Décidément, l’âge d’or du Speed/Thrash n’en finira jamais d’inspirer les jeunes générations…Quand je vous disais que cette époque avait quelque chose d’unique, un élan formidable qui n’a aucun équivalent dans les autres sous-genres du Metal, Hardcore mis à part bien sûr…

Aujourd’hui, c’est en Italie que nous allons chercher notre pain béni, matérialisé par le premier longue durée d’un quatuor qui n’a pas le médiator dans sa poche, et qui a su s’inspirer des grandes légendes tout en commençant à écrire la sienne.

Cette légende a justement débuté à Gênes, grand port Italien, lorsqu’Alessio Gaglia, guitariste chanteur, s’est mis en quête de compagnons de jeu partageant son amour d’un Metal puissant et mordant.

Une fois la bande réunie (en compagnie de Giorgio Vianson à la basse, de Samuele Della Valle à la guitare et de Nicolo Parisi à la batterie),  DEVASTATION INC. commence à sérieusement répéter pour mettre au point son numéro, et un an plus tard, une première démo éponyme voit le jour,  avec trois morceaux bien sentis dans un créneau Thrash précis, dont un hymne imparable, « One Word : Destroy ! », devenu leur leitmotiv.

On retrouve d’ailleurs les trois saillies sur ce premier LP, No Way for Salvation, qui sait se montrer efficace tout en développant de belles qualités originales.

Pas de salut hors du Thrash velu ? C’est un peu le message de ces quatre Italiens, mais si leur nom pourrait faire penser à une adaptation transalpine du « Damage Inc. » de METALLICA, c’est bien ailleurs qu’il faut chercher leurs influences, même si le parfum rétro de Kill’Em All trouve écho dans les sillons de ce CD béton.

A la lisière de la forêt Thrash mais encore un pied sur le sentier Speed, les DEVASTATION INC. ne jouent pas les braconniers bourrés, mais bien les snipers affutés. Avec un tel patronyme, nous serions en droit d’attendre une boucherie bien réglée et sanglante comme des premières règles d’été, mais il n’en est rien, et si la puissance prédomine, la finesse ne fait pas grise mine.

Alors les références affluent évidemment, et d’ailleurs, « One Word : Destroy ! » nous aiguille doucement sur la piste OVERKILL, pour cette utilisation d’une basse gironde et brillante aux accents Hardcore, mais fausse alerte, les Italiens sont bien Metal, et ne traînent pas longtemps sur le sentier de la guerre urbaine.

Pour être un peu plus clair, on s’imagine bien évidemment un EXODUS des premiers jours, plus gras que fluide, un AGENT STEEL qui aurait enfin décidé de jeter ses tics lyriques dans la poubelle de l’opéra, ou même un mélange explosif et de première bourre des HOLY TERROR et FORBIDDEN, pour cette juxtaposition de thèmes diablement Heavy et de ruades Thrash bien senties.

Et le quatuor se montre à l’aise, quel que soit le terrain. Ils portent cet art de l’allusion au pinacle lorsqu’ils se décident à lâcher une compo aussi fatale que « Behind The Riverside », portée par un riff ultra redondant qui meuble les trois quarts du morceau avant qu’un solo homérique ne déclenche l’accélération foudroyante. Un peu HEATHEN pour cette façon d’amener une acmé de violence avec beaucoup d’intelligence, l’approche des Genevois est bien rodée, même lorsqu’ils se décident à laisser leur instinct énervé parler sur de petites perles bien véloces comme ce terrassant « Fast As A Fuckin’ Bullet », digne du meilleur DESTRUCTION qui reprendrait du OVERKILL (encore une fois, décidemment…).

Mais comme je le soulignais précédemment, ces diablotins du riff malin savent aussi distiller le suspense sur un timing moins serré, et s’inspirer des TESTAMENT pour insuffler beaucoup de mélodies à leur Metal maudit, et le final dantesque « Between Dream and Nightmare » de le démontrer en sept minutes et quelques.

Gros travail de la rythmique, et surtout de Giorgio à la basse, qui occupe le terrain avec une belle présence à la Steve DiGiorgio, mais une fois de plus, c’est le travail incroyable des guitares qui surprend, tant en staccato qu’en solo, et les six-cordes brûlent et brillent de mille feux dans un ballet ininterrompu à la saccade glorieuse.

Des avancées franches toujours agrémentées de breaks soupesés au gramme Heavy près (« Troops From Hell », « Justice Pattern », le plus FORBIDDEN du lot), mais aussi des tueries intégrales qui disposent d’un arsenal de riffs accrocheurs qui font très mal (dans le genre, « For The Liberty I Kill » est un exemple fatal, avec sa farandole de saccades démoniaques et son break central groovy comme une manchette de maniaque), en gros, tout ce qui a fait du Speed/Thrash un style vraiment à part, ni vraiment l’un, ni totalement l’autre, mais combinant les qualités des deux en les expurgeant de leurs défauts les plus flagrants.

Avec en plus une production absolument parfaite signée par Fabio Paolombi aux Black Wave Studios de Gênes, une pochette confiée aux bons soins de Mario Lopez (EVIL INVADERS, SABBAT), No Way for Salvation frise la perfection dans le style et nous replonge dans notre nostalgie adolescente, sans négliger les impératifs de son époque.

Des musiciens exemplaires, droits dans leurs baskets, qui ne jouent pas plus qu’il ne faut, tant en termes de technique que de timing.

Avec huit morceaux pour trente-huit minutes, ce premier album est une grenade lâchée à la face du Thrash vintage, et qui explose quand il faut, sans faire de dégâts inutiles.

Décidément, l’âge d’or du Speed/Thrash n’en finira jamais d’inspirer les jeunes générations…En Italie, comme ailleurs, on n’a pas la mémoire plus courte que les cheveux, et les DEVASTATION INC. n’ont pas fini de réduire les scènes et vos oreilles en cendres…  

Et n’oubliez pas, un seul mort d’ordre.

Destroy !!!!


Titres de l'album:

  1. One Word: Destroy!
  2. Payback
  3. Justice Pattern
  4. Behind The Riverside
  5. Fast as a Fuckin' Bullet
  6. Troops from Hell
  7. For the Liberty I Kill
  8. Between Dream and Nightmare

Facebook officiel



par mortne2001 le 15/12/2016 à 17:52
85 %    403

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Gorgasm + Cenotaph

03/07 : Quartier Libre, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

Le son était aussi radical que leur musique... Le genre de concerts où le circle-pit n'a pas sa place en somme, et où le public se prend juste un mur du son qui le paralyse.


Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.


autant pour moi, avec mozilla c'est nettement mieux


Moi j'ai pu voir Carcass.