Le poids. Le poids du passé, des aventures musicales ayant tout défriché, et laissant un champ de ruines d’inspiration pour les générations à venir. Pas facile, dès lors qu’on se réclame d’un Rock authentique de passer après les STONES, les CREEDENCE, CACTUS, LED ZEP, DEEP PURPLE, et les innombrables figures paternelles dont le portrait trône en plein centre du Rock N’Roll hall of fame de toute mémoire pas trop élusive. Et de deux choses l’une, soit vous admettez cet héritage comme incontournable et assimilable, ou vous tentez de vous en éloigner pour tenter d’affirmer votre personnalité. Mais là encore, et à moins de faire preuve d’une présomption énorme, pas facile de se démarquer sans tomber dans le grand n’importe quoi expérimental difficilement domesticable. Alors, autant se la jouer profil bas, et admettre que tout ou presque à déjà été inventé, amélioré, transformé, et prendre la pose si chère aux BLACK CROWES, JET, GRETA VAN FLEET et autres chantres d’un respect à outrance. C’est cette posture que les autrichiens de THE WEIGHT ont choisie, d’abord en optant pour un nom très connoté, celui d’un morceau mythique du BAND de Dylan, qui eux aussi étaient largement là avant tout le monde. Pourtant, les comparaisons entre les deux groupes n’ont pas lieu d’être, puisqu’ici, pas question de Folk électrisé, mais plutôt de Hard Rock respecté, dans la grande tradition des seventies dont ces musiciens doués se réclament corps et âme. Et quel mal à ça ? Aucun, c’est certain, surtout lorsque la musique est bonne, et qu’elle se donne, donne, donne.

THE WEIGHT, c’est plus qu’une musique, c’est un trip, qu’on se plaît à imaginer des grands espaces américains, et qui pourtant, nous vient d’Autriche. Un quatuor plein de malice (Tobias Jussel - chant/orgue/piano, Michael Böbel - guitare, Patrick Moosbrugger - basse et Andreas Vetter - batterie), qui ose enfin tenter l’exercice périlleux du premier longue durée, en mettant toutes les chances de son côté. Il faut dire qu’avec des références revendiquées comme LED ZEPPELIN, THE WHO, DEEP PURPLE, PINK FLOYD, THIN LIZZY, THE BEATLES, CCR, ou GRAND FUNK RAILROAD, on joue la fausse sécurité, puisque pas question de se planter en se rapprochant des racines les plus adulées. Mais si jamais des doutes persistent dans votre esprit, sachez que The Weight, l’album, est l’un des témoignages les plus sincères et puissants de ce début d’année, et qu’il place la barre très haute pour tous ceux qui voudraient lui emboiter le pas. Bien que sorti en fin d’année, ce premier LP souffle un vent de braise sur l’actualité, et mérite largement sa place de premier disque de Hard Rock pur et dur de 2018. Pour quelles raisons ? Parce qu’il privilégie la hargne et l’authenticité à l’originalité, toujours très dure à intégrer à tout projet prenant sa source à la rivière Rock d’il y a trois ou quatre décennies bien tassées. Avec des basic-tracks enregistrées dans la lumière des studios du lac Constance, et une finition plus rude dans les locaux de répétition du groupe, The Weight est donc le produit d’une dualité exposition/introspection, mais sent la poussière des amplis rangés sans protection, et la sueur qui perle au front de musiciens débordant de passion, qui n’ont pas oublié qu’une bonne chanson n’était pas qu’un riff béton, mais aussi un chant profond, des arrangements à foison, et surtout, des mélodies en floraison. Ici, l’équilibre est parfait, et difficile d’imaginer ces musiciens centre européens, tant l’ensemble sent l’Amérique d’hier et de demain, celle des longues autoroutes du petit matin, et des motels miteux qu’on réserve du bout des mains.

En gros, une collection de hits échappés de seventies affamées, qui démarre sur les chapeaux des roues de « Hard Way » et sa batterie Bonhamienne, en rhapsodie de Blues Rock gorgé de soul, mais raidi d’électricité, qui n’empêche toutefois pas le groove de s’imposer, dans un style que les BLACK COUNTRY COMMUNION ou GRAVEYARD n’auraient pas renié. Instrumental imposant mais coulant, voix puissante et lyrique, pour un festival de Hard-Rock simple et direct, qui accepte le binaire pour mieux le mettre à l’envers d’un orgue à la Jon Lord. Vous avez dit LED ZEP ? C’est un fait, mais pas que, puisque le mimétisme n’est pas à l’ordre du jour, et qu’il préfère muter en hommage de toujours, en mélangeant les influences pour tacler le Rock d’un Blues organique en transe. « Trouble », loin de chercher les ennuis, ose les senteurs délicieuses de 70’s amoureuses, et propose un format Pop psychédélique joué façon Rock hystérique pour ne pas perdre de sa crédibilité, sans oublier de séduire les plus nuancés. Et alors que « Inside » vient clore une trilogie d’ouverture basée sur la liberté de son couplet bondissant et de son refrain décapant, on est déjà séduit par l’énergie de ces autrichiens qui en profitent même pour piquer quelques plaqués à Ian Stewart, resté longtemps de ses touches dans l’ombre de Mick et Keith. En moins de sept minutes et trois morceaux, les THE WEIGHT nous mettent en pamoison, alors que la fête vient juste de commencer à la maison. Mais après une telle débauche de puissance, il fallait bien marquer une légère pause apaisante, sifflant une bière corsée pour se donner du courage, estampillée pur malt et houblon et avalée au goulot d’un « Rich Man’s Pride », au riff gras comme un rib cuit au barbecue de saison. La voix de Tobias s’envole, tandis que la guitare de Michael décolle, pour un nouvel hommage aux FREE, CACTUS, SIR LORD BALTIMORE, et évidemment à Page et Plant, dont le déhanché plein de stupre inonde de ses sucs les sillons de ce truc.

Dès lors, c’est la constance et la variété qui s’imposent au détour de titres qui osent, et qui tentent le coup de l’évolution progressive teintée de délicatesse incrustée. « A Good Thing » nous fait le coup de la blue-song transpirant de feeling, et une fois encore module, et laisse une basse qui ondule soutenir des chœurs discrets, mais qui jamais ne reculent. Un son clair, ample, mais suffisamment épais pour ne pas se déchirer, et entre un break au groove contagieux et des lignes vocales sinueuses, le tableau est plus vrai que nature. Et alors qu’on pensait avoir tout compris à cette histoire d’amour entre un groupe et une histoire de toujours, « Hammer, Cross & Nail » déboule de son intro magnifique, dégoulinant de Blues par tous les pores…Motifs oniriques, orgue magique, et enroulé de beauté sur fond de progression sublime, pour un détour du côté des paysages les plus épurés qu’on admire derrière la fenêtre passager d’une voiture qui roule dans la nuit sans s’arrêter. Faisant preuve d’une incroyable délicatesse, le groupe nous joue la carte de la tendresse, avant de nous bousculer d’un crescendo orgiaque jouissant de la découverte fortuite du Made In Japan de DEEP PURPLE, pour une envolée en solo divine qui abuse d’un orgue aux intonations mutines, avant de reprendre le chemin du petit matin. Beau comme un solo de David Gilmour dédié à l’amour d’un progressif qui tente la ruse Blues, ce morceau est sans conteste l’épiphanie d’un album débordant de richesse, qui se nourrit du feeling passé pour nous emporter dans un présent magnifié.

Et si « Get Some » renoue avec la lourdeur sensuelle, « Plenty Of Nothing » rentre en conflit avec son titre, et nous laisse sur un ultime feu d’artifices de guitares southern, histoire de terminer le concert dans le bayou, pour voir si les alligators se cachent toujours sous les cailloux. Les cailloux, les STONES, le ZEP, une allégresse, de l’investissement dans l’adresse, pour un album sidérant de souplesse, saluant au passage les héros d’antan pour un signe de main aussi respectueux qu’équivalent. Une allégeance à l’authenticité, une foi sans bornes en l’humanité, pour une musique aussi simple que riche, et aussi intelligente qu’humble au bord du précipice. Celui qui nous sépare des générations précédentes, dont le regard est toujours aussi troublant. THE WEIGHT, ou comment se montrer poids lourd dès son entrée en matière, pour accorder hier aux attentes d’aujourd’hui. Et les combler évidemment, de riffs suintants, de pulsions rythmiques pesantes, et de déchirures vocales envoûtantes.


Titres de l'album:

  1. Hard Way
  2. Trouble
  3. Inside
  4. Rich Man's Pride
  5. A Good Thing
  6. Money Ain't for Keeping
  7. Hammer, Cross & Nail
  8. Jam
  9. Get Some
  10. Plenty Of Nothing

Site officiel


par mortne2001 le 17/01/2018 à 14:11
95 %    672

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Sekkusu

Satyromania

Soren Andersen

Guilty Pleasures

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Excellente nouvelle


Arrêtez, merde, je me prends un sale coup de vieux à cause de vous ! ^^


Il était meilleur dans VIO-LENCE, c'est clair...


Achat obligatoire !! Même si je l'ai en vinyle d'époque, hé, hé...


AH AH AH !!!
Superbe vanne de quarantenaires effectivement...


Buck Dancer + 1.


J'ai jamais aimé, ni même en encadrer Machine Head et j'ai pourtant essayé. En plus Robb Flynn me paraît insupportable sur scène.... Mais 3h30 de concert et ça sur quasiment toute les tournées c'est RESPECT.


Merci pour la piqûre de rappel sur la sortie de ce nouvel album, dont j'étais passé à côté. A l'écoute du titre sorti il y a quelques semaines, Chritus manquait, mais le côté un peu plus direct du morceau n'était pas fait pour me déplaire. J'espère, en tout cas, un aussi bon album que le(...)