Tant qu’à faire, autant adopter un patronyme qui joue franc jeu. C’est ce qu’ont dû se dire ces suédois qui n’ont pas hésité à se la jouer Damien de l’extrême Européen, en s’affublant du sobriquet tant craint du fils Thorn qui nous a bien collé les miquettes il y a une quarantaine d’années.

Ou alors, peut-être faisaient-ils référence à une autre engeance, une engeance toute aussi américaine, mais plus musicale, de celles qu’on trouvait sur les œuvres d’un certain SLAYER, qui à l’orée de sa carrière faisait aussi son offrande violente au malin au travers d’une chanson aussi apocalyptique qu’annonciatrice d’un Armageddon Thrash à venir…

Le choix est possible, et les deux éventualités valides.

Ce qui ne change rien au problème, puisque les ANTICHRIST sont aussi violents qu’ils ne sont malins. L’équation est donc résolue avant d’être posée, ce qui évite bien des céphalées à venir…

Ces diaboliques scandinaves sont donc à l’aise dans tous les registres depuis quelques années. Ils prouvent maintenant que le Thrash vintage n’a plus aucun secret pour eux, via le second longue durée d’un quintette bien allumé, qui a dû pendant sa prime jeunesse se sevrer de violence germaine et de véhémence ricaine tout en poussant ses premiers balbutiements barbares…

Les ANTICHRIST viennent donc de Växjö, ville qui les a vus naître il y a approximativement douze ans, sont donc cinq (Gabbe  - guitare, Steken – chant, Filip – guitare, Sven – batterie et Gobbe – basse), et ont déjà proposé deux démos, ainsi qu’une compilation (Crushing Metal Tape en 2009, Put To Death en 2010 et donc Antichrist en 2010), mais surtout un premier LP il y a six ans, Forbidden World, qui trouve aujourd’hui une suite logique et cohérente en Sinful Birth, qui ne fait que confirmer tout le bien que l’underground commençait à penser de cette troupe thrashisante sans remord ni regret.

Du Thrash donc, et plutôt fumeux, et brûlant, qui exsude de violence primaire par tous les pores, et qui se complaît dans un recyclage en radicalisation des recettes de la sidérurgie allemande des DESTRUCTION, ASSASSIN et consorts.

Pas forcément d’originalité dans le fond, mais plutôt dans la forme, celle d’une production très sèche et délicieusement vintage qui nous ramène trente ans en arrière, lorsque les blasphémateurs de POSSESSED nous hurlaient des « Death Metal » en plein visage. On retrouve cette approche technique primaire et sanglante sur un mid tempo aussi démoniaque que « Under The Cross », un des trucs les plus directs et efficaces qu’il m’ait été donné d’entendre depuis très longtemps. Chant possédé, riffs circulaires qui sinuent sans trouver la sortie, rythmique un peu aléatoire qui ne rechigne pas à pencher du côté impair où elle va nous faire tomber, et ambiance mortifère qui nous prend à la gorge.

Niveau structure, ce second album est aussi plus ou moins décalé. Les ANTICHRIST n’hésitent pas à rallonger les débats pour nous offrir des ébats de plus de cinq minutes, chose assez rare sous cette forme de Thrash radical, qui d’ordinaire privilégie les saillies immédiates et urgentes.    

Si l’on connaissait déjà le fulgurant et complexe « The Black Pharaoh », lancé sur la toile en amont l’année dernière, et qui n’a rien perdu de sa fougue, nous découvrons médusés les dix minutes du dantesque « Chernobyl 1986 », qui de sa construction nous rappelle le mythique « Black Prophecies » de DARK ANGEL, sans en copier le style. Ce titre épique rappelle d’ailleurs étrangement l’optique Thrash des pays de l’Est, avec son riff redondant et dissonant, bien que ses modulations purement Heavy tiennent plus de l’héritage des cinq glorieuses du Thrash US de 83/88. Alternance de lourdeur oppressante et de breaks en urgence, un peu DEATH ANGEL de « The Ultra Violence » sans la patine technique, ce titre est un Ovni en soi, qui donne définitivement à Sinful Birth une dimension bizarre, qui le propulse dans la catégorie assez peu encombrée des albums en marge.

Du Thrash donc, mais pas n’importe lequel. Pas celui dont on nous rebat les oreilles à longueur de semaine, et qui se contente de recycler des idées périmées depuis les vingt ans de Kerry King et le premier sabbat de Mille Petrozza. Non, un Thrash qui sonne clairement amateur sur les bords, et qui au centre bout d’envies pas toujours concrétisées avec précision. Le genre de LP qu’on aurait sympathiquement qualifié il y a quelques décades de « décalé », sans trouver un qualificatif plus adapté.

Bizarre donc, mais salement séduisant. Et surtout, aussi limpide que rapide, et aussi troublé que déchaîné. Si « Savage Mutilations », ne tourne pas vraiment autour du chaudron et nous agresse de son tempo épileptique au BPM critiques, « The Entity » préfère la nuance d’un Metal plus cryptique, et ose quelques mélodies en trompe l’œil.

La voix de Steken, assez proche du timbre aigu et sardonique de Schmier est absolument délicieuse et délicieusement décadente, tandis que la paire Gabbe/Filip tricote des riffs à la Larry Lalonde pré PRIMUS, lorsque l’homme hésitait encore entre la franchise du Thrash et la roublardise du Death.

Les idées s’enchaînent donc à bon tempo, et si parfois les collages sont plutôt hâtifs, la logique imperturbable suit son cours et nous emmène sur les rivages d’un Thrash sanglant et tonitruant, que le Dieu Gene Hoglan saurait adouber de son sceptre incandescent (« Sinful Birth », qu’on croirait échappé de Darkness Descends).

DARK ANGEL, DESTRUCTION, POSSESSED, de solides références donc pour une démarcation folle de la rigueur scandinave en la matière. Entre un « Burned Beyond Recognition » qui écrabouille tout ce qui se trouve sur son passage et un « Fall Of The Temple Of Salomon » aux ambitions béton, le carnage est assez étrange et mené de façon très personnelle, sans chercher la méthode, mais bien le résultat.

Celui-ci est d’ailleurs fascinant, et nous laisse contempler des côtes dévastées par la peste Thrash primale et implacable.

Sinful Birth est donc une sacrée surprise nous venant du pays du froid, et parvient à s’imposer sans rien renier de ses particularités. En croisant les influences, les ANTICHRIST nous invitent dans leur monde de débauche et de violence instrumentale débridée, monde que nous découvrons asse chaotique, mais résolument unique. Comme quoi, malgré les vagues successives qui nous noient, il arrive que certains préfèrent nous jeter une bouée. Glissante certes, mais bien présente.


Titres de l'album:

  1. Instruments of Sadism
  2. Savage Mutilations
  3. The Entity
  4. Under The Cross
  5. The Black Pharaoh
  6. Sinful Birth
  7. Burned Beyond Recognition
  8. Chernobyl 1986
  9. Fall of the Temple of Solomon

Facebook officiel


par mortne2001 le 23/06/2017 à 17:39
78 %    388

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Elfika

Secretum Secretorum

Cult Of Erinyes

Æstivation

Gregg Rolie

Sonic Ranch

Haunt

Mind Freeze

Hellish Grave

Hell No Longer Waits

Hunting Horror

Cult[ist]

Slashers

Slashers

Leopardeath

Setsugetsufuuka

Denman

Raw Deal

Witch Vomit

Buried Deep in a Bottomless Grave

Artillery

In The Trash

Ac/dc

Back In Black

Ark Ascent

Downfall

Endseeker

The Harvest

Lapsus Dei, Officium Triste

Broken Memories

Toxic Holocaust

Primal Future : 2019

Oxx

The Skeleton Is Just a Coat Hanger; These Are the Black Strings That Make You Dance

Rãgarãja

Egosphere

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

+ Dimmu Borgir + Wolves In The Throne Room

23/01 : Le Bataclan, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Pas mal du tout, avec un petit côté Katatonian des brave pas dégueu. Surtout la pochette qui m'a fait écouter. Encore SOM qui n'en finit pas on dirait !


@kerry king : Oui, d'accord avec toi. Globalement, je trouve que les talents vocaux de Floor sont sous-utilisés depuis son intégration dans le groupe. Mais il est certain qu'en live elle apporte un charisme indéniable. Le format double album me fait un peu peur aussi... Bref, à voir ce que ça v(...)


enorme c grace a cette ep que jai ecouter morbide angel ta tout dun grand c sur


J'attend beaucoup de cet album, j'aimerais que Floor y mette vraiment sa patte, pour connaitre les premier After Forever, sur le dernier album je n'y vois pas la même fougue.

A voir ce que ce génie de Tuomas nous a concocté...


Non pas encore mais si l'annonce a été faite, un extrait ne devrait plus tarder maintenant.


Un morceau est-il disponible en écoute ?


Acheté à l'époque, mais pas plus accroché que ça à l'album. Encore aujourd'hui je crois que je préfère Spheres, écouté bien des années plus tard.


La tuerie cet album, tout simplement. Quelqu'un sait ce qu'est devenu Marco Foddis depuis?


Dur, bon courage au groupe


Oui le midi est vaste et la Lozere en fait à peine partie. Je trouve que tout de même à Montpellier il y a un paquet de groupes qui passent et ceci grâce à la secret place .


Le "renouveau" n'aura pas duré longtemps en effet...


Du death métal on ne peut plus classique mais les morceaux en écoute sont vraiment bons.

Malheureusement, en lisant les commentaires YouTube, j'ai appris que le chanteur était décédé l'été dernier.


Excellents extraits, comme vous les gars. Voilà un type qui se bonifie avec le temps, sans perdre son agressivité. Un sent une progression à travers ses albums, il est à parier que celui-ci ne fera pas tâche (le riffing de "Luciferian Sovranty" fait mal aux dents).


Pis cela sera très certainement mon cadeau de St Valentin (sic).


Jus de cadavre + 1.


!!! !!! !!! OZZY RULES !!! !!! !!!


Hâte de l'avoir sur ma platine celui-là...


C'est sûr qu'en 99, CARNIVAL IN COAL en avait sidéré plus d'un (moi inclus).
L'album de reprises qui avait suivi avait d'ailleurs, si tant est que cela soit possible, encore mis plus les pieds dans le plat : Aaaahhh ! Les fameuses covers de "Maniac" ou de PANTERA ! Cela passait en boucle à(...)


Oui, il y a des festivals, plus la proximité de Toulouse où beaucoup de grosses tournées s'arrêtent. Mais le Midi c'est vaste comme définition, la situation n'est pas la même selon que tu seras metalleux à Bayonne ou Draguignan. Bref.


Quand tu n'as que 15j de rtt à poser hehe

Dans le sud ouest, il y a quand même deux festivals dans les Pyrénées, l'homme sauvage (j'aurais adoré faire la première edition avec Hexvessel) et le pyrenean warriors, nan ?