Jusqu’à maintenant, les suédois faisaient tout mieux que tout le monde, mais le faisaient au moins comme des suédois. Visiblement, ils savent aussi faire mieux que les autres en le faisant comme des américains, et là, ça devient gênant. Enfin, mieux, disons, tout aussi bien. C’est en tout cas la leçon que l’on doit tirer du premier album du projet local NIGHTBORN, qui a visiblement beaucoup écouté le Thrash de la Bay Area, et qui s’ingénie à en reproduire les sonorités assez fidèlement. Mais au moins, ont-ils l’honnêteté de ne pas s’en cacher.

D’ailleurs, les influences sont revendiquées et assumées, de la page Facebook au Bandcamp, alors, l’honneur est sauf. Elles sont reproduites quasiment in extenso, et sont multiples, puisque l’inspiration qui a guidé ce premier LP l’est aussi. Nous avons donc droit à un listing assez exhaustif de la suprématie métallique mondiale de ces trente dernières années, avec les noms reproduits de METALLICA, SLAYER, SEPULTURA, EXODUS, TESTAMENT, MEGADETH, SODOM, XENTRIX, HEATHEN, EVILE, KREATOR, TANTARA, KING DIAMOND, MERCYFUL FATE, PARADISE LOST, SENTENCED, DISSECTION, DEATH, et je pense en avoir oublié quelques-uns, ce qui n’est pas le cas de celui qui se cache derrière ces emprunts…

Car derrière le nom de NIGHTBORN se planque celui beaucoup plus énigmatique et solitaire d’Arda K., le maître d’œuvre de Skyless. L’homme aime travailler dans son coin, et s’est occupé de la composition, des arrangements, mais aussi de l’interprétation, en gravant les pistes de guitare, de batterie et de chant, et en se montrant assez convaincant dans tous ces domaines.

N’en sachant pas plus sur son histoire et son passé, je ne pourrais guère tenter de vous proposer une bio, l’homme étant assez discret sur son parcours. Il souhaite visiblement que l’on se concentre sur son projet présent, qui lui a de quoi alimenter quelques lignes, pour plusieurs raisons.

D’une, en termes de qualités. Car Skyless ne fait pas semblant de thrasher, mais va aussi voir un peu plus loin si la violence n’est pas modulable. Vous n’aurez donc pas droit à une énième resucée des grands classiques enrobée dans une production plus vintage que les t-shirts comics de Kirk Hammett ou les shorts longs de Scott Ian, mais bien à un album de Metal agressif et puissant bien dans son époque, mais respectueux du passé.

Musicalement, l’affaire est parfaitement honnête, et Arda a bien écouté les plus grands albums du genre, qu’il prend un malin plaisir à restituer à sa sauce. Et si le suédois ose placer quelques pistes s’écartant de la tradition Thrash sur sa route, ça n’est pas pour faire joli, puisqu’il agrémente ses rythmiques farouches de nombreux breaks et passages plus atmosphériques et sombres qui contrastent sa musique sans l’édulcorer.

Instrumentalement, Arda assure dans tous les secteurs, et s’emballe fréquemment en solo pour nous distiller des interventions qui sentent bon les cordes qui chauffent. Son niveau de batterie est largement suffisant pour assumer un tempo extrêmement rapide, qui flirte parfois avec l’ultraviolence du Thrashcore (« The Hellbound »), mais qui la plupart du temps reste dans une norme Thrash tout à fait supportable, quoique soutenue.

Les mélodies qui enjolivent les riffs saccadés sont assez bien troussées, et permettent à l’album de se rapprocher d’un hybride entre le Thrash US en vogue à la fin des 80’s, et la scène Néo-Death scandinave de la décennie suivante, relativement convaincant sur l’ensemble. En variant la vitesse de croisière et sans hésiter à appuyer sur le médium ou l’intermédiaire, Arda/NIGHTBORN permet à son premier disque de se montrer suffisamment aéré pour ne pas lasser dès son premier tiers, ce qui garantit à l’auditeur une écoute confortable. Néanmoins, l’homme a tenté un pari risqué, puisqu’il a visé l’heure de jeu dès sa première tentative, ce qui le fait tomber dans le piège de la redondance, spécialement lorsque ses idées restent à la surface d’un HM un peu trop guilleret.

Six minutes en moyenne par morceau, avec des pics à sept, c’est faire preuve d’un bon culot, mais admettons quand même que la plupart tiennent largement la route, même s’ils auraient pu être ponctionnés parfois d’une ou deux minutes. De plus, si la guitare et la batterie vont à l’auteur comme un gant, le chant est quant à lui plus aléatoire, surtout dans les moments les plus mélodiques où la fausseté pointe le bout de ses couacs (« Unmarked Burial », qui ressemble pourtant comme deux gouttes d’eau à un très bon inédit de FORBIDDEN).

Il est certain à contrario que les fans d’EXODUS, période indifférente, seront ravis de tendre les oreilles sur un brulot comme « Hemorrhage of the Soul », qui s’emmêle quand même les pédales sur son refrain, et qui percute la guitare et les lignes vocales dans une approximation involontaire. Une fois encore, Arda nous soigne un pur solo aux petits oignons, évoquant même un BLIND GUARDIAN beaucoup plus hargneux que la normale.

Ceux qu’un féroce métissage attire, sauront se repaitre du progressif et ambitieux « The Sorrow Room », qui une fois de plus n’hésite pas à trop en faire, sans pour autant paraître trop démonstratif, malgré un solo qui explose de toute part.

Et les autres, qu’une sale cavalcade affolée emporte au paradis de violence se jetteront sans retenue sur l’impitoyable « Bloodgrown Darkness », qui prouve que notre suédois du jour est décidément très à l’aise dans la débauche à la DARK ANGEL/VIKING. Double grosse caisse écrasante, riffs aussi terrassant que mélodisant, et chant beaucoup plus convaincant que dans ses errances harmoniques chancelantes.

Niveau production, Arda K n’a pas à rougir de son boulot, et même s’il a reçu un coup de main final de Jens Bogren (qui a travaillé avec SEPULTURA, KREATOR, PARADISE LOST, KATATONIA, AT THE GATES, DARK TRANQUILLITY, OPETH, ou AMON AMARTH, entre autres). Il s’est offert un son tout à fait correct, qui pêche parfois un peu sur les graves de la batterie, mais qui garantit à la guitare un tranchant très effilé qui sied très bien à sa musique.

Cette dernière prend parfois des détours étonnants, en suggérant des accointances AT THE GATES/TESTAMENT/PANTERA (« Withdrawal of the Senses »), mais n’oublie jamais le Thrash dans un coin du studio (« Midnight Theory »). C’est d’ailleurs dans ce domaine qu’Arda/NIGHTBORN se montre plus convaincant, ses progressions mélodiques étant encore un peu trop hésitantes et fluctuantes pour vraiment s’imposer.  

On peut aussi lui reprocher en étant exigeant une trop grande complaisance dans la concrétisation de toutes ses idées, qui résulte en un timing trop étiré, mais en dehors de ces quelques reproches mineurs, et en considérant que l’homme à presque tout fait seul, Skyless reste au final une jolie prouesse et surtout un LP qui dégaze sévère dans les fourrés et qui risque de réchauffer la Scandinavie à l’amorce de l’été. Un peu plus d’autodiscipline la prochaine fois permettra à Arda de gommer quelques erreurs de jeunesse et peut-être de sortir un second disque qui fera tout aussi référence que ceux qu’il cite lui-même.


Titres de l'album:

  1. Intro
  2. The Hellbound
  3. Severance
  4. Unmarked Burial
  5. Hemorrhage of the Soul
  6. The Sorrow Room
  7. Bloodgrown Darkness
  8. Visitation
  9. Withdrawal of the Senses
  10. Midnight Theory
  11. Ataxia

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 20/07/2017 à 14:40
72 %    393

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Sekkusu

Satyromania

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Excellente nouvelle


Arrêtez, merde, je me prends un sale coup de vieux à cause de vous ! ^^


Il était meilleur dans VIO-LENCE, c'est clair...


Achat obligatoire !! Même si je l'ai en vinyle d'époque, hé, hé...


AH AH AH !!!
Superbe vanne de quarantenaires effectivement...