Je vais être franc, j’ai un GROS problème avec le son des albums Thrash contemporains. L’explication en est très simple. En tant qu’enfant du Thrash boom des années 80, j’ai grandi avec les productions de Bill Metoyer, Alex Perialas, Rick Rubin, Harris Johns, ce son si sec et nerveux, qui à l’époque, permettait de différencier les groupes et de les regrouper par affinités. Attention, je ne parle pas ici de la recherche nostalgique de combos comme MUNICIPAL WASTE, POWER TRIP et tous les défenseurs de la cause passée. Je parle des groupes institutionnels, ceux existant depuis des décennies, qui adoptent tous la même posture. Les EXODUS, OVERKILL, DESTRUCTION, KREATOR, qui semblent avoir retenu la leçon du Thrash revival des années 2000, et qui finissent par tomber dans les mêmes travers. Ces travers s’expriment à travers un son bombastic, qui pousse tout à fond, qui démultiplie la puissance des graves et qui transforme les guitares en machines à riffer sans âme. De fait, ce qui devrait nous sauter aux oreilles comme la révélation d’un Armageddon à venir à tendance à devenir une norme de catastrophe, et à niveler les productions actuelles. Le projet BONDED pâtit de cette tendance et se veut aussi linéaire qu’un album de reprises de TOXIC WASTE ; c’est bien dommage, puisque cette normalisation handicape des morceaux qui avec une autre approche, auraient explosé comme les petites bombes à neutrons qu’ils sont. Une fois cet aparté refermé, traitons du cas de ce nouveau venu qui n’en est pas vraiment un, plutôt un supergroupe que personne n’a vu venir. Formé par deux SODOM, Bernd “Bernemann” Kost und Markus “Makka” Freiwald, BONDED est donc une association de bienfaiteurs Thrash qui ne souhaitent qu’une chose. Jouer le genre avec les tripes, et nous permettre de headbanguer sans avoir à penser à d’éventuelles conséquences conceptuelles. Une sorte de plaisir anecdotique mais d’importance, l’alliance de talents du cru, et surtout, un défouloir gigantesque qui unit pour le meilleur et pour le pire le passé et le présent.

Moteurs du gang, Bernd et Markus n’ont pas recruté les premiers venus pour les épauler. On retrouve donc à la basse Marc Hauschild, mais surtout Chris Tsitsis (ex-SUICIDAL ANGELS) à la seconde guitare, et Ingo Bajonczak (ASSASSIN) au chant. Et comme le disent tous les sites référentiels en s’appuyant sur des arguments promotionnels d’usage, This is fucking THRASH METAL !! Fucking Thrash yes, but modern Thrash, et pas le plus savoureux. En occultant les griefs exposés plus en amont, Rest In Violence est un modèle de Thrash cruel et moderne qui tient compte de l’héritage, mais qui se préoccupe plus de sa petite part. L’expérience des deux membres fondateurs au sein de SODOM est évidemment mise à profit, et les morceaux témoignent des longues années dévouées à la cause, mais quelque chose gêne dès les premières secondes d’écoute. Cette production justement, peaufinée par un habitué, Cornelius Rambadt, connu pour avoir mis son talent au service de SODOM. Et inévitablement, Cornelius a construit une cathédrale sonore de violence pour ses petits protégés, ce qui une fois encore a tendance à nuire à l’impact de morceaux qui se retrouvent noyés dans une masse de normalité contemporaine. Inutile pour constater ceci d’être un expert en enregistrement et mixage. On sent que tout est fait pour maximiser un effet déjà bien bœuf à la base, et si l’ensemble dégage une puissance indéniable, il entraîne de fait une accoutumance qui finit par glisser vers la torpeur, ce qui n’est jamais bon signe. Et sans vouloir tout mettre sur le dos du travail de captation, admettons quand même que les chansons de ce premier album auraient mérité un traitement moins générique et anonyme. On a même le sentiment d’écouter un nouveau KREATOR ou une surprise de TESTAMENT, ce qui achève de valider mon constat initial. Pourtant, le groupe avait mis toutes les armes de son côté pour conquérir les fans d’un Thrash de tradition ne crachant pas sur un minimum d’ambitions.

Avec le pedigree des musiciens, il était inutile de s’attendre à une musique jouant l’humilité, mais bien à une démonstration de force bombant le torse, ce que « Godgiven » confirme assez rapidement. Guitares qui fulminent au premier plan, rythmique tonitruante, couplets enragés pour refrain dégagé, le travail est peaufiné, mais restitué avec la sauvagerie nécessaire. Les nouveaux acolytes, pour mieux nous combler ne se sont pas contentés de leur petit cercle fermé, mais ont aussi convié aux agapes de la violence d’autres habitués des clubs VIP, dont Bobby “Blitz” Ellsworth au chant et Christian “Speesy” Giesler, ex-bassiste de Kreator sur le monstrueux et lapidaire title-track qui a de vrais airs de fête de famille et de célébration de la violence bon enfant. « Rest In Violence » est assurément l’un des hauts-faits de l’album, avec son tempo à la OVERKILL énervé, et sa dualité de chant très efficace. Le timbre du couineur Blitz s’accorde très bien de celui plus rauque d’Ingo Bajonczak, et les quatre minutes de massacre passent comme dans un rêve d’une Ruhr unie aux Etats-Unis pour célébrer quarante ans de domination mondiale. Mais même sans ces gimmicks, BONDED assure, et tire à vue, alternant les bourrasques bien velues et les aplatissements bien ténus, prônant une fausse simplicité de composition pour imposer une vraie vision. On prend évidemment beaucoup de plaisir à écouter ces vieux briscards faire ce qu’ils savent faire de mieux, mais autre écueil classique de ce genre de réalisation, sa durée, trop excessive et pointant du chrono des redites et des moments d’inspiration plus flottante. En survolant l’effort, on est bien sur conquis par l’implication ne se démentant pas, et par des riffs redondants, cycliques, saccadés, ces instants de solidité (« Je Suis Charlie »), ces étalages de puissance crue (« Galaxy M87 », au parfum très DESTRUCTION contemporain), mais une fois encore, avec un son trop proche de la standardisation, Rest In Violence finit par radoter, et proposer des plans un peu trop usités.

C’est évidemment très méchant dans le fond, parfois bénéficiaire de modulations (« To Each His Own », mélodique comme du KREATOR récent), mais on ne peut que regretter que le résultat ne soit pas différent. En expurgeant ce premier album des quelques scories évidentes, et en optant pour un son moins symptomatique de l’époque, le projet eut décollé à des hauteurs insoupçonnées, celles-là même que DESTRUCTION et OVERKILL n’atteignent plus depuis longtemps. Mais en l’état, et avec un minimum de complaisance, BONDED s’en tire largement avec les honneurs. Mais pas plus.                                 


Titres de l’album :

                        01. Godgiven

                        02. Suit Murderer

                        03. Rest In Violence

                        04. Je Suis Charlie

                        05. The Rattle & The Snake

                        06. No Cure For Life

                        07. Where Silence Reverberates

                        08. Galaxy M87

                        09. Arrival

                        10. The Beginning Of The End (Bonus Track)

                        11. To Each His Own (Bonus Track)

                        12. The Outer Rim

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 03/02/2020 à 18:15
75 %    321

Commentaires (6) | Ajouter un commentaire


NecroKosmos
@109.218.231.164
03/02/2020 à 21:09:20
M'en fiche, je l'achèterai quand même !! Hâte !!

Arioch91
membre enregistré
04/02/2020 à 08:11:40
"Je vais être franc, j’ai un GROS problème avec le son des albums Thrash contemporains. L’explication en est très simple. En tant qu’enfant du Thrash boom des années 80, j’ai grandi avec les productions de Bill Metoyer, Alex Perialas, Rick Rubin, Harris Johns, ce son si sec et nerveux, qui à l’époque, permettait de différencier les groupes et de les regrouper par affinités."

Totalement d'accord avec le début de la chronique.

Une seconde d'un Pleasure to Kill, Bonded by Blood, So Far so Good so What et des tonnes d'autres suffit à reconnaître, ET le groupe, ET l'album.

De nos jours, les prods ne filent plus de personnalité aux groupes et aux albums. Bien dommage.

Jus de cadavre
membre enregistré
04/02/2020 à 11:09:21
"Une seconde d'un Pleasure to Kill, Bonded by Blood, So Far so Good so What et des tonnes d'autres suffit à reconnaître, ET le groupe, ET l'album."

Ça c'est tout à fait vrai. Quelles personnalités les groupes avaient à l'époque bordel ! En même temps c'étaient les pionniers donc tout était neuf et à inventer. Je n'ai pas connu cette époque bénie, mais bordel, ça devait être claques sur claques !
J'imagine la gueule des mecs en 86 (par exemple) en découvrant coup sur coup Master Of Puppets, Reign in Blood, Pleasure to Kill, Darkness Descends, Peace Sells... et tant d'autres (putain cette liste de fou cette année là xD) ! Le pied !

Arioch91
membre enregistré
04/02/2020 à 19:49:26
Oui, c'était le pied, même si parfois à la première écoute, j'aimais pas forcément le son collé à ce que j'entendais.

Mais c'était LE son, UNE prod' pour UN disque, et pas un truc standardisé collé à tous les artistes passant dans un même studio.

Imagine Entombed qui se pointe avec une prod' à la Andy Sneap. L'impact n'aurait pas été le même.

RBD
membre enregistré
04/02/2020 à 22:42:47
Cela me rappelle ce que je pensais à l'époque de Legion of the Damned : très gros son totalement impersonnel qui tue tout le reste. Sitôt le set fini, on s'en est pris plein la gueule mais on est incapable de se souvenir d'un seul riff.

jolk
@78.192.38.132
08/02/2020 à 12:38:19
Le thrash est un genre mort depuis fort longtemps...

Ajouter un commentaire


Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

Pissed Regardless

Imperial Cult

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

ce qu'il ne faut pas lire comme âneries ici...


Je rejoins aussi ton avis, me souviens encore de leurs débuts, c.était même pour ma part difficile d'avaler un album au complet d'une esti shot. Conqueror aussi dans le même chariot.


Pas mal du tout ça !
La production est excellente, très organique, proche d'une captation live mais restant fine et précise ! Ca promet.


L'artwork est l’œuvre d'un certain Jibus


Intéressant, on pourrait savoir qui a fait l'artwork? il est magnifique et je trouve dommage que les crédits des artistes ne soient que rarement mentionnés alors que c'est eux qui fournissent le contenu.


Tu nous feras deux pater et trois avé en pénitence.


J'avoue avoir utilisé la désignation d'Encyclopaedia Metallum sans chercher à vérifier tellement j'ai confiance en ce qui y est mis habituellement.


Dimmu Borgir en PLS ! Impressionnantes les orchestrations, et pourtant je ne suis vraiment pas client de Black sympho !


J'aime toujours Revenge, mais je trouve que le groupe a sacrément perdu de son aura malsaine et dérangeante aujourd'hui... Trop d'albums et surtout trop de live selon moi, ça perd en "mystère"... Après c'est toujours bien bestial et nihiliste comme on aime, mais bon. Enfin ce n'est que mon avis(...)


Effectivement pire mascotte de tous les temps.
Elle porte un nom je crois d'ailleurs mais je ne sais plus lequel...


Bien plus Grunge que Sludge Doom ce truc...


Excellent groupe, avec un son en avance, des putains de riffs et la plus horrible mascotte qui soit.


pas le 27 Avril mais c est le 17 Avril voir site;
https://wickedmetalreview.wixsite.com/wickedmetalreview/post/reptilium-adrenochromacy?fbclid=IwAR3mQiBqH-HFePj2K1w3WrzchVjL2mABPa-drsZ2slIrmbxKotYt1qe3r6g


Ah, effectivement : la pochette est terrible !!


merci pour ton report
Je n'ai pas pû me déplacer pour cette affiche monstrueuse, ce qui rend la lecture douce et cruelle à la fois.


Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.


Seul le premier album était excellent, les 2 autres dont celui-ci de moins en moins bons.


Et bien... quelle chronique Mr Mortne une fois de plus !
Un album pas encore écouté pour ma part, mais j'ai limite l'impression pourtant, tellement on en entend parler partout. J'y jetterais une oreille certainement, en asseyant de faire fi des polémiques l'entourant.


Ah ah ah !!!
C'te pochette est juste géniale bordel !


Effectivement le chant fait très Hreidmarr.