Rogue Planet

Chugun

30/06/2020

Autoproduction

Continuons donc notre tour du monde de l’extrême, pour découvrir des musiciens de tous horizons, et c’est ainsi qu’aujourd’hui nous entrons en terre israélienne pour y rencontrer les CHUGUN qui accusent quelques années de pratique. Fondé à Tel-Aviv en 2010, le combo a rodé son répertoire pendant des années avant de se lancer professionnellement, et se retrouver à croiser le fer au Wacken. Un premier LP a sanctionné leur parcours en 2015, Virus, et ce sont donc cinq années de silence que Rogue Planet (objet possédant la masse d'une planète mais qui n'est attaché gravitationnellement à aucune étoile ou naine brune : il erre dans l'espace comme un objet indépendant) vient interrompre de son agressivité et de son allant. En cinq ans, la physionomie du groupe a changé, et c’est un trio que nous retrouvons aujourd’hui, évoluant autour des frères Yani (basse/chant) et Timur Sizov (guitare/chœurs), et du batteur Nir Baruch. Exit donc la chanteuse Denise Jani qui vociférait sur le premier LP, et si le changement de tonalité est manifeste, le style en lui-même n’a pas vraiment muté, et gravite toujours autour d’un Death moderne et bien dans son époque. Pour mieux situer les débats, les israéliens citent quelques noms à la volée, SLAYER, CORONER, SOULFLY, CRIPPER, LAMB OF GOD, auxquels vous pouvez éventuellement ajouter ceux de MORBID ANGEL, AT THE GATES, SOILWORK, pour obtenir un cocktail tout sauf original, mais velouté en bouche, et suffisamment brutal pour enivrer les fans d’extrême raisonnable. L’équilibre entre points forts et faibles est assez juste, et en trente-et-une minutes à peine, le trio ne s’embarrasse pas de principes, ne défie pas les lois de la gravitation, et nous livre une copie honnête, mais qui peine à combler leur absence de cinq ans.

Posons les bases, et admettons que Rogue Planet n’est décevant que par son conformisme et par sa production un peu anonyme. Enregistré, mixé et masterisé au AG Studio de Tel Aviv, il peut évidemment se targuer d’un professionnalisme notable, mais entre les saccades de guitare trop traditionnelles et calibrées, un écho de batterie un peu mate qui empêche Nir de vraiment pulser même dans les moments les plus brutaux, et un chant décidément bien linéaire, l’attaque finit par s’essouffler dans une guerre de tranchées que le style ne tolère pas vraiment. Nonobstant ces reproches que j’assume totalement, certains morceaux émergent de la masse, parce qu’ils osent plus de solidité, parce qu’ils évitent les idées déjà recyclées de nombreuses fois, à l’image du très SLAYER « Rogue Planet », plus Thrash que la moyenne, et dont les premières secondes donnent le sentiment d’avoir été créées par le trio King/Hanneman/Bostaph. Et c’est finalement lorsque les musiciens s’éloignent de leurs automatismes Death trop systématiques qu’ils se montrent les plus probants, en insufflant à leur instrumental un groove fluide et entraînant. Côté soli, ceux tricotés par Timur sont plus que capables, et rappellent un peu ceux de feu Chuck Schuldiner, en version moins technique, mais tout aussi mélodiques. Concentrées sur une idée porteuse, les chansons bénéficient d’un nombre conséquent de breaks, ce qui confère parfois une ambiance délicatement progressive. La seconde partie de l’album sonne ainsi plus fraîche et vivifiante que la première, lorsque le tempo décélère pour permettre à chacun de prendre plus d’ampleur. Ainsi, l’écrasant « Extinction Cycle » est un modèle du genre, même s’il souffre du timbre un peu trop forcé de Yani. La dualité vocale n’est pas sans rappeler les canons du Grind, avec un canal central très grave secondé par des cris plus perçants, et lorsque la machine s’emballe sans prévenir, l’énergie est conséquente.

Difficile de pointer du doigt les scories, puisque objectivement tout est carré, propre, et joué au biseau. Mais la plus belle mayonnaise n’est pas la meilleure, et malgré les efforts du trio, elle ne prend que par intermittence, lorsque les enchaînements sont moins évidents, et que les imbrications sonnent plus spontanées. « Andromeda » en est un exemple parfait, même si le riff principal se veut traditionnel. Mais en enquillant les plans sans discontinuer, les CHUGUN provoquent un mouvement de lame de fond qui redynamise le concept, et les dernières minutes en incarnent en quelque sorte l’ultime vague qui déferle sur la grève. On pense aussi parfois aux débuts de MESSHUGAH, lorsque le combo cherchait encore son identité, mais il est évident que la comparaison ne joue pas en faveur des israéliens. Encore un peu timides dans leur approche, encore un peu trop sages dans leur brutalité, il leur manque cette aura démoniaque qui irradie des références les plus connues, même si on sent que le potentiel est là. Le dernier morceau « Gravitational Collapse » en est d’ailleurs une preuve probante, avec sa rythmique à la AT THE GATES et ses blasts inopinés à la MORBID ANGEL. Il devient donc assez clair que le groupe est capable de faire plus ambitieux mais tout aussi concis, et de s’extirper ainsi de la masse de groupes Death/Thrash sympathiques, mais encore trop tendres. Espérons qu’une fois relancés, les trois musiciens en profiteront pour provoquer un peu plus leur imagination, mais en attendant, Rogue Planet reste une déflagration honnête, mais loin d’être assez puissante pour déclencher un nouveau big-bang.

                                                          

Titres de l’album:

01. Simulacra            

02. Predatory Prey               

03. Happiness           

04. Idiot's Guide                  

05. Rogue Planet                  

06. Extinction Cycle            

07. Andromeda                    

08. Gravitational Collapse


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 17/08/2021 à 14:43
75 %    567

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report

Midnight + Cyclone + High Command // Paris

Mold_Putrefaction 24/04/2024

Live Report

DIONYSIAQUE + JADE @La Chaouée

Simony 23/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
DPD

@LeaJ'exprime mon avis tout le monde me tombe dessus je défend mon point de vue et voilà tout. Il y a toujours quelqu'un pour remettre une pièce dans la machine, pour moi j'ai effectivement tout dit du coup je m'amuse un peu que voulez-vous.

27/05/2024, 16:40

DPD

Je vois pas l'homophobie, je réalise les souhaits d'un homosexuel, j'essaye d'aider, tu veux quoi, j'y vais direct au Talmud ?

27/05/2024, 15:49

Lea

DPD je ne comprends pas du tout pourquoi tu t'acharnes comme ça, on a bien compris tes messages. Tu te fais plaisir à cracher sur tout et n'importe quoi, je vois pas trop le délire, tu t'emmerdes ?

27/05/2024, 12:50

Cämille

Vous pouvez pas virer cette merde homophobe ? Histoire de remonter le niveau. Merci

27/05/2024, 12:19

Gargan

Merci pour ce live report étoffé, va vraiment falloir que je me bouge les miches pour le prochain !

26/05/2024, 21:48

Gargan

Y’a pas de batteur ? J’aurais du mal à comprendre un changement de style..

26/05/2024, 20:55

NecroKosmos

26/05/2024, 19:13

NecroKosmos

J'y étais dès le jeudi et c'était vraiment top !! Mes coups de coeurs sont, dans l'ordre d'apparition, SWAMP LORDZ, WITCHES, VENEFIXION, ABYSMAL GRIEF et SKINFLINT. Quelques déceptions (musicales) mais peu importe. Quel bon festival !! J'ai bie(...)

26/05/2024, 18:59

Humungus

Putain d'affiche c'est clair...Ne serait-ce déjà que pour ABYSMAL GRIEF.Je dois les voir dans un peu plus d'un mois en Belgique... Et ta critique Simony me fout l'eau à la bouche bordel !!!Pis DESTRUCTION... Totalement d'accord av(...)

26/05/2024, 11:02

DPD

J'y peux rien si cette interface de clodo m'empêche d'éditer mes messages, habituellement j'écris très vite je poste et je me relis ensuite.Donc ouais, Bescherelle dans ton cul je sais que t'aimes ça pé(...)

25/05/2024, 16:19

DPD

Je vais te foutre un Bescherelle dans le cul va, ça te rappellera des souvenirs!

25/05/2024, 16:16

Steelvore666

Atrocia (les copains !!!!!), Skelethal, Venefixion... quelle affiche !!!!!!Et dire que j'avais gagné un pass pour m'y rendre...

25/05/2024, 10:30

Humungus

Buck Dancer je t'aime... ... ...

24/05/2024, 21:00

MorbidOM

"si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre."Consulter un Bescherelle ?

24/05/2024, 03:50

DPD

Ceci dit si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre.+ metallica c'est de la merde depus longtemps, rien à foutre de Slayer, pareil pour Iron Maiden. Les nostalgiques devraient dégager-

24/05/2024, 01:06

DPD

On aura au moins pu constater que DPD>UPS.

23/05/2024, 10:56

DPD

@UPSJe peux brancher ma guitare avec mon pc jouer avec une boite a rythme et sortir quelque chose de merdique en 1 semaine, est-ce que ça en vaut la peine? tellement de sorties polluent la scène.Je suis absolument contre l'idée que faire quelque (...)

23/05/2024, 10:54

Buck Dancer

Franchement, je ne m'attendais pas à un album aussi bon. Quelques morceaux peuvent vite devenir des classiques et surtout le groupe semble avoir son identité. Bien sûr c'est similaire  à Motley Crue.... euh Slayer, mais c'est pas un simple copi&eacut(...)

22/05/2024, 21:11

fuck the fuck off motherfucker

Calmez-vous les boomers mentaux, Rock Hard va bien vous pondre un article sur AC/DC pour vous contenter.

22/05/2024, 14:36

UPS

Effectivement, ne faisons rien et restons vissés à nos sièges en pleurant sur internet : on aura l'air nettement moins vieux jeu et plus aventureux comme ça. 

22/05/2024, 12:35