Deux groupes, un seul support, vous connaissez le principe puisque j’ai chroniqué assez de splits pour vous rentrer le concept dans le crane.

D’ordinaire, cette complémentarité sied mieux aux groupes de Hardcore, de Grind ou autres excroissances bruitistes, mais il arrive que des ensembles un peu plus « conceptuels » s’en satisfassent aussi. La preuve, ce nouvel exercice de style conjoint proposé par Halo of Flies, label exigeant parmi l’exigence, qui nous offre deux face partagées par deux combos typiquement US, que certains connaitront bien sûr déjà.

Et si vous êtes un minimum attentif, vous remarquerez que je vous ai déjà parlé des CLOUD RAT, à l’occasion de leur duo avec MOLOCH, puisque le trio produit à grande échelle, et n’est jamais avare de participations. Leur LP Qliphoth vaut aussi le détour, via ma prose ou en solitaire, et c’est donc avec une joie non feinte que je les retrouve aujourd’hui en grande forme, pour un seul morceau, mais si long qu’il aurait pu occuper un EP entier.

Toutefois, les CLOUD RAT ne sont pas seuls sur ce coup-là, sinon, pourquoi parler de split, et se voient donc rejoints dans leur entreprise de propagande par un autre combo ricain, aux préoccupations assez éloignées des leurs…

Deux titres pour quarante minutes de musique, et vous savez déjà qu’il vous faudra faire bien des efforts pour en pénétrer les nombreux et déviants arcanes. Mais faites-moi confiance, le jeu d’endurance en vaut largement la chandelle.

Certes, les DISROTTED ne jouent pas vraiment la variété ou l’ambivalence, et osent pendant plus de vingt minutes faire ce qu’ils ont toujours fait, à savoir vous flanquer un bon coup de Doom/Sludge derrière les oreilles, mais le « Holding The Picture » de leurs compères du jour présente suffisamment d’intérêt pour que vous pardonniez à ce split sa seconde entrée un peu…inamovible.

Mais un peu d’histoire, avant de plonger tête baissée dans cette expérience somme toute assez troublante.

Ordre d’apparition oblige, abordons d’emblée le cas des originaires du Michigan de CLOUD RAT. Fondé fin 2009, ce trio (Brandon – batterie, Madison – chant et Rorik – guitare) a déjà sévi sur bon nombre de supports, et a multiplié les EP, splits et LP, pour « grinder tout ce qui passe à leur portée » mais d’une approche beaucoup plus progressive et futée que la moyenne. Le trio défend des valeurs, supporte le véganisme et la cause animale, mais produit surtout une musique très fouillée est très intrigante, ce que confirme leur unique titre présent sur ce split, d’une durée très honorable de dix-huit minutes.

Avec pareil timing, vous vous doutez bien que les natifs de Grand Rapids ne vont pas blaster comme des dingues sans discontinuer, mais amener leur propos d’une façon évolutive. Et vous aurez totalement raison, puisque « Holding The Picture » passe par toutes les ambiances possibles, sans se complaire dans une violence crue et ininterrompue. Alors, Post Metal, Post Rock, Sludge, Grind, Doom, tout y passe, avec un brio impressionnant, à tel point qu’on a parfois le sentiment d’écouter plusieurs pistes fondues en une seule, sans que la cohérence n’en pâtisse. C’est très bien agencé, et ça joue avec l’alternance de lourdeur et de vélocité, sans se départir d’une tristesse de ton assez étrange. On pense parfois à une version très étendue du meilleur NEUROSIS, mixé à des influences MASTODON, et diluée dans des volutes lysergiques à la PRIMITIVE MAN, un peu fatigué de toujours devoir se justifier.

Les harmonies anémiées se taillent les veines au milieu d’une indifférence rythmique palpable, et finalement, la vingtaine de minutes passe comme dans un cauchemar éveillé, assez symptomatique du travail des CLOUD RAT, mais qui ouvre quand même des pistes supplémentaires, qui donnent la ciguë à la bouche et suscitent une impatience tangible quant à leur production à venir…

Ce groupe est décidément unique, et chacune de ses interventions mérite l’attention, ce que ce split démontre sans forcer le trait.

Le cas des DISROTTED, Illinois est éminemment différent, et beaucoup plus compact. Disposant d’une production pléthorique, les originaires de Chicago privilégient quant à eux la lourdeur extrême d’un Doom tirant sur le Drone, et ne rechignant pas à se frotter au Sludge dans les passages les moins éprouvants.

Le format étiré et exagéré leur est donc plutôt familier, et « Dissipate » ne fera pas tâche dans leur discographie vouée à la pesanteur et à l’oppression rythmique et vocale.

Les fans et amateurs éclairés ne seront donc pas surpris par l’ambiance étalée sur ce morceau qui une fois encore fait la part belle à l’économie, et triturant un riff quasiment unique au-delà du raisonnable, et en le soutenant d’un tempo pachydermique. Les arrangements, sobres, sont la plupart du temps constitués d’interventions vocales abyssales, de feedback assourdissants, et d’intensité de volume qui frise nos tympans pour mieux les malmener.

On pense aux références qu’ils utilisent, WINTER, INCANTATION, mais aussi ENCOFFINATION, et pourquoi pas BORIS ou SUN O))), quoique les DISROTTED se situent un peu en convergence de toutes ces citations, en refusant de se frotter aux extrêmes les plus emphatiques.

Leur musique reste néanmoins éprouvante pour les néophytes qui se demanderont quand le morceau va décoller, question légitime mais promise à une impasse, puisque le but du jeu est justement de ne pas évoluer, pour provoquer une sorte de transe symptomatique du Doom le plus traditionnel.

Mais la gravité extrême associée au statisme des motifs exerce une sorte de libération cathartique, comme un mantra répété jusqu’à l’overdose, qui vous permet d’atteindre un niveau inférieur de perception en vous repliant sur les répétitions.

A vous de savoir si votre résistance est taillée pour supporter une telle masse, ou si votre patience ne pourra supporter plus que quelques minutes de l’effort.

Mais l’avantage de ce nouveau split est de nous offrir deux options bien scindées, et donc d’éviter le piège des deux groupes assemblés parce que très similaires. Ma préférence personnelle ira évidemment aux CLOUD RAT qui ne m’ont jamais déçu, et dont la musique me parle plus, mais à chacun d’y trouver son compte ou pas. En attendant, pour quarante minutes de « musique » et deux groupes, vous n’êtes pas perdants. Ce qui est quand même dans l’intérêt de tout le monde.


Titres de l'album:

  1. Cloud Rat - Holding The Picture
  2. Disrotted - Dissipate

Cloud Rat Bandcamp

Disrotted Bandcamp


par mortne2001 le 26/07/2017 à 17:56
75 %    245

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pristine

Road Back To Ruin

Tytus

Rain After Drought

Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Parad1gm

Parad1gm

Laceration

Remnants

Dragon's Daughters

Tits on Fire

Ad Patres

A Brief Introduction to Human Experiments

SOEN + GHOST IRIS + WHEEL - Backstage By The Mill - Paris

Kamel / 20/04/2019
Backstage By The Mill

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Crippled Black Phoenix I Villingen-Schwenningen

Simony / 16/04/2019
Cold Wave

EVERGREY - Le Gibus - Paris

Kamel / 15/04/2019
Evergrey

LA CAVE : une sélection d'albums Metal Extreme #1

Jus de cadavre / 02/04/2019
Metal Extrême

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Bonjour, moi aussi j’ai été arnaqué de plus de 178.000 euros, je l’ai rencontré sur Meetic un site de rencontres, il est parti soi-disant en Côte-d’Ivoire à Abidjan pour travailler (photographe), il vit dans un hôtel, et bien sûr il s’est fait agressé en sortant de cet hôtel, plus (...)


Ah oui, quand même...


De la dentisterie au marteau piqueur ! Un bonheur !


RIP grand musicien.


Bah c'est une pochette de Prog quoi...


Cette pochette est comment dire ... ... ...


C'est une histoire de dingue là... Je comprend pas trop le but de ce genre d'arnaque en fait... C'est pas en vendant 3 albums de groupes totalement underground qu'on fait du fric bordel !?


Une plus grande exposition à l'internationale tout simplement. Si ça marche, l'aspect financier suivra mais ce ne sera qu'une conséquence indirecte. La médiatisation prime avant tout. Pour ce qui est de leur revendication comme tu dis, si tu regardes les commentaires de cette new sur leur facebo(...)


Sans compter le fait que les mecs de Metal Bastard Enterprises (Oliver et ralf Schaffelhuber) sont ceux qui ont fait le célèbre label rip off Turbo records/Turbo Music ! mais aussi Braincrusher records, Metal age, sont aussi ceux qui ont fait un label qui sortait des groupes de RAC néo nazi nom(...)


Oui Goughy, ce sont clairement des classiques, c'est indiscutable.
Loin de moi l'idée de descendre les albums qui ont précédé ce Russian.
Je voulais dire que les journalistes avaient un peu eu tendance à les faire passer pour les "seuls" classiques des allemands. Et c'est vrai qu'Ac(...)


Je suis bien content que quelqu'un aie pu y aller. Je suis encore vert que la date dans le Midi ait été annulée deux jours avant, je la guettais depuis des mois, réservation et tout... C'est la deuxième fois que je rate Soft Kill notamment sur annulation.


Quelque chose m'échappe totalement dans la démarche : ils ont toujours revendiqué d'être "à part" et là ils signent sur un label impersonnel. Il va falloir qu'ils m'expliquent ce qui a pu les motiver à quitter un label aussi pointu que Prophecy, hormis de basses considérations financières.


Je n'ai jamais vraiment écouté Accept, à part Balls... et encore, (je ne sais même pas vraiment pourquoi en fait... c'est pas ma génération on va dire...), mais vos coms de passionnés donne envie de s'y pencher un peu plus sérieusement.


Eh ben merci à Metalnews et à toi Monsterman, vous relancez un débat que j'ai avec moi même et quelques amis sur la place de cet album dans la discographie d'Accept (avec Udo hein, restons sérieux).
Pour l'instant il est derrière le quatuor indiscutable (j'ajoute "Breaker" aux trio que t(...)


En me relisant, je me suis mal exprimé : je voulais dire que j'ai fait écouter cet album il y a 4 ou 5 ans à un vieux fan de Heavy qui était totalement passé à côté... eh bien il avait pris SA CLAQUE ! Voilà le souvenir qui revient. :-)
un album qui a sacrément bien vieilli !


Sans doute le meilleur Accept. Le plus mur, le mieux produit...
des textes monstrueux et bien plus affutés que chez la concurrence (lisez attentivement ceux de "Heaven is hell" ou "TV War")...
cet album est un must à écouter à fort volume ! Tuerie de prod !!
Souvenir d'un pote (...)


Jamais accroché à ce groupe... Et ce n'est pas leurs dernières productions qui ont pu me faire changer d'avis. Néanmoins, très chouette live-report ! Bienvenue Kamel ! :-)


Groupe vu sur la tournée d'In Search of Truth, depuis je trouve que le groupe tourne en rond se reposant trop sur la voix exceptionnelle de son chanteur. Mais en live si je peux les revoir... j'hésiterais pas une seconde.
Bienvenue à Kamel !


Bienvenue à Kamel dans l'équipe!


Je pense que ça vient du fait que le groupe "travail" (ils sont payés quoi) et que c'est donc un visa particulier qu'il faut et non un simple visa touristique. En fait si j'ai bien compris il n'y a pas eu de refus de visa mais un retard (c'est très long les délais apparemment) et du coup le grou(...)