Là, je pense que les choses sont claires. Les gus sont trois, posent hilares la canette de bière à la main à côté d’une poubelle, arborent des moustaches et des t-shirts de VOÏVOD et MUNICIPAL WASTE, viennent d’Allemagne, et jouent un Speed Thrash des plus accrocheurs. Je pourrais même m’arrêter là, puisque je pense que vous avez en votre possession intellectuelle tous les éléments pour juger de ce premier album qui ne cache en rien son jeu. Je pourrais à la rigueur dire que le monsieur chevelu du milieu ressemble à une version Thrash de Geddy Lee, et que finalement, les germains restent les rois d’un style qu’ils ont eux-mêmes inventé. Alors, on énumère, DESTRUCTION, LIVING DEATH, et puis voilà, vous avez la quintessence, alors pourquoi perdre du temps avec une chronique de deux pages quand quelques lignes suffisent à se mettre au parfum ? Parce que la musique de ces marsouins mérite quand même plus qu’un pauvre paragraphe de feignasse. Pourtant, aucune déstabilisation dans leur entreprise de quasi démolition, juste des riffs qui tournent comme les premiers vinyles du cru sur une platine fatiguée, une bonne humeur contagieuse, et des hymnes à la pelle à bière qu’on ingurgite moussus, mais savoureux et qui laissent repus.

Ça vous va, je peux aller faire ma gym ? Non, toujours insuffisant ? Ok, je vous en mets un peu plus, parce qu’il y a forcément du rab’.

Les PSYCHO MANIA viennent de Buchloe, ont publié un EP/Démo en 2016, et se sont directement plongé dans le grand bain du LP un an après. Subliminal Brainwash, leur premier grand œuvre se cache donc sous une des pochettes les plus moches de ces dernières années (mais ça aussi, ça fait vintage, même si celles de l’époque étaient quand même mieux dessinées…), mais à vrai dire, on finit quand même par la trouver sympathique malgré son trait grossier, puisqu’elle se veut l’aveu d’une musique beaucoup moins simpliste qu’il n’y paraît.

En concédant sur leur page Facebook un amour immodéré pour le Speed/Thrash old-school, les PSYCHO MANIA jouent franc jeu, et admettent d’évidentes accointances avec les cadors de leur enfance, les DESTRUCTION des premiers albums, mais aussi des références plus modernes, dont celle de MUNICIPAL WASTE, dans une version/adaptation somme toute beaucoup plus modérée. Pas question ici de jouer les tarés débridés incapables de freiner, le trio préfère progresser, à son rythme, et parfois faire preuve d’une délicieuse audace qui leur permet de friser des durées déraisonnés, à l’occasion d’une poignée de morceaux vraiment bétons. Si l’on pense parfois à une version très personnelle de VENOM mâtinée d’un MOTORHEAD allumé (« Maimed Humanity », qui ose la redondance d’un Heavy vraiment gras mais accrocheur), ou plus globalement, à des allusions plus ou moins directes aux WARFARE et ARTILLERY (le côté technique en moins), les trois acolytes disposent quand même d’arguments très personnels qui leur permettent de noyer le poisson Speed dans un Heavy/Thrash que l’on prise (« Crysis », basse en avant à la OVERKILL pour un Crossover très malin aux soli très fins).

Du bon donc, mais surtout, de la variété qui évite de se prendre les pieds dans le tapis mal déroulé. Bons musiciens, Flo Fait (guitare/chant), Maik Teschner (basse) et Tom Dworsky (batterie), sont aussi de redoutables compositeurs qui n’ont pas oublié les plans accrocheurs près du pack de Lager, et nous troussent des trucs qui fonctionnent au premier comme à douze degrés (« Fear » et son intro venteuse de rigueur, qui dégénère en fête municipale de riffs en fondue infernale, se crashant sur un refrain qui ne détonne pas dans le paysage musical germain). Trivial, mais non dénué d’ambition, ce premier album est aussi frais et instinctif que réfléchi et intuitif, et collectionne les figures imposées pour les adapter à ses propres devises. On tourne et vire entre la tradition et l’allant contemporain de raison, pour un délire professionnel qui valide les idées et capitalise sur l’énergie. Loin d’être bas du front, nos amis à la pochette hideuse s’avèrent beaucoup plus malins sur sillons que sur cliché promo, et prennent le temps d’imposer leur marché, nous mettant les arguments en main pour qu’on puisse les soupeser.

Ceci et cela nous donne des morceaux de bravoure bien tassés, comme ce cavalant « Take A Walk » qui profite encore d’une basse qui sait s’affirmer pour aller à bonne allure retrouver les légendes du Speed qui durent. Plus carrés que la bande à Schmier dans ses primes années, plus solides que VENOM ne l’a jamais été, les trublions du Thrash cajolé n’hésitent pas à en rajouter à l’occasion d’un final salement développé, qui vient fricoter avec les sept minutes bien pesées.

« Awkward Assembly », le titre en question fait montre d’une indéniable ambition, même si les passages les plus fragiles pâtissent de quelques faiblesses de production. La guitare en solo semble implorer un traitement plus clément, mais heureusement, la basse vient combler certains manquements, tandis que le kit fait ce qu’il peut pour boucher les blancs. Mais en version augmentée, PSYCHO MANIA ne manque pas d’ingéniosité, au point de rappeler nos DEATH ANGEL tant aimés, ceux qui sur The Ultra Violence n’hésitaient pas à jouer la montre sans lasser. Les riffs s’empilent mais jamais ne rempilent, le chant devient plus véhément, et l’énergie globale bénéficie d’un surplus de watts pour résumer une entreprise qui évite toute méprise en n’opposant que des arguments de premier choix aux chalands.

Du Heavy Speed donc, mais le meilleur, un peu artisanal et chargé en beurre, mais qui délecte les oreilles de son empreinte vintage pas trop poussée pour ne pas lasser.

Et malgré cette vilaine pochette qui fera peur même à ceux qui ont connu la terreur des graphismes des eighties massacreurs de pinceaux, Subliminal Brainwash n’est rien de moins qu’une solide affaire de passion tout sauf bateau, qui nous laisse augurer d’un futur loin d’être idiot. Révérencieux, mais irrespectueux, marrants mais sérieux, les allemands sonnent donc la retraite aux flambeaux, et sans se prendre pour Rambo, nous assomment d’une musique au trait beaucoup moins pataud qu’un live de RUNNING WILD capté sur un chariot. Vous voyez bien que quelques lignes ne suffisaient point…


Titres de l'album:

  1. Psychomaniac
  2. Bruning Down
  3. Subliminal Brainwash
  4. Maimed Humanity
  5. Crysis
  6. Fear
  7. Take A Walk
  8. Awkward Assembly

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 09/09/2017 à 14:52
72 %    274

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)