La terre est donc à vendre ? J’aurais tendance à dire que les éventuels acquéreurs ne feront pas une bonne affaire, puisque notre pauvre planète est bradée depuis des années par les industriels, complexes pharmaceutiques, exploitations pétrolières et autres exercices de style des démiurges du bénéfice augmenté…Sans même parler de certains gouvernements qui clairement, font passer leurs propres intérêts financiers avant l’avenir de leurs enfants…Mais c’est justement pour souligner cet état de fait que les italiens de EARTH FOR SALE ont choisi ce patronyme, et reconnaissons-leur une conscience humaine et sociale assez dans l’air du temps. Ce qui l’est moins par contre, ce sont leurs choix musicaux, assez en porte-à-faux et ambivalents, qui risquent de leur aliéner une bonne partie des fans de Rock du monde entier. Non que leur style rebute, ou que leurs compositions manquent leur but, mais en optant pour une convergence entre plusieurs genres, les amis transalpins n’ont pas choisi la voie la plus simple pour se vendre…Alors, après écoute de l’album en question, serez-vous tenté d’appuyer sur la touche Reset de votre lecteur ? Sans vouloir m’engager et parler pour vous, je suis certain du contraire, puisque ce premier album fait preuve d’une incroyable sincérité, d’une touchante naïveté, mais aussi d’un professionnalisme à toute épreuve, et d’une indéniable fraîcheur qui en font l’une des sorties les plus intéressantes de ce mois de mai agonisant sous les dernières trombes d’eau.

En parlant de trombes, les informations concernant ce combo de Milan ne tomberont pas comme le proverbial déluge. Je pourrai tout au plus vous dire qu’il s’est formé en 2014, que Reset est donc son premier LP, et qu’il évolue en structure quintette (Sivla Reale - chant, Marco Vecchio - guitares, Stefano “Steff” Brusa - claviers, Stefano Cavalloni - basse et Fabio Mas - batterie). Niveau influences, pas grand-chose à déclarer non plus, les italiens préférant la globalité évasive du melting-pot géant couvrant un spectre allant de la Pop musclée au Rock trapu et moderne, en passant par la World, s’arrogeant le droit d’utiliser une instrumentation ouverte, à base de guitares classiques, d’accordéon, de Thérémine, et d’orchestrations synthétiques. En partant de ce principe, qu’attendre d’un disque qui ne dit pas grand-chose à son propos en amont, et qui risque d’attiser la curiosité tout autant que susciter l’indifférence ? Qu’il est plutôt bon, qu’il connaît quelques moments de faiblesse, et que certains de ses chapitres auraient gagné à être plus travaillés et moins anonymes. Nous nageons parfois à contre-courant d’une Pop-Rock boostée aux guitares aiguisées, et si l’ensemble tend parfois vers un AOR de grande qualité (« One Light Year », qui rappelle un peu Pat Benatar ou Alannah Myles), certains intermèdes laissent à penser qu’une trop grande tendresse ne joue pas en faveur des musiciens impliqués (« Psyco Love », un peu trop passe-partout et pas forcément très dynamique comme power-ballad)…Nonobstant ces quelques remarques mineures qui ont toutefois le mérite de tempérer les débats, admettons quand même que les milanais ont bossé leur copie, et surtout, que Reset est suffisamment varié pour offrir un petit quelque chose à tout le monde.

Outre des capacités individuelles notables, cet effort introductif peut aussi s’appuyer sur une production clean, quoique légèrement trop par moments. Ainsi, le très bon « Tango », plus Dalbello que FLEETWOOD MAC avec ses accents acoustiques flagrants, aurait grandement pu s’en sortir plus sauvagement en étant épaulé par un son un peu plus âpre et nuancé. Mais on note dans ces moments-là que le quintette est capable de nous prendre à contre-pied et de nous faire valser entre des plans Rock et des couplets plus veloutés, ce qui laisse augurer d’une suite peut-être plus ambitieuse. Nous n’en sommes pas encore là, et en tant que somme de travail couronnant quatre ans d’existence, les onze titres déroulent divers tapis rouges, jouant parfois la carte de l’intimisme pour mieux nous enflammer au détour d’un refrain vraiment passionné (« Guinever »). La voix de Sivla Reale, un peu linéaire sur ses impulsions les plus Rock montre au contraire toute son étendue dans les moments plus posés, et chacun d‘apprécier le timbre d’une vocaliste qui maîtrise déjà parfaitement son sujet. Et que les conditions soient souples et légèrement Funky sur les bords (« Reset », superbe ligne de basse louvoyante à la Stevie Wonder), ou plus symptomatiques d’un Rock adulte des 80’s qui pourrait chercher et trouver son chemin dans les charts (« Wild Is My Heart », un single potentiel qui pourrait faire trembler le marché japonais, pour peu que le label local s’y prenne bien), le background est solide, mais largement assez modulable pour se sentir à l’aise. Il est bien évident que des morceaux comme « Life » donneront l’impression aux fans du HEART des nineties que leurs idoles n’ont jamais cessé d’influencer leurs contemporains, mais avec des digressions comme « Alive », les EARTH FOR SALE sont assurés de capter l’attention des adorateurs d’un Rock subtilement ciselé, dans une adaptation d’un TOTO en prise aux affres d’une Pop-Rock méchamment peaufinée.

Et si l’originalité est souvent sacrifiée au profit de l’efficacité, il serait d’une extrême mauvaise foi de faire la fine bouche, d’autant plus que les mélodies des italiens sont toujours pertinentes, à défaut d’être surprenantes. Les structures sont logiques et prévisibles, mais difficile de tourner le dos à des réussites comme « Amnesia (Days Steal By) », ou au final emphatique « The Night When You Love Me », sur lequel Sivla donne tout ce qu’elle peut. Ajoutez à ça un son de guitare aussi clair qu’une source de montagne, une basse ronde et caressante, et des claviers en appoint qui ne s’imposent jamais, et vous obtenez un bel équilibre des forces en présence, qui assure à Reset une écoute tout confort. Les plus acharnés et furieux d’entre vous auront bien du mal à s’identifier à un LP qui s’affilie plus à un Rock sophistiqué qu’à un Hard-Rock léché, mais les plus sensibles et les plus ouverts découvriront en Reset une promesse qui tient les siennes, et un nouveau groupe qui gagne à être connu et reconnu. Pas sûr qu’à son écoute les industriels et chefs d’état changent leur compte en banque de paradis fiscal et prennent conscience de l’urgence de la situation, mais la musique adoucissant les mœurs, celle des EARTH FOR SALE aura peut-être les arguments pour les faire réfléchir en toute quiétude.            

                  

Titres de l’album:

                         01. Reset

                         02. Wild Is My Heart

                         03. Life

                         04. Psycho Love

                         05. Alive

                         06. One Light Year

                         07. Tango

                         08. Guinevere

                         09. Sky’s Fallin’ Down

                         10. Amnesia (Days Steal By)

                         11. The Night When You Love Me

Facebook officiel


par mortne2001 le 17/06/2018 à 18:34
78 %    178

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Orthostat

Monolith Of Time

Obscenity

Summoning the Circle

Psy-no-ark

Nodvs Gordivs

Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + Dragunov

02/03 : Black Baron, Nancy (54)

Photo Stream

Derniers coms

Je ne vais pas paraphraser mes camarades du dessus mais j'en pense tout autant.


Merci pour ce petit clin d’œil à Heavy Sound et content de t'avoir eu au sein de l'équipe dès les tout débuts de l'aventure... et longue vie à Sleeping Church Records et Metalnews !


Rien qu'avec ces deux noms ça promet d'être très poétique en effet !


Allons allons, j'ai des gens qui m'aident bien autour de moi, tu sais de quoi je parle Jus de cadavre... c'est aussi grâce à des personnes comme toi que tout cela est possible.


Cool oui l'interview ;) Un groupe, un label et le zine... Je sais pas comment tu fais Simo ! :D


Merde, mais c'est mortel RITUALS ! J'étais complètement passé à côté... Chouette interview encore une fois et bonne continuation à Sleeping Church Records ;-)


@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)