J’ai connu les EKRANOPLAN voilà trois ans, en mai 2015, lorsqu’ils avaient osé rendre publiques leurs exactions sous la forme d’un premier LP éponyme, qui n’affichait alors qu’une confiance de vingt-et-une petites minutes. Mais au jugé de la force de frappe et de la variété de brutalité du combo en question, j’oubliais alors vite toute considération trop matérielle pour me focaliser sur leur musique, aussi plurielle que leurs instincts n’étaient cruels. Il faut dire qu’avec d’anciens HUNGRY LINGS et AHAB (Doom fameux, mais légèrement nauséeux, surtout les petits matins pluvieux), les mecs ne cherchaient pas à s’incruster au bal des débutants, et géraient la danse comme bon leur semblait. En gros, ils fonçaient dans le tas, puis s’arrêtaient soudain pour réfléchir, avant de tenter la gigue endiablée à grands coups de boule sur le front, lâchant un son de concassage d’os assez grognon. Sans vraiment savoir quel futur attendait ces tarés, je me disais que si d’aventure, la leur devait perdurer, les choses risquaient de prendre une tournure intéressante, et même méchamment captivante. Et mon inconscient s’est donc réjouit de sa propre lucidité lorsque le temps de la seconde livraison fut venu, puisqu’elle s’accompagna d’une bise assez torride, mais aussi de vents glacés nous laissant les chairs bleutées. Et c’est avec cet Hypnopaedia que les germains (G - chant, T & A - guitares, C - basse et C - batterie) nous en reviennent plus mécontents et chafouins que jamais, avec une nouvelle bordée d’horreurs musicales à nous conter. Et c’est peu dire que j’en suis enchanté, et même ravi, tant les neuf pistes de ce tome II sont largement à la hauteur du prologue, voire le dépassent en intensité et en diversité, ce qui n’était pourtant pas chose facile. Alors la question qui reste en l’air, attendant que la gravité fasse enfin son affaire est la suivante :

Etes-vous prêt à supporter un groupe qui ne supporte pas le cloisonnement et qui navigue de Grind en Sludge, de Doom en Crust, de Darkcore en D-Beat, sans avoir l’air opportuniste, et sans piller les principaux protagonistes ?

Si la réponse vient par l’affirmative, réjouissez-vous. EKRANOPLAN est exactement le combo qu’il vous faut si vous affectionnez la versatilité solide, et l’éclectisme torride. Ici, rien n’est affiché d’avance, pas plus les intentions que les dérivations, et c’est toujours par surprise que le quintette nous guette, certain d’avoir toujours un coup à jouer avant que vous n’ayez pu anticiper le précédent. Ils n’ont pas perdu les mauvaises/bonnes habitudes de leur éponyme entame, et si à l’époque j’avais cité avec culot mais pertinence les noms d’EYEHATEGOD, de CURSED, des ENTOMBED ou de CARCASS, je peux aujourd’hui y ajouter ceux de PRIMITIVE MAN, de NAILS, de GAZA, des UNSANE, et pas mal d’autres qui ne seront pas plus hors sujet. Car le sujet ici, est toujours le même. Faire mal aux oreilles, en coinçant la vilénie et le sadisme d’un FETISH 69 dans la brutale trousse de BRUTAL TRUTH, tout en piquant deux trois trucs pas si faciles que ça aux TOTENMOND et CROWBAR. Et comme les allemands aiment particulièrement ce qui rassasie jusqu’aux oreilles, ils ont construit leur album comme on élabore un menu vraiment calé, ou comme un sandwich épais comme une porte blindée. Et entre deux tranches de pain massives (« Greayve », six minutes et « Negative », huit minutes, ou presque), les EKRANOPLAN nous ont collé un maximum d’ingrédients, certains se digérant assez vite, mais d’autres prenant leur temps pour glisser du palais à l’estomac. Ainsi, entre deux attaques éclairs dégluties en une poignée de secondes (« Sprechverbot », « Bleak & Withered », « Binære Progression 2.0 », à peine plus de six-cents secondes à eux trois), ils nous enfournent dans la goule des saveurs roboratives au délicat goût de Sludgecore poisseux et presque putréfié bien dégueu (« You Are Welcome », en même temps, je me vois mal dire merci quand on me traite avec aussi peu d’empathie), qui suggère des relations assez proches avec des fournisseurs en veine de matériel atroce, digne d’un SWANS des plus Indus passé au ralenti de la moulinette ACID BATH…Mais paradoxalement, cette tendance à l’ignominie fait partie des qualités les plus évidentes du quintette, qui manie à merveille les sonorités les plus maladives histoire de nous barbouiller l’estomac, ce qu’une production massive et distordue à l’extrême confirme de ses graves de trépas. Compact, énorme, maousse, avec quelques fulgurances Grind qui piquent la couenne du Doom histoire de l’agacer un peu et de lui laisser des plaies bien purulentes à gratter. La recette parfaite pour se retrouver classé dans la catégorie des nuisibles inclassables, qui par ailleurs, ne se posent jamais assez longtemps pour être ratatinés (« Sprechverbot ». Grind Crust ? Megacore D-beat ? Ultra Massive Grudge ? Je n’en sais rien, et j’abandonne). Alors. Les regarder voler et attendre de sentir leur dard s’enfoncer ? Oui et non, parce que la bestiole à en plus développé l’art de planer en piqué, tout en discrétion, pour finalement se planter dans les chairs après avoir irrité les oreilles d’une intro/avertissement assez vicieuse («Greayve », et une basse à faire passer CATHEDRAL et EYEHATEGOD pour des fans du Jason Newsted d’And Justice For All…).

Alors bon, à partir de là, que les allemands choisissent de ridiculiser sur leur propre terrain les anglais et les suédois (« Kal'ky-l » proto Death Crust à tendance maso), ou qu’ils casent des dissonances et des cassures histoire de plomber l’ambiance au fur et à mesure (« Fragments Of A Whole », une fois les pièces réunies, vous admirez un tableau de coït brutal entre TOTALITAR et FULL OF HELL. Le panard.), ils finissent quand même le travail par un pied de nez ultime, en nous balançant sur la tronche un rocher de plusieurs tonnes, hilares et unanimes (« Negative », le positif a disparu, et le batteur s’amuse beaucoup à varier les déplaisirs sur fond de Doom/Sludge progressif, répétitif et bruitiste). Donc, voilà les arguments exposés, et autant dire qu’il y en a un paquet.

Il y a trois ans, je ne m’étonnais pas du choix d’EKRANOPLAN d’avoir opté pour tel baptême (l’avion russe qui navigue à très basse altitude, bla, bla…). Aujourd’hui, ils prouvent qu’ils peuvent garder leur propre nature tout en changeant légèrement leur plan de vol, et multiplier les figures tout en restant aussi furtifs et efficaces. Diablement efficaces même. Bombardements Sludge, fulgurances Grind, mach 3 Crust, et pilonnage Doom, pour des radars qui s'affolent et des oreilles qui bourdonnent.

Allo Houston ?

Non, pas la peine, après ça, ils ne m’entendent plus. Ils n’entendent plus rien d’ailleurs.


Titres de l'album:

  1. Greayve
  2. Sprechverbot
  3. Bleak & Withered
  4. Binære Progression 2.0
  5. Binære Progression 2.1
  6. Kal'ky-l
  7. You Are Welcome
  8. Fragments of a Whole
  9. Negative

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 12/02/2018 à 14:05
90 %    396

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Avec une pochette comme ça, ça ne pouvait venir que de ce coin là du globe ! La musique sympa mais pas pour moi ce trip old-school, par contre je veux bien un figolu aussi.


pas terrible


Déjà je ne me considère pas comme un "métalleux" et oui il est permi de penser que cet album est une déception totale.


Thanks a lot guys!


Ouaip...


J'aime bien. Du thrash quoi, peut-être plus impersonnel qu'à l'époque...


Effectivement, une très bonne surprise; j'espère juste que le caractère 100% français ne va pas les pénaliser pour la suite.


@RBD +1 pour ton com en général, et la phrase suivante en particulier: "il faut assumer d'aimer des choses que beaucoup d'autres gens aiment aussi."


Pas mal du tout ! Ça me fais penser à du Malevolent Creation un peu !


J'attendais autre chose. Bof bof.


J'aime profondément le Black Album. Cela me fait sourire de voir combien '...And Justice..." est revenu dans le coeur des fans alors qu'il est resté longtemps mal aimé pour son côté moins direct que tous les autres. Mais c'était avant 1996. Le Black Album a un son dantesque, a touché un publi(...)


Commercial ou pas pour moi le Black Album est une énorme réussite.
La production met encore à l'amende bien des prod actuelles ! Le fait que les gens aient été très déçu de l'orientation prise par le groupe à l'époque, biaise le regard sur cet album selon moi. Si ça n'avait pas ét(...)


Evidemment que le black album était commercial: on ne serait pas encore à disserter dessus 28 ans après si ce n'était pas le cas. De là à dire que ce n'est pas une réussite...
Marrant cette propension du metalleux à vouloir d'un côté se démarquer à tout prix (en se targuant par ex (...)


C'est le nouveau dead can dance ?


Pas mal du tout, ça


Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.