La terre est donc à vendre ? J’aurais tendance à dire que les éventuels acquéreurs ne feront pas une bonne affaire, puisque notre pauvre planète est bradée depuis des années par les industriels, complexes pharmaceutiques, exploitations pétrolières et autres exercices de style des démiurges du bénéfice augmenté…Sans même parler de certains gouvernements qui clairement, font passer leurs propres intérêts financiers avant l’avenir de leurs enfants…Mais c’est justement pour souligner cet état de fait que les italiens de EARTH FOR SALE ont choisi ce patronyme, et reconnaissons-leur une conscience humaine et sociale assez dans l’air du temps. Ce qui l’est moins par contre, ce sont leurs choix musicaux, assez en porte-à-faux et ambivalents, qui risquent de leur aliéner une bonne partie des fans de Rock du monde entier. Non que leur style rebute, ou que leurs compositions manquent leur but, mais en optant pour une convergence entre plusieurs genres, les amis transalpins n’ont pas choisi la voie la plus simple pour se vendre…Alors, après écoute de l’album en question, serez-vous tenté d’appuyer sur la touche Reset de votre lecteur ? Sans vouloir m’engager et parler pour vous, je suis certain du contraire, puisque ce premier album fait preuve d’une incroyable sincérité, d’une touchante naïveté, mais aussi d’un professionnalisme à toute épreuve, et d’une indéniable fraîcheur qui en font l’une des sorties les plus intéressantes de ce mois de mai agonisant sous les dernières trombes d’eau.

En parlant de trombes, les informations concernant ce combo de Milan ne tomberont pas comme le proverbial déluge. Je pourrai tout au plus vous dire qu’il s’est formé en 2014, que Reset est donc son premier LP, et qu’il évolue en structure quintette (Sivla Reale - chant, Marco Vecchio - guitares, Stefano “Steff” Brusa - claviers, Stefano Cavalloni - basse et Fabio Mas - batterie). Niveau influences, pas grand-chose à déclarer non plus, les italiens préférant la globalité évasive du melting-pot géant couvrant un spectre allant de la Pop musclée au Rock trapu et moderne, en passant par la World, s’arrogeant le droit d’utiliser une instrumentation ouverte, à base de guitares classiques, d’accordéon, de Thérémine, et d’orchestrations synthétiques. En partant de ce principe, qu’attendre d’un disque qui ne dit pas grand-chose à son propos en amont, et qui risque d’attiser la curiosité tout autant que susciter l’indifférence ? Qu’il est plutôt bon, qu’il connaît quelques moments de faiblesse, et que certains de ses chapitres auraient gagné à être plus travaillés et moins anonymes. Nous nageons parfois à contre-courant d’une Pop-Rock boostée aux guitares aiguisées, et si l’ensemble tend parfois vers un AOR de grande qualité (« One Light Year », qui rappelle un peu Pat Benatar ou Alannah Myles), certains intermèdes laissent à penser qu’une trop grande tendresse ne joue pas en faveur des musiciens impliqués (« Psyco Love », un peu trop passe-partout et pas forcément très dynamique comme power-ballad)…Nonobstant ces quelques remarques mineures qui ont toutefois le mérite de tempérer les débats, admettons quand même que les milanais ont bossé leur copie, et surtout, que Reset est suffisamment varié pour offrir un petit quelque chose à tout le monde.

Outre des capacités individuelles notables, cet effort introductif peut aussi s’appuyer sur une production clean, quoique légèrement trop par moments. Ainsi, le très bon « Tango », plus Dalbello que FLEETWOOD MAC avec ses accents acoustiques flagrants, aurait grandement pu s’en sortir plus sauvagement en étant épaulé par un son un peu plus âpre et nuancé. Mais on note dans ces moments-là que le quintette est capable de nous prendre à contre-pied et de nous faire valser entre des plans Rock et des couplets plus veloutés, ce qui laisse augurer d’une suite peut-être plus ambitieuse. Nous n’en sommes pas encore là, et en tant que somme de travail couronnant quatre ans d’existence, les onze titres déroulent divers tapis rouges, jouant parfois la carte de l’intimisme pour mieux nous enflammer au détour d’un refrain vraiment passionné (« Guinever »). La voix de Sivla Reale, un peu linéaire sur ses impulsions les plus Rock montre au contraire toute son étendue dans les moments plus posés, et chacun d‘apprécier le timbre d’une vocaliste qui maîtrise déjà parfaitement son sujet. Et que les conditions soient souples et légèrement Funky sur les bords (« Reset », superbe ligne de basse louvoyante à la Stevie Wonder), ou plus symptomatiques d’un Rock adulte des 80’s qui pourrait chercher et trouver son chemin dans les charts (« Wild Is My Heart », un single potentiel qui pourrait faire trembler le marché japonais, pour peu que le label local s’y prenne bien), le background est solide, mais largement assez modulable pour se sentir à l’aise. Il est bien évident que des morceaux comme « Life » donneront l’impression aux fans du HEART des nineties que leurs idoles n’ont jamais cessé d’influencer leurs contemporains, mais avec des digressions comme « Alive », les EARTH FOR SALE sont assurés de capter l’attention des adorateurs d’un Rock subtilement ciselé, dans une adaptation d’un TOTO en prise aux affres d’une Pop-Rock méchamment peaufinée.

Et si l’originalité est souvent sacrifiée au profit de l’efficacité, il serait d’une extrême mauvaise foi de faire la fine bouche, d’autant plus que les mélodies des italiens sont toujours pertinentes, à défaut d’être surprenantes. Les structures sont logiques et prévisibles, mais difficile de tourner le dos à des réussites comme « Amnesia (Days Steal By) », ou au final emphatique « The Night When You Love Me », sur lequel Sivla donne tout ce qu’elle peut. Ajoutez à ça un son de guitare aussi clair qu’une source de montagne, une basse ronde et caressante, et des claviers en appoint qui ne s’imposent jamais, et vous obtenez un bel équilibre des forces en présence, qui assure à Reset une écoute tout confort. Les plus acharnés et furieux d’entre vous auront bien du mal à s’identifier à un LP qui s’affilie plus à un Rock sophistiqué qu’à un Hard-Rock léché, mais les plus sensibles et les plus ouverts découvriront en Reset une promesse qui tient les siennes, et un nouveau groupe qui gagne à être connu et reconnu. Pas sûr qu’à son écoute les industriels et chefs d’état changent leur compte en banque de paradis fiscal et prennent conscience de l’urgence de la situation, mais la musique adoucissant les mœurs, celle des EARTH FOR SALE aura peut-être les arguments pour les faire réfléchir en toute quiétude.            

                  

Titres de l’album:

                         01. Reset

                         02. Wild Is My Heart

                         03. Life

                         04. Psycho Love

                         05. Alive

                         06. One Light Year

                         07. Tango

                         08. Guinevere

                         09. Sky’s Fallin’ Down

                         10. Amnesia (Days Steal By)

                         11. The Night When You Love Me

Facebook officiel


par mortne2001 le 17/06/2018 à 18:34
78 %    46

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Cxfxcx

Assuma a Culpa

Atavisma

The Chthonic Rituals

Espionage

Digital Dystopia

Vesztegzár

Damnation

In Purulence

Putrid Valley

Converge

Beautiful Ruin

Vyre

Weltformel

Crystal Viper

At the Edge of Time

Hell Patröl

Leather and Chrome

Satan's Basement

Appeal to Your Denial

Marduk

Viktoria

Dreadful Fate

Vengeance

Killing

Toxic Asylum

Malsanctum

Malsanctum

Iron Hunter

Mankind Resistance

Baptists

Beacon of Faith

Craft

White Noise And Black Metal

The Night Flight Orchestra

Sometimes The World Ain't Enough

Hatchet

Dying to Exist

Hellfest Open Air 2018 en Image

Simony / 13/07/2018
Hellfest Open Air

HELLFEST 2018 - Live-report part. 3 et fin : dimanche

Jus de cadavre / 05/07/2018
Death Metal

HELLFEST 2018 - Live-report part. 2 : Samedi

Jus de cadavre / 04/07/2018
Black Metal

HELLFEST 2018 - Live-report part. 1 : Jeudi / Vendredi

Jus de cadavre / 03/07/2018
Heavy Metal

Interview SPHAERA

youpimatin / 28/06/2018
Djent Death Progressif

Concerts à 7 jours

+ Nick Oliveri

23/07 : La Scène Michelet, Nantes (44)

Nick Oliveri

25/07 : Le Galion, Lorient (56)

Photo Stream

Derniers coms

Il y a des nouvelles comme ça qui vous mettent de bonne humeur... Hâte d'entendre le résultat !


Pas un grand drame de ne pas connaître ce groupe...


connais pas...


Il parait qu'il n'y a pas que sur la musique qu'il est précoce mais chuuut... ;-)


"Nicolas, 20 ans, passionné de musique extrême au sens très large depuis 2006"...
Le mec a commencé le Metal à 8 ans ?!?!?!
Bah putain...
J'avais même pas acheté ma première K7 de Michaël Jackson moi à cette âge là... ... ...


Bienvenu mec ;) Et bon fest !!!


"faut-il faire boire de la bière à des enfants ?"
Ah la par contre... bon... Faut en discuter mais j'ai mon avis ! :D


+1 Jus de cadavre... les enfants (de 6 et 8 ans surtout) n'ont pas de second degré et donc l'imagerie renvoyée par un groupe comme WATAIN est prise au premier degré, il faut faire très attention à cela. Ensuite, le point positif, c'est qu'ils passent du temps avec leurs parents et qu'ils partag(...)


Amener ses gosses dans un gros fest Metal, je trouve ça irresponsable. Point barre. C'est l'un des problème avec l'énorme succès du Hell... "C'est familiale" etc... Du coup les gens amènent leurs gamins. Impressionnant le nombre cette année ! Mais en pleins cagnard avec le monde, le bruit etc.(...)


intéressante cette chro, soit on fonce dedans , soit.... ben on fonce aussi mais on oublie pas de découvrir les autres albums non death d'une référence suédoise, à savoir Entombed. C'est ce que je suis en train de découvrir et je découvre de chouettes albums ( same difference , uprisng ,infe(...)


désolé pour le doublon, boulet un jour....


j'ai bien apprécié watain .¨Par contre devant moi est apparu un père de famille avec son fils de 5-6 ans et sa fille de 8 ans et je na'ai pas su quoi penser. Le père était excité et criait que c'est de la musique qui défonce pendant que ses gamins se bouchaient les oreilles et baissaient la (...)


j'ai bien apprécié watain .¨Par contre devant moi est apparu un père de famille avec son fils de 5-6 ans et sa fille de 8 ans et je na'ai pas su quoi penser. Le père était excité et criait que c'est de la musique qui défonce pendant que ses gamins se bouchaient les oreilles et baissaient la (...)


ha quel boulet je fais,!! ;) dommage j'ai loupé exhorder mais vu Accept que je n'avais encore jamais vu et pourtant je suis vieux , mais j'ai laissé tombé le heavy depuis trop longtemps . J'étais aussi présent au Fury. re ;)
pour le dimanche j'ai énormément apprécié Rotten sound, cri(...)


PUTAIN !!! !!! !!!
LA news quoi !!!
"The lady rides a black horse"... Ce que j'ai pu l'écouter cet album à l'époque bordel ! Une tuerie...
Hâte ! Hâte ! Hâte !


POUAH !!! !!! !!!
FAKE NEWS !!! !!! !!!
(Comme dirait l'autre con...)
Tout content d'écouter de nouveaux titres, me voilà tout dépité de me retrouver face à une bête compilation.
Tout ce qui est là était déjà paru il y a des années sur "Under the black sun", la sec(...)


BOUDIOU !!! !!! !!!
Je n'étais pas au courant...
Je télécharge de suite le bazar bordel !!!
Un des plus grands (si ce n'est le plus grand) groupe ricain du genre...


Pressé de l'écouter celui la ! Ce titre m'a étonné dans le bon sens !


probablement leur pire album et l'un des plus pauvres de l'année


toujours au top. du Deicide classique
et toujours ce coté démoniaque qu'aucun autre groupe n'est capable de capturer