The Pizza EP

Crisix

10/09/2021

Listenable Records

Je me souviens de mes années fac avec une certaine tendresse. Certes, nous n’avions pas le contexte idyllique d’Hélène et ses garçons, mais la cafétéria était accueillante, et le travail épars. Evidemment, nous nous retrouvions entre amis et collègues le temps d’un vendredi soir ou d’un week-end, et le programme était toujours le même : bière, vodka, pizza, et éventuellement, un film sorti d’une collection quelconque de vidéos pirates. Cette répétition avait des allures de rituel, de gage d’amitié entre jeunes du même âge ou presque, et a laissé des traces dans les sillons de la mémoire, à tel point qu’à bientôt cinquante ans, je la regrette quelque part. Cette routine ludique a laissé place à une itération des plus irritantes, entre paiement des factures et autres tâches ingrates nous rappelant notre sordide condition de rouage d’une machine administrative et capitaliste trop bien huilée. Alors, pour prendre un peu le large et se replonger dans cette fausse adolescence d‘adulte en devenir, rien de tel qu’un petit trip en Espagne pour y retrouver d’éternels branleurs, qui ont refusé de grandir il y a longtemps déjà.

Les CRISIX sont sans aucun doute de gros branleurs, mais des branleurs qui bossent. Depuis sa création en 2011, le groupe a déjà publié cinq longue-durée, tous aussi enthousiasmants et chafouins les uns que les autres. Le départ tonitruant de The Menace, l’atterrissage en catastrophe de Sessions #1 - American Thrash, l’album de reprises fourgué en 2019, et entre temps, des classiques, From Blue to Black, Against the Odds, des riffs véloces, une rythmique souple, et un chant gouailleur. Des spécialistes du crossover, qui en une décennie ont affirmé leur suprématie sur le genre, et qui continuent aujourd’hui d’en explorer les arcanes pourtant réduites. Et deux ans après leur dernière apparition en tant que copieurs de grande classe (primaire), les originaires d’Igualada reviennent avec dans leur cartable quatre petits morceaux, qui prouvent qu’ils n’ont pas encore l’intention de sauter une classe.

Nous étions en droit d’espérer un nouvel album, mais c’est avec un EP frais et dispo que les ibères nous bernent. Quatre petits morceaux emballés dans un carton à pizza, faisant l’éloge de cette pâte italienne recouverte de sauce tomate, d’anchois, de salami, de poivrons, de peppéroni, et autres ingrédients au choix, et en sus parfois. Quatre morceaux qui leur permettent de se replacer dans le contexte après la pandémie de COVID, et qui remettent sous la lumière leur talent unique pour nous conter des histoires de sagouins qui n’ont rien d‘autre à foutre de leur journée que d’écouter EXCEL, jouer aux jeux vidéo, et regarder des films avec des gens qui ne portent pas de pyjama ou qui se font éviscérer au bout de quelques minutes à grand renfort d’hémoglobine.

CRISIX est devenu plus qu’un groupe avec le temps, un gage de qualité. Une AOC qu’on respecte dès l’étiquette, et qui coule dans le palais des tympans avec une âpreté qu’on apprécie. Ce Pizza EP ne déroge évidemment à aucune règle, et je ne créerai aucune surprise en affirmant qu’il ne recèle aucune surprise.

Du Thrash, du Mosh, du Crossover, de la bonne humeur mais un professionnalisme qui empêche de torcher vite fait quatre machins qui tiennent à peine debout. Frustrant car bien trop court, Pizza EP est fort en piment, chargé en oignons, laisse l’haleine de chacal empester la chambrée, mais gâte l’estomac de ces accélérations fumeuses et de ses riffs francs. On y retrouve l’esprit potache du groupe, et surtout, les réminiscences d’une jeunesse passée à découvrir les nouveautés violentes du mois en se goinfrant de tomate en boîte. Et le groupe l’affirme lui-même dans un élan de lucidité assez confondant de réalisme : « World Needs Mosh ». En effet, et même après que la pandémie a laissé place à des incertitudes troublantes sur l’avenir, nous avons besoin de cette énergie débridée et de ces chœurs de cour d’école mal famée. Et si sur quatre morceaux, le quintet (Javi Carrión - batterie, Marc Busqué "Busi" & Albert Requena - guitares, Julián Baz - chant et Pla Vinseiro - basse, dernier arrivé il y a deux ans) a quand même le culot de nous refourguer un insert Punk de moins d‘une minute (l’hilarant « Raptors in the Kitchen »), il est parfaitement excusé par les deux tubes déments que sont « No Tip for the Kid » et « It's Tough to Cook a Song ».

Onze minutes, pas plus, moins du quart du temps qu’il faut pour commander une pizza et la recevoir à la maison, ou l’exact timing pour dévorer la moitié de cette pâte fine décorée avec amour. Alors, croquez dans cette pizza, collez-vous le dernier CRISIX entre les feuilles, et ressortez un Gore de derrière les fagots. Une soirée en compagnie de ces gus-là s’apprécie jusqu’à la dernière bouchée/minute.

             

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. No Tip for the Kid

02. World Needs Mosh

03. Raptors in the Kitchen

04. It's Tough to Cook a Song


Facebook officiel

Site officiel


par mortne2001 le 11/10/2021 à 15:19
78 %    710

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


metalrunner
@86.253.121.13
11/10/2021, 18:38:40

Que du bonheur moooossssssshhhhhhhh merci pour la cure de jouvence .

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Orphan

Plus vraiment fan du Hellfest depuis longtemps, mais avoir Julie CHRISTMAS à l'affiche c'est royal. D'autant qu'en face c'est Metallica, donc tout les boubourses seront absent.Elle est quand meme à l'origine avec Josh Graham d'une(...)

21/06/2024, 08:55

Humungus

Je pense que DL100 causait du clip...Et là, on peut pas lui donner tort hein... ... ...

19/06/2024, 06:55

Gargan

Plutôt injuste comme commentaire, je m’attendais à qqch de super cheap alors qu’il n’en est rienet musicalement ça se tient (parfois même l’impression d’entendre du Alastis !).

18/06/2024, 22:28

Gargan

La pochette évoque un retour au sources, mais ça ne me fera pas oublier phantoms, qui reste indétrônable.

18/06/2024, 22:20

Kiss the Goat

Un renouveau dans ce qui se fait en français 

18/06/2024, 21:43

DL100

Ah ouais, quand-même... C'est hautement ridicule et pathétique là...

18/06/2024, 12:07

Gargan

Hmmm j'ai tendance à préférer cette version, c'est mal. J'ai le sentiment que c'est plus lisible et pêchu et - heureusement - le son des toms est préservé, le genre de détail qui devait persister. Vont-ils nous refaire le coup po(...)

17/06/2024, 09:04

RBD

C'est une bonne surprise. Kerry n'a eu évidemment aucun mal à bien s'entourer mais ses partenaires ont apporté une pêche supérieure aux derniers Slayer. Ce Thrash à fond est mieux inspiré que celui de "Repentless" sans(...)

16/06/2024, 18:58

Humungus

De ces deux extraits proposés, il ne ressort effectivement pas grand chose...En tous cas, beaucoup moins que sur la réédition de "Morbid visions" qui m'avait bizarrement beaucoup plu l'année dernière.En même temps, et je s(...)

16/06/2024, 08:52

Moshimosher

Franchement, très bonne surprise ! Et vraiment content pour eux qu'ils puissent continuer ! Malgré la vie, la mort continue et c'est bon !!! \m/

15/06/2024, 20:44

Arioch91

L'édition originelle est intouchable, avec un son qui lui est propre et qui l'identifie dès les premières secondes. Sans oublier ce son particulier des toms d'Igor, comme sur le Pleasure to Kill de Kreator.Avec ce réenregistrement, on est loin de (...)

15/06/2024, 19:42

Humungus

Ouais... ... ...Bah à l'écoute de ce titre, cela ressemble comme deux gouttes de foutre à NIFELHEIM hein.Et à du très bon NIFELHEIM qui plus est !De fait, étant über fan de ce groupe, j'attends cette galette avec impati(...)

15/06/2024, 09:11

Moshimosher

Bon, par contre, l'extrait me laisse dubitatif...

15/06/2024, 06:37

Moshimosher

En tant que grand fan, je suis partagé... mais bon, pourquoi pas ! Surtout que j'ai tous les albums d'Edge of Sanity (Until Eternity Ends compris) et une bonne moitié des Nightingale... donc, qui sait... s'ils sont aussi en digital, je pourrais me laisser tenter par c(...)

15/06/2024, 06:33

RBD

Les concerts ne sont qu'une partie de ce petit festival. La dernière fois il y avait des conférences, des "masterclass", un marché aux puces, etc. Ce n'est pas évoqué ici mais je m'attends à retrouver tout cela. La progra(...)

14/06/2024, 11:18

Gargan

Pas un groupe de métal « trad » pour des « états généraux », ça donne vraiment beaucoup d’envie et de crédibilité…

14/06/2024, 07:43

metalrunner

Merci pour la redécouverte Ravage in peace c est trop bon

13/06/2024, 20:13

LeMoustre

Oh la torgnole thrash !Ah oui on sent bien l'influence du Dark Fuckin' Angel période Don Doty a plein nez. Le tempo effréné, les vocalises dans l'esprit. Parfait Achat direct cash de chez cash.J'adore, tout a fait pile poil ma cam(...)

11/06/2024, 20:30

Arioch91

Écouté ce matin en mode découverte tout en bossant, pas l'idéal mais pas le choix.Au premier ressenti, j'ai pensé à un croisement endiablé entre le Darkness Descends de Dark Angel et le Pleasure to Kill de Kreator. On a connu pire (...)

11/06/2024, 12:28

Humungus

"System Shock est un sérieux prétendant au titre d’album Thrash de l’année"Itou mec !!! !!! !!!Pour ma part, je vois plus dans ce superbe album la patte des "Trois Grands Teutons" (KREATOR, DESTRUCTION &(...)

11/06/2024, 11:01