioch91

Oups ! J'étais totalement passé à côté de cette chronique ! Merci @mortne2001 pour l'avoir rédigée !

19/04/2021, 08:48

Arioch91

OK, on reprend les bonnes vieilles recettes visibles sur Hadeon : on prend Testimony, on mélange avec Spheres et ça donne Hadeon et semble-t-il Exitivm.A voir.

19/04/2021, 08:44

metalrunner

Une sacrée bonne surprise de l énergie de l innovation le futur quoi ..Dommage que la tournée de juin soit annulée

18/04/2021, 19:48

RBD

Je réagis plutôt comme Buck Dancer. Mes attentes envers FF sont basses depuis longtemps. Je n'espère plus de grands titres comparables à ceux qui remontent aux années 90 (formulé comme ça, c'est encore plus dur). Si tout est à l&apo(...)

18/04/2021, 12:39

yul

Rien de bien intéressant ici.

18/04/2021, 11:57

Gargan

Tu n’es donc pas optimiste.

18/04/2021, 08:15