Stora och Farliga

Knogjärn

02/12/2020

Indie Recordings

Admettons l’évidence que vous aimiez votre Hard simple, moderne, in your face et sans chichis. Si tel est le cas, et j’ose à croire que oui, vous connaissez déjà les suédois de KNOGJÄRN qui depuis 2015 vous en font voir de tous les tympans. Car ces punks (dans le sens le plus affectueux du terme) de Karlstad ne se prennent pas la tête, et dispensent depuis cinq ans une énergie propre à rendre votre cheminée totalement obsolète et tout juste bonne à chauffer le cul du chat. Mais notez tout de même que cette chronique ne concerne pas un éventuel nouvel album de la bande, mais bien la réédition de Stora och Farliga, paru plus en amont cette année. Pour fêter la signature avec la référence Indie Recordings, le groupe s’est fendu d’une nouvelle version de ce LP, y ajoutant la primeur d’un inédit pour que la fête soit plus folle. Et comme le déclare sa nouvelle maison de disques, ce qui séduit immédiatement avec la musique des suédois, c’est son caractère frontal et punchy, loin des tentatives les plus alambiquées du nord de l’Europe ou des dérives nostalgiques qui constituent la moitié de la production locale. Ici, pas de raison de regarder dans le rétro, seul le pare-brise intéresse ces quatre marlous, qui foncent sur l’autoroute musicale avec une inconscience crasse.

D’ailleurs, le label norvégien ne lésine pas sur les slogans accrocheurs pour vous tamponner à la locomotive. « Un groupe qui vous donne envie de décapsuler une bière et de pousser le volume à 11 », on se croirait dans Spinal Tap, pourtant les KNOGJÄRN sont tout sauf une parodie. Et si six mois ont passé depuis la première version de ce nouvel album, il n’en a rien perdu de sa fraîcheur adolescente. A cheval entre Groove Metal, Metalcore, Punk Metal légèrement acidulé, Stora och Farliga de sa langue natale nous écorche agréablement les oreilles, avec sa palanquée de riffs francs et massifs, admirablement mis en relief par une production moderne, mais pas tape à l’œil. Certes, rien de neuf sous le soleil suédois ou même européen, mais juste une envie incroyable, une pèche l’étant tout autant, et un quatuor (Kim Eriksson – chant, Markus Hurtig – guitare, Rasmus Sörbom – basse et Johan Hidén – batterie) qui vous attrape par le colback et ne relâche jamais son étreinte. D’ailleurs, le groupe a le culot de déclarer être capable de vous séduire en live même si sa musique vous laisse froid en studio, ce qui en dit long sur la confiance que ces mecs-là affichent. Mais même en version studio, leurs chansons sont explosives, et pas besoin de se taper un concert pour comprendre que les KNOGJÄRN sont le genre de bestiaux qui ne se compliquent pas la vie en cherchant une quelconque caution artistique expérimentale.

L’argument justifiant de l’acquisition de cette nouvelle version est donc cet inédit que le groupe n’a eu aucun mal à composer pour enrichir cette ancienne sortie. Mais cette chronique s’adressera plutôt aux néophytes ne connaissant pas le groupe, et désirant faire l’expérience d’une musique explosive sans avoir à fouiller les sombres arcanes de la toile. Stora och Farliga, c’est une recette simple, à base de grosses guitares, de chant hurlé comme du Hardcore de rue, une rythmique qui pilonne, et en tombant sur « Stora Och Farliga », vous réaliserez rapidement que les quatre suédois ne sont pas là pour faire les malins ou tergiverser. Batterie jumpy, limite Hardcore, ambiance festive mais pas paillarde, gouille convaincante, c’est populaire mais pas populiste, et ce premier morceau n’est pas sans évoquer une traduction KMFDM dans un langage plus organique, et plus axé sur le partage que la froideur mécanique. Concision, franchise, la musique présentée ici parlera à tous ceux qui aiment headbanguer sans se demander si le geste n’est pas trop vulgaire, et qui préfèrent leurs chansons immédiates, et accrocheuses. Pas d’argument fallacieux, pas de tromperie sur la marchandise, on encaisse le choc et on trépigne sur « Älskar Ingen », acceptant cette instantanéité comme un beau cadeau de Noël. Tout à tout lourd, rapide, oppressant, dansant, mais toujours puissant et naturel, le quatuor aligne donc les motifs qui s’incrustent dans le cerveau, ne laissant plus de place au libre arbitre. Nous voilà donc englué dans cette toile d’araignée, empêtré dans ce plastique qui fond sous nos pieds et qui nous oblige à gesticuler comme un fou. Et avec un timing de trente-six minutes pour un total de douze chansons, pas le temps de s’ennuyer ni de trop intellectualiser, puisque les bougres savent y faire pour nous distraire. Riffs légèrement trashy sur « Bit för Bit », beat trampoline avec « Mera Mera », thématique générale de l’égoïsme qui gangrène notre société (je l’ai lu, rassurez-vous, je ne comprends pas le suédois), et puis une vision du Hard et du Heavy totalement personnelle, joignant les deux bouts et les époques sans se demander si le mélange est légal ou pas.

Alors évidemment, tout ça ne parlera pas à tout le monde, mettant de côté les puristes Hard-Rock et Heavy qui détestent qu’on dénature leur musique préférée. Mais ceux qui acceptent de voir leurs théories remises au goût du jour se jetteront sur des hits comme « Ingenting Vackert », ou l’explosif et festif « Svart » qui résument à merveille la philosophie simple du groupe. Faire la fête, s’éclater, et composer des morceaux en pensant à leur impact live, décuplé par l’énergie et l’adrénaline. Un album défouloir, cathartique, qui méritait bien un nouvel éclairage, et qui trouvera une bonne place dans votre discothèque de fan de musique ouverte. Et quand la pièce sent le renfermé, une seule solution : ouvrir les fenêtres, pousser le volume à 11, et balancer la purée de Stora och Farliga. Résultat garanti, bonne humeur obligatoire, et courroux des voisins atténué par le plaisir de secouer sa tignasse à l’air libre.               

    

                                                                                            

Titres de l’album:

01. Stora Och Farliga

02. Älskar Ingen

03. Bit för Bit

04. Mera Mera

05. Mer än du Ser

06. Allt Brinner

07. Kallt

08. Ingenting Vackert

09. Svart

10. Kör över Dig

11. Slår oss Fram

12. Kan du Höra Mig


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 22/12/2020 à 17:45
78 %    114

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
otagrosse

C'est de la merde

14/04/2021, 10:56

Emile Louis

Il va crever comme une merde!

14/04/2021, 10:54

metalrunner

Un putain de batteur doublé d un mec sympa et dispo go Tom

14/04/2021, 08:24

KaneIsBack

Aïe, ce n'est clairement pas un bonne nouvelle...   Mais bon, il va se battre, donc croisons les doigts !

14/04/2021, 08:13

RBD

Alors ça ! Je suis très peu consommateur de Black et moins encore quand c'est expérimental, mais par contre grand lecteur de Dan Simmons dont le cycle "Hyperion" est probablement l'oeuvre la plus culte. Il faut être ambitieux pour s'attaquer &ag(...)

13/04/2021, 21:37

totoro

Un peu de mal à entendre le côté dope et décadence dans la musique du groupe, même si je trouve le disque particulièrement emballant et entraînant ! Ca me rappelle un peu le groupe norvégien Red Harvest ! Merci pour la découverte ! En pl(...)

13/04/2021, 13:30

RBD

Cela rappelle les heures grises de l'"Enfant sauvage", en effet. Après deux bons premiers extraits, c'est pas si grave. Nous verrons bientôt ce que vaudra l'oeuvre complète.

13/04/2021, 11:47

Deathcotheque

Pas de sortie physique ? C'est vraiment dommage. Je ne pourrai pas les soutenir sur ce coup là !

13/04/2021, 11:24

Buck Dancer

Après une écoute, un peu moins convaincu aussi par ce morceau que les précédents, mais c'est le genre de chanson qui peu se révèler avec le temps.... ou pas. 

12/04/2021, 22:31

Moski

Hmmmmmmmmmmmmmmmmm mouais... Pas convaincu par ce titre. Je trouve les paroles un peu bateau, sur un tapis de triolets... Mouais... 

12/04/2021, 20:45

Deathcotheque

Guillaume a chanté dans Mnemic (sera encore le chanteur quand ils se reformeront ?), groupe dont le style n'est pas si éloigné que ça de Fear Factory. "Passenger", le 1° album qu'il a enregistré avec eux a été produit et enr(...)

12/04/2021, 20:27

Deathcotheque

Guillaume a chanté dans Mnemic (sera encore le chanteur quand ils se reformeront ?), groupe dont le style n'est pas si éloigné que ça de Fear Factory. "Passenger", le 1° album qu'il a enregistré avec eux a été produit et enr(...)

12/04/2021, 20:27

Humungus

"Et Fear Factory a joué le 17 décembre 2004 en 1° partie de Fear Factory à l'Elysée Montmartre"Et après on s'étonne que le pauv' Burton n'ait plus de voix durant les shows...(sic)

12/04/2021, 20:25

Deathcotheque

Guillaume a chanté dans Mnemic (sera encore le chanteur quand ils se reformeront ?), groupe dont le style n'est pas si éloigné que ça de Fear Factory. "Passenger", le 1° album qu'il a enregistré avec eux a été produit et enr(...)

12/04/2021, 18:42

Jus de cadavre

Je plussoie ! C'est excellent oui ! 

12/04/2021, 18:09

RBD

Pour préciser : il me semble très difficile d'empêcher l'utilisation des vocaux déjà enregistrés si Burton a effectivement signifié son départ après. Sur les suggestions, Guillaume Bideau pourrait êtr(...)

12/04/2021, 17:41

Florian coquerelle

ouais. Steeve. Petit. Nouveau chanteur. De fear. Factory. Ce. Serait. Bien. Non?

12/04/2021, 15:07

RBD

Essayé sur la foi d'une description qui s'est révélée parfaitement exacte. Cela faisait un petit moment que je n'avais pas croisé un jeune groupe mettant les solos de guitare autant en avant. L'allusion à Demolition Hammer est parlante(...)

12/04/2021, 13:42

LeMoustre

No les influences. Seule la voix, peu naturelle et monocorde, me gêne. 

12/04/2021, 12:40

Orphan

"sont" <- putain mes propres yeux saignent

12/04/2021, 10:10