La terre est donc à vendre ? J’aurais tendance à dire que les éventuels acquéreurs ne feront pas une bonne affaire, puisque notre pauvre planète est bradée depuis des années par les industriels, complexes pharmaceutiques, exploitations pétrolières et autres exercices de style des démiurges du bénéfice augmenté…Sans même parler de certains gouvernements qui clairement, font passer leurs propres intérêts financiers avant l’avenir de leurs enfants…Mais c’est justement pour souligner cet état de fait que les italiens de EARTH FOR SALE ont choisi ce patronyme, et reconnaissons-leur une conscience humaine et sociale assez dans l’air du temps. Ce qui l’est moins par contre, ce sont leurs choix musicaux, assez en porte-à-faux et ambivalents, qui risquent de leur aliéner une bonne partie des fans de Rock du monde entier. Non que leur style rebute, ou que leurs compositions manquent leur but, mais en optant pour une convergence entre plusieurs genres, les amis transalpins n’ont pas choisi la voie la plus simple pour se vendre…Alors, après écoute de l’album en question, serez-vous tenté d’appuyer sur la touche Reset de votre lecteur ? Sans vouloir m’engager et parler pour vous, je suis certain du contraire, puisque ce premier album fait preuve d’une incroyable sincérité, d’une touchante naïveté, mais aussi d’un professionnalisme à toute épreuve, et d’une indéniable fraîcheur qui en font l’une des sorties les plus intéressantes de ce mois de mai agonisant sous les dernières trombes d’eau.

En parlant de trombes, les informations concernant ce combo de Milan ne tomberont pas comme le proverbial déluge. Je pourrai tout au plus vous dire qu’il s’est formé en 2014, que Reset est donc son premier LP, et qu’il évolue en structure quintette (Sivla Reale - chant, Marco Vecchio - guitares, Stefano “Steff” Brusa - claviers, Stefano Cavalloni - basse et Fabio Mas - batterie). Niveau influences, pas grand-chose à déclarer non plus, les italiens préférant la globalité évasive du melting-pot géant couvrant un spectre allant de la Pop musclée au Rock trapu et moderne, en passant par la World, s’arrogeant le droit d’utiliser une instrumentation ouverte, à base de guitares classiques, d’accordéon, de Thérémine, et d’orchestrations synthétiques. En partant de ce principe, qu’attendre d’un disque qui ne dit pas grand-chose à son propos en amont, et qui risque d’attiser la curiosité tout autant que susciter l’indifférence ? Qu’il est plutôt bon, qu’il connaît quelques moments de faiblesse, et que certains de ses chapitres auraient gagné à être plus travaillés et moins anonymes. Nous nageons parfois à contre-courant d’une Pop-Rock boostée aux guitares aiguisées, et si l’ensemble tend parfois vers un AOR de grande qualité (« One Light Year », qui rappelle un peu Pat Benatar ou Alannah Myles), certains intermèdes laissent à penser qu’une trop grande tendresse ne joue pas en faveur des musiciens impliqués (« Psyco Love », un peu trop passe-partout et pas forcément très dynamique comme power-ballad)…Nonobstant ces quelques remarques mineures qui ont toutefois le mérite de tempérer les débats, admettons quand même que les milanais ont bossé leur copie, et surtout, que Reset est suffisamment varié pour offrir un petit quelque chose à tout le monde.

Outre des capacités individuelles notables, cet effort introductif peut aussi s’appuyer sur une production clean, quoique légèrement trop par moments. Ainsi, le très bon « Tango », plus Dalbello que FLEETWOOD MAC avec ses accents acoustiques flagrants, aurait grandement pu s’en sortir plus sauvagement en étant épaulé par un son un peu plus âpre et nuancé. Mais on note dans ces moments-là que le quintette est capable de nous prendre à contre-pied et de nous faire valser entre des plans Rock et des couplets plus veloutés, ce qui laisse augurer d’une suite peut-être plus ambitieuse. Nous n’en sommes pas encore là, et en tant que somme de travail couronnant quatre ans d’existence, les onze titres déroulent divers tapis rouges, jouant parfois la carte de l’intimisme pour mieux nous enflammer au détour d’un refrain vraiment passionné (« Guinever »). La voix de Sivla Reale, un peu linéaire sur ses impulsions les plus Rock montre au contraire toute son étendue dans les moments plus posés, et chacun d‘apprécier le timbre d’une vocaliste qui maîtrise déjà parfaitement son sujet. Et que les conditions soient souples et légèrement Funky sur les bords (« Reset », superbe ligne de basse louvoyante à la Stevie Wonder), ou plus symptomatiques d’un Rock adulte des 80’s qui pourrait chercher et trouver son chemin dans les charts (« Wild Is My Heart », un single potentiel qui pourrait faire trembler le marché japonais, pour peu que le label local s’y prenne bien), le background est solide, mais largement assez modulable pour se sentir à l’aise. Il est bien évident que des morceaux comme « Life » donneront l’impression aux fans du HEART des nineties que leurs idoles n’ont jamais cessé d’influencer leurs contemporains, mais avec des digressions comme « Alive », les EARTH FOR SALE sont assurés de capter l’attention des adorateurs d’un Rock subtilement ciselé, dans une adaptation d’un TOTO en prise aux affres d’une Pop-Rock méchamment peaufinée.

Et si l’originalité est souvent sacrifiée au profit de l’efficacité, il serait d’une extrême mauvaise foi de faire la fine bouche, d’autant plus que les mélodies des italiens sont toujours pertinentes, à défaut d’être surprenantes. Les structures sont logiques et prévisibles, mais difficile de tourner le dos à des réussites comme « Amnesia (Days Steal By) », ou au final emphatique « The Night When You Love Me », sur lequel Sivla donne tout ce qu’elle peut. Ajoutez à ça un son de guitare aussi clair qu’une source de montagne, une basse ronde et caressante, et des claviers en appoint qui ne s’imposent jamais, et vous obtenez un bel équilibre des forces en présence, qui assure à Reset une écoute tout confort. Les plus acharnés et furieux d’entre vous auront bien du mal à s’identifier à un LP qui s’affilie plus à un Rock sophistiqué qu’à un Hard-Rock léché, mais les plus sensibles et les plus ouverts découvriront en Reset une promesse qui tient les siennes, et un nouveau groupe qui gagne à être connu et reconnu. Pas sûr qu’à son écoute les industriels et chefs d’état changent leur compte en banque de paradis fiscal et prennent conscience de l’urgence de la situation, mais la musique adoucissant les mœurs, celle des EARTH FOR SALE aura peut-être les arguments pour les faire réfléchir en toute quiétude.            

                  

Titres de l’album:

                         01. Reset

                         02. Wild Is My Heart

                         03. Life

                         04. Psycho Love

                         05. Alive

                         06. One Light Year

                         07. Tango

                         08. Guinevere

                         09. Sky’s Fallin’ Down

                         10. Amnesia (Days Steal By)

                         11. The Night When You Love Me

Facebook officiel


par mortne2001 le 17/06/2018 à 18:34
78 %    122

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Sargeist

Unbound

Demonic

Rise from Chaos

Avast

Mother Culture

Languish

Unworthy

Airrace

Untold Stories

White Coven

Overseas

Exxxekutioner

Death Sentence

Peacemaker

Concrete and Terror

Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

Sick of It All + Black Knives

RBD / 16/11/2018
Hardcore

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

+ Sick Of It All + The Worst Doubt

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Napalm Death

25/11 : Antipode, Rennes (35)

Photo Stream

Derniers coms

Bah putain !
SUNN O))) à Nancy !?!?
Incroyable et génial ça !!! !!! !!!


Le genre d'affiche qui me vend du rêve à plein tube...


Bravo Metalnews...
Par votre faute, sans même avoir écouté l'album, je me suis déjà précommandé le coffret.
C'est malin !


Ça va peut-être (enfin) ouvrir l'esprit à bon nombre d'entre vous (enfin j'espère). L'initiative de vous l'imposer tout cuit dans le bec vous aidera au mieux à entendre de nouvelles sonorités, ça changera à vos oreilles.


A noter que des pass promo sont d'ores et déjà en vente pour les 4 jours.
Concernant l'affiche, j'étais à la conférence de presse, et Yann a précisé que du coup le site en serait modifié (ils attendent entre 10 et 13 000 personnes le jeudi) avec notamment une Dave Mustage dont l'ouver(...)


Mouais...
Cela ne me surprend guère en fait.
Les Bretons (comme beaucoup d'autres) aimant encore bien en faire des tonnes sur l'identité régionaliste...
Quoi qu'il en soit, musicalement, je trouve l'idée de l'ajouter à l'affiche géniale en soit.


C'est un truc de fou là... étrange mais taré ! Alan Stivell au Motoc !


Comme LeMoustre, fort agréablement surpris par cet album.


Hé hé hé !
On se croirait au bon vieux temps de VS bon dieu de dieu...
Rien que pour ce merveilleux retour dans le passé, merci Meloman.


Excellent mec, merci !


Depuis le temps que j'entends parler de New noise (et très souvent en bien) va falloir y jeter un coup d'oeil quand même... merci pour les coms !


Pas totalement metal, mais New noise est pour moi le seul bon mag aujourd'hui. De part sa ligne éditoriale ( même si on retrouve toujours un peu les mêmes groupes avec le temps) et dans lequel on retrouve souvent des dossiers ou interviews ( d'anciens de la scène, boss de label...) vraiment int(...)


Impeccable papier qui, avec un avis sur un autre site couplé à l'écoute de cet extrait, a dévié très vite vers une commande sur le site du label.
Au passage, bien vu les différences entre thrash/death et l'inverse. ici, c'est bien du thrash/death, et l'affiliation avec Scott LaTour (In(...)


C'est ça, ou faut aller sur les fanzines qui arrivent à subsister, fait par des fans pour des fans, chacun pourra trouver chaussure à son pied sur les différentes distros disponibles. Snakepit et ses ersatz (dont le Français Metal Titans au passage) dans plein de genres sont là pour ça. A un (...)


Totalement d'accord avec toi LeMoustre pour le coup. La seule chose qui m'intéresse encore dans les magazines c'est les itw pour la raison que tu donnes. Aujourd'hui y a plus vraiment de mag (metal) qui propose de bonnes chroniques... ou du moins des chroniques un peu développées. Parce qu'en 10 (...)


Sur les chroniques, et leurs vérités assénées comme étant la divine parole. ce qui est intéressant en itw avec ce type de mag, c'est qu'ils ont souvent l'artiste en face, ou au tél, alors que les fanzines/webzines c'est plus par mail, empêchant tout rebond intéressant à un propos précéde(...)


Ca c'est la bonne nouvelle du jour. Le dernier triple album était excellent.
A noter que le label finlandais Svart Records va rééditer tous les album de Swallow the sun en vinyl et ça c'est cool ;)


Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.