Tant qu’à faire, autant adopter un patronyme qui joue franc jeu. C’est ce qu’ont dû se dire ces suédois qui n’ont pas hésité à se la jouer Damien de l’extrême Européen, en s’affublant du sobriquet tant craint du fils Thorn qui nous a bien collé les miquettes il y a une quarantaine d’années.

Ou alors, peut-être faisaient-ils référence à une autre engeance, une engeance toute aussi américaine, mais plus musicale, de celles qu’on trouvait sur les œuvres d’un certain SLAYER, qui à l’orée de sa carrière faisait aussi son offrande violente au malin au travers d’une chanson aussi apocalyptique qu’annonciatrice d’un Armageddon Thrash à venir…

Le choix est possible, et les deux éventualités valides.

Ce qui ne change rien au problème, puisque les ANTICHRIST sont aussi violents qu’ils ne sont malins. L’équation est donc résolue avant d’être posée, ce qui évite bien des céphalées à venir…

Ces diaboliques scandinaves sont donc à l’aise dans tous les registres depuis quelques années. Ils prouvent maintenant que le Thrash vintage n’a plus aucun secret pour eux, via le second longue durée d’un quintette bien allumé, qui a dû pendant sa prime jeunesse se sevrer de violence germaine et de véhémence ricaine tout en poussant ses premiers balbutiements barbares…

Les ANTICHRIST viennent donc de Växjö, ville qui les a vus naître il y a approximativement douze ans, sont donc cinq (Gabbe  - guitare, Steken – chant, Filip – guitare, Sven – batterie et Gobbe – basse), et ont déjà proposé deux démos, ainsi qu’une compilation (Crushing Metal Tape en 2009, Put To Death en 2010 et donc Antichrist en 2010), mais surtout un premier LP il y a six ans, Forbidden World, qui trouve aujourd’hui une suite logique et cohérente en Sinful Birth, qui ne fait que confirmer tout le bien que l’underground commençait à penser de cette troupe thrashisante sans remord ni regret.

Du Thrash donc, et plutôt fumeux, et brûlant, qui exsude de violence primaire par tous les pores, et qui se complaît dans un recyclage en radicalisation des recettes de la sidérurgie allemande des DESTRUCTION, ASSASSIN et consorts.

Pas forcément d’originalité dans le fond, mais plutôt dans la forme, celle d’une production très sèche et délicieusement vintage qui nous ramène trente ans en arrière, lorsque les blasphémateurs de POSSESSED nous hurlaient des « Death Metal » en plein visage. On retrouve cette approche technique primaire et sanglante sur un mid tempo aussi démoniaque que « Under The Cross », un des trucs les plus directs et efficaces qu’il m’ait été donné d’entendre depuis très longtemps. Chant possédé, riffs circulaires qui sinuent sans trouver la sortie, rythmique un peu aléatoire qui ne rechigne pas à pencher du côté impair où elle va nous faire tomber, et ambiance mortifère qui nous prend à la gorge.

Niveau structure, ce second album est aussi plus ou moins décalé. Les ANTICHRIST n’hésitent pas à rallonger les débats pour nous offrir des ébats de plus de cinq minutes, chose assez rare sous cette forme de Thrash radical, qui d’ordinaire privilégie les saillies immédiates et urgentes.    

Si l’on connaissait déjà le fulgurant et complexe « The Black Pharaoh », lancé sur la toile en amont l’année dernière, et qui n’a rien perdu de sa fougue, nous découvrons médusés les dix minutes du dantesque « Chernobyl 1986 », qui de sa construction nous rappelle le mythique « Black Prophecies » de DARK ANGEL, sans en copier le style. Ce titre épique rappelle d’ailleurs étrangement l’optique Thrash des pays de l’Est, avec son riff redondant et dissonant, bien que ses modulations purement Heavy tiennent plus de l’héritage des cinq glorieuses du Thrash US de 83/88. Alternance de lourdeur oppressante et de breaks en urgence, un peu DEATH ANGEL de « The Ultra Violence » sans la patine technique, ce titre est un Ovni en soi, qui donne définitivement à Sinful Birth une dimension bizarre, qui le propulse dans la catégorie assez peu encombrée des albums en marge.

Du Thrash donc, mais pas n’importe lequel. Pas celui dont on nous rebat les oreilles à longueur de semaine, et qui se contente de recycler des idées périmées depuis les vingt ans de Kerry King et le premier sabbat de Mille Petrozza. Non, un Thrash qui sonne clairement amateur sur les bords, et qui au centre bout d’envies pas toujours concrétisées avec précision. Le genre de LP qu’on aurait sympathiquement qualifié il y a quelques décades de « décalé », sans trouver un qualificatif plus adapté.

Bizarre donc, mais salement séduisant. Et surtout, aussi limpide que rapide, et aussi troublé que déchaîné. Si « Savage Mutilations », ne tourne pas vraiment autour du chaudron et nous agresse de son tempo épileptique au BPM critiques, « The Entity » préfère la nuance d’un Metal plus cryptique, et ose quelques mélodies en trompe l’œil.

La voix de Steken, assez proche du timbre aigu et sardonique de Schmier est absolument délicieuse et délicieusement décadente, tandis que la paire Gabbe/Filip tricote des riffs à la Larry Lalonde pré PRIMUS, lorsque l’homme hésitait encore entre la franchise du Thrash et la roublardise du Death.

Les idées s’enchaînent donc à bon tempo, et si parfois les collages sont plutôt hâtifs, la logique imperturbable suit son cours et nous emmène sur les rivages d’un Thrash sanglant et tonitruant, que le Dieu Gene Hoglan saurait adouber de son sceptre incandescent (« Sinful Birth », qu’on croirait échappé de Darkness Descends).

DARK ANGEL, DESTRUCTION, POSSESSED, de solides références donc pour une démarcation folle de la rigueur scandinave en la matière. Entre un « Burned Beyond Recognition » qui écrabouille tout ce qui se trouve sur son passage et un « Fall Of The Temple Of Salomon » aux ambitions béton, le carnage est assez étrange et mené de façon très personnelle, sans chercher la méthode, mais bien le résultat.

Celui-ci est d’ailleurs fascinant, et nous laisse contempler des côtes dévastées par la peste Thrash primale et implacable.

Sinful Birth est donc une sacrée surprise nous venant du pays du froid, et parvient à s’imposer sans rien renier de ses particularités. En croisant les influences, les ANTICHRIST nous invitent dans leur monde de débauche et de violence instrumentale débridée, monde que nous découvrons asse chaotique, mais résolument unique. Comme quoi, malgré les vagues successives qui nous noient, il arrive que certains préfèrent nous jeter une bouée. Glissante certes, mais bien présente.


Titres de l'album:

  1. Instruments of Sadism
  2. Savage Mutilations
  3. The Entity
  4. Under The Cross
  5. The Black Pharaoh
  6. Sinful Birth
  7. Burned Beyond Recognition
  8. Chernobyl 1986
  9. Fall of the Temple of Solomon

Facebook officiel


par mortne2001 le 23/06/2017 à 17:39
78 %    293

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Temple Balls

Untamed

Starchild

Killerrobots

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.


Je n'y étais pas cette année, mais effectivement, très, très bon fest que celui-ci.
- J'ai effectivement entendu dire par quelques comparses qui eux avaient fait le déplacement que c'était l'année où il y avait le moins d'affluence. Bizarre au vu de l'affiche toujours aussi bandante.


Très beau récit, merci ! Cela donne envie. Je ne suis pas étonné de l'apathie du public Néerlandais, il paraît que ce sont les pires à travers toute l'Europe pour ça. Mais cela n'empêche pas de profiter.


Merci pour le report, ça donne envie d'y aller ! :)


Oui la pochette est superbe.