The Third Perspective

Azure Emote

06/03/2020

Selfmadegod Records

Le métissage, c’est bien, c’est une valeur d’ouverture. S’ouvrir aux autres cultures, aux autres courants, aux autres langages…L’avant-garde c’est bien aussi. Essayer des techniques et des approches différentes, distordre les sons et les idées, juxtaposer des styles contraires, les associer, les fondre, ou au contraire, jouer le minimalisme. J’adore ça et je ne m’en cacherai pas, mais il en va de l’art musical comme de l’art culinaire, quand n’importe qui mélange n’importe quoi, ça peut vite donner une vague idée de l’abomination concrète. A l’inverse, entre les mains de créateurs à l’imagination proportionnelle au talent, l’exercice produit un résultat si effrayant de pertinence et de culot qu’on en reste sans voix et sans mots. C’est plus ou moins l’état dans lequel je suis après avoir écouté le troisième album des américains d’AZURE EMOTE, The Third Perspective, qui plus qu’une simple troisième voie diplomatique ouvre nos sens et notre perception à des possibilités infinies…Si dans les sixties, Timothy Leary voulait qu’on se « branche », et si la décennie précédente, Aldous Huxley voulait ouvrir les portes de la perception que Jim allait finir par débloquer avec ses propres portes, AZURE EMOTE nous ouvre un univers entier de voies à emprunter, en jouant la musique la plus extrême possible. Il est clair depuis des années que le Metal le plus sombre et sournois s’accommode fort bien d’une instrumentation hors norme. On entend du piano dans le BM, du saxo dans le Death, un peu de tout dans l’Industriel, mais là n’est pas le plus important, tout ceci tenant plus du gimmick qu’autre chose. Ce qui est important, c’est d’apporter à un style les éléments nécessaires à son évolution, sans tenir compte d’une quelconque pertinence de surface ou d’une éthique fantoche. Et avec ce troisième LP, les originaires de Philadelphie en Pennsylvanie s’affranchissent de toutes les contraintes possibles pour proposer le Death Metal technique et progressif le plus fertile et créatif du marché.

Avec seulement trois LPs en presque vingt ans d’existence, le groupe n’est pas ce que l’on peut appeler un producteur acharné. Mais les connaisseurs ayant déjà expérimenté les labyrinthes qu’étaient Chronicles of an Aging Mammal en 2007 et The Gravity of Impermanence en 2013 savent très bien qu’on n’atteint pas un tel niveau en lâchant un album par an. C’est pour cette raison qu’il aura fallu attendre sept ans pour connaître enfin la suite des aventures artistiques d’AZURE EMOTE et autant jouer la franchise : l’attente était largement inférieure au résultat. Et si autant d’années séparent ces œuvres, c’est aussi parce que ses auteurs ne chôment pas entre-temps, et fricotent avec un nombre conséquent d’autres formations. C’est ainsi que Mike Hrubovcak (chant, flûte, maracas, harmonica, claviers, samples, programmation) se retrouve aussi dans les rangs d’HYPOXIA, J.J. HRUBOVCAK, MONSTROSITY, VILE, NADER SADEK (live), et DIVINE RAPTURE, que Ryan Moll (guitare, basse) complète le line-up d’IN THE FIRE, OLD HEAD, RUMPELSTILTSKIN GRINDER, TOTAL FUCKING DESTRUCTION, et DIVINE RAPTURE aussi, tandis que Mike Heller (batterie) s’amuse de concert dans CASTROFATE, CONTROL/RESIST, CRUELTY EXALTED, EXCOMMUNICATED, GOREPUNCH, MALIGNANCY, RAVEN, WRETCHEDPAIN ou FEAR FACTORY. Voilà donc de quoi occuper trois musiciens qui ne sont pas seuls sur le coup, puisque quelques autres sont aussi venus donner un coup de main ou apporter leur contribution à l’affaire. Ainsi, on retrouve des lignes de basse de Kelly Conlon (DEATH, PESSIMIST, MONSTROSITY) qui joue aussi de la trompette sur le morceau « Three Six Nine, »,  des parties vocales de Melissa Ferlaak (THERION, PLAGUE OF STARS, ECHOTERRA, AESMA DAEVA), du violon de Pete Johansen (SINS OF THY BELOVED, TRISTANIA, MORGUL, SIRENA), et des claviers joués par Jonah Weingarten (PYRAMAZE, WE ARE SENTINELS, TERAMAZE). Ajoutez quelques guitares sur « Loss » par Mark English (MONSTROSITY, DEICIDE), ainsi que sur « Dark Realms » et « Solitary Striving » par Bob Davodian (DIVINE RAPTURE, RANDALL FLAGG). Casting de luxe pour chef d’œuvre en devenir, rien d’étonnant à ce que l’ensemble sonne aussi gigantesque.

On peut légitimement se dire avant d’avoir écouté une seule note que l’accumulation de participants et leur pedigree ne garantit en rien une qualité sonore. C’est la vérité, mais après quelques secondes de « Loss », l’évidence saute aux tympans ; l’album est un monstre. Son concepteur principal, Mike Hrubovcak l’a voulu aussi extrême que possible, mais aussi le plus varié, pour que chaque chanson possède son identité propre, ce qui est immanquablement le cas. D’emblée, on remarque la durée de certains titres, qui dépassent allègrement les dix minutes, à l’instar de « Dark Realms ». Mais loin de jouer le roboratif ou le complaisant ces morceaux sont des monstres d’évolution, qui parviennent à synthétiser des décennies d’expérimentation, sans même aller parler de Metal uniquement. On retrouve des influences évidemment, celles de NOCTURNUS, de SHINING, THY CATAFALQUE, EDGE OF SANITY ou même ARCTURUS et STRAPPING YOUNG LAD, mais il y a dans cette musique une vraie profondeur derrière les ambitions artistiques, qui crève les yeux sur le monumental « Negative Polarity », que le Tom Warrior des années 2000 aurait pu composer pour Anneke. Si The Third Perspective est le plus sombre de la carrière erratique d’AZURE EMOTE, il est aussi le plus bouillonnant, le plus effrayant, le plus massif, et pourtant celui dont les détails se remarquent le plus. On note avec délice des soli mélodiques dans le plus pur esprit de Chuck Schuldiner ou James Murphy, des ambiances BM que le grand EMPEROR avait imposé en son temps, des superpositions de clavier et de violons avant une cavalcade impitoyable sur l’intro de « Three Six Nine », et surtout, une façon de piétiner les frontières entre les genres extrêmes, réconciliant l’Indus avec le Black, le Death avec l’opératique, sans tomber dans le piège du fourre-tout inextricable et incompréhensible.

Vu de loin, on pense à un lien ténu entre ATHEIST, PESTILENCE et ARCTURUS, et le parallèle est loin d’être incongru. Les américains ont pérennisé la complexité des premiers (certaines parties de batterie donnent mal au solfège), fait fructifier la crudité élitiste des seconds (les riffs laissent souvent la place à des lignes de basse dignes d’UZEB), et emballé le tout dans une humeur globale spatiale héritée des derniers. Aussi efficace qu’il n’est intelligent, aussi précis et pugnace qu’il n’est élaboré, The Third Perspective ridiculise la concurrence et la laisse à des kilomètres en arrière, hébétée d’avoir autant de retard. Inclinaisons médiévales, penchants orientaux, percussions, arrangements luxurieux, la beauté se met à la hauteur de la brutalité, et on termine le trip halluciné sur « Solitary Strivin », qui met quatre minutes d’intro avant de lâcher les watts. Sommet de contre-culture qui conchie la nostalgie et la substitue par l’envie des compositeurs à l’aise dans leur époque et leur vision, ce troisième LP d’AZURE EMOTE fera dans les années à venir figure de pierre de rosette du Death Metal progressif et expérimental, au même titre qu’Elements d’ATHEIST ou Oscura de GORGUTS. Et ces mots sont pesés, souvenez-vous en au moment de le réécouter.       

                                  

Titres de l’album :

                           01. Loss

                           02. Curse Of Life

                           03. Dark Realms

                           04. Negative Polarity

                           05. Three Six Nine

                           06. Solitary Strivin

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/07/2020 à 18:03
98 %    166

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Universe

mortne2001 29/07/2020

F.F.W.

mortne2001 27/07/2020

Tiamat 2010

RBD 26/07/2020

Créda Beaducwealm

mortne2001 24/07/2020

Les Enfants du Cimetière

mortne2001 20/07/2020

Chimaira 2008

RBD 16/07/2020

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

RIP.

Bordel tout les membres d'origine de Molly Hatchet sont morts...

Les 3 chanteurs surtout en plus, plus aucun des 4 premiers albums, triste.

03/08/2020, 19:05

LeMoustre

Quel pays d'arriérés. Honte à ces abrutis.

03/08/2020, 12:08

Humungus

Et du titre et de sa police de caractère...

03/08/2020, 09:36

Jus de cadavre

Interment juste excellent, la quintessence du Swedish Death. Et sur scène c'est la branlée aussi. Terrible !

02/08/2020, 20:19

Humungus

Me suis fait la même réflexion Gargan...

02/08/2020, 08:53

NecroKosmos

Deux albums absolument fabuleux. J'ai découvert ce groupe dans un magazine à l'époque qui ne savait trop que dire sur le deuxième album des canadiens dans sa chronique à sa sortie. Du coup, ça a attiré ma curiosité. J'ai la version CD avec les deux albums sur le même disque. Et je suis d'ac(...)

02/08/2020, 07:56

Kairos

J’aime assez le retour des sonorité gothiques, bon album, PL en a encore un peu sous le coude finalement.

01/08/2020, 23:29

Gargan

"cancer danger"

01/08/2020, 23:02

zsad

enfin une great news

01/08/2020, 22:36

LeMoustre

Quels souvenirs ces photos. Putain de crabe...

31/07/2020, 17:10

LeMoustre

Ah, tiens, sympa, j'avais bien apprécié les deux derniers albums, voyons ce que celui-ci nous réserve. Surprise, les Louds ne faisant jamais deux fois le même disque

31/07/2020, 17:08

Humungus

"Qui passent comme un avis de passage du facteur dans la boite aux lettres alors que vous êtes bien chez vous"
Oups !!!
Si j'oublie la partie la plus drôle du bazar... ... ...

30/07/2020, 20:33

Humungus

"Qui passent comme un avis de passage du facteur dans la boite aux lettres"
AH AH AH !!! !!! !!!
Apparemment, on a tous vécu ça : On attend un collector quelconque avec la fébrilité d'un jeune puceau et le mec des PTT qui nous rajoute de l'attente bordel de merde !

30/07/2020, 20:30

Jus de cadavre

Haha excellent Raumsog... La même pour moi : le fan absolu à la recherche de la moindre miette de ces géants... Mais la plupart des "chutes" de studio de l'époque Pantera ont été utilisées par Damageplan je pense...

30/07/2020, 19:35

JTDP

Oui, très très bon disque. Je ne suis pourtant pas le plus grand fan de ce style à la base, mais bon dieu, que c'est efficace ! Ça donne envie de mosher sévère avec son canapé !

30/07/2020, 16:24

Humungus

Hé hé hé + 1 Raumsog !

30/07/2020, 15:08

Simony

Je me suis fait la même réflexion que toi RBD, je trouve que la scène commence à s'exporter gentiment et avec de très bons groupes bien furax !

30/07/2020, 10:45

LeMoustre

Dead Brain Cells, bravo pour ce papier d'un groupe trop méconnu. Je trouve que la chronique analyse avec justesse le positionnement de ce disque, un peu le cul entre plusieurs chaises sans arriver à définir par lui-même un sous genre ou rendre l'album incontournable, ce qu'il n'est pas. Je le ra(...)

30/07/2020, 10:05

Raumsog

Si seulement il restait quelques inédits de cette période (on peut rêver)... Même Dimebag qui s'accorde pendant 10 minutes je prends!

30/07/2020, 09:49

RBD

Je ne sais pas pourquoi, mais le Portugal semble regorger de groupes de Black primaire bien furieux.

30/07/2020, 00:25