Jusqu’à maintenant, les suédois faisaient tout mieux que tout le monde, mais le faisaient au moins comme des suédois. Visiblement, ils savent aussi faire mieux que les autres en le faisant comme des américains, et là, ça devient gênant. Enfin, mieux, disons, tout aussi bien. C’est en tout cas la leçon que l’on doit tirer du premier album du projet local NIGHTBORN, qui a visiblement beaucoup écouté le Thrash de la Bay Area, et qui s’ingénie à en reproduire les sonorités assez fidèlement. Mais au moins, ont-ils l’honnêteté de ne pas s’en cacher.

D’ailleurs, les influences sont revendiquées et assumées, de la page Facebook au Bandcamp, alors, l’honneur est sauf. Elles sont reproduites quasiment in extenso, et sont multiples, puisque l’inspiration qui a guidé ce premier LP l’est aussi. Nous avons donc droit à un listing assez exhaustif de la suprématie métallique mondiale de ces trente dernières années, avec les noms reproduits de METALLICA, SLAYER, SEPULTURA, EXODUS, TESTAMENT, MEGADETH, SODOM, XENTRIX, HEATHEN, EVILE, KREATOR, TANTARA, KING DIAMOND, MERCYFUL FATE, PARADISE LOST, SENTENCED, DISSECTION, DEATH, et je pense en avoir oublié quelques-uns, ce qui n’est pas le cas de celui qui se cache derrière ces emprunts…

Car derrière le nom de NIGHTBORN se planque celui beaucoup plus énigmatique et solitaire d’Arda K., le maître d’œuvre de Skyless. L’homme aime travailler dans son coin, et s’est occupé de la composition, des arrangements, mais aussi de l’interprétation, en gravant les pistes de guitare, de batterie et de chant, et en se montrant assez convaincant dans tous ces domaines.

N’en sachant pas plus sur son histoire et son passé, je ne pourrais guère tenter de vous proposer une bio, l’homme étant assez discret sur son parcours. Il souhaite visiblement que l’on se concentre sur son projet présent, qui lui a de quoi alimenter quelques lignes, pour plusieurs raisons.

D’une, en termes de qualités. Car Skyless ne fait pas semblant de thrasher, mais va aussi voir un peu plus loin si la violence n’est pas modulable. Vous n’aurez donc pas droit à une énième resucée des grands classiques enrobée dans une production plus vintage que les t-shirts comics de Kirk Hammett ou les shorts longs de Scott Ian, mais bien à un album de Metal agressif et puissant bien dans son époque, mais respectueux du passé.

Musicalement, l’affaire est parfaitement honnête, et Arda a bien écouté les plus grands albums du genre, qu’il prend un malin plaisir à restituer à sa sauce. Et si le suédois ose placer quelques pistes s’écartant de la tradition Thrash sur sa route, ça n’est pas pour faire joli, puisqu’il agrémente ses rythmiques farouches de nombreux breaks et passages plus atmosphériques et sombres qui contrastent sa musique sans l’édulcorer.

Instrumentalement, Arda assure dans tous les secteurs, et s’emballe fréquemment en solo pour nous distiller des interventions qui sentent bon les cordes qui chauffent. Son niveau de batterie est largement suffisant pour assumer un tempo extrêmement rapide, qui flirte parfois avec l’ultraviolence du Thrashcore (« The Hellbound »), mais qui la plupart du temps reste dans une norme Thrash tout à fait supportable, quoique soutenue.

Les mélodies qui enjolivent les riffs saccadés sont assez bien troussées, et permettent à l’album de se rapprocher d’un hybride entre le Thrash US en vogue à la fin des 80’s, et la scène Néo-Death scandinave de la décennie suivante, relativement convaincant sur l’ensemble. En variant la vitesse de croisière et sans hésiter à appuyer sur le médium ou l’intermédiaire, Arda/NIGHTBORN permet à son premier disque de se montrer suffisamment aéré pour ne pas lasser dès son premier tiers, ce qui garantit à l’auditeur une écoute confortable. Néanmoins, l’homme a tenté un pari risqué, puisqu’il a visé l’heure de jeu dès sa première tentative, ce qui le fait tomber dans le piège de la redondance, spécialement lorsque ses idées restent à la surface d’un HM un peu trop guilleret.

Six minutes en moyenne par morceau, avec des pics à sept, c’est faire preuve d’un bon culot, mais admettons quand même que la plupart tiennent largement la route, même s’ils auraient pu être ponctionnés parfois d’une ou deux minutes. De plus, si la guitare et la batterie vont à l’auteur comme un gant, le chant est quant à lui plus aléatoire, surtout dans les moments les plus mélodiques où la fausseté pointe le bout de ses couacs (« Unmarked Burial », qui ressemble pourtant comme deux gouttes d’eau à un très bon inédit de FORBIDDEN).

Il est certain à contrario que les fans d’EXODUS, période indifférente, seront ravis de tendre les oreilles sur un brulot comme « Hemorrhage of the Soul », qui s’emmêle quand même les pédales sur son refrain, et qui percute la guitare et les lignes vocales dans une approximation involontaire. Une fois encore, Arda nous soigne un pur solo aux petits oignons, évoquant même un BLIND GUARDIAN beaucoup plus hargneux que la normale.

Ceux qu’un féroce métissage attire, sauront se repaitre du progressif et ambitieux « The Sorrow Room », qui une fois de plus n’hésite pas à trop en faire, sans pour autant paraître trop démonstratif, malgré un solo qui explose de toute part.

Et les autres, qu’une sale cavalcade affolée emporte au paradis de violence se jetteront sans retenue sur l’impitoyable « Bloodgrown Darkness », qui prouve que notre suédois du jour est décidément très à l’aise dans la débauche à la DARK ANGEL/VIKING. Double grosse caisse écrasante, riffs aussi terrassant que mélodisant, et chant beaucoup plus convaincant que dans ses errances harmoniques chancelantes.

Niveau production, Arda K n’a pas à rougir de son boulot, et même s’il a reçu un coup de main final de Jens Bogren (qui a travaillé avec SEPULTURA, KREATOR, PARADISE LOST, KATATONIA, AT THE GATES, DARK TRANQUILLITY, OPETH, ou AMON AMARTH, entre autres). Il s’est offert un son tout à fait correct, qui pêche parfois un peu sur les graves de la batterie, mais qui garantit à la guitare un tranchant très effilé qui sied très bien à sa musique.

Cette dernière prend parfois des détours étonnants, en suggérant des accointances AT THE GATES/TESTAMENT/PANTERA (« Withdrawal of the Senses »), mais n’oublie jamais le Thrash dans un coin du studio (« Midnight Theory »). C’est d’ailleurs dans ce domaine qu’Arda/NIGHTBORN se montre plus convaincant, ses progressions mélodiques étant encore un peu trop hésitantes et fluctuantes pour vraiment s’imposer.  

On peut aussi lui reprocher en étant exigeant une trop grande complaisance dans la concrétisation de toutes ses idées, qui résulte en un timing trop étiré, mais en dehors de ces quelques reproches mineurs, et en considérant que l’homme à presque tout fait seul, Skyless reste au final une jolie prouesse et surtout un LP qui dégaze sévère dans les fourrés et qui risque de réchauffer la Scandinavie à l’amorce de l’été. Un peu plus d’autodiscipline la prochaine fois permettra à Arda de gommer quelques erreurs de jeunesse et peut-être de sortir un second disque qui fera tout aussi référence que ceux qu’il cite lui-même.


Titres de l'album:

  1. Intro
  2. The Hellbound
  3. Severance
  4. Unmarked Burial
  5. Hemorrhage of the Soul
  6. The Sorrow Room
  7. Bloodgrown Darkness
  8. Visitation
  9. Withdrawal of the Senses
  10. Midnight Theory
  11. Ataxia

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 20/07/2017 à 14:40
72 %    363

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes