Horned Is The Hunger

Excöriator

31/08/2017

Autoproduction

Encore un groupe mystérieux sorti de presque nulle part, qui ne souhaite d’ailleurs pas que nous en sachions plus. C’est à peine s’ils daignent nous donner quelques infos pour nous rencarder, à commencer par révéler que leur pseudos sont destinés à conserver leur anonymat, puisque, selon leurs dires, ils ne sont plus tout jeunes, et ont des familles…et qu’ils souhaitent rester respectables d’une façon ou d’une autre. Soit, gardons donc le silence sur toutes ces choses que nous ne savons pas, et contentons-nous des infos passant à la portée de notre compréhension. Les EXCÖRIATOR viennent donc de deux parties distinctes de la planète, de Suède et des Etats-Unis en l’occurrence, ne jouent jamais live, et ne laissent jamais apparaître leur vrai visage online, puisque les outils numériques n’en sont pour eux que de promotion. C’est un choix somme toute assez raisonnable, mais qui ne les a nullement empêché de composer et enregistrer deux albums complets jusqu’à présent. Faster, Harder, Louder en 2015, The Moaning of Life en 2016, pour une émergence en 2014, tout ça en dit long sur leur créativité, qu’ils espèrent bien ancrée dans la tradition d’un Thrash de la Bay, Area bien sûr, dont ils célèbrent l’importance au gré de rythmiques franches et de riffs ne l’étant pas moins, et sans chercher à aller plus loin.

Ils l’affirment, ils ne sont pas là pour bousculer l’ordre des choses, mais pour perpétuer une certaine tradition, du haut de leur background qu’on imagine assez chargé, et d’une carrière qu’on se plait à penser accomplie. Alors, deux LP, plus ce troisième cette année, louons le ciel de leur avoir permis de continuer, puisque ce Horned Is The Hunger se place dans une bonne moyenne de Thrash old-school, de celui qui envahit nos conduits avec une régularité métronomique…

Quatuor (Mon Nume – chant, NecroBeastFace – guitares, ShakeFace Wunjo – basse et Adrian MettleSam – batterie), aux rôles bien répartis (Mon Nume et NecroBeastFace composent, Adrian MettleSam écrit, et MettleSam enregistre et produit), EXCÖRIATOR propose donc un Thrash délicatement désuet dans l’inspiration, mais puissant dans l’expiration, et reste concis dans l’interprétation. Inutile de jouer au petit jeu du recensement des références et influences, je vous laisse vous plonger dans ce puzzle pour le reconstituer, mais avouons que les américano-suédois tirent admirablement bien leur épingle du jeu, quoique leur musique se fasse parfois trop linéaire pour vraiment renouveller l’air.

Reconnaissons-leur une crudité de ton assez admirable, et une conviction durable. Si le tempo usité est pratiquement toujours calé sur le même nombre de BPM, ça ne les empêche guère de moduler comme ils le peuvent pour nous servir quelques brulots Heavy, et d’autres, plus légers et délicatement mélodisés, se rapprochant d’un Speed teigneux à la HEATHEN des jours heureux (« A Rough & Rugged Road »). Une propension à la concentration donc, qui n’occulte pas un désir patent de proposer des choses moins obstinées. Et si l’humour et le second degré constituent une solide part de leur univers thrashisé, leur musique reste solide, crue, grave, suffisamment en tout cas pour capturer l’attention des fans les moins anglophones. Il est en effet assez difficile de résister à des pavés comme « Horned Is The Hunger », qui d’une rythmique vraiment routinière dresse le tableau d’une nostalgie guerrière qui ne laisse personne à l’arrière. Son ample et profond, aux graves qui rebondissent sur une distorsion raisonnable, et chant monocorde glaçant le tout de ses intonations détachées, le cahier des charges est respecté, même si on aurait souhaité un peu moins de timidité pour briser des codes déjà bien trop appliqués.

Mais ne nous montrons pas trop exigeants, et saluons quand même cette initiative virtuelle (le groupe ne se rencontre jamais autrement qu’en ligne, et échange ses idées par réseau interposé), qui nous permet d’apprécier de sacrée calottes Heavy/Thrash qui auraient pu à la grande époque sonner plus authentique que toc (« Open up & Say, Autopsy ! », encore une bonne dose d’humour à recoudre), et qui nous rappellent la bestialité et la sauvagerie des VENOM, BULLDOZER, AT WAR, et autres chantres de la simplicité instrumentale. On peut aussi penser à une certaine frange de la vague allemande en vogue à cette époque, même si la production est bien trop contemporaine et gonflée pour nous faire complétement adhérer à cette idée (« Student Bodies, Count ! », sorte de slasher pour les oreilles qui les taille en biseau). Mais il est certain qu’une succession de pistes qui se calent sur la même ligne de tempo, ajouté à des lignes de chant très monocordes qui ne modulent qu’en de rares occasion confèrent une linéarité de ton à Horned Is The Hunger qui pourra sembler un peu trop uniforme pour les esthètes de la variation. Au bout du troisième morceau, on se prend à penser que le groupe aurait quand même pu faire un effort pour insuffler un peu d’audace à des morceaux qui misent tout sur l’agressivité…

Mais en occultant cette possibilité, il n’en reste pas moins que certaines chansons tentent quand même une approche encore plus poussée, en bradant le Thrash pour se concentrer sur un Heavy vraiment épais et malmené (« Melting Pot Stokers »), ou au contraire en appuyant un peu plus sur la véhémence, pour se frotter à des saccades incisives et des breaks décisifs (« Already Dead », et son subtil parfum DESTRUCTION qui nous ramène à la raison et à la maison).

Pas de chef d’œuvre, encore moins d’avant-garde à espérer, EXCÖRIATOR reste sur les siennes, et gagnerait à se lâcher un peu plus pour espérer un jour imposer son laïus. En attendant ce jour, admettons des musiciens tout à fait capables, qui pour le moment restent trop raisonnables pour pouvoir susciter chez nous des réactions d’enthousiasme fou.


Titres de l'album:

  1. Open up & Say, Autopsy
  2. Student Bodies, Count!
  3. Inner Demons
  4. Melting Pot Stokers
  5. A Rough & Rugged Road
  6. Horned is the Hunger
  7. Already Dead

Facebook officiel


par mortne2001 le 18/09/2017 à 14:26
70 %    512

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
otagrosse

C'est de la merde

14/04/2021, 10:56

Emile Louis

Il va crever comme une merde!

14/04/2021, 10:54

metalrunner

Un putain de batteur doublé d un mec sympa et dispo go Tom

14/04/2021, 08:24

KaneIsBack

Aïe, ce n'est clairement pas un bonne nouvelle...   Mais bon, il va se battre, donc croisons les doigts !

14/04/2021, 08:13

RBD

Alors ça ! Je suis très peu consommateur de Black et moins encore quand c'est expérimental, mais par contre grand lecteur de Dan Simmons dont le cycle "Hyperion" est probablement l'oeuvre la plus culte. Il faut être ambitieux pour s'attaquer &ag(...)

13/04/2021, 21:37

totoro

Un peu de mal à entendre le côté dope et décadence dans la musique du groupe, même si je trouve le disque particulièrement emballant et entraînant ! Ca me rappelle un peu le groupe norvégien Red Harvest ! Merci pour la découverte ! En pl(...)

13/04/2021, 13:30

RBD

Cela rappelle les heures grises de l'"Enfant sauvage", en effet. Après deux bons premiers extraits, c'est pas si grave. Nous verrons bientôt ce que vaudra l'oeuvre complète.

13/04/2021, 11:47

Deathcotheque

Pas de sortie physique ? C'est vraiment dommage. Je ne pourrai pas les soutenir sur ce coup là !

13/04/2021, 11:24

Buck Dancer

Après une écoute, un peu moins convaincu aussi par ce morceau que les précédents, mais c'est le genre de chanson qui peu se révèler avec le temps.... ou pas. 

12/04/2021, 22:31

Moski

Hmmmmmmmmmmmmmmmmm mouais... Pas convaincu par ce titre. Je trouve les paroles un peu bateau, sur un tapis de triolets... Mouais... 

12/04/2021, 20:45

Deathcotheque

Guillaume a chanté dans Mnemic (sera encore le chanteur quand ils se reformeront ?), groupe dont le style n'est pas si éloigné que ça de Fear Factory. "Passenger", le 1° album qu'il a enregistré avec eux a été produit et enr(...)

12/04/2021, 20:27

Deathcotheque

Guillaume a chanté dans Mnemic (sera encore le chanteur quand ils se reformeront ?), groupe dont le style n'est pas si éloigné que ça de Fear Factory. "Passenger", le 1° album qu'il a enregistré avec eux a été produit et enr(...)

12/04/2021, 20:27

Humungus

"Et Fear Factory a joué le 17 décembre 2004 en 1° partie de Fear Factory à l'Elysée Montmartre"Et après on s'étonne que le pauv' Burton n'ait plus de voix durant les shows...(sic)

12/04/2021, 20:25

Deathcotheque

Guillaume a chanté dans Mnemic (sera encore le chanteur quand ils se reformeront ?), groupe dont le style n'est pas si éloigné que ça de Fear Factory. "Passenger", le 1° album qu'il a enregistré avec eux a été produit et enr(...)

12/04/2021, 18:42

Jus de cadavre

Je plussoie ! C'est excellent oui ! 

12/04/2021, 18:09

RBD

Pour préciser : il me semble très difficile d'empêcher l'utilisation des vocaux déjà enregistrés si Burton a effectivement signifié son départ après. Sur les suggestions, Guillaume Bideau pourrait êtr(...)

12/04/2021, 17:41

Florian coquerelle

ouais. Steeve. Petit. Nouveau chanteur. De fear. Factory. Ce. Serait. Bien. Non?

12/04/2021, 15:07

RBD

Essayé sur la foi d'une description qui s'est révélée parfaitement exacte. Cela faisait un petit moment que je n'avais pas croisé un jeune groupe mettant les solos de guitare autant en avant. L'allusion à Demolition Hammer est parlante(...)

12/04/2021, 13:42

LeMoustre

No les influences. Seule la voix, peu naturelle et monocorde, me gêne. 

12/04/2021, 12:40

Orphan

"sont" <- putain mes propres yeux saignent

12/04/2021, 10:10