Un projet réunissant des membres de PRIMAL FEAR, SINNER et ADAGIO avait tout à la base pour me faire courir le cent mètres en moins de huit secondes, et faire de moi le champion du monde de la discipline. Il faut dire qu’avec un pedigree pareil, et des accointances estampillées Power Metal, l’éruption cutanée me menaçait avant de me frapper de plein fouet, tant je suis réfractaire au style et aux groupes/références susmentionnés. Désolé d’être honnête, mais entre les délires Power de PRIMAL FEAR, le goût prononcé pour le Heavy Metal faisandé de SINNER, et les élucubrations comico-classiques d’ADAGIO, la coupe était pleine, et pas question de Graal ni d’abondance ici, mais plutôt de régurgitation trempant le bout de mes lèvres dans un trop-plein difficile à contenir. Alors, lorsque vent fut lâché de l’union d’Alex Beyrodt (guitare), Mat Sinner (basse) et Francesco Jovino (batterie), alors en compagnie de David Readman (chant), on ne peut pas vraiment dire que le drapeau de mon enthousiasme flotta au-dessus d’un ciel sans nuages. Pourtant, et c’est là qu’on se rend compte que les préjugés stupides ont la vie dure, le résultat dépassa les maigres espérances que je n’avais pas placées dans le projet…Il faut dire que je ne lui en avais accordé aucune, malgré le talent individuel technique des musiciens impliqués…Dès lors, je rengainais mes sarcasmes et mon ironie de surface, pour reconnaitre l’énorme talent d’Alex, le principal songwriter du projet VOODOO CIRCLE, qui en trois albums me prouva que lorsqu’on fait preuve d’un minimum de tolérance et d’ouverture, on est à même de reconnaître la performance d’un musicien hors du commun…De musiciens serait-je tenté de dire, puisqu’après le départ de David (PINK CREAM 69 et ADAGIO), le « nouveau » venu Herbie Langhans (SINBREED, BEYOND THE BRIDGE et SEVENTH AVENUE) démontre lui aussi que sorti de son contexte, sa voix prend toute son ampleur, et s’accorde à merveille des compositions ciselées par le maître lui-même. Et par extension, en toute objectivité, ce nouvel LP de l’hydre à quatre têtes pourrait bien être le meilleur de sa déjà riche carrière…

On savait déjà qu’Alex était fasciné par le Hard-Rock des 70’s, celui lyrique et flamboyant des LED ZEPPELIN, DEEP PURPLE et WHITESNAKE, on connaît désormais sa passion pour celui plus chatoyant et festif des 80’s, dont ce Raised on Rock est souvent truffé jusqu’à la moelle. Soyons d’accord et mettons les choses au point, la discographie des allemands est purement et simplement exempte de faux-pas, et même le plus hypocrite des détracteurs reconnaîtra que chaque disque avait son empreinte, qu’il déteste le style autant que moi le True Metal. Mais ces mêmes détracteurs seront bien obligés de plier le genou face à la passion dégagée par ces treize nouvelles compositions, qu’on croirait interprétées par de jeunes loups aux dents acérées, et non par des vieux briscards qui n’ont plus rien à prouver. Et sans tomber dans l’exagération ou l’emphase, Raised on Rock est selon moi la meilleure raison actuelle de continuer à penser qu’un Hard-Rock simple et léché peut encore être l’exutoire idéal à toute frustration métallique un peu trop persistante. Car après une grosse poignée d’écoutes attentives et fascinées, je ne suis toujours pas parvenu à trouver le moindre point faible à cet album qui ne semble assemblé que de points forts. Et ça, après tant d’années de carrière, c’est un signal qui l’est tout autant et qui ne trompe pas. Et doté d’un mixage et d’un mastering soignés par le maestro Jacob Hansen (VOLBEAT, U.D.O), Raised on Rock a en effet été élevé au Rock, et au Hard-Rock, le vrai, celui que transcendaient les Blackmore, Gillan, Page, Plant et Coverdale il y a de cela quelques années…

Et l’allusion à WHITESNAKE n’est pas innocente…A cause du jeu de guitare de Beyrodt, bien sûr, dont les arabesques classiques évoquent à merveille John Sykes (qui avait beaucoup écouté Blackmore lui aussi, comme ce cher Yngwie…), et qui éloignent d’ailleurs le projet du côté Blues où il semblait prêt à tomber sur les albums précédents. Mais aussi à cause de certaines compositions, qui n’auraient vraiment pas dépareillé sur les albums du SNAKE les plus célébrés par le public (Slide It In évidemment, mais surtout Whitesnake), comme en témoigne le démarquage complètement assumé de « Is This Love » qu’est l’imparable et sincère « Where Is the World We Love »…Ne cherchez pas, tout est là, de la production au phrasé d’Alex, en passant par les chœurs que Mutt Lange aurait pu soigner de son doigté, jusqu’à la voix si symptomatique d’Herbie Langhans, le sauveur selon Beyrodt, qui lui a justement permis de donner à sa musique la nouvelle impulsion qu’il souhaitait…On note donc un léger glissement des 70’s vers les 80’s, comme je le précisais en préambule, et il n’est alors pas vraiment surprenant de retrouver en ouverture de ce bijou une perle comme « Running Away From Love », que BON JOVI aurait pu produire il y a une trentaine d’années, en essayant de reprendre à son compte le « Bad Boys » de Coverdale…Même riff d’acier, même up tempo chaloupé, même sensualité d’acier, pour un résultat qui explose tous les doutes persistants d’un refrain insistant. On notera pour la bonne bouche quelques accents de clavier typiques du Lord le plus enjoué, ainsi que quelques arrangements bien troussés qui nous contaminent en un peu moins de quatre minutes…Avec une entame pareille, les VOODOO CIRCLE savaient parfaitement ce qu’ils faisaient, et si « Higher Love » s’amuse beaucoup de sa talk-box qui a donné bien des nuits blanches à Alex (qui cherchait désespérément le petit plus pour habiller ce morceau), il n’en reste pas moins une transition parfaite vers l’exubérance d’une décade qui avait placé le groove sur un piédestal. On retrouve le flair d’un GREAT WHITE, mais aussi le balancement d’un VOODOO X, avant que « Walk On The Line » ne nous prenne en traitre de son feeling bluesy…Simple réminiscence ou aveu d’impuissance face à un amour immense ? Les deux, puisque celui qui aime le Rock aime forcément le Blues, surtout lorsqu’il est joué aussi dégoulinant de stupre que la bouche d’un Coverdale en pleine séance d’hypnose tantrique…

Mais le pire, avec un triptyque pareil, c’est qu’on pense forcément que la tension va retomber en entraînant avec elle la qualité…Et là encore, rien ne saurait être plus faux, puisque « You Promised Me Heaven » déboule avec son intronitruante, mixant CINDERELLA à COVERDALE/PAGE, précédant de peu l’AOR plus ou moins avoué de « Just Take My Heart ». Ceci combiné à la ballade déjà mentionnée nous offre une première moitié d’album parfaitement parfaite, d’autant plus que l’épidermique « Ultimate Sin » enfonce le clou en affirmant une fois encore son allégeance au roi David. Et si « Chase Me Away » nous refait le coup du coup du samedi soir qu’on finit à la lumière des étoiles, « Unknown Stranger » déboule à cent à l’heure comme un taxi appelé à l’arrache pour terminer la nuit dans un lit aux draps de satin. On pense évidemment au « Highway Star » de PURPLE, et à ce Hard Rock de la décade des masters of Rock, racé, tranchant et policé, qui nous débarrassait les cheveux de pellicules trop encombrantes sous la lune. Mais il est tellement difficile de ne pas poursuivre l’analyse jusqu’à la fin de l’album, puisque l’attention est gardée intacte jusqu’à son terme, malgré un timing méchamment étiré vers l’heure d’écoute…Disons simplement que les derniers instants dissimulent quelques surprises, comme les sextolets enflammés de « Time For The Innocent », peut-être le titre le plus faible de l’ensemble pourtant, et une révélation finale, aussi synthétique que martiale, « There’s More To See » qui de son titre et de son instrumental bondissant avoue une lecture de l’œuvre à prendre à plusieurs niveaux…Oui, il y a toujours plus à voir que ce que l’on a sous le bout du nez, et ce Raised on Rock en est la preuve par A+B…Alors qu’on pensait connaître les VOODOO CIRCLE sur le lobe des oreilles, ils parviennent encore à nous surprendre, en sonnant plus frais et engagés que jamais…De là à partir dans l’hagiographie et terminer cette chronique par une assertion risquée, il n’y a qu’un pas, que je franchis sans le regretter.

Le meilleur album de Hard-Rock de cette pourtant naissante année, et je prends les paris. Mais même si j’y laisse ma chemise, j’aurais gagné une heure de bonheur. Ce qui, au prix de l’espoir, n’est pas cher payé.


Titres de l'album:

  1. Running Away from Love
  2. Higher Love
  3. Walk on the Line
  4. You Promised Me Heaven
  5. Just Take My Heart
  6. Where Is the World We Love
  7. Ultimate Sin
  8. Chase Me Away
  9. Unknown Stranger
  10. Dreamchaser
  11. Love Is an Ocean
  12. Time for the Innocent
  13. There's More to See

Site officiel


par mortne2001 le 20/02/2018 à 14:39
95 %    292

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes