Nous devisions il y a peu sur la toile et dans ces colonnes sur le buzz qui parfois prend le pas sur la crédibilité artistique d’un groupe. Pour mettre en relief ces propos, le cas de GHOST était bien évidemment le plus volontiers cité, l’imagerie servant de paravent selon leurs détracteurs pointant du doigt une banalité musicale ne méritant pas un tel concert de louanges et un following aussi dévoué. Le cas d’école est intéressant, et le parallèle peut être établi avec une autre formation évoluant dans un créneau tout aussi occulte, bien que foncièrement différent dans le fond mais aussi la forme. Ainsi, le chapitre ZEAL & ARDOR avait déclenché il y a trois ou quatre ans un véritable tsunami qui avait pris les structures par surprise, mais aussi le public, qui resta médusé face à tant de culot instrumental, mais aussi, dubitatif quant aux réelles motivations d’un musicien qui était parvenu à secouer la planète Metal sans vraiment en faire partie. Car derrière ce pseudo se cachait en fait un musicien plus éclectique que la moyenne, Manuel Gagneux, suisse-canadien touche à tout de génie ou petit fumiste indiscipliné selon les avis, qui au départ n’avait pas du tout conçu ce projet sérieusement, mais seulement comme une blague méchamment organisée destinée à satisfaire les utilisateurs d’un chan connu. Depuis, le résultat a de loin dépassé ses espérances les plus folles, lui qui avait vaguement bricolé une trame dans sa cave, et l’homme/musicien se retrouvé exposé au grand jour, se voyant offrir un pont d’or par les labels et organisateurs de festivals, et devenant de fait l’attraction à la mode...Mais autant être honnête, tant ce premier album éponyme que sa suite en version courte nous avaient méchamment alléchés, et c’est avec une impatience non feinte que nous attendions la suite des aventures ésotérico-sataniques du bonhomme, qui décidément ne conçoit pas le Black Metal comme tout le monde…

Ainsi, Stranger Fruit se retrouve donc étalé sur le tapis de la nouveauté, toujours distribué par le label anglais MVKA pas vraiment décidé à lâcher son poulain, mais bénéficiant cette fois-ci d’un soin tout particulier. Préparé en studio par Manuel, épaulé dans sa tâche par le producteur Zebo Adams et mixé par l’incontournable Kurt Ballou himself, ce second longue-durée du faux-devenu-vrai groupe ZEAL & ARDOR est la magnifique surprise que nous espérions tous, mais aussi un revirement extraordinaire dans le parcours du couteau-suisse musical. Si le fan lambda était en droit d’exiger une logique dans la continuité du combat perpétuel entre douceur et violence, tel qu’il nous avait été présenté sur les premiers travaux du bonhomme, il se retrouvera finalement confronté à un mash-up gigantesque des influences du musicien fantasque, vraiment pas à même de céder aux caprices d’une dualité trop restrictive. La question que tous les opposants ne manqueront pas de se poser après écoute de Stranger Fruit, concernera l’affiliation de la musique qui en encombre les sillons. Est-ce encore une quelconque sorte de Black Metal, même défiguré à outrance ? La réponse n’ayant finalement aucune importance, il conviendra de préciser que non, le Black Metal n’ayant finalement que très peu de liens avec cette approche trop personnelle pour se contenter de figures imposées. Car ce second album continue le travail de vulgarisation entrepris sur les deux premières sorties, et fond dans un même creuset toutes les influences/composantes utilisées par Manuel, qui en choisissant de ne pas choisir donne naissance à une sorte de Proto Metal aux sympathies Blues et Gospel prononcées. Certes, l’imagerie, le concept et certains textes continuent d’évoluer en terrain occulte, mais il est impossible de rattacher ces chansons/électrons-libres à un courant quelconque, à moins de considérer le style de Devin Townsend ou de GHOST comme un genre à part entière. Mais rassurez-vous, ZEAL & ARDOR n’a pas plus à voir avec ces deux références qu’il n’en avait jusqu’à présent avec DARKTHRONE ou MAYHEM, et Stranger Fruit reste l’album inclassable que nous pouvions craindre/espérer, et sous cet aspect-là de la problématique, il s’avère œuvre majeure/mineure bousculant les codes, et nous emportant dans un univers où la lumière et les ténèbres cohabitent sans problème.

Construit patiemment mais de façon impulsive (la contradiction n’est pas incohérente dans le cas de Gagneux, bien au contraire), cet assemblage de seize morceaux ne dépassant pourtant pas les trois quarts d’heure de jeu est une sorte de labyrinthe géant, sorte de carte du tendre d’un monde terriblement attachant, entremêlant les chants gospel, les embardées furieuses, les accalmies presque zen, et les dissonances troublantes. On en ressort grandi, purifié, mais aussi lessivé, le disque demandant une somme d’efforts pour être appréhendé dans toute sa démesure et sa folie. Par instant, l’ensemble donne le sentiment de suivre les traces d’un Bruno MARS perdu dans un univers à la NOTRE DAME, ou de tenter de décrypter les humeurs de Devin Townsend enfermé dans un château perdu dans les brumes des Carpates, et dont le pont levis et les douves sont fermement gardées par les CARNIVAL IN COAL. Cette sensation se trouve emphatique sur des intermèdes imprévisibles comme « Waste », qui s’amuse beaucoup à empiler les effets, à superposer les couches, pour finalement offrir une mille-feuille sonore de carnaval, étrange, envoutant, mais aussi enivrant. Et les exemples ne manquent pas, chaque tronçon possédant sa direction propre, mais suivant celle plus globale de l’album. Le hasard n’a d’ailleurs rien à voir avec le fait que le premier single choisi soit le très bluesy/gospel « Gravedigger’s Chant », au piano traînant comme un Tom Waits à l’heure de la fermeture, et au rythme lancinant comme les chaînes d’un esclave qui regagne paisiblement sa mansarde. Ce morceau est assez symptomatique de la démarche nouvelle de Manuel Gagneux, qui au lieu de cloisonner les styles les a fondus dans un même chaudron, pour aboutir à un mélange aussi détonnant que naturel. Même les interludes placés à des endroits peu stratégiques (deux avant le final, « Solve » et sa boîte à musique de guingois, « Coagula » et ses chœurs à la RAMMSTEIN) apportent le petit plus indispensable à l’immersion, alors que les inserts électroniques, parfois inattendus (« The Fool ») appuient un peu plus sur l’aspect surréaliste de la chose.

Le but étant d’être logique mais sinueux, cohérent mais capricieux, il est atteint, sans conteste possible. Certes, on remarquera quelques répétitions malheureuses de çà et là, mais en tombant sur une tuerie Proto-Post de la trempe de « Ship On Fire », ou un Comic-Metal aussi Black que fun de la stature de « We Can’t Be Found », l’auditeur investi saura qu’il a fait le bon choix, et que le monde de ZEAL & ARDOR n’est pas encore prêt à être décrypté par des designers chevronnés. A partir de ce constat, et en admettant que cette musique inclassable est largement à la hauteur du décorum qui l’enrobe, il sera impossible de rejeter le travail/hobby d’un homme aussi sincère, sous prétexte que la hype a décidé de l’ériger en héros majeur d’une époque aux préoccupations mineures. Ne faites pas confiance à la mode, et suivez plutôt votre instinct. Si celui-ci vous injure de ne pas faire confiance à ZEAL & ARDOR par conviction personnelle, ne luttez pas. Mais si vous craignez simplement de vous voir opposer l’opprobre public et éthique, aimez ce disque au-delà des reproches qu’on lui adressera. Vous connaitrez l’une des expériences les plus troublantes de votre temps.                                  

  

Titres de l'album:

                       1. Intro

                       2. Gravedigger's Chant

                       3. Servants

                       4. Don't You Dare

                       5. Fire Of Motion

                       6. The Hermit

                       7. Row Row

                       8. Ship On Fire

                       9. Waste

                      10. You Ain't Coming Back

                      11. The Fool

                      12. We Can't Be Found

                      13. Stranger Fruit

                      14. Solve

                      15. Coagula

                      16. Built On Ashes

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 24/06/2018 à 18:39
80 %    183

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Humungus
membre enregistré
26/06/2018 à 05:45:11
J'avais vraiment adoré la première galette et surtout ses passages Blues-Gospel, j'ai bien moins apprécié celle-ci. Justement car ces interludes sont bien moins présents je trouve. Certains titres restent tout de même géniaux (cf. "Ship on fire", "We can't be found" ou "Coagula") mais je trouve que l'album devient un peu chiant sur la longueur.

PS : "Bruno MARS perdu dans un univers à la NOTRE DAME"...
AH AH AH !!! !!! !!!

Ajouter un commentaire


Black Phantom

Expiration Date

Fullminator

Crackattack

Benighted

Dogs Always Bite Harder Than Their Master

Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Attan

End Of

Whisker Biscuit

Kill For Beer

Morbid Messiah

Demoniac Paroxysm

Daniel Trigger

Right Turn

Black Viper

Hellions Of Fire

Ink

Whispers Of Calliope

Cultural Warfare

Warmageddon

Satan

Cruel Magic

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Bloodshed Festival - Jour 1

Mold_Putrefaction / 01/10/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

Elder + Wo Fat + Sasquatch

18/10 : Le Glazart, Paris (75)

+ Moonreich + Schammasch

19/10 : Cellier De Clairvaux, Dijon (21)

Photo Stream

Derniers coms

Quelle excellente chronique! Merci


Les mêmes que sur l'album de Nader Sadek, avec Vincent à la place de Tucker... Curieux d'écouter ça, perso.


Ouais, ben ce second album est quand même carrément moins bon que leur premier... En même temps l'attente était énorme après le "buzz" de Devoid Of Light !


Un mec en veste en jean sans manches, à dit « ha ha » il parait...


Hé mais faut arrêter les gars, j'ai pénétré personne moi vous me prenez pour qui? :)


Superbe chronique, bein écrite et qui rassemble bien toutes les impressions du disque ! J'adhère à fond ! Merci d'avoir mis en avant BLACK PAISLEY !


Il sonne bien Suédois ou Néerlandais pour du Death Québécois, ça change.


Et bien rassures-toi RBD, ton report est à peine "moins pénétrant que celui d'un Mortne2001"...
Vraiment...
Bravo donc.


Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....


Les festivals estivaux sont internationaux en termes de fréquentation, et je trouve curieux que tu le découvres juste cette année Jefflonger. Et c'est bien parce que le grand public n'a pas cette "culture métal" que Mr Barbaud a réalisé quelque chose que personne n'avait su faire avant lui en (...)


Tellement content que cet album sorte enfin ! :)


Bonne nouvelle ça !


miam ! ca tartine bien comme il faut on va se regaler lundi !


Record battu donc, cela en est ahurissant, je ne vais pas employer le terme "ridicule" on me traitera de aigri, alors que je m'éclate chaque année ou j'y vais. Tant mieux pour l'orga et ceux qui ont pû se procurer le sésame. Otez moi d'un doute, le France est-elle devenu terre du Metal ? bon c'(...)


J'ai l'impression que Jaime Gomez Arellano à juste trouvé le potard des médiums...


Je me souviens qu'en 2007 les mauvaises langues disaient "ça ne marchera jamais, ce sont des amateurs". Et aujourd'hui on entend (peut-être) ces mêmes mauvaises langues critiquant le fait que ça marche trop bien. Donc j'aimerais juste comprendre quel pourrait être le bon positionnement du HF al(...)


Surprenant, ce titre, j'avais gardé le souvenir d'un premier album beaucoup plus étouffant...


@La fuite de l'enfer : j'espère VRAIMENT que le Fall Of va se relever cette année, ma première visite en 2017 m'a clairement donné envie d'y retourner ! Sinon, bah c'est cool pour le HF, même si le marché noir est déjà en pleine bourre.