Thy Dying Light

Thy Dying Light

09/02/2020

Worship Tapes

Tout seul, enfermé chez soi, quelles sont les options ? Regarder des séries à la télé, tricoter un pull à ses petits-enfants qu’ils arboreront fièrement à Noël prochain, faire des mots-croisés, regarder par la fenêtre, monter des étagères Ikea, réparer l’évier, consulter des sites en ligne pour commander des trucs inutiles. Les options ne manquent pas, et pourtant s’il est une catégorie bien précise d’humains dont le comportement n’a pas vraiment changé suite au confinement global, c’est bien celle des misanthropes du Black Metal le plus farouchement Raw. Ainsi, ce brave Paul Gibson (aka Hrafn), n’a pas attendu la promulgation des mesures de Boris pour rester cloîtré chez lui à enregistrer le plus de morceaux possibles, histoire de les publier sur des formats spécifiques, au rayonnement plus que confidentiel. Depuis sa création en 2016, le projet THY DYING LIGHT a donc multiplié les supports comme Jésus multipliait les pains et les pardons, lâchant coup sur coup trois démos en 2016, puis trois EP’s, avant de tout regrouper sur une première compilation en 2018 (dont la chronique est dispo sur Thrashocore pour en savoir plus, je conseille la lecture), sobrement intitulée Forgotten by Time. Depuis 2018, le concept n’a pas ralenti la cadence, puisque un split a vu le jour en compagnie de TRUE LOVE, précédant de peu une nouvelle compilation (Tombs of the Forgotten / Black Death), un nouvel EP, un live, une troisième compilation, résumant plus ou moins l’appartenance et l’optique (Cumbrian Black Metal), avant d’enfin consacrer un peu plus d’énergie à l’élaboration d’un premier long éponyme que j’ai eu le plaisir de découvrir ce matin (nous sommes encore en mars, je le précise).   

THY DYING LIGHT dans les faits, c’est un peu l’archétype du concept BM nihiliste et solitaire dans toute sa magnificence. Le duo (complété par Azrael/Marc Hoyland à la guitare et batterie selon la bio) est de cette caste à prôner des valeurs puristes, non seulement en termes de style, mais aussi d’attitude commerciale. Ainsi, chaque sortie est réservée à une élite, les pressages étant plus que confidentiels, avec une quantité minimale de tapes et de vinyles qui ne dépassent jamais les cent, voire trente exemplaires. Ce qui en fait évidemment des objets très recherchés par les fans, traquant les sorties sold-out pour enrichir leur collection. Thy Dying Light ne fait pas exception à la règle, et se voit édité en tape par le label d’esthètes allemands Worship Tapes, une cassette au noir de jais et à la pochette qui ne laisse planer aucun doute sur les orientations. Avec des musiciens évoluant dans l’underground le plus total et au sein d’un nombre conséquent de formations/projets (ATRA MORS, ETHEREAL FOREST, GLARAMARA, HEATHEN DEITY, HELVELLYN, NEFARIOUS DUSK, SKIDDAW, TORVER, WITHER, 13 CANDLES, MORTE LUNE, ÚLFARR, VOLITION), THY DYING LIGHT est donc une bouée dans un océan d’inspiration, mais surtout un magnifique hommage au BM des origines, celui qui réfutait alors toute théorie d’évolution, tout geste de compromission, se basant sur une noirceur totale et des riffs lancinants, des blasts omniprésents, des ambiances délétères et des lignes vocales hurlées à plein poumons. Le style est connu, l’approche est reconnue, et rien dans ce premier LP ne viendra bousculer vos convictions BM, mais bien les renforcer.

Notons toutefois une chose importante. Bien que définitivement plongé dans les affres d’un minimalisme créatif, le groupe ne se contente pas de quelques hurlements et de riffs qui couinent captés par un micro unique placé dans la pièce adjacente. La musique présente sur la bande de Thy Dying Light est d’excellente qualité, présentant des similitudes avec le BM nordique des années 90, mais jouit surtout d’une production étonnamment bonne, même excellente, qui permet de discerner tous les instruments et idées sans avoir à les imaginer. Loin d’un caprice de tête de mule enfermé dans sa cave, THY DYING LIGHT est donc une véritable entité, qui d’un côté privilégie les optiques radicales et brèves, mais qui d’un autre se complait dans une progression macabre parfaitement délicieuse, comme en témoigne le monstrueux « Ritual Altar », que le BATHORY viking et le DARKTHRONE morbide adouberaient sans aucune hésitation. Avec des riffs plaqués comme la peste bubonique sur un visage difforme, les deux acolytes nous prennent dans des filets, et créent des textures sourdes, compactes, épaisses, dignes des plus grandes heures de la légende noire. C’est ainsi que si la première partie de l’album se contente de saillies sous la barre des quatre minutes, la seconde ose les inserts plus développés et plein de bon goût. Très convaincant lorsqu’il ralentit considérablement le tempo, le groupe nous propose alors des processions funèbres et funestes, dont « Temple of Flesh » et ses dissonances bienvenues, ou « Thy Dying Light » qui n’est pas sans évoquer une version très rudimentaire de DISSECTION, avec cette même envie de grandeur, ici confinée et plus tamisée, mais bien concrète.

Evidemment, l’avide de brutalité ne pourra s’empêcher de louer les qualités lapidaires de « Impaler », sobre et supersonique, ni de chanter les louanges de « The Rise of Evil » qui retrouve l’essence diabolique des premiers efforts de la légende norvégienne, mais les esthètes sauront reconnaître la patte des vrais créateurs qui n’hésitent pas à placer des pions de transition mélodique (« Death Knell »). Les deux anglais en profitent même pour se citer dans le texte, en reprenant un titre d’un autre de leurs projets, NEFARIOUS DUSK, laissant « In the Shadows » comme épitaphe d’un premier album beaucoup plus profond que la moyenne. Certes, il doit être difficile de faire la part des choses et de différencier les différents vecteurs d’expression de Paul et Marc, mais en se bornant à THY DYING LIGHT, on constate que les deux musiciens ont des choses à dire, et qu’ils les disent de façon très convaincante. Un album à réserver aux fans de BM assez cru, mais qui acceptent les productions de qualité.  

                     

                                 

Titres de l’album :

                          01.Under the Horns

                          02.Cold In Death

                          03.Impaler

                          04.Black Death

                          05.The Rise of Evil

                          06.Ritual Altar

                          07.Fist of Satan

                          08.Temple of Flesh

                          09.Thy Dying Light

                          10.Death Knell

                          11.In the Shadows (NEFARIOUS DUSK cover)

Facebook officiel


par mortne2001 le 07/08/2020 à 16:45
82 %    233

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Widespread Bloodshed/Love Runs Red

mortne2001 24/08/2020

PILORI / Interview

Baxter 18/08/2020

Concerts à 7 jours
Deficiency + Dsm + Voorhees + Witches 19/09 : Le Contrepoint, Chalons-en-champagne (51)
Freedom Call + Primal Fear 23/09 : Machine, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Tout comme Living ! Très Swansong !

19/09/2020, 03:22

KaneIsBack

Curieux d'écouter ça, surtout que ça fait un bail que Sodom n'a pas sorti un vrai bon album.

18/09/2020, 22:06

Facial

Superbe album!!

18/09/2020, 20:35

Living Monstrosity

Houla il est très Swangsong celui-ci... mais j'aime beaucoup.
Je trouve ça très groovy et classieux.

18/09/2020, 19:50

Kairos

pas un seul extrait qui m'emballe pour le moment

18/09/2020, 19:10

grinder92

Purée, Billou il a pas vu que ça enregistrait quand il faisait ses gammes pour s'échauffer... et l'ingé son l'a gardé !!!

18/09/2020, 18:38

steelvore666

Génial.
Enfin la suite !

18/09/2020, 12:53

Reg

Bon morceau old school
Jairo T. est un Celtic Frost worshipper ^^

18/09/2020, 09:23

Baxter

Dire que le début de ce groupe était dans la tendance Crust-Hardcore pour par la suite opter un gros Old School Death avec le dernier album, bon album mais qui manquait à mon goût réellement une identité et un coté plus travaillé que simplement surfé sur une vague renaissante.
Cela d(...)

18/09/2020, 08:08

grinder92

C'est rectifié !

18/09/2020, 06:20

Buck Dancer

Comment il est bon le morceau en écoute ! C'te claque ! Merci pour la découverte

18/09/2020, 04:06

Pomah

Putain la voix, on dirait qu'il force a mort... ou qu'il est en train de pousser un ptit dans le bain.

18/09/2020, 02:18

Jus de cadavre

Encore une perle chez Profound Lore ! La vache mais ce label bordel !

17/09/2020, 19:13

metalrunner

Putain la patate du thrash qui butte pas chiant comme Heathen ni pépère comme Testament ;Du thrash tout simplement.Bravo beau boulot les roast-beefs

17/09/2020, 18:35

Arioch91

Oui, probablement une invention à rajouter à celles citées plus haut déjà.

17/09/2020, 15:19

Oliv

Ça existe encore ça les rtt ? On connais pas dans la restauration

17/09/2020, 15:16

Wolf88

il y a problème le nom de Groupe c'est Invernoir manque de "N" merci

17/09/2020, 14:54

Arioch91

Globalement pas super emballé après une première écoute. J'ai plus l'impression d'entendre Exodus avec un autre chanteur et des mélodies à foison que le groupe qui a sorti Victims of Deception.

17/09/2020, 14:11

RBD

Argh ! Moi qui comptais dessus comme relance solennelle !

17/09/2020, 12:55

Living Monstrosity

Bha perso j'aime beaucoup ce petit riff dans le premier extrait.
Ca s'écoute bien. Après je ne connais pas du tout le reste de leur disco, je n'ai pas de point de comparaison. :-/

17/09/2020, 12:40