Encore un groupe mystérieux sorti de presque nulle part, qui ne souhaite d’ailleurs pas que nous en sachions plus. C’est à peine s’ils daignent nous donner quelques infos pour nous rencarder, à commencer par révéler que leur pseudos sont destinés à conserver leur anonymat, puisque, selon leurs dires, ils ne sont plus tout jeunes, et ont des familles…et qu’ils souhaitent rester respectables d’une façon ou d’une autre. Soit, gardons donc le silence sur toutes ces choses que nous ne savons pas, et contentons-nous des infos passant à la portée de notre compréhension. Les EXCÖRIATOR viennent donc de deux parties distinctes de la planète, de Suède et des Etats-Unis en l’occurrence, ne jouent jamais live, et ne laissent jamais apparaître leur vrai visage online, puisque les outils numériques n’en sont pour eux que de promotion. C’est un choix somme toute assez raisonnable, mais qui ne les a nullement empêché de composer et enregistrer deux albums complets jusqu’à présent. Faster, Harder, Louder en 2015, The Moaning of Life en 2016, pour une émergence en 2014, tout ça en dit long sur leur créativité, qu’ils espèrent bien ancrée dans la tradition d’un Thrash de la Bay, Area bien sûr, dont ils célèbrent l’importance au gré de rythmiques franches et de riffs ne l’étant pas moins, et sans chercher à aller plus loin.

Ils l’affirment, ils ne sont pas là pour bousculer l’ordre des choses, mais pour perpétuer une certaine tradition, du haut de leur background qu’on imagine assez chargé, et d’une carrière qu’on se plait à penser accomplie. Alors, deux LP, plus ce troisième cette année, louons le ciel de leur avoir permis de continuer, puisque ce Horned Is The Hunger se place dans une bonne moyenne de Thrash old-school, de celui qui envahit nos conduits avec une régularité métronomique…

Quatuor (Mon Nume – chant, NecroBeastFace – guitares, ShakeFace Wunjo – basse et Adrian MettleSam – batterie), aux rôles bien répartis (Mon Nume et NecroBeastFace composent, Adrian MettleSam écrit, et MettleSam enregistre et produit), EXCÖRIATOR propose donc un Thrash délicatement désuet dans l’inspiration, mais puissant dans l’expiration, et reste concis dans l’interprétation. Inutile de jouer au petit jeu du recensement des références et influences, je vous laisse vous plonger dans ce puzzle pour le reconstituer, mais avouons que les américano-suédois tirent admirablement bien leur épingle du jeu, quoique leur musique se fasse parfois trop linéaire pour vraiment renouveller l’air.

Reconnaissons-leur une crudité de ton assez admirable, et une conviction durable. Si le tempo usité est pratiquement toujours calé sur le même nombre de BPM, ça ne les empêche guère de moduler comme ils le peuvent pour nous servir quelques brulots Heavy, et d’autres, plus légers et délicatement mélodisés, se rapprochant d’un Speed teigneux à la HEATHEN des jours heureux (« A Rough & Rugged Road »). Une propension à la concentration donc, qui n’occulte pas un désir patent de proposer des choses moins obstinées. Et si l’humour et le second degré constituent une solide part de leur univers thrashisé, leur musique reste solide, crue, grave, suffisamment en tout cas pour capturer l’attention des fans les moins anglophones. Il est en effet assez difficile de résister à des pavés comme « Horned Is The Hunger », qui d’une rythmique vraiment routinière dresse le tableau d’une nostalgie guerrière qui ne laisse personne à l’arrière. Son ample et profond, aux graves qui rebondissent sur une distorsion raisonnable, et chant monocorde glaçant le tout de ses intonations détachées, le cahier des charges est respecté, même si on aurait souhaité un peu moins de timidité pour briser des codes déjà bien trop appliqués.

Mais ne nous montrons pas trop exigeants, et saluons quand même cette initiative virtuelle (le groupe ne se rencontre jamais autrement qu’en ligne, et échange ses idées par réseau interposé), qui nous permet d’apprécier de sacrée calottes Heavy/Thrash qui auraient pu à la grande époque sonner plus authentique que toc (« Open up & Say, Autopsy ! », encore une bonne dose d’humour à recoudre), et qui nous rappellent la bestialité et la sauvagerie des VENOM, BULLDOZER, AT WAR, et autres chantres de la simplicité instrumentale. On peut aussi penser à une certaine frange de la vague allemande en vogue à cette époque, même si la production est bien trop contemporaine et gonflée pour nous faire complétement adhérer à cette idée (« Student Bodies, Count ! », sorte de slasher pour les oreilles qui les taille en biseau). Mais il est certain qu’une succession de pistes qui se calent sur la même ligne de tempo, ajouté à des lignes de chant très monocordes qui ne modulent qu’en de rares occasion confèrent une linéarité de ton à Horned Is The Hunger qui pourra sembler un peu trop uniforme pour les esthètes de la variation. Au bout du troisième morceau, on se prend à penser que le groupe aurait quand même pu faire un effort pour insuffler un peu d’audace à des morceaux qui misent tout sur l’agressivité…

Mais en occultant cette possibilité, il n’en reste pas moins que certaines chansons tentent quand même une approche encore plus poussée, en bradant le Thrash pour se concentrer sur un Heavy vraiment épais et malmené (« Melting Pot Stokers »), ou au contraire en appuyant un peu plus sur la véhémence, pour se frotter à des saccades incisives et des breaks décisifs (« Already Dead », et son subtil parfum DESTRUCTION qui nous ramène à la raison et à la maison).

Pas de chef d’œuvre, encore moins d’avant-garde à espérer, EXCÖRIATOR reste sur les siennes, et gagnerait à se lâcher un peu plus pour espérer un jour imposer son laïus. En attendant ce jour, admettons des musiciens tout à fait capables, qui pour le moment restent trop raisonnables pour pouvoir susciter chez nous des réactions d’enthousiasme fou.


Titres de l'album:

  1. Open up & Say, Autopsy
  2. Student Bodies, Count!
  3. Inner Demons
  4. Melting Pot Stokers
  5. A Rough & Rugged Road
  6. Horned is the Hunger
  7. Already Dead

Facebook officiel


par mortne2001 le 18/09/2017 à 14:26
70 %    195

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Cold Colours

Northernmost

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

+ Kryzees + Manigance

22/03 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !


J'avais prévenu hein : "Je vais faire mon chiant".


C'est génial! Merci pour cet itw ! ;-)


Bien sympa ce truc. Même les interludes acoustiques sont convaincants.

Au passage si je peux me permettre une petite critique, je pense que certaines chroniques gagneraient à être écrites plus simplement.
Pour illustrer mon propos deux petites définitions trouvées sur le Lar(...)


Bô ça va, y'a pire comme groupe "pas trve" ;-)


Putain !
Un groupe connu interviewé par METAL NEWS...
Bravo les gars.
... ... ...
Bon, je vais faire mon chiant : C'est juste dommage que vous débutiez votre success story par AMON AMARTH quoi... ... ...


Nan c'est de la merde quant même. C'est surement devenu culte pour tout ce qui entoure le groupe et le disque, mais clairement c'est de la merde. Album chiant, mou du genou et niveau violence et malsain on a fait mieux avant et après que cette daube.


Va falloir que je lui donne une deuxième chance mais cet album m'a jusque là laissé de marbre...


Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/


Meshiakk a jeté l'éponge, remplacé par Chronosphere sur la tournée mais pas sur la date de Paris, ni en suivant. Dommage, c'était un choix plus cohérent. Du coup, pas de groupe local avant Flotsam n'est annoncé. Quelqu'un sait-il si le premier show démarre juste à l'ouverture des portes, pr(...)