The Bastard Tracks

Death Angel

26/11/2021

Nuclear Blast

C’était un peu étrange de jouer sans public, mais c’était génial de réapprendre certaines des chansons les plus obscures, de monter sur scène avec les gars et de libérer toute cette agressivité refoulée. Tous ceux qui ont assisté au concert ont suggéré qu’il soit publié sous forme d’album. Eh bien… Grâce à eux, le voici. J’espère que vous l’apprécierez.  

Cette déclaration de Mark Osegueda est symptomatique d’une époque très spéciale, et unique dans les annales de la musique. Elle décrit les contours de ce qu’on a connu il y a peu comme le concept de concert en streaming, face à un public virtuel, physiquement absent des salles. Ainsi, les groupes ont du se renouveler pour continuer à garder leur art vivant, inventant le principe de « huis-clos live », pas inintéressant en soi, mais dépassant parfois les bornes en affichant le prix d’un ticket d’entrée digital à plus de quinze euros…Certains étaient évidemment gratuits, mais peu, et pour justifier d’un tel prix, il fallait bien sur proposer autre chose qu’une performance classique basée sur un répertoire connu par cœur par les fans. Alors, certains y sont allés de leur hommage intégral a l’un de leurs albums cultes (VOÏVOD pour exemple), d’autres se sont contenté de varier leur set-list de quelques incongruités, ou osé des reprises, mais les américains de DEATH ANGEL ont eu une sacrée bonne idée. Ne jouer que des morceaux n’ayant pas connu une grande carrière live, ou ayant été complètement absents des concerts depuis leur sortie en album.

Choisir et séquencer les chansons pour la setlist de The Bastard Tracks a été une expérience assez différente. Toutes ces chansons avaient rarement (et dans certains cas jamais) été jouées en concert. En réapprenant la plupart de ces chansons et en les réadaptant au besoin, nous avons rassemblé toute notre énergie et nous l’avons fait. Je suis reconnaissant d’avoir eu cet objectif sur lequel me concentrer pendant ces jours de crise (encore) fous

    

Là, c’est Rob Cavestany qui s’exprime, et on sent dans ses mots la frustration de faire du surplace alors que l’envie était bien là, bridée par des restrictions sanitaires. Et en piochant dans son répertoire le plus obscur, le groupe s’est fait plaisir en nous faisant plaisir, les morceaux les plus rares d’une discographie n’étant pas toujours les moins intéressants. Et dans le cas des DEATH ANGEL, ils sont même indispensables pour la compréhension d’un parcours étant passé par des chemins de traverse assez sinueux. On le sait, après sa tonitruante entame purement Bay-Area, le groupe a choisi la déviance, les rythmiques louches, les riffs psychédéliques ou redondants, et des albums comme Act III ou Frolic Through the Park en témoignent encore des années après. Depuis que le quintet est revenu sur le devant de la scène Metal, ses racines les plus profondes sont donc remontées à la surface, et je n’ai pas boudé mon plaisir de retrouver quelques titres abandonnés sur le bord de la scène.

Enregistré au Great American Music Hall de San Francisco, le fief de nos thrasheurs le 22 mai 2021, avant d’être retransmis sur les ondes numériques peu après, The Bastard Tracks est un plaisir tout sauf mineur impeccablement illustré par sa magnifique pochette. Il évoque ce temps du tape-trading, des échanges de cassettes pour connaître des groupes au rayonnement confidentiel, voire ces envoi de bootlegs si typiques qui nous autorisaient à découvrir un groupe que nous adorions dans des conditions live avant de pouvoir le voir de nos propres yeux. Et j’aurais payé cher pour assister à ce concert des DEATH ANGEL, qui en effet, déborde d’énergie, et de malice, malgré l’absence totale de public qui condamne les transitions à résonner dans le vide du silence. Accompagné de cris, de hurlements, d’applaudissements, ce live pourrait être l’achèvement live le plus probant des américains, bien plus que Fall From Grace ou The Bay Calls for Blood.

Evidemment, ne le cachons pas, l’absence d’un « Thrashers », d’un « Bored » ou d’un « Hatred United / United Hate » ne peut conférer à cet album une vraie aura d’album en concert, mais dans les faits, et selon le principe de départ, il constitue une excellente surprise pour les fans de l’ANGEL, qui découvriront certains morceaux interprétés avec les tripes, dont certains pour la première fois de l’existence du groupe.

La production, évidemment sous contrôle total est très propre, et ne correspond pas à l’idée qu’on se fait d’un album en public, mais The Bastard Tracks ayant justement été enregistré sans public, ses conditions ne sont pas sujettes aux griefs quelconques. De fait, on a le sentiment d’écouter un album d‘inédits d’un des groupes les plus indispensables de sa génération, bien que la base hardcore sache très bien de quels albums studio ces morceaux proviennent. Mais justement, les autres, qui se sont intéressés à DEATH ANGEL de loin, sans vraiment approfondir sa discographie pourront en découvrir un pan resté dans l’ombre, ce qui peut constituer un point d’entrée intéressant.

Le lourd et suintant de rage « Absence Of Light », le groovy et complexe « Fallen », le hit improbable « The Organization » qui annonçait déjà la mutation du groupe dans les années 90, l’ambitieux et presque EXODUS « Let The Pieces Fall », au riff irrésistible et à la rythmique smooth, le très mal nommé « Volcanic » et son acoustique délicate qui trouve ici un écrin digne de sa beauté, la tornade « Guilty Of Innocence », nous ramenant aux plus grandes heures des débuts du groupe et cette ultraviolence imposée avec fermeté, tout contribue à faire de ce faux-vraie-live une nouvelle étape pour le quintet, et même plus : l’exutoire parfait à cette frustration rongeant les musiciens comme un cancer de l’âme.

Véritable surprise (sauf pour ceux ayant assisté à la performance sur leur écran), The Bastard Tracks méritait en effet d’être gravé pour la postérité, sa richesse et son caractère ancré dans une réalité horrible mais vécue en faisant l’un des témoignages les plus importants de son époque. Mais aussi une réussite musicale indéniable. Une façon de redécouvrir DEATH ANGEL par l’autre bout de la lorgnette, le plus petit, le plus grand cachant dans un angle mort des trésors d’inventivité enfouis dans une discographie trop riche sans doute.   

      

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Lord Of Hate

02. Where They Lay

03. Why You Do This

04. Fallen

05. Absence Of Light

06. The Organization

07. Execution - Don't Save Me

08. Succubus

09. It Can't Be This

10. Let The Pieces Fall

11. Faded Remains

12. Volcanic

13. Falling Off The Edge Of The World

14. Guilty Of Innocence

15. Alive And Screaming


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 29/11/2021 à 17:26
85 %    252

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

J'irai Mosher chez vous ! Episode 4 : Seattle

Jus de cadavre 12/08/2022

J\'irai mosher chez vous

Suffocation + Kharkov

RBD 08/08/2022

Live Report

Hysteria

mortne2001 04/08/2022

From the past

Voyage au centre de la scène : DEATH POWER

Jus de cadavre 31/07/2022

Vidéos

Incantation + Akiavel + Horror Within

RBD 30/07/2022

Live Report

Appetite For Destruction

mortne2001 21/07/2022

From the past

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 3

mortne2001 18/07/2022

La cave

HELLFEST 2022 / Part 2 / Du jeudi 23 au dimanche 26 juin

Jus de cadavre 06/07/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Gang + Balls Out + Overdrivers 20/08 : Place Du Rietz, Burbure ()
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
fallwarden

Fred :  pourquoi devrait il avoir l'honnêteté de parler de ses convictions politiques ça n'a rien à voir avec le sujet de l'interview. Si ce type était d'extrême gauche, tu lui reprocherais de ne pas en parler?

16/08/2022, 06:43

Fakino

Excellent ! J'adore leur style musical Faaitoito Aroma et TE RUKI

15/08/2022, 20:50

David ghetto

Manque de rythm sur le montage mais le son est lourd !

15/08/2022, 13:46

Steelvore666

Excellent titre pour un putain d'album, que je ne saurais que trop conseiller à ceux qui sont passés à coté jusqu'à présent.

15/08/2022, 10:11

Simony

Extraordinaire album ! En tout point d'accord avec cette chronique. De mon côté l'influence de CHRISTIAN DEATH est plus que perceptible en effet.

15/08/2022, 10:00

Humungus

Pourquoi pas De Villiers avec un t-shirt DISRUPT ?

15/08/2022, 09:10

Stench

Musicalement c'est plutôt bon mais qu'est-ce que le chant manque de puissance ! 

14/08/2022, 07:43

Humungus

Fan de l'Action Française avec un t-shirt DROPDEAD...J'approuve.

12/08/2022, 23:08

Humungus

Hé hé hé...Dans ce genre d'attroupement, le back patch DISSECTION méritant le haut et court et pour le mieux le goudron et les plumes... ... ...

12/08/2022, 23:02

pierre2

Je préfère mon Nick bougon dans Paradise Lost....   

12/08/2022, 19:58

FaFa

Fred, sale petite pute de balance, lâche de gauchiste. Fallait lui dire en face. Et ses convictions n'ont rien à voir avec la musique. Pauvre tocard.

12/08/2022, 15:40

Jus de cadavre

Merci ! Et non pour la veste à patch ha ha ! On était déjà bien grillés en tant que frenchies (avec notre accent et... nos bouteilles de rouge !) je voulais pas en rajouter pour se faire remarquer

12/08/2022, 13:44

Humungus

Non, non Jus de cadavre, tu as très bien fait de poster ce nouvel épisode.Même si je ne compte absolument pas aller à Seattle ou Vancouver un jour, c'est toujours très intéressant d'avoir une vision autre d'une ville, d'une r&eac(...)

12/08/2022, 13:08

Humungus

Mouais...En même temps, des groupes qui font du playback dans un hangar en guise de clip, y'a pas que ces deux là hein... ... ...

12/08/2022, 12:56

Moi

Je confirme, le réalisateur est le même pour les 2 vidéos, et le créateur de Gaerea

12/08/2022, 11:43

Jean

C’est vrai que la plupart des artistes ont déjà tourné dans des festivals cet été en France . C’est pas la folie 

12/08/2022, 09:06

Humungus

C'est moi ou l'affiche n'est vraiment pas folle cette année ?

12/08/2022, 07:10

Fred

Croisé une fois, ce mec est une sorte de connard fan de l'Action Française et nostalgique d'un temps révolu, dommage qu'il n'ait pas l'honnêteté d'en parler dans cet interview. Saoulant et gavant.

11/08/2022, 21:06

Jus de cadavre

Merci pour ce très bon report (comme d'habitude) RBD.Nous avons encore et toujours la même vénération pour Suffocation, hé hé. Un groupe éternellement en immense forme sur scène. On se demande quand ils baisseront de r(...)

11/08/2022, 18:39

Simony

Je retiens MOOR et DEATH FILE RED avec LYMBOLIC SCYTHE dans un coin de la tête parce qu'il y a quelque chose je trouve dans cette démo...Merci Mortne2001 pour cette mise en lumière des suintantes abimes du Metal

11/08/2022, 08:20