Encore un groupe mystérieux sorti de presque nulle part, qui ne souhaite d’ailleurs pas que nous en sachions plus. C’est à peine s’ils daignent nous donner quelques infos pour nous rencarder, à commencer par révéler que leur pseudos sont destinés à conserver leur anonymat, puisque, selon leurs dires, ils ne sont plus tout jeunes, et ont des familles…et qu’ils souhaitent rester respectables d’une façon ou d’une autre. Soit, gardons donc le silence sur toutes ces choses que nous ne savons pas, et contentons-nous des infos passant à la portée de notre compréhension. Les EXCÖRIATOR viennent donc de deux parties distinctes de la planète, de Suède et des Etats-Unis en l’occurrence, ne jouent jamais live, et ne laissent jamais apparaître leur vrai visage online, puisque les outils numériques n’en sont pour eux que de promotion. C’est un choix somme toute assez raisonnable, mais qui ne les a nullement empêché de composer et enregistrer deux albums complets jusqu’à présent. Faster, Harder, Louder en 2015, The Moaning of Life en 2016, pour une émergence en 2014, tout ça en dit long sur leur créativité, qu’ils espèrent bien ancrée dans la tradition d’un Thrash de la Bay, Area bien sûr, dont ils célèbrent l’importance au gré de rythmiques franches et de riffs ne l’étant pas moins, et sans chercher à aller plus loin.

Ils l’affirment, ils ne sont pas là pour bousculer l’ordre des choses, mais pour perpétuer une certaine tradition, du haut de leur background qu’on imagine assez chargé, et d’une carrière qu’on se plait à penser accomplie. Alors, deux LP, plus ce troisième cette année, louons le ciel de leur avoir permis de continuer, puisque ce Horned Is The Hunger se place dans une bonne moyenne de Thrash old-school, de celui qui envahit nos conduits avec une régularité métronomique…

Quatuor (Mon Nume – chant, NecroBeastFace – guitares, ShakeFace Wunjo – basse et Adrian MettleSam – batterie), aux rôles bien répartis (Mon Nume et NecroBeastFace composent, Adrian MettleSam écrit, et MettleSam enregistre et produit), EXCÖRIATOR propose donc un Thrash délicatement désuet dans l’inspiration, mais puissant dans l’expiration, et reste concis dans l’interprétation. Inutile de jouer au petit jeu du recensement des références et influences, je vous laisse vous plonger dans ce puzzle pour le reconstituer, mais avouons que les américano-suédois tirent admirablement bien leur épingle du jeu, quoique leur musique se fasse parfois trop linéaire pour vraiment renouveller l’air.

Reconnaissons-leur une crudité de ton assez admirable, et une conviction durable. Si le tempo usité est pratiquement toujours calé sur le même nombre de BPM, ça ne les empêche guère de moduler comme ils le peuvent pour nous servir quelques brulots Heavy, et d’autres, plus légers et délicatement mélodisés, se rapprochant d’un Speed teigneux à la HEATHEN des jours heureux (« A Rough & Rugged Road »). Une propension à la concentration donc, qui n’occulte pas un désir patent de proposer des choses moins obstinées. Et si l’humour et le second degré constituent une solide part de leur univers thrashisé, leur musique reste solide, crue, grave, suffisamment en tout cas pour capturer l’attention des fans les moins anglophones. Il est en effet assez difficile de résister à des pavés comme « Horned Is The Hunger », qui d’une rythmique vraiment routinière dresse le tableau d’une nostalgie guerrière qui ne laisse personne à l’arrière. Son ample et profond, aux graves qui rebondissent sur une distorsion raisonnable, et chant monocorde glaçant le tout de ses intonations détachées, le cahier des charges est respecté, même si on aurait souhaité un peu moins de timidité pour briser des codes déjà bien trop appliqués.

Mais ne nous montrons pas trop exigeants, et saluons quand même cette initiative virtuelle (le groupe ne se rencontre jamais autrement qu’en ligne, et échange ses idées par réseau interposé), qui nous permet d’apprécier de sacrée calottes Heavy/Thrash qui auraient pu à la grande époque sonner plus authentique que toc (« Open up & Say, Autopsy ! », encore une bonne dose d’humour à recoudre), et qui nous rappellent la bestialité et la sauvagerie des VENOM, BULLDOZER, AT WAR, et autres chantres de la simplicité instrumentale. On peut aussi penser à une certaine frange de la vague allemande en vogue à cette époque, même si la production est bien trop contemporaine et gonflée pour nous faire complétement adhérer à cette idée (« Student Bodies, Count ! », sorte de slasher pour les oreilles qui les taille en biseau). Mais il est certain qu’une succession de pistes qui se calent sur la même ligne de tempo, ajouté à des lignes de chant très monocordes qui ne modulent qu’en de rares occasion confèrent une linéarité de ton à Horned Is The Hunger qui pourra sembler un peu trop uniforme pour les esthètes de la variation. Au bout du troisième morceau, on se prend à penser que le groupe aurait quand même pu faire un effort pour insuffler un peu d’audace à des morceaux qui misent tout sur l’agressivité…

Mais en occultant cette possibilité, il n’en reste pas moins que certaines chansons tentent quand même une approche encore plus poussée, en bradant le Thrash pour se concentrer sur un Heavy vraiment épais et malmené (« Melting Pot Stokers »), ou au contraire en appuyant un peu plus sur la véhémence, pour se frotter à des saccades incisives et des breaks décisifs (« Already Dead », et son subtil parfum DESTRUCTION qui nous ramène à la raison et à la maison).

Pas de chef d’œuvre, encore moins d’avant-garde à espérer, EXCÖRIATOR reste sur les siennes, et gagnerait à se lâcher un peu plus pour espérer un jour imposer son laïus. En attendant ce jour, admettons des musiciens tout à fait capables, qui pour le moment restent trop raisonnables pour pouvoir susciter chez nous des réactions d’enthousiasme fou.


Titres de l'album:

  1. Open up & Say, Autopsy
  2. Student Bodies, Count!
  3. Inner Demons
  4. Melting Pot Stokers
  5. A Rough & Rugged Road
  6. Horned is the Hunger
  7. Already Dead

Facebook officiel


par mortne2001 le 18/09/2017 à 14:26
70 %    239

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.


autant pour moi, avec mozilla c'est nettement mieux


Moi j'ai pu voir Carcass.


Ca fonctionne pas pour tous leur livestream, j'ai pu mater ultra vomit, dropkick et kvelertak, mais là ça bugg pour pestilence ou carcass. En tous cas pour ultra vomit c'est géant, superbe concert


Entombed AD = Entombed Alex Down ?


Scandaleux ! Je ne comptais pas aller les voir, mais j'imagine la déception des fans.
Et Sabaton en remplacement, la blague...
Bref, Gojira juste énorme hier soir.


Bon c'est vrai que le MANOWAR bashing est facile mais il est tellement tentant, étant donné les dernières années ridicules de ce groupe, ils ne récoltent que ce qu'ils ont semé, même si pour le Hellfest, il s'avèrerait qu'ils n'ont pas tous les tords.
Et pour moi SHINING est également(...)