Quatuor basé à Stafford/Wolverhampton, OBZIDIAN fait partie de cette catégorie de groupes qui a pioché ses influences un peu partout pour se forger une identité propre. Formé au lycée par trois potes musiciens, Baz (guitare), Paul (batterie) et Jeffsy (basse) en 2001, le combo a fait beaucoup de chemin depuis, et s’est même permis le luxe de sortir quatre LP dont ce petit dernier Obliteration Process, qui termine d’asseoir une réputation sans failles en Europe, ma foi fort justifiée à l’écoute des douze morceaux de ce quatrième effort.

Les références avouées ?

TESTAMENT, LAMB OF GOD, NEVERMORE, PANTERA, MESHUGGAH, AT THE GATES et autres OPETH ou SOILWORK, et pour une fois, la liste n’est pas juste là pour faire joli, mais bien recenser toutes les composantes d’une musique hautement agressive, mais foncièrement intelligente dans sa brutalité outrancière.

En faisant simple, on pourrait résumer la démarche d’OBZIDIAN à une sorte de quête Death-Thrash progressif, très envoutant dans le rendu, mais surtout, incroyablement percutant. Des rythmiques à la MESHUGGAH, une poussée vocale digne de l’école Néo Death scandinave, et beaucoup de précision dans l’exécution, sans jamais se montrer stérile ou boursouflé.

Bien évidemment, on a déjà entendu ça ailleurs, en mieux et moins bien, mais l’énergie dont font preuve ces Anglais me pousse à affirmer que l’on tient là un digne représentant de l’école extrême modérée Européenne.

Visant l’efficacité à travers la créativité, le quatuor (mené vocalement par les grognements véhéments de Matty Jenks) effectue une course sur la ligne médiane séparant les Suédois de MESHUGGAH et les autres Suédois de SOILWORK, tout en incorporant une grosse approche Thrash des 90’s, aboutissant à un métissage assez intéressant, et surtout très probant dans la technique instrumentale, mise au service de morceaux redondants et accrocheurs.

Explication formelle j’en conviens, mais il est difficile de se montrer plus précis dans le cas de ces Anglais. Obliteration Process suit le cours de leur progression, ne s’aventure pas en terrain inconnu, et respecte les codes établis sur les albums précédents, tout en poussant le professionnalisme dans ses derniers retranchements. D’aucuns trouveront l’agression un peu répétitive, spécialement sur les titres les plus développés, mais ne manquant jamais d’idées, le quatuor trouve toujours un plan pour rebondir, comme le démontre avec beaucoup de flair le monstrueux « She The Shadow », qui serpente discrètement entre Death progressif, Techno-Thrash à inflexions évolutives, et Metal moderne inflexible.

C’est terriblement bien agencé, tout en gardant cette réflexion violente permanente, un peu comme si le PANTERA de The Great Southern Trendkill flirtait en douce avec le AT THE GATES de Slaughter Of The Soul sous la supervision de Fredrik Thordendal.

Les qualités techniques de chaque instrumentiste sont patentes, sans jamais tomber dans le tape-à-l’œil gênant et égocentrique. Chacun fait en sorte de mettre ses compétences au service d’un collectif concassant, qui parfois s’emballe pour friser les cimes de l’ultraviolence (« Obliteration Process », le plus AT THE GATES du lot), mais qui préfère souvent se montrer sophistiqué dans l’outrance et se calquer sur une progression élaborée et néanmoins chaotique (« Perish The Thought », évolutif et incisif, avec son dédoublement vocal féroce et ses accroches rythmiques puissantes).

Le groupe a en outre le flair de ne jamais trop pousser les débats dans d’interminables digressions pénibles, et préfère se concentrer sur des interventions concises, mais débordants d’incises (« Body Of Mass Production », archétype du brûlot Techno-Death qui en deux minutes et quelques résume parfaitement ce que d’autres mettent une éternité à balbutier).

Production clean mais pas aseptisée, qui sait mettre en relief de petites fantaisies rythmiques vraiment bien troussées (« Like Maggots The Infest », véritable dédale rythmique qui s’autorise quelques aplatissements glauques évoquant à merveille le grouillement des asticots), syncopes signe d’un Metalcore inspiré teinté de Death expiré (« Raven », ils tiennent la cadence jusqu’au bout), blasts disséminés avec persuasion et riffs lâchés avec précision (« They Led The Fall »), Obliteration Process fait parfois penser à une version compactée des GORGUTS, qui ne rechigneraient pas à abandonner leurs exactions pour quelques libérations Thrash de bon ton. Certes, l’agression est ininterrompue, mais quelques espaces moins ténus sont ménagés pour permettre de respirer (« Mistress Of Deception » et son Heavy corsé sur fond de mélodies vocales exhortées à la Phil Anselmo bien agité), mais gardons en tête que les OBZIDIAN sont là pour nous provoquer et non nous assommer d’une brutalité déplacée et déjà glacée avant d’avoir été réchauffée (« Beaten Into Submission », au moins le message est clair).

Beaucoup de finesse dans l’outrance, quelques crises de démence vocale qui s’accordent très bien de variations rythmiques pleine d’ambivalence, et au final, un quatrième album qui force le respect de sa diversité dans la brutalité.

Les influences admises sont patentes, mais transcendées pour ne pas sonner plagiées, et l’ombre de PANTERA, MESHUGGAH et SOILWORK (avec une pointe de NEVERMORE dans les instants les plus cléments) plane au-dessus de cet Obliteration Process qui achève de transformer le quatuor Anglais en machine de guerre fort bien huilée, qui écrase de ses chenilles d’acier toute concurrence un peu timorée.

Une bande son idéale pour un avenir fatal, et une synthèse de ce que l’Europe moderne peut proposer de plus précis et explosif comme frappe chirurgicale.

 Des acheteurs ? Alors préparez vos oreilles, ça va faire mal.


Titres de l'album:

  1. Sins Here Are Purified
  2. Perish The Thought
  3. They Led The Fall
  4. beaten Into Submission
  5. She The Shadow
  6. Obliteration Process
  7. Desolate Creed
  8. Body Of Mass Production
  9. Mistress Of Deception
  10. Behind The Angel's Eyes
  11. Like Maggots They Infest
  12. Raven

Site officiel


par mortne2001 le 14/12/2016 à 17:50
75 %    532

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Black Swan

Shake the World

Ævangelist

Nightmarecatcher

Darkult

Darkult

Sons Of Morpheus

The Wooden House Session

Seven Spires

Emerald Seas

The Dues

Ghosts Of The Past

Quiet Riot

Hollywood Cowboys

Angel Witch

Angel Of Light

Vastum

Orificial Purge

Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Depraved + Adx + Factor Hate

01/03 : Salle Des Fêtes, Fismes (51)

Napalm Death + Rotten Sound + Eyehategod

03/03 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Deadline + Iron Kingdom + Jades

04/03 : Le Klub, Paris (75)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

L'info vous avez du la lire sur le scribe du rock il me semble qu'il y a une interview.
https://www.webzinelescribedurock.com/2020/02/ultime-eclat-glaciation-entretien.html

Après franchement suis vraiment pas fan du groupe ...


Bon…
Alors je l'ai donc enfin gouté ce nouvel album.
C'est très bien fait... Bien construit… La prod est effectivement au petit oignon… ... ...
Mais est-ce que cela ne l'ait pas trop justement ? Car putain, y'a vraiment rien là-dedans qui me fasse frémir un tant soit peu (...)


Oh là là Blind... Faut pas prendre la mouche comme ça…
Ma réponse ne se voulait absolument pas acerbe : Cf. "Ton intervention (très gentille au demeurant...)".
Putain… Pour une fois que j'étais tout aimable… Cela m'apprendra tiens !


J'en attendais rien, et c'est vraiment très bon. Le chant est toujours aussi puissant.


Merci pour vos réponses les amis.


@Humungus: Désolé d'avoir voulu te renseigner et d'ignorer que tu sais ce qu'est un patch. La prochaine fois, t'inquiète, je m'abstiendrai.


@Sinii : en effet, c'est ce que j'ai pu lire également (malheureusement je ne sais plus où...)


Tu m'étonnes. Je note la cover réussie de cet album en attendant d'en entendre un premier extrait.


C'est pas le gars de Deathcode Society qui a composé le nouvel album?
Je crois avoir lu ça quelque part...


Grande nouvelle. 2020 sera scène extrême française ou ne sera pas !


Rose Hreidmarr au chant comme pour le précédent album. Pour le reste je sais pas... Pas de line-up annoncé sur Metal Archives (pour l'instant).


Ben voila, il n'y a pas de raison que le metal français n'ai pas le droit à son mélodrame de nom ;). Bon pour le moment nous avons qu'une seule version de l'histoire...

Pour parler musique, j'avais beaucoup aimé "Sur les falaises de marbre", surement un de mes albums préféré de 2(...)


Mmm, musicalement, les deux derniers albums étaient intéressants, pas faciles en terme de composition, mais plutôt ambitieux et instrumentalement réussis, même parfois brillants. Rien à dire sur le parti-pris et la prise de risque. C'est la voix de Greene qui ne me séduit pas au point d'achet(...)


A noter qu'a priori il y a baleine sous gravier avec ce retour de GLACIATION, au vu du post publié par Valnoir sur sa page fb => https://www.facebook.com/jean.simoulin.7/posts/651167092299009?__tn__=K-R
Pour ceux qui ont la flemme de lire en anglais, les collègues de Scholomance Webzine ont (...)


Bon, j'ai pas encore écouté ce dernier album, mais le peu que je m'en suis fourré dans les esgourdes pour l'instant ne me fait pas changer d'avis sur ce groupe que j'ai tant vénéré dans les 90's.
De fait, Yoloman + 1 000 000 !!!


Un des dieux de mon petit panthéon personnel.
Quand on sait que j'ai débuté ma carrière Métallique en me plongeant corps et âmes dans AC/DC, c'est donc à mon sens tout bonnement indispensable.


Tellement mauvais et tellement drôle à la fois qu'on leur accorde l'indifférence avec mansuétude.


"quand on veut écouter du vieux Death Metal qui schlingue la gerbe et la bile, on se coltine un vieil INCANTATION, un des premiers BOLT THROWER, et vogue la gerbe le long du canapé"
:D !


Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !