J’ai découvert les TENGIL il y a trois ans maintenant, via leur premier long ou énième EP Six, qui m’avait durablement impressionné. A tel point que je l’écoute encore régulièrement aujourd’hui, et que j’en ai même par erreur acheté deux copies…J’avais cru y voir un certain avenir pour le Post Metal qui me semblait tourner en rond, tout en admettant qu’ils n’en jouaient pas vraiment. Mais ce qui m’avait frappé dans leur musique, c’était cette dualité qui tendait à rendre nostalgiques les passages les plus crus, et agressives les impulsions les plus éthérées. Il me semblait que le quatuor était parvenu à trouver un équilibre entre la quiétude et la colère, bien plus facilement que certains de leurs collègues qui hésitaient encore entre les deux voies. Mais j’y avais aussi décelé de l’audace instrumentale, et beaucoup de courage de composition, une interprétation libre mais répondant à des critères très stricts, et plus simplement, une musique aussi belle qu’elle n’était terrifiante. Sans vraiment me demander à l’époque de quoi leur avenir serait fait, j’étais curieux de découvrir de quelle façon ils allaient négocier leur futur, sans savoir qu’il me faudrait attendre trois années pour avoir un semblant de réponse. Celle que prodigue Shouldhavebeens, qui thématiquement, m’a rappelé le All That Could Have Been de NINE INCH NAILS, ou le « What Might Have Been » de Jimmy Nail. Une histoire qui reste sciemment vague, et qui évoque le parcours de deux amis, durant trois Saint-Sylvestre, dont une qui va durer toute la vie…Peu de protagonistes, un scénario pas vraiment clair, pour une direction artistique qui reprend les choses là où Six les avaient laissées, traçant une nouvelle voie tout sauf diplomatique qui va encore surprendre pas mal de monde, et probablement les laisser sans mots et sans voix…

Il n’est pas facile de décrire la musique du quatuor suédois (Sakarias - chant, bruits, Pontus - guitare, bruit, Kalle - basse, bruit et Tobias - batterie), puisqu’elle se fait un malin plaisir de dévier, de sinuer, et de rappeler que le Post Hardcore et le Blackgaze, genres si décriés peuvent parfois s’unir pour créer une nouvelle option, de bruit et de fureur, mais aussi de quiétude et de splendeur. Encore une fois dissimulé sous une pochette de toute beauté, Shouldhavebeens utilise l’art du contrepoint et du contrepied, en poussant l’alternance à un climax qui laisse admiratif. Et il n’est pas facile non plus d’appréhender cette nouvelle œuvre par son entame, qui joue justement du paroxysme de différence entre l’harmonie et la violence, en juxtaposant une contemplation sur un faux rythme accéléré parfaitement incongru, qui dérangera sans doute le plus grand dénominateur commun. « I Dreamt I Was Old » suggère une alliance parfaitement improbable entre Thrash Industriel à la LARD et Post Hardcore à la DEFTONES, tout en multipliant les clins d’œil aux THE OLD DEAD TREE. Une batterie qui pilonne sans relâche, au point de se prendre pour une boîte à rythme ayant tourné fou, et qui supporte un chant pur comme des volutes grégoriennes dans une église abandonnée. Des guitares qui égrènent des arpèges, et qui nous traînent aux pieds d’une distorsion excessive qui semble vouloir noyer l’espace vital. Quelques silences, des arrêts impromptus, et toujours cette voix, à la limite de l’envolée et de la cassure qui nous relie aux nuages pour nous emporter dans un ciel chargé et perturbé. Entrée en matière volontairement en trompe l’œil, « « I Dreamt I Was Old » n’est qu’une intro parmi tant d’autres, et pourtant, déjà une acmé. Difficile de croire que le pic de créativité est atteint dès l’ouverture, et pourtant, il en incarne une possibilité. Sauf que comme d’habitude dans le cas des TENGIL, ce morceau n’est qu’une étape, un leurre, qui renvoie toutefois le très classique « A Box » de Six dans les cordes des prologues classiques, un peu trop même. C’était d’ailleurs le talon d’Achille de la précédente réalisation, cette façon d’entamer les débats de façon un peu trop simple et directe. Cette fois-ci, les suédois ont compris la leçon, et nous font perdre nos repères immédiatement, trop pressés sans doute d’en découdre et de planter un décor mouvant…Mais avec un final qui envahit, et qui reprend les rênes de la logique, tout semble possible…Et l’est, par extension.

Sept morceaux, dont un qui ne compte pas vraiment, et trois qui s’étalent dans le temps, histoire de nous offrir un scénario qui prend le sien. Nous ne saurons pas grand-chose de ces deux amis, ni des Saint-Sylvestre qu’ils ont passées ensemble, mais nous saurons par contre que les suédois ont encore peaufiné leur art. D’ailleurs, une certaine apothéose nous en est offerte sur le progressif et quasiment mystique « And the Best Was yet to Come », qui semble vouloir transposer le U2 de Joshua Tree loin de l’Amérique, du côté de Borås, où les nuits sont longues et le désert, de solitude. Ce sont d’ailleurs les thèmes abordés sur ce nouvel EP/LP, la nostalgie, la solitude, la maladie mentale, la décadence, la promesse d’autres lendemains, et comment notre vision de l’avenir détermine ce que nous allons devenir. Une façon pessimiste de voir la vie qui vient, et une lucidité qui fait accepter le passé comme solde de tout compte et de point de départ d’années qui en découlent directement ? C’est l’une des options privilégiées par le quatuor, qui une fois encore, atteint des sommets dans la violence et des ailleurs dans le silence. Combinant ce que le Post Hardcore et le Blackgaze peuvent produire de plus dur et assourdissant, et ce que le Post Metal peut offrir de plus apaisant, sans trop sauter du coq à l’âne, TENGIL reste unique et louvoie ente musique sacrée pour profanes, et distorsion de profanes pour initiés. On croit même parfois déceler des traces de Dream Pop, de Rock lyrique et emphatique, mais tout ça garde dimension humaine, comme un poème lu à l’être aimé que personne d’autre n’entendra jamais. Pour souligner les thèmes, le quatuor n’hésite d’ailleurs pas à se frotter à l’Ambient bruitiste (« With A Song For Dead Darlings »), ou à l’intermède fugace et inexistant (« A Lifetime Of White Noise », dix secondes de silence), ne choisissant jamais la facilité, mais évitant aussi la trop grande complexité.

Et autant dire que la voix incroyable de Sakarias (dont le nom émerge de toutes les compositions) a encore muri, que l’homme maîtrise de mieux en mieux ses possibilités lyriques, et que ses envolées dans les aigus rappellent autant Matthew Bellamy que Manuel Munoz. Et que du coup, ses capacités permettent à la musique de s’évader dans une tentative Post Opératique (« It’s All For Springtime »), ou au contraire, de rattacher le ciel à la terre dans un talk-over narratif qui ose les mots parlés sur tapis instrumental onirique de toute beauté (« All For Your Myth », sublime de pureté). Ce qui n’empêche nullement le groupe de prendre une porte de sortie invisible, en nous laissant seuls avec un faux Post Rock déchainé et vraiment accrocheur (« In Murmur », rythmique faussement simple, guitare qui tisse des murs de violence, pour un capharnaüm final aux aspirations plus classiques), avant une fois encore de se murer dans le silence.

Je ne sais pas si Shouldhavebeens hantera mes nuits comme Six avait embelli mes jours, mais il a toutes les chances de représenter une autre possibilité pour les suédois qui échappent une fois encore à toutes les étiquettes. Deux amis, trois Saint-Sylvestre, dont un éternel. Quatre suédois, un public, trois années dont une qui semblera trop courte. Des histoires qui se croisent, se ressemblent mais ne sont pas les mêmes.


Titres de l'album:

  1. I Dreamt I Was Old
  2. And the Best Was yet to Come
  3. With a Song for Dead Darlings
  4. A Lifetime of White Noise
  5. It's All for Springtime
  6. All for Your Myth
  7. In Murmur

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 06/05/2018 à 14:07
88 %    318

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Wolf Counsel

Destination Void

Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

+ Kryzees + Manigance

22/03 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

merci pour la decouverte ! mais pas merci car je vais encore claquer des sous a cause de vous ;)


@Jus de cadavre : je plussois pour le livre ! Un véritable petit bijou !

Concernant ce documentaire, j'ai hâte de le voir, en espérant autre chose que du Get Thrashed # 2. Get Thrashed était un excellent docu sur la scène Thrash US (principalement), pas utile qu'un autre documentai(...)


Le bouquin est terrible en tout cas : bourré de photos bien rares (que je n'avais jamais vu ailleurs, et pourtant on parle de gros groupes !). C'est vraiment les tous premiers jours de la scène de Bay Area en image. Un livre d'histoire quoi ! :D


Itou.


Sympa !


Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !


J'avais prévenu hein : "Je vais faire mon chiant".


C'est génial! Merci pour cet itw ! ;-)


Bien sympa ce truc. Même les interludes acoustiques sont convaincants.

Au passage si je peux me permettre une petite critique, je pense que certaines chroniques gagneraient à être écrites plus simplement.
Pour illustrer mon propos deux petites définitions trouvées sur le Lar(...)


Bô ça va, y'a pire comme groupe "pas trve" ;-)


Putain !
Un groupe connu interviewé par METAL NEWS...
Bravo les gars.
... ... ...
Bon, je vais faire mon chiant : C'est juste dommage que vous débutiez votre success story par AMON AMARTH quoi... ... ...


Nan c'est de la merde quant même. C'est surement devenu culte pour tout ce qui entoure le groupe et le disque, mais clairement c'est de la merde. Album chiant, mou du genou et niveau violence et malsain on a fait mieux avant et après que cette daube.


Va falloir que je lui donne une deuxième chance mais cet album m'a jusque là laissé de marbre...


Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)