Streets of Chance

Tony Mills

01/09/2017

Battlegod Productions

Encore un album d’inconnus super connus qui font une musique connue pour inconnus. Ou l’inverse, prenez cette phrase comme vous le souhaitez. Inconnus super connus, parce qu’il est souvent difficile de mettre un visage et un parcours sur ces noms, qui font pourtant partie de la galaxie Hard-Rock depuis des lustres. Pas vraiment des requins de studio comme les frères Porcaro dans les 70’s, mais largement de quoi se creuser la tête pour se souvenir d’où viennent ces patronymes…

Lesquels ? D’abord celui de Tony MILLS, dont vous avez souvent entendu la voix sans pouvoir automatiquement pouvoir citer un de ses groupes. SHY, TNT, SERPENTINE, ça vous dit quelque chose ? Si le Rock à tendance mélodique est votre tasse de thé, le déclic a du s’opérer, puisque l’homme dispose d’une des plus belles voix du circuit (après tout, on ne remplace pas Tony Harnell comme on dit bonjour à son facteur…), et surtout un parcours chargé depuis ses débuts. Un simple coup d’œil à sa discographie sur sa page Facebook suffit à comprendre que le vocaliste n’est pas du genre inactif…Mais est-ce pour autant que chacun de ses projets fut couronné de succès ? Pas vraiment, et à force d’hésiter entre Hard sirupeux et AOR gluant, l’homme s’est légèrement perdu en route, au point de voir certaines de ses idées abandonnées sur le bas-côté. On se souvient de l’échec artistique de CHINA BLUE, qu’il avait pourtant patiemment élaboré en compagnie de Pete NEWDECK (EDEN'S CURSE, TAINTED NATION, BLOOD RED SAINTS, THE SHOCK, j’en passe et des meilleurs et moins bons), mais surtout, de LP de la trempe d’Excess All Areas qui avait secoué les pages chroniques de Hard-Rock Magazine il y a…pile trente ans. De là à considérer cette œuvre comme l’acmé d’une carrière qui ne faisait pourtant que commencer…serait d’une injustice grave. Pourquoi ? Parce que Streets Of Chance, qui représente ce que le brillant vocaliste peut proposer de plus ciselé en termes d’AOR légèrement musclé.

Pour l’occasion, comme je le disais, Tony a su s’entourer de musiciens, de son calibre. On retrouve notamment aux guitares une pléiade de heroes, d’horizons différents, mais dont le background donne le tournis. Joel Hoekstra, qui a tricoté aux côtés de WHITESNAKE ou NIGHT RANGER, Tommy Denander, ex-lieutenant d’ALICE COOPER ou Paul STANLEY, ou Robby Roebel, ex-FRONTLINE. Ajoutez au contrat Neil FRAZER (RAGE OF ANGELS, TEN) et Pete Cry (FARCRY), et vous obtenez une jolie brochette de tricoteurs qui connaissent leur boulot, et qui savent faire rugir ou pleurer leur belle pour transcender des morceaux aux harmonies très prononcées. Mais si l’on se permet de tomber dans l’exhaustivité, en citant les bassistes Neil Frazer (REBELSTAR ROCK) et Linda Mills (DOLLS OF DISASTER), le bilan est lourd, et les capacités techniques infinies…Pourtant, on le sait, des noms et des calibres ne suffisent pas à composer un album qui tient la route sans forcer, si les compositions à la base se complaisent dans la facilité ou la médiocrité. Des reproches qu’on a souvent formulés à l’égard de Tony, en solo ou pas, mais qui deviennent complètement caduques aujourd’hui tant ce nouvel LP respire la bonne santé par tous les pores débouchés, et qui nous propose un véritable feu d’artifices AOR complètement assumé et débarrassé de tout complexe. Car oui, Streets of Chance, outre sa sublime pochette, renferme dix petits joyaux de Hard Rock mélodique à tendance AOR, qui se permettent de faire baver d’envie les cadors du genre, et qui n’auraient pas dépareillé dans le discographie du JOURNEY le plus libéré. Et qui contrairement aux rues sus mentionnées, ne doivent rien au hasard…

Première constatation, la production est léchée, mais a gardé cette approche très crue et naturelle, délibérément européenne dans l’esprit, qui ne gomme pas l’abrasivité d’une rythmique assez échevelée, ni les excès de soli qui ne s’en laissent pas compter. La voix du maître a évidemment été mise en valeur, mais pas au détriment de l’instrumental qui brille comme un diamant au soleil. Deuxième point important à relever, Tony ne s’est pas laissé aveugler par sa propre sensibilité, et ne nous a pas encombrés de ballades sirupeuses qui gâchaient parfois ses travaux les moins costauds. Ici, on cherche avant tout l’énergie, et surtout,  le niveau de qualité des disques estampillés AOR qui inondaient le marché à la fin des 70’s et au début des années 80, au point de réussir l’union parfaite entre le style et un Hard Rock mélodique tendre, mais incisif. Du coup, rien à jeter, tout à apprécier, comme un chef d’œuvre qu’il serait injuste de bouder. Si les albums de SHY révélaient parfois un chanteur pas vraiment à l’aise avec l’étendue de son organe, et qui avait tendance à abuser des envolées stridentes, Streets of Chance nous offre le spectacle auditif d’un chanteur qui a bien vieilli et dont la voix à merveilleusement muri, au point de pouvoir faire la nique aux Joe Lynn Turner et autres Steve Perry.

Et avec en support un groupe de techniciens affutés qui n’ont pas bradé leur honneur contre quelques liasses de billets bien serrées, le résultat est tout simplement bluffant, et se pose déjà comme l’album de fin d’une année qui a pourtant été surchargée de LP tous aussi bien composés et enregistrés.

Dix morceaux pour quarante-trois minutes, le timing est juste parfait. Aucun titre ne traîne en longueur histoire de diluer, et reste concentré sur des idées pertinentes judicieusement exploitées. Et que l’ambiance se veuille agressive ou au contraire cajolée, la réussite est totale, comme le démontrent les approches les plus soft qui ne versent jamais dans la mièvrerie, mais plutôt dans le romantisme attendri (« The Art of Letting Go », « Battleground »). Arrangements succincts mais bien sentis, entre boucles de basses élastiques et petits licks électriques, refrains entonnés à plusieurs voix pour un voyage céleste de bon aloi, couplets qui plantent le décor et mettent tout le monde d’accord, ce nouvel effort est un véritable travail d’orfèvres qui savent tailler les pierres brutes pour en faire des bijoux qu’on s’arrache, pour peu que le classicisme le moins formel ait toujours obtenu vos faveurs. L’affaire commence d’ailleurs sous les meilleurs auspices, via un « Scars », hit incroyable qui nous replonge dans la beauté d’eighties retrouvées, celle que Tony a justement illuminées de sa voix délicate et nuancée. Et lorsque les lumières de la ville s’allument, nous laissant arpenter des trottoirs de solitude, on les foule d’un pas plutôt léger, certain de se sentir accompagné virtuellement par des chansons en mélodies d’amitié (« When the Lights Go Down »). C’est certes sans surprises, mais tellement parfait dans l’approche qu’on évite toute méprise ou faute de goût d’une leçon mal apprise (« Legacy » et son clavier introductif qui masque malicieusement un riff agressif, et qui annonce un refrain incisif). Petite tranche de nostalgie (« When We Were Young »), accès de furie qui injecte une bonne dose d’énergie (« Storm Warning », irrésistible et épidermique), pour un final lourd en forme de constat objectif (« Seventh Wonder », le plus Heavy du lot).

Tony MILLS signe là l’un des albums les plus magnifiés de sa carrière…Un disque exempt de tout défaut, qui a choisi la simplicité de motifs entêtés qui s’incrustent et qu’on retient des heures après les avoir écoutés. Une petite merveille d’AOR qui valide en quarante minutes la richesse d’une carrière loin d’être terminée, mais qui nous aura réservé de beaux moments de complicité. Comme quoi, on peut être reconnu et inconnu, ou connu mais mal reconnu, se souvenir de ce qu’on a vécu, mais toujours chercher à aller vers l’inconnu.

Ou l’inverse.


Titres de l'album:

  1. Scars
  2. When the Lights Go Down
  3. Legacy
  4. Battleground
  5. Dream On
  6. Weighing Me Down
  7. When We Were Young
  8. The Art of Letting Go
  9. Storm Warning
  10. Seventh Wonder

Site officiel


par mortne2001 le 28/10/2017 à 14:52
97 %    542

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
otagrosse

C'est de la merde

14/04/2021, 10:56

Emile Louis

Il va crever comme une merde!

14/04/2021, 10:54

metalrunner

Un putain de batteur doublé d un mec sympa et dispo go Tom

14/04/2021, 08:24

KaneIsBack

Aïe, ce n'est clairement pas un bonne nouvelle...   Mais bon, il va se battre, donc croisons les doigts !

14/04/2021, 08:13

RBD

Alors ça ! Je suis très peu consommateur de Black et moins encore quand c'est expérimental, mais par contre grand lecteur de Dan Simmons dont le cycle "Hyperion" est probablement l'oeuvre la plus culte. Il faut être ambitieux pour s'attaquer &ag(...)

13/04/2021, 21:37

totoro

Un peu de mal à entendre le côté dope et décadence dans la musique du groupe, même si je trouve le disque particulièrement emballant et entraînant ! Ca me rappelle un peu le groupe norvégien Red Harvest ! Merci pour la découverte ! En pl(...)

13/04/2021, 13:30

RBD

Cela rappelle les heures grises de l'"Enfant sauvage", en effet. Après deux bons premiers extraits, c'est pas si grave. Nous verrons bientôt ce que vaudra l'oeuvre complète.

13/04/2021, 11:47

Deathcotheque

Pas de sortie physique ? C'est vraiment dommage. Je ne pourrai pas les soutenir sur ce coup là !

13/04/2021, 11:24

Buck Dancer

Après une écoute, un peu moins convaincu aussi par ce morceau que les précédents, mais c'est le genre de chanson qui peu se révèler avec le temps.... ou pas. 

12/04/2021, 22:31

Moski

Hmmmmmmmmmmmmmmmmm mouais... Pas convaincu par ce titre. Je trouve les paroles un peu bateau, sur un tapis de triolets... Mouais... 

12/04/2021, 20:45

Deathcotheque

Guillaume a chanté dans Mnemic (sera encore le chanteur quand ils se reformeront ?), groupe dont le style n'est pas si éloigné que ça de Fear Factory. "Passenger", le 1° album qu'il a enregistré avec eux a été produit et enr(...)

12/04/2021, 20:27

Deathcotheque

Guillaume a chanté dans Mnemic (sera encore le chanteur quand ils se reformeront ?), groupe dont le style n'est pas si éloigné que ça de Fear Factory. "Passenger", le 1° album qu'il a enregistré avec eux a été produit et enr(...)

12/04/2021, 20:27

Humungus

"Et Fear Factory a joué le 17 décembre 2004 en 1° partie de Fear Factory à l'Elysée Montmartre"Et après on s'étonne que le pauv' Burton n'ait plus de voix durant les shows...(sic)

12/04/2021, 20:25

Deathcotheque

Guillaume a chanté dans Mnemic (sera encore le chanteur quand ils se reformeront ?), groupe dont le style n'est pas si éloigné que ça de Fear Factory. "Passenger", le 1° album qu'il a enregistré avec eux a été produit et enr(...)

12/04/2021, 18:42

Jus de cadavre

Je plussoie ! C'est excellent oui ! 

12/04/2021, 18:09

RBD

Pour préciser : il me semble très difficile d'empêcher l'utilisation des vocaux déjà enregistrés si Burton a effectivement signifié son départ après. Sur les suggestions, Guillaume Bideau pourrait êtr(...)

12/04/2021, 17:41

Florian coquerelle

ouais. Steeve. Petit. Nouveau chanteur. De fear. Factory. Ce. Serait. Bien. Non?

12/04/2021, 15:07

RBD

Essayé sur la foi d'une description qui s'est révélée parfaitement exacte. Cela faisait un petit moment que je n'avais pas croisé un jeune groupe mettant les solos de guitare autant en avant. L'allusion à Demolition Hammer est parlante(...)

12/04/2021, 13:42

LeMoustre

No les influences. Seule la voix, peu naturelle et monocorde, me gêne. 

12/04/2021, 12:40

Orphan

"sont" <- putain mes propres yeux saignent

12/04/2021, 10:10