No Way for Salvation

Devastation Inc.

30/11/2016

Earthquake Terror Noise

Décidément, l’âge d’or du Speed/Thrash n’en finira jamais d’inspirer les jeunes générations…Quand je vous disais que cette époque avait quelque chose d’unique, un élan formidable qui n’a aucun équivalent dans les autres sous-genres du Metal, Hardcore mis à part bien sûr…

Aujourd’hui, c’est en Italie que nous allons chercher notre pain béni, matérialisé par le premier longue durée d’un quatuor qui n’a pas le médiator dans sa poche, et qui a su s’inspirer des grandes légendes tout en commençant à écrire la sienne.

Cette légende a justement débuté à Gênes, grand port Italien, lorsqu’Alessio Gaglia, guitariste chanteur, s’est mis en quête de compagnons de jeu partageant son amour d’un Metal puissant et mordant.

Une fois la bande réunie (en compagnie de Giorgio Vianson à la basse, de Samuele Della Valle à la guitare et de Nicolo Parisi à la batterie),  DEVASTATION INC. commence à sérieusement répéter pour mettre au point son numéro, et un an plus tard, une première démo éponyme voit le jour,  avec trois morceaux bien sentis dans un créneau Thrash précis, dont un hymne imparable, « One Word : Destroy ! », devenu leur leitmotiv.

On retrouve d’ailleurs les trois saillies sur ce premier LP, No Way for Salvation, qui sait se montrer efficace tout en développant de belles qualités originales.

Pas de salut hors du Thrash velu ? C’est un peu le message de ces quatre Italiens, mais si leur nom pourrait faire penser à une adaptation transalpine du « Damage Inc. » de METALLICA, c’est bien ailleurs qu’il faut chercher leurs influences, même si le parfum rétro de Kill’Em All trouve écho dans les sillons de ce CD béton.

A la lisière de la forêt Thrash mais encore un pied sur le sentier Speed, les DEVASTATION INC. ne jouent pas les braconniers bourrés, mais bien les snipers affutés. Avec un tel patronyme, nous serions en droit d’attendre une boucherie bien réglée et sanglante comme des premières règles d’été, mais il n’en est rien, et si la puissance prédomine, la finesse ne fait pas grise mine.

Alors les références affluent évidemment, et d’ailleurs, « One Word : Destroy ! » nous aiguille doucement sur la piste OVERKILL, pour cette utilisation d’une basse gironde et brillante aux accents Hardcore, mais fausse alerte, les Italiens sont bien Metal, et ne traînent pas longtemps sur le sentier de la guerre urbaine.

Pour être un peu plus clair, on s’imagine bien évidemment un EXODUS des premiers jours, plus gras que fluide, un AGENT STEEL qui aurait enfin décidé de jeter ses tics lyriques dans la poubelle de l’opéra, ou même un mélange explosif et de première bourre des HOLY TERROR et FORBIDDEN, pour cette juxtaposition de thèmes diablement Heavy et de ruades Thrash bien senties.

Et le quatuor se montre à l’aise, quel que soit le terrain. Ils portent cet art de l’allusion au pinacle lorsqu’ils se décident à lâcher une compo aussi fatale que « Behind The Riverside », portée par un riff ultra redondant qui meuble les trois quarts du morceau avant qu’un solo homérique ne déclenche l’accélération foudroyante. Un peu HEATHEN pour cette façon d’amener une acmé de violence avec beaucoup d’intelligence, l’approche des Genevois est bien rodée, même lorsqu’ils se décident à laisser leur instinct énervé parler sur de petites perles bien véloces comme ce terrassant « Fast As A Fuckin’ Bullet », digne du meilleur DESTRUCTION qui reprendrait du OVERKILL (encore une fois, décidemment…).

Mais comme je le soulignais précédemment, ces diablotins du riff malin savent aussi distiller le suspense sur un timing moins serré, et s’inspirer des TESTAMENT pour insuffler beaucoup de mélodies à leur Metal maudit, et le final dantesque « Between Dream and Nightmare » de le démontrer en sept minutes et quelques.

Gros travail de la rythmique, et surtout de Giorgio à la basse, qui occupe le terrain avec une belle présence à la Steve DiGiorgio, mais une fois de plus, c’est le travail incroyable des guitares qui surprend, tant en staccato qu’en solo, et les six-cordes brûlent et brillent de mille feux dans un ballet ininterrompu à la saccade glorieuse.

Des avancées franches toujours agrémentées de breaks soupesés au gramme Heavy près (« Troops From Hell », « Justice Pattern », le plus FORBIDDEN du lot), mais aussi des tueries intégrales qui disposent d’un arsenal de riffs accrocheurs qui font très mal (dans le genre, « For The Liberty I Kill » est un exemple fatal, avec sa farandole de saccades démoniaques et son break central groovy comme une manchette de maniaque), en gros, tout ce qui a fait du Speed/Thrash un style vraiment à part, ni vraiment l’un, ni totalement l’autre, mais combinant les qualités des deux en les expurgeant de leurs défauts les plus flagrants.

Avec en plus une production absolument parfaite signée par Fabio Paolombi aux Black Wave Studios de Gênes, une pochette confiée aux bons soins de Mario Lopez (EVIL INVADERS, SABBAT), No Way for Salvation frise la perfection dans le style et nous replonge dans notre nostalgie adolescente, sans négliger les impératifs de son époque.

Des musiciens exemplaires, droits dans leurs baskets, qui ne jouent pas plus qu’il ne faut, tant en termes de technique que de timing.

Avec huit morceaux pour trente-huit minutes, ce premier album est une grenade lâchée à la face du Thrash vintage, et qui explose quand il faut, sans faire de dégâts inutiles.

Décidément, l’âge d’or du Speed/Thrash n’en finira jamais d’inspirer les jeunes générations…En Italie, comme ailleurs, on n’a pas la mémoire plus courte que les cheveux, et les DEVASTATION INC. n’ont pas fini de réduire les scènes et vos oreilles en cendres…  

Et n’oubliez pas, un seul mort d’ordre.

Destroy !!!!


Titres de l'album:

  1. One Word: Destroy!
  2. Payback
  3. Justice Pattern
  4. Behind The Riverside
  5. Fast as a Fuckin' Bullet
  6. Troops from Hell
  7. For the Liberty I Kill
  8. Between Dream and Nightmare

Facebook officiel



par mortne2001 le 15/12/2016 à 17:52
85 %    639

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kairos

Ouais dsl j'ai été un peu sec, mais l'autre andouille est venu gratuitement me baver sur les rouleaux... J'aurais dû employer l'adverbe "cordialement" à la fin de mon précèdent post. 

26/01/2021, 16:03

Bones

Mouais, mais par contre je vais rapidement le réécouter pour voir si mon approche a évolué. C'est vrai qu'il est réputé...  j'ai sans doute raté le coche.

26/01/2021, 13:14

Arioch91

@Humungus : SIC... And Destroy !   Comme disait Coluche : la politique ? C'est quand on est poli et qu'on a(...)

26/01/2021, 10:45

Arioch91

@Humungus : je confirme pour The Rack. Plusieurs fois j'ai essayé mais sans jamais accrocher.Y a des albums comme ça

26/01/2021, 07:56

Humungus

Toujours "intéressant" (SIC !!!) quand la politique s'insère ici... ... ...

26/01/2021, 07:38

Humungus

Ne pas "rentrer" dans "The rack" ?!?!Bizarre étant donné la monstruosité de cet album...Quoi qu'il en soit, je plussoie sur HAIL OF BULLETS !Pis n'oublions pas le merveilleux GRAND SUPREME BLOOD COURT non plus hein !!!(...)

26/01/2021, 07:35

Arioch91

@Bones : merci pour l'idée, vais m'écouter les trois albums de Hail of Bullets, juste histoire de rattraper mon retard concernant le père Van Drunnen.

25/01/2021, 20:12

Bones

Ce dernier Asphyx n'est pas une montagne de nouveautés mais il est super efficace. On sent les vieux briscards qui connaissent parfaitement leur affaire.Etant un gros fan de Van Drunen, je vais décortiquer ses paroles en ne doutant pas que les morceaux vont s'en tro(...)

25/01/2021, 18:39

Jus de cadavre

Ouais, ils frappent fort les anciens avec cet album ! 

25/01/2021, 18:17

LeMoustre

Chez Accuser, en période récente, c'est Demoniac qu'il faut écouter. Plus violent, sorte de Testament sous amphétamines, il est à mon humble avis le meilleur de ce que Thoms  a produite depuis Who Dominates Who. Ah, si, le premeir album est aussi (...)

25/01/2021, 17:03

LeMoustre

Opposer les casseurs qui seraient bons à expédier aux bagnes de Cayenne pour casser des cailloux et les envahisseurs du Capitole n'est pas une bonne idée. L'objectif est pas le même, les casseurs sont souvent des racailles de délinquants multiréc(...)

25/01/2021, 11:47

Stench

Très étrange à dire mais sur le titre "Tree years of famine", j'entends Overkill de "Skullkrusher". Sinon, excellent album, bien sûr !

25/01/2021, 11:46

Arioch91

Je suis fan du timbre vocal de Van Drunnen depuis le Consuming Impulse de Pestilence mais j'avoue n'avoir jamais accroché au The Rack d'Asphyx et ne me suis jamais penché sur les sorties du groupe. Pas plus pour Hail of Bullets (si je me gourre pas).Mais &ccedi(...)

25/01/2021, 11:04

Solo Necrozis

Piñata of Pus, Necro Thicc, Uteronecrotic Descent of the Divine...Haha ces titres de merde, j'en ris comme un con devant mon PC.

25/01/2021, 10:12

Simony

En tout cas, le livestream proposé samedi était une boucherie totale. Avec ou sans public, les mecs se donnent, Martin plaisantent entre les morceaux et v'là comment ça défouraille sévère. Total respect pour ces mecs qui en imposent, vraiment (...)

25/01/2021, 08:17

POMAH

L'ambiance est chaude par ici...

25/01/2021, 08:06

Humungus

J'en suis déjà à ma troisième écoute consécutive...ACHAT OBLIGATOIRE BORDEL !!! !!! !!!PS : Martin je t'aime.

25/01/2021, 04:25

Pozo (bass)

Thanks for the review!I'll put our spotify link if you wanna follow ushttps://open.spotify.com/artist/0QwY3TM6Lvo6Ba8VGC67YL

25/01/2021, 01:07

Chemikill

Parler de la musique serait déjà un gros morceau.

24/01/2021, 22:59

jtdef

Avec Joe Bidon et l'imposteur Harris ils sont mal barrés.

24/01/2021, 21:11