Là, je pense que les choses sont claires. Les gus sont trois, posent hilares la canette de bière à la main à côté d’une poubelle, arborent des moustaches et des t-shirts de VOÏVOD et MUNICIPAL WASTE, viennent d’Allemagne, et jouent un Speed Thrash des plus accrocheurs. Je pourrais même m’arrêter là, puisque je pense que vous avez en votre possession intellectuelle tous les éléments pour juger de ce premier album qui ne cache en rien son jeu. Je pourrais à la rigueur dire que le monsieur chevelu du milieu ressemble à une version Thrash de Geddy Lee, et que finalement, les germains restent les rois d’un style qu’ils ont eux-mêmes inventé. Alors, on énumère, DESTRUCTION, LIVING DEATH, et puis voilà, vous avez la quintessence, alors pourquoi perdre du temps avec une chronique de deux pages quand quelques lignes suffisent à se mettre au parfum ? Parce que la musique de ces marsouins mérite quand même plus qu’un pauvre paragraphe de feignasse. Pourtant, aucune déstabilisation dans leur entreprise de quasi démolition, juste des riffs qui tournent comme les premiers vinyles du cru sur une platine fatiguée, une bonne humeur contagieuse, et des hymnes à la pelle à bière qu’on ingurgite moussus, mais savoureux et qui laissent repus.

Ça vous va, je peux aller faire ma gym ? Non, toujours insuffisant ? Ok, je vous en mets un peu plus, parce qu’il y a forcément du rab’.

Les PSYCHO MANIA viennent de Buchloe, ont publié un EP/Démo en 2016, et se sont directement plongé dans le grand bain du LP un an après. Subliminal Brainwash, leur premier grand œuvre se cache donc sous une des pochettes les plus moches de ces dernières années (mais ça aussi, ça fait vintage, même si celles de l’époque étaient quand même mieux dessinées…), mais à vrai dire, on finit quand même par la trouver sympathique malgré son trait grossier, puisqu’elle se veut l’aveu d’une musique beaucoup moins simpliste qu’il n’y paraît.

En concédant sur leur page Facebook un amour immodéré pour le Speed/Thrash old-school, les PSYCHO MANIA jouent franc jeu, et admettent d’évidentes accointances avec les cadors de leur enfance, les DESTRUCTION des premiers albums, mais aussi des références plus modernes, dont celle de MUNICIPAL WASTE, dans une version/adaptation somme toute beaucoup plus modérée. Pas question ici de jouer les tarés débridés incapables de freiner, le trio préfère progresser, à son rythme, et parfois faire preuve d’une délicieuse audace qui leur permet de friser des durées déraisonnés, à l’occasion d’une poignée de morceaux vraiment bétons. Si l’on pense parfois à une version très personnelle de VENOM mâtinée d’un MOTORHEAD allumé (« Maimed Humanity », qui ose la redondance d’un Heavy vraiment gras mais accrocheur), ou plus globalement, à des allusions plus ou moins directes aux WARFARE et ARTILLERY (le côté technique en moins), les trois acolytes disposent quand même d’arguments très personnels qui leur permettent de noyer le poisson Speed dans un Heavy/Thrash que l’on prise (« Crysis », basse en avant à la OVERKILL pour un Crossover très malin aux soli très fins).

Du bon donc, mais surtout, de la variété qui évite de se prendre les pieds dans le tapis mal déroulé. Bons musiciens, Flo Fait (guitare/chant), Maik Teschner (basse) et Tom Dworsky (batterie), sont aussi de redoutables compositeurs qui n’ont pas oublié les plans accrocheurs près du pack de Lager, et nous troussent des trucs qui fonctionnent au premier comme à douze degrés (« Fear » et son intro venteuse de rigueur, qui dégénère en fête municipale de riffs en fondue infernale, se crashant sur un refrain qui ne détonne pas dans le paysage musical germain). Trivial, mais non dénué d’ambition, ce premier album est aussi frais et instinctif que réfléchi et intuitif, et collectionne les figures imposées pour les adapter à ses propres devises. On tourne et vire entre la tradition et l’allant contemporain de raison, pour un délire professionnel qui valide les idées et capitalise sur l’énergie. Loin d’être bas du front, nos amis à la pochette hideuse s’avèrent beaucoup plus malins sur sillons que sur cliché promo, et prennent le temps d’imposer leur marché, nous mettant les arguments en main pour qu’on puisse les soupeser.

Ceci et cela nous donne des morceaux de bravoure bien tassés, comme ce cavalant « Take A Walk » qui profite encore d’une basse qui sait s’affirmer pour aller à bonne allure retrouver les légendes du Speed qui durent. Plus carrés que la bande à Schmier dans ses primes années, plus solides que VENOM ne l’a jamais été, les trublions du Thrash cajolé n’hésitent pas à en rajouter à l’occasion d’un final salement développé, qui vient fricoter avec les sept minutes bien pesées.

« Awkward Assembly », le titre en question fait montre d’une indéniable ambition, même si les passages les plus fragiles pâtissent de quelques faiblesses de production. La guitare en solo semble implorer un traitement plus clément, mais heureusement, la basse vient combler certains manquements, tandis que le kit fait ce qu’il peut pour boucher les blancs. Mais en version augmentée, PSYCHO MANIA ne manque pas d’ingéniosité, au point de rappeler nos DEATH ANGEL tant aimés, ceux qui sur The Ultra Violence n’hésitaient pas à jouer la montre sans lasser. Les riffs s’empilent mais jamais ne rempilent, le chant devient plus véhément, et l’énergie globale bénéficie d’un surplus de watts pour résumer une entreprise qui évite toute méprise en n’opposant que des arguments de premier choix aux chalands.

Du Heavy Speed donc, mais le meilleur, un peu artisanal et chargé en beurre, mais qui délecte les oreilles de son empreinte vintage pas trop poussée pour ne pas lasser.

Et malgré cette vilaine pochette qui fera peur même à ceux qui ont connu la terreur des graphismes des eighties massacreurs de pinceaux, Subliminal Brainwash n’est rien de moins qu’une solide affaire de passion tout sauf bateau, qui nous laisse augurer d’un futur loin d’être idiot. Révérencieux, mais irrespectueux, marrants mais sérieux, les allemands sonnent donc la retraite aux flambeaux, et sans se prendre pour Rambo, nous assomment d’une musique au trait beaucoup moins pataud qu’un live de RUNNING WILD capté sur un chariot. Vous voyez bien que quelques lignes ne suffisaient point…


Titres de l'album:

  1. Psychomaniac
  2. Bruning Down
  3. Subliminal Brainwash
  4. Maimed Humanity
  5. Crysis
  6. Fear
  7. Take A Walk
  8. Awkward Assembly

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 09/09/2017 à 14:52
72 %    114

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Golgothan Remains

Perverse Offerings to the Void

Empress

Reminiscence

Kera

Hysteresis

Morbid Reich

An Endless Heretic Advocacy

Voodoo Circle

Raised on Rock

Ataraxy

Where All Hope Fades

3sixty

Truestories

Xenoblight

Procreation

Doomster Reich

Drug Magick

Kleptocracy

Kleptocracy

Hecate

Une Voix Venue d'Ailleurs

Mind Awake

Pressure

Plague

Plague

Knelt Rote

Alterity

Disastrous Murmur

Skinning Beginning (1989-1991)

Obscene

Sermon to the Snake

Lurker Of Chalice

Lurker of Chalice

Cryptivore

Unseen Divinity

Ossuarium

Calcified Trophies of Violence

Mother Misery

Megalodon

Interview Fabien W. Furter (WHEELFALL)

youpimatin / 13/02/2018
Indus

Interview du groupe BLACK REAPER (Chine)

Jus de cadavre / 01/02/2018
Black Death Metal

Trisomie 21

RBD / 29/01/2018
Electro

Interview Mad et PYM (DeadMen)

youpimatin / 22/01/2018
Post Rock

Concerts à 7 jours

Asenblut + Angantyr + Ereb Altor

23/02 : Le Blogg, Lyon (69)

Asenblut + Lappalainen + Belenos

24/02 : La Ferme Du Buisson, Noisiel ()

+ Atrystos + War Inside

24/02 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Therion + Imperial Age + Null Positiv

28/02 : Espace Julien, Marseille (13)

Photo Stream

Derniers coms

Il fait de la Dark Folk, et il a tellement peur de se voir collée l'étiquette généralement accolée à toute cette scène...


Évolution et prise de risque sensible quelques mois après la tournée européenne.


J'aime pas trop cette attitude, autant je comprends qu'un groupe n'ait pas envie de se retrouver au milieu de ce genre de polémique autant "l'affaire" datant de plus de dix ans je trouve un peu hypocrite de se désolidariser d'un groupe avec lequel on avait accepté de tourner juste parce que des (...)


Ce qui m'étonne surtout c'est d'abord le grand écart sur l'affiche, tant les styles respectifs sont différents mais pas incompatibles dans le fond, c'était osé et intéressant de faire ça. Et j'aurai pensé que King Dude, qui s'est rapidement fait apprécier dans sa scène aux côtés de Chels(...)


Killer album!