Au lieu d'admirer benoîtement vos enfants chéris chercher des œufs de Pâques dans votre petit jardinet de banlieue, prenant l'air faussement étonné que les cloches les aient placés exactement à l'endroit auquel vous aviez pensé, et jetez-vous donc sur le premier album des hollandais de SLAVERY FARM. Certes, le tout est beaucoup moins familial et bon enfant, et sent plus volontiers les effluves d'une vieille salle de répète pourrave d'Amsterdam que le chocolat de supermarché. Mais au risque de passer pour des parents indignes, la blague mérite d'être faite à vos marmots de toute façon trop gâtés, et qui ont besoin de découvrir la vie telle qu'elle est. Et l'existence décrite par ces originaires de Rotterdam n'est pas du genre idyllique, mais plutôt proche d'une réalité très concrète et fort peu empathique...Formé sur les cendres de plusieurs groupes locaux (FOKKUM, ROTT N'DAMNED et THE AFTERVEINS), SLAVERY FARM n'a toujours eu qu'un but avoué, enregistrer l'album de Crust/D-beat le plus sale et méchant de la création, et sous ce point de vue-là, admettons que l'entreprise est à moitié réussie. Si les bataves ne peuvent prétendre pour l'instant faire partie de la caste la plus néfaste de la frange extrême du Hardcore, ils peuvent au moins revendiquer un statut respectable, puisque leur premier effort, ce Reborn dont je m'apprête à vous parler est tout à fait honnête et solide dans son entreprise de destruction de la musique moderne. Obsédés par des références aussi avouées que les DISFEAR, WOLFPACK, DOOM, NAILS, NASUM, TRAP THEM, WOLFBRIGADE, ou les SKITSYSTEM et autres HIS HERO IS GONE, les quatre hollandais (Mathew Altorf - chant, Ries Fokkum - batterie, Daniël Dijkstra - guitare et Xander van Dijck - basse) foncent donc bille en tête, mais ne se contentent pas d'accumuler les saillies ultrarapides, travaillant leur partition pour nous offrir de purs moments de lourdeur et d'oppression, sans pour autant dévier de leur philosophie d'origine.

Pas de grosse surprise toutefois à attendre d'un disque somme toute assez prévisible, mais emballé dans une superbe pochette signée Jasper Swerts (Infested Art), et qui développe de beaux arguments de violence, tout en admettant quelques accointances avec l'univers d'un Hardcore plus nuancé, et strié de riffs méchamment syncopés et balancés («Tank », plaidoyer pour un mosh endiablé). On pense à l'école la plus anglaise des EXTREME NOISE TERROR et autres DOOM, spécialement à cause de cette ambiance sourde et joliment sombre, mais les efforts consentis pour éviter les pièges de la facilité permettent à Reborn de souvent décoller d'un sol jonché de détritus, pour s'envoler vers des paradis Crust n'Core remarquables. D'un niveau instrumental plus que respectable, ce premier long se hisse donc à la hauteur de quelques influences admises, sans chercher à les transcender, mais en y greffant sa patte durement griffue. Proposant des morceaux dépassant rarement les deux minutes chrono, le quatuor reste dans sa zone de confort, et en profite pour glisser quelques pirouettes rythmiques histoire de nous surprendre un peu, aménageant parfois de jolis breaks poisseux pour nous regarder droit dans les yeux (« Downfall », assez Death dans le fond, mais vraiment dérangé dans la forme, et suggérant une politesse rendue aux NAPALM DEATH, les instigateurs). Ce mélange de sonorités héritées de l'école suédoise des années 90, et des enseignements de la perfide Albion de la décade précédente est particulièrement savoureux, et lorsque l'esprit Punk prend le dessus, on pogote comme des rageux (« The Blood Flows », ou comment ramener les fans enragés des années en arrière pour leur apprendre les mauvaises manières), admettant une passion consommée pour les riffs de guitare légèrement dissonants. Se situant donc dans une joyeuse moyenne de D-beat à consonance Crust, SLAVERY FARM nous propose donc sa propre vision de la proverbiale ferme d'Orwell, et dépeint un tableau cruel où les animaux, fatigués d'être pris pour des billes se révoltent et avancent pour tout casser.

Violent, mais respectant quand même les limites de la décence, rapide mais prenant le temps d'imposer des thématiques actuelles (« Burn » au parfum corsé très TRAM THEM envahi de fumée), mais se laissant parfois aller aux joies de l'instantané culbuté (« Controlled », et ses petites trouvailles de kick qui catapultent le classicisme dans les cordes), ce premier LP est d'une qualité formelle indéniable, et décolle à intervalles réguliers. On retrouve même l'emphase des DISCHARGE coincée entre deux accélérations brusquées (« No Escape »), et surtout, cette lucidité Death qui autorise la jonction entre l'Angleterre des late 80's et la Suède des early 90's, le tout traité façon Metal de la mort, sans sombrer dans l’exagération d'une pesanteur trop prononcée (« Restless »). Adeptes indécrottables du DIY, les SLAVERY FARM bouffent à tous les râteliers, et réconcilient les extrêmes dans une même euphorie, matérialisant une saine colère musicale qui leur permet de rester à la surface d'une scène prolixe, mais souvent complaisante. Mais ici, rien n'est gratuit, et aussi instinctives soient ces pulsations, on sent que le groupe a mûrement réfléchi son plan d'action, pour ne pas verser dans l’approximation les condamnant au chaos sas nom. C'est d'ailleurs parfois ciselé comme un orfèvre de la boucherie, à l'occasion d'un irrésistible « Touch And Die » qui propose un nombre conséquent de plans, sans se perdre dans ses propres couloirs. L'ombre des influences citées ne condamne pas le groupe à des ténèbres forcées, mais les expose au contraire à la lumière d'un Hardcore/D-beat vraiment malmené, mais brillamment structuré, sans toutefois dénaturer cette haine qui semble les animer. Et le tout se termine même sur un dernier accès de rage, via ce « Garbage » qui en dit long sur leur manière de penser et leur façon de jouer. Au final, Reborn est un acte de naissance à prendre en sérieuse considération, célébrant l'émergence d'un nouveau-venu qui ne peinera pas à imposer son propre son. Alors, cloches de Pâques ou pas, chocolat et chasse au trésor dans les bois, l'occasion est trop belle de rester chez soi et de savourer une bonne tranche de brutalité made in Hollande. Et pas François, l'autre. Celle de Dave.


Titres de l'album:

  1. Intro
  2. The Blood Flows
  3. Burn
  4. Controlled
  5. No Escape
  6. Restless
  7. Tank
  8. Trails
  9. Downfall
  10. Reborn
  11. Touch And Die
  12. Garbage

Site officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 17/04/2018 à 17:54
80 %    329

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Sekkusu

Satyromania

Soren Andersen

Guilty Pleasures

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Excellente nouvelle


Arrêtez, merde, je me prends un sale coup de vieux à cause de vous ! ^^


Il était meilleur dans VIO-LENCE, c'est clair...


Achat obligatoire !! Même si je l'ai en vinyle d'époque, hé, hé...


AH AH AH !!!
Superbe vanne de quarantenaires effectivement...


Buck Dancer + 1.


J'ai jamais aimé, ni même en encadrer Machine Head et j'ai pourtant essayé. En plus Robb Flynn me paraît insupportable sur scène.... Mais 3h30 de concert et ça sur quasiment toute les tournées c'est RESPECT.


Merci pour la piqûre de rappel sur la sortie de ce nouvel album, dont j'étais passé à côté. A l'écoute du titre sorti il y a quelques semaines, Chritus manquait, mais le côté un peu plus direct du morceau n'était pas fait pour me déplaire. J'espère, en tout cas, un aussi bon album que le(...)


Mon bientôt futur pays d'adoption ! ( 3615 My life) J'espère y faire quelques concerts bien cool. Ça risque d'être intense