Au lieu d'admirer benoîtement vos enfants chéris chercher des œufs de Pâques dans votre petit jardinet de banlieue, prenant l'air faussement étonné que les cloches les aient placés exactement à l'endroit auquel vous aviez pensé, et jetez-vous donc sur le premier album des hollandais de SLAVERY FARM. Certes, le tout est beaucoup moins familial et bon enfant, et sent plus volontiers les effluves d'une vieille salle de répète pourrave d'Amsterdam que le chocolat de supermarché. Mais au risque de passer pour des parents indignes, la blague mérite d'être faite à vos marmots de toute façon trop gâtés, et qui ont besoin de découvrir la vie telle qu'elle est. Et l'existence décrite par ces originaires de Rotterdam n'est pas du genre idyllique, mais plutôt proche d'une réalité très concrète et fort peu empathique...Formé sur les cendres de plusieurs groupes locaux (FOKKUM, ROTT N'DAMNED et THE AFTERVEINS), SLAVERY FARM n'a toujours eu qu'un but avoué, enregistrer l'album de Crust/D-beat le plus sale et méchant de la création, et sous ce point de vue-là, admettons que l'entreprise est à moitié réussie. Si les bataves ne peuvent prétendre pour l'instant faire partie de la caste la plus néfaste de la frange extrême du Hardcore, ils peuvent au moins revendiquer un statut respectable, puisque leur premier effort, ce Reborn dont je m'apprête à vous parler est tout à fait honnête et solide dans son entreprise de destruction de la musique moderne. Obsédés par des références aussi avouées que les DISFEAR, WOLFPACK, DOOM, NAILS, NASUM, TRAP THEM, WOLFBRIGADE, ou les SKITSYSTEM et autres HIS HERO IS GONE, les quatre hollandais (Mathew Altorf - chant, Ries Fokkum - batterie, Daniël Dijkstra - guitare et Xander van Dijck - basse) foncent donc bille en tête, mais ne se contentent pas d'accumuler les saillies ultrarapides, travaillant leur partition pour nous offrir de purs moments de lourdeur et d'oppression, sans pour autant dévier de leur philosophie d'origine.

Pas de grosse surprise toutefois à attendre d'un disque somme toute assez prévisible, mais emballé dans une superbe pochette signée Jasper Swerts (Infested Art), et qui développe de beaux arguments de violence, tout en admettant quelques accointances avec l'univers d'un Hardcore plus nuancé, et strié de riffs méchamment syncopés et balancés («Tank », plaidoyer pour un mosh endiablé). On pense à l'école la plus anglaise des EXTREME NOISE TERROR et autres DOOM, spécialement à cause de cette ambiance sourde et joliment sombre, mais les efforts consentis pour éviter les pièges de la facilité permettent à Reborn de souvent décoller d'un sol jonché de détritus, pour s'envoler vers des paradis Crust n'Core remarquables. D'un niveau instrumental plus que respectable, ce premier long se hisse donc à la hauteur de quelques influences admises, sans chercher à les transcender, mais en y greffant sa patte durement griffue. Proposant des morceaux dépassant rarement les deux minutes chrono, le quatuor reste dans sa zone de confort, et en profite pour glisser quelques pirouettes rythmiques histoire de nous surprendre un peu, aménageant parfois de jolis breaks poisseux pour nous regarder droit dans les yeux (« Downfall », assez Death dans le fond, mais vraiment dérangé dans la forme, et suggérant une politesse rendue aux NAPALM DEATH, les instigateurs). Ce mélange de sonorités héritées de l'école suédoise des années 90, et des enseignements de la perfide Albion de la décade précédente est particulièrement savoureux, et lorsque l'esprit Punk prend le dessus, on pogote comme des rageux (« The Blood Flows », ou comment ramener les fans enragés des années en arrière pour leur apprendre les mauvaises manières), admettant une passion consommée pour les riffs de guitare légèrement dissonants. Se situant donc dans une joyeuse moyenne de D-beat à consonance Crust, SLAVERY FARM nous propose donc sa propre vision de la proverbiale ferme d'Orwell, et dépeint un tableau cruel où les animaux, fatigués d'être pris pour des billes se révoltent et avancent pour tout casser.

Violent, mais respectant quand même les limites de la décence, rapide mais prenant le temps d'imposer des thématiques actuelles (« Burn » au parfum corsé très TRAM THEM envahi de fumée), mais se laissant parfois aller aux joies de l'instantané culbuté (« Controlled », et ses petites trouvailles de kick qui catapultent le classicisme dans les cordes), ce premier LP est d'une qualité formelle indéniable, et décolle à intervalles réguliers. On retrouve même l'emphase des DISCHARGE coincée entre deux accélérations brusquées (« No Escape »), et surtout, cette lucidité Death qui autorise la jonction entre l'Angleterre des late 80's et la Suède des early 90's, le tout traité façon Metal de la mort, sans sombrer dans l’exagération d'une pesanteur trop prononcée (« Restless »). Adeptes indécrottables du DIY, les SLAVERY FARM bouffent à tous les râteliers, et réconcilient les extrêmes dans une même euphorie, matérialisant une saine colère musicale qui leur permet de rester à la surface d'une scène prolixe, mais souvent complaisante. Mais ici, rien n'est gratuit, et aussi instinctives soient ces pulsations, on sent que le groupe a mûrement réfléchi son plan d'action, pour ne pas verser dans l’approximation les condamnant au chaos sas nom. C'est d'ailleurs parfois ciselé comme un orfèvre de la boucherie, à l'occasion d'un irrésistible « Touch And Die » qui propose un nombre conséquent de plans, sans se perdre dans ses propres couloirs. L'ombre des influences citées ne condamne pas le groupe à des ténèbres forcées, mais les expose au contraire à la lumière d'un Hardcore/D-beat vraiment malmené, mais brillamment structuré, sans toutefois dénaturer cette haine qui semble les animer. Et le tout se termine même sur un dernier accès de rage, via ce « Garbage » qui en dit long sur leur manière de penser et leur façon de jouer. Au final, Reborn est un acte de naissance à prendre en sérieuse considération, célébrant l'émergence d'un nouveau-venu qui ne peinera pas à imposer son propre son. Alors, cloches de Pâques ou pas, chocolat et chasse au trésor dans les bois, l'occasion est trop belle de rester chez soi et de savourer une bonne tranche de brutalité made in Hollande. Et pas François, l'autre. Celle de Dave.


Titres de l'album:

  1. Intro
  2. The Blood Flows
  3. Burn
  4. Controlled
  5. No Escape
  6. Restless
  7. Tank
  8. Trails
  9. Downfall
  10. Reborn
  11. Touch And Die
  12. Garbage

Site officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 17/04/2018 à 17:54
80 %    164

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Axxis

Monster Hero

Architorture

World Peace

Brainstorm

Midnight Ghost

Necronomicon

Unleashed Bastards

Dream Patrol

Phantoms of the Past

Grrrmba

Embodiment

Black Phantom

Expiration Date

Fullminator

Crackattack

Benighted

Dogs Always Bite Harder Than Their Master

Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Attan

End Of

Whisker Biscuit

Kill For Beer

Interview avec Harun Demiraslan

youpimatin / 20/10/2018
Groove Metal

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Concerts à 7 jours

+ Black Mirrors + The Vintage Caravan

26/10 : Backstage, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

On me provoque, là ! C'est l'un des quelques albums pour lesquels j'avais fait une chronique remontant le temps sur feu Violent Solutions il y a dix ans. Et mon avis n'a guère évolué : le contexte était très hostile pour le trio restant, et au lieu de vouloir rassurer les fans par un album bou(...)


Bon alors moi, forcément, je déteste cet album et d'ailleurs tout ceux qui ont suivi...
Même chose d'ailleurs pour tout ce qu'à pu faire le père Cavalera ensuite.
Vieux con speaking... ... ...


Merde, si j'avais connu ça en 1994 j'aurais adoré....c'est excellent.


Pas convaincu... entre cette intro "sur-blastée" qui sonne totalement forcée et ce chant mielleux ridicule, j'ai de sérieux doutes sur les ambitions (capacités ?) du groupe depuis le départ de Wichers...


En effet la production est juste énorme ! Ce son de gratte bordel...


HM2 tous potards au max! un son bien cracra comme j'aime et deux très bon morceaux
vivement le 26


On se croirait revenus 25 ans en arrière quand on découvrait Stratovarius ... pas désagréable, mais quel est l'intérêt de produire ce genre de musique de nos jours ...


Quelle excellente chronique! Merci


Les mêmes que sur l'album de Nader Sadek, avec Vincent à la place de Tucker... Curieux d'écouter ça, perso.


Ouais, ben ce second album est quand même carrément moins bon que leur premier... En même temps l'attente était énorme après le "buzz" de Devoid Of Light !


Un mec en veste en jean sans manches, à dit « ha ha » il parait...


Hé mais faut arrêter les gars, j'ai pénétré personne moi vous me prenez pour qui? :)


Superbe chronique, bein écrite et qui rassemble bien toutes les impressions du disque ! J'adhère à fond ! Merci d'avoir mis en avant BLACK PAISLEY !


Il sonne bien Suédois ou Néerlandais pour du Death Québécois, ça change.


Et bien rassures-toi RBD, ton report est à peine "moins pénétrant que celui d'un Mortne2001"...
Vraiment...
Bravo donc.


Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....


Les festivals estivaux sont internationaux en termes de fréquentation, et je trouve curieux que tu le découvres juste cette année Jefflonger. Et c'est bien parce que le grand public n'a pas cette "culture métal" que Mr Barbaud a réalisé quelque chose que personne n'avait su faire avant lui en (...)


Tellement content que cet album sorte enfin ! :)