Au lieu d'admirer benoîtement vos enfants chéris chercher des œufs de Pâques dans votre petit jardinet de banlieue, prenant l'air faussement étonné que les cloches les aient placés exactement à l'endroit auquel vous aviez pensé, et jetez-vous donc sur le premier album des hollandais de SLAVERY FARM. Certes, le tout est beaucoup moins familial et bon enfant, et sent plus volontiers les effluves d'une vieille salle de répète pourrave d'Amsterdam que le chocolat de supermarché. Mais au risque de passer pour des parents indignes, la blague mérite d'être faite à vos marmots de toute façon trop gâtés, et qui ont besoin de découvrir la vie telle qu'elle est. Et l'existence décrite par ces originaires de Rotterdam n'est pas du genre idyllique, mais plutôt proche d'une réalité très concrète et fort peu empathique...Formé sur les cendres de plusieurs groupes locaux (FOKKUM, ROTT N'DAMNED et THE AFTERVEINS), SLAVERY FARM n'a toujours eu qu'un but avoué, enregistrer l'album de Crust/D-beat le plus sale et méchant de la création, et sous ce point de vue-là, admettons que l'entreprise est à moitié réussie. Si les bataves ne peuvent prétendre pour l'instant faire partie de la caste la plus néfaste de la frange extrême du Hardcore, ils peuvent au moins revendiquer un statut respectable, puisque leur premier effort, ce Reborn dont je m'apprête à vous parler est tout à fait honnête et solide dans son entreprise de destruction de la musique moderne. Obsédés par des références aussi avouées que les DISFEAR, WOLFPACK, DOOM, NAILS, NASUM, TRAP THEM, WOLFBRIGADE, ou les SKITSYSTEM et autres HIS HERO IS GONE, les quatre hollandais (Mathew Altorf - chant, Ries Fokkum - batterie, Daniël Dijkstra - guitare et Xander van Dijck - basse) foncent donc bille en tête, mais ne se contentent pas d'accumuler les saillies ultrarapides, travaillant leur partition pour nous offrir de purs moments de lourdeur et d'oppression, sans pour autant dévier de leur philosophie d'origine.

Pas de grosse surprise toutefois à attendre d'un disque somme toute assez prévisible, mais emballé dans une superbe pochette signée Jasper Swerts (Infested Art), et qui développe de beaux arguments de violence, tout en admettant quelques accointances avec l'univers d'un Hardcore plus nuancé, et strié de riffs méchamment syncopés et balancés («Tank », plaidoyer pour un mosh endiablé). On pense à l'école la plus anglaise des EXTREME NOISE TERROR et autres DOOM, spécialement à cause de cette ambiance sourde et joliment sombre, mais les efforts consentis pour éviter les pièges de la facilité permettent à Reborn de souvent décoller d'un sol jonché de détritus, pour s'envoler vers des paradis Crust n'Core remarquables. D'un niveau instrumental plus que respectable, ce premier long se hisse donc à la hauteur de quelques influences admises, sans chercher à les transcender, mais en y greffant sa patte durement griffue. Proposant des morceaux dépassant rarement les deux minutes chrono, le quatuor reste dans sa zone de confort, et en profite pour glisser quelques pirouettes rythmiques histoire de nous surprendre un peu, aménageant parfois de jolis breaks poisseux pour nous regarder droit dans les yeux (« Downfall », assez Death dans le fond, mais vraiment dérangé dans la forme, et suggérant une politesse rendue aux NAPALM DEATH, les instigateurs). Ce mélange de sonorités héritées de l'école suédoise des années 90, et des enseignements de la perfide Albion de la décade précédente est particulièrement savoureux, et lorsque l'esprit Punk prend le dessus, on pogote comme des rageux (« The Blood Flows », ou comment ramener les fans enragés des années en arrière pour leur apprendre les mauvaises manières), admettant une passion consommée pour les riffs de guitare légèrement dissonants. Se situant donc dans une joyeuse moyenne de D-beat à consonance Crust, SLAVERY FARM nous propose donc sa propre vision de la proverbiale ferme d'Orwell, et dépeint un tableau cruel où les animaux, fatigués d'être pris pour des billes se révoltent et avancent pour tout casser.

Violent, mais respectant quand même les limites de la décence, rapide mais prenant le temps d'imposer des thématiques actuelles (« Burn » au parfum corsé très TRAM THEM envahi de fumée), mais se laissant parfois aller aux joies de l'instantané culbuté (« Controlled », et ses petites trouvailles de kick qui catapultent le classicisme dans les cordes), ce premier LP est d'une qualité formelle indéniable, et décolle à intervalles réguliers. On retrouve même l'emphase des DISCHARGE coincée entre deux accélérations brusquées (« No Escape »), et surtout, cette lucidité Death qui autorise la jonction entre l'Angleterre des late 80's et la Suède des early 90's, le tout traité façon Metal de la mort, sans sombrer dans l’exagération d'une pesanteur trop prononcée (« Restless »). Adeptes indécrottables du DIY, les SLAVERY FARM bouffent à tous les râteliers, et réconcilient les extrêmes dans une même euphorie, matérialisant une saine colère musicale qui leur permet de rester à la surface d'une scène prolixe, mais souvent complaisante. Mais ici, rien n'est gratuit, et aussi instinctives soient ces pulsations, on sent que le groupe a mûrement réfléchi son plan d'action, pour ne pas verser dans l’approximation les condamnant au chaos sas nom. C'est d'ailleurs parfois ciselé comme un orfèvre de la boucherie, à l'occasion d'un irrésistible « Touch And Die » qui propose un nombre conséquent de plans, sans se perdre dans ses propres couloirs. L'ombre des influences citées ne condamne pas le groupe à des ténèbres forcées, mais les expose au contraire à la lumière d'un Hardcore/D-beat vraiment malmené, mais brillamment structuré, sans toutefois dénaturer cette haine qui semble les animer. Et le tout se termine même sur un dernier accès de rage, via ce « Garbage » qui en dit long sur leur manière de penser et leur façon de jouer. Au final, Reborn est un acte de naissance à prendre en sérieuse considération, célébrant l'émergence d'un nouveau-venu qui ne peinera pas à imposer son propre son. Alors, cloches de Pâques ou pas, chocolat et chasse au trésor dans les bois, l'occasion est trop belle de rester chez soi et de savourer une bonne tranche de brutalité made in Hollande. Et pas François, l'autre. Celle de Dave.


Titres de l'album:

  1. Intro
  2. The Blood Flows
  3. Burn
  4. Controlled
  5. No Escape
  6. Restless
  7. Tank
  8. Trails
  9. Downfall
  10. Reborn
  11. Touch And Die
  12. Garbage

Site officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 17/04/2018 à 17:54
80 %    264

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.


Ce que je voulais dire, c'est que MGŁA n'apporte rien de plus en live par rapport aux enregistrements studio. Le boulot est fait, les riffs sont bons et, même si je ne connais pas toute leur discographie, j'apprécie généralement leur musique. Mais sur scène, je n'y trouve pas de sursaut d'inte(...)


Vu en 2013 au Luxembourg.
Souvenir malheureusement mitigé :
Super heureux de voir et entendre ce putain de groupe pour la toute première fois sur scène.
Mais déception totale d'avoir l'obligation d'être assis à un concert (c'était la toute première fois que cela m'arrivait (...)


Très surpris de lire que MGLA ait désormais "un public familial"...
Cela fait très longtemps que je ne les ai pas vu en live (à vu de nez je dirai qu'il y a 7 ans), mais je peux vous dire qu'à l'époque, c'était très loin d'être le cas.
Quoi qu'il en soit, groupe que perso j'ador(...)