On peut choisir de rester en Norvège toute une matinée, c’est une possibilité. D’un côté, on en admire les fjords et les forêts, de l’autre, on s’excite un peu dans un local de répétition au son abrasif d’un énième combo de Crust/D-Beat qui une fois de plus, prouve que la violence du genre est une solide affaire nationale.

Les exemples ne manquent pas, et je ne vais certainement pas les recenser ici, mais me contenter d’apporter un nouveau pavé aux barricades de la violence nordique en vous narrant les mésaventures du dernier LP en date des frondeurs de MØRKT KAPITTEL

Ces gentils garçons sans doute bien élevés nous en viennent de la ville de Trondheim, suivent à la lettre l’éthique du DIY si chère au Punk et au Hardcore, et semblent faire partie de la faction la plus véhémente de leur créneau, au même titre que les URSUT et autres SMÄRTSAM UTLÖSNING ou JOTNARR.

Leur crédo ?

Tenter de faire progresser le style tout en restant fidèles à ses dogmes, en assombrissant le Crust d’une grosse couche de Neo Darkcore, pour aboutir à un résultat aussi violent que séduisant. Et de ce côté-là, leur mission est « brillamment » accomplie, puisque cet Usnuelig Ferd est aussi violent et rapide qu’il n’est désespéré et presque résigné.

Dans le ton tout du moins.

Rien de nouveau sous l’hiver norvégien, qui peine toujours autant à réchauffer ses ouailles. Si le tour de la question Néo Crust a déjà plus ou moins été fait, plusieurs fois même, il faut concéder à ce quintette (Atle, Eirik, Fredrik, Øystein, Øyvind) une façon plus Punk/Hardcore d’aborder la chose, notamment dans l’application de plans de guitares très mélodiques, qui les rapprochent même d’un Darkcore assez harmonieux et plus ou moins surprenant.

Nonobstant cette nuance d’importance, ce LP reste dans des balises rassurantes de brutalité assez maîtrisée, qui semble même tendre vers un genre de Post Black parfois assez douloureux (« Vardøger »). Leur son est assez étrange, un peu étouffé et concentré, et si les riffs se veulent épais et tendus, les entrées solo en harmonies semblent souffrir d’une production un peu rêche et mièvre qui confère à l’ensemble une aura de démo pas forcément désagréable, bien au contraire.

Inventivité et efficacité, sobriété et richesse, telles semblent être les dualités maîtresses de ce nouveau projet des MØRKT KAPITTEL. Si la plupart des morceaux suintent la colère et l’envie d’en découdre, d’autres au contraire jouent le calme apparent, comme ce « † » qui joue la sensibilité acoustique épurée, et qui se veut bien plus qu’un simple intermède mélodique destiné à boucher un trou.

Les morceaux sont tous d’une durée homogène, avec toutefois quelques pointes dépassant les cinq minutes, chose rare dans le domaine, mais les norvégiens ont au moins le mérite de nous éviter les habituelles dérives bruitistes occupant un métrage interminable.

Ils parviennent même à repousser les limites de la sauvagerie crue à l’occasion  d’un « Alt Som Har Reist Sæ », à la rugosité atténuée de cassures harmoniques presque Folk dans l’idée, qui s’incrustent dans les interstices laissées entre des accélérations typiques du Crust nordique.

Le tempo général est résolument excité, mais refuse la lourdeur à la DISCHARGE pour se concentrer sur une nostalgie de fond assez prenante, avec toujours en exergue ces courts passages mélodiques qui nous font tomber dans une ambivalence flagrante.

En gros, une illustration de la vie, dans son passé/présent/avenir, vu au travers d’un prisme Hardcore sans concessions, mais avec lucidité et compréhension.

Même les entrées les plus coutres sont régies par ce principe, à l’image de l’instinctif et bref « Å Snu Sæ Vekk » qui permet quand même un chant bien raclé qui par transposition vous brûle le palais et les poumons de ses exhortations.

Si les chansons frisent toujours les quatre minutes, elles sont composées de suffisamment d’idées pour ne jamais se répéter, ou presque, et tentent parfois des accroches rythmiques plus lentes et chaotiques. Ainsi, « Blindt Regn » calme le jeu d’apparence pour s’unir dans un ballet à la UNSANE, soudainement écourté par de courtes manipulations Folk acoustiques qui relancent le rythme, en mid pour changer, mais encore plus intense que n’importe quelle cavalcade affolée.

Ce titre est d’ailleurs assez révélateur de la personnalité des norvégiens, qui ne se contentent pas d’une course en tête, et s’autorisent même des incursions en terrain Post Metal/Metal Alternatif histoire de ne pas se montrer trop bornés.

Mais ne soyez pas trop inquiets quant au sort qui vous est réservé malgré ces atténuations possibles de véhémence. Le quintette norvégien n’a pas oublié que l’atout majeur du D-beat restait sa capacité à transcender la violence pour la rendre palpable, et malgré quelques astuces d’équilibriste Punk bien senties, le radicalisme est toujours de mise, mais il est simplement renforcé d’une couche d’harmonies et d’un travail rythmique inventif.

Ainsi, le final « Taushetens Verdighet » synthétise pour vous la philosophie d’Usnuelig Ferd, en soufflant une fois encore le chaud et le froid dans vos bronches auditives, de façon encore plus appuyée.

A vous de voir si selon votre propre opinion, un album de Néo Crust doit rester linéaire et brutal de bout en bout, ou peut et doit au contraire s’ouvrir pour offrir quelque chose de plus.

Ce qui est le cas des MØRKT KAPITTEL, qui sont autant Punk, Hardcore, Néo Crust, D-Beat que n’importe qui mais qui sont aussi d’habiles instrumentistes et d’intelligents compositeurs.

C’est aussi ça la Norvège. Le froid, l’hiver sans fin, la chaleur d’un feu de bois, et une conception de la vie assez pertinente.

 Tout ne pas peut pas être chaos, et quand bien même, rien n’interdit de le structurer.


Titres de l'album:

  1. I Ring Rundt Lyset
  2. Å Snu Sæ Vekk
  3. Te Bunns
  4. Vardøger
  5. Alt Som Har Reist Sæ
  6. Blindt Regn
  7. Tronebrenner
  8. Taushetens Verdighet

Site officiel


par mortne2001 le 24/02/2017 à 16:26
70 %    466

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.