Vice World

Turbokill

25/10/2019

Steamhammer Spv

Allemagne, Heavy Metal. Avec ça, j’ai tout dit, évoqué des centaines d’images sonores, de souvenirs, tous plus ou moins heureux. Ça revient finalement à associer des mots comme Nouvelle-Zélande et rugby, France et bouffe ou Suisse et horlogerie, c’est une évidence, un gage de qualité, un sceau de savoir-faire. Osons-le dire clairement, nos amis allemands sont les maîtres en la matière, et les seuls à pouvoir concurrencer les anglais sur ce terrain miné, et cette tradition est toujours d’actualité en 2019 alors même que ce pays n’a plus rien à prouver depuis longtemps en la matière. Mais on le sait aussi, le Metal germain pâtit parfois du manque de discernement de ses créateurs, qui n’hésitent jamais à sombrer dans les affres du populisme le plus outrancier, à grand renfort de chœurs de stade et de refrains à boire. Alors, pour lutter contre ce travers, j’ai la solution idéale, en l’occurrence un premier album, celui des TURBOKILL. Avec leur nom à mi-chemin entre Turbo de JUDAS PRIEST et Pleasure to Kill de KREATOR (pure spéculation personnelle qui ne fait pas foi ni loi), ces originaires d’Annaberg-Buchholz nous donnent inconsciemment (et certainement involontairement) des indices quant à leur style de prédilection. Car les TURBOKILL sont bien plus qu’un simple groupe de Metal lambda, ce que leur signature sur le très estimé label Steamhammer semble prouver. Non qu’ils s’adonnent aux joies du crossover ou de la fusion, mais autant dire que leur musique est bien plus riche d’un simple succédané de Metal Heart ou Gates to Purgatory. Ils citent d’ailleurs une somme d’influences assez intéressante, mentionnant JUDAS PRIEST, ACCEPT, RUNNING WILD, IRON MAIDEN, QUEENSRYCHE, X JAPAN, LOUDNESS, RIOT, LUNAR SHADOW, ou Yngwie MALMSTEEN, ce qui a le mérite de bien baliser le terrain qu’ils couvrent, mais pour être honnête, je me permettrai de recentrer les débats pour qu’ils soient plus clairs pour vous, histoire d’appréhender ce Vice World avec le maximum de précisions.

Si certains aspects de ce premier LP semblent confirmer l’allégeance au Heavy Metal pratiqué par les anglais du PRIEST et les germains d’ACCEPT, il y a aussi d’autres tendances à aller chercher du côté de la Finlande de STRATOVARIUS, mais aussi nationalement en se souvenant du HELLOWEEN des années Keeper of The Seven Keys. Du Heavy donc, mais qui tire méchamment sur le Power, avec les rythmes idoines, le chant aigu qui pousse les notes, les riffs plombés mais racés, et la production énorme qui enrobe le tout dans une virilité incontestable. Et si des traces du PRIEST sont à débusquer, il faut les rechercher dans l’héritage laissé par le monstrueux Painkiller plus que vers celui de British Steel, ce qui en dit plus long qu’il n’y parait sur la puissance de l’objet en question. Inutile de dire aussi que quelques nuances rappellent les américains de RIOT, ceux de Thundersteel, mais aussi CRIMSON GLORY, avec cette petite touche de QUEENSRYCHE que le LIZZY BORDEN essayait de traduire dans un vocable IRON MAIDEN. Il n’est pas non plus incongru de penser que Vice World penche aussi du côté Thrash light où il va tomber, avec ces fortes réminiscences de TOXIK, mais heureusement, le sens de la musicalité de ce quintet (Stephan Dietrich - chant, Ronny Schuster - guitare/chœurs, Daniel Kanzler - guitare/chœurs, Marco "Fox" Grünwald - basse et Philipp "Nafta" Dießl - batterie) l’empêche de verser dans la violence débridée, tout en maintenant une pression constante sur l’auditeur. C’est donc plus à un excellent album de Power Metal auquel nous avons affaire, ce que la tonitruante entame de « Vice World » prouve dès sa première accélération. Et au cas où vos doutes auraient du mal à se dissiper, « War Thunder » maintient la cadence à un tempo élevé, pour évoquer les souvenirs de « I’m Alive », « Freedom » ou « Thundersteel », le tout avec une intelligence mélodique assez fine, nous épargnant les atermoiements harmoniques les plus niais. Du costaud sensible ? Oui, et une vision old-school assez fascinante, même si le groupe parvient à en éviter les tics les plus irritants et les emprunts les plus marqués.

Disons-le tout net, il n’y a pas grand-chose à jeter ici. Que l’ambiance soit volontairement plombée ou consciemment aérée, tout fonctionne, malgré un formalisme de riffs incontestable. Et là réside donc le plus gros du talent de ces musiciens, capables de chiper à droite à gauche, mais dans un champ d’inspiration suffisamment vaste pour qu’on ne repère pas la supercherie, qui n’existe d’ailleurs pas. Faites en l’expérience, et tentez de résister au groove incroyable de « Pulse Of The Swarm », qui parvient à combiner le lyrisme des premiers QUEENSRYCHE avec les réflexes southern de PANTERA, le tout sans pomper l’un ou l’autre. Et contrairement à bien des albums du cru, Vice World bénéficie toujours d’une idée accrocheuse pour éviter la redite, qu’elle consiste à jouer avec les limites entre Hard et Heavy (« Global Monkey Show », méchante attaque du consumérisme moderne, à la manière du « Buy or Die » de SCANNER), ou avec celle séparant la politesse Heavy de la rudesse Thrash (« Turbokill », l’hymne de l’album, sans conteste possible, et le genre de truc qui rend complètement fou en concert). Beaucoup de solidité donc, de lucidité dans la variété, et un LP qui passe donc très vite malgré sa durée homologuée, et qui réserve toujours des surprises, comme le riff ultra redondant à la MORTAL SIN de « Kill The Lie » sur fond d’envolées dramatiques de Stephan Dietrich. Le chanteur au timbre versatile et étendu assure donc la liaison entre deux guitares qui restent solides et inventives, et une section rythmique plus qu’efficace. Quelques arrangements épars pour lier la sauce, des breaks très mélodiques, des instants d’accalmie bienvenus (« Don't Deal With The Devil », qui rappelle METAL CHURCH sur ses premières mesures avant de dégénérer en pur Heavy saccadé à la MAIDEN), et des titres plus volontiers posés, mais pas moins créatifs pour autant (« Track N' Spy », les téléphones portables, c’est le mal), et le bilan est clair, définitif et sans appel, ce premier album de TURBOKILL est définitivement turbo, et kill à mort.

Pas facile pourtant de mélanger QUEENSRYCHE, STRATOVARIUS, ACCEPT, JUDAS PRIEST et HELLOWEEN sans passer pour de vilains faiseurs, et c’est pourtant la gageure que le groupe a brillamment relevée. La (très bonne) surprise du mois, et un groupe à suivre de très, très près. Mais pas trop, parce que ça peut gicler.  

 

Titres de l’album :

01. The Grand Delusion

02. Vice World

03. War Thunder

04. Pulse Of The Swarm

05. Global Monkey Show

06. Sail With Pirates

07. Turbokill

08. Kill The Lie

09. Don't Deal With The Devil

10. Track N' Spy

11. End Of Days

 12. Fortress Of The Universe

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 29/01/2020 à 17:58
85 %    581

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
RBD

Aaargh ! Quand est-ce que nous pourrons à nouveau recevoir des groupes venus de l'autre côté de l'Atlantique ? Il faudra encore quelques mois j'en ai peur.

20/10/2021, 12:39

Humungus

AAAAAAAAAAAAHHH !!! !!! !!!Cela fait plaisir d'avoir ce genre de commentaires pour ce groupe extraordinaire digne de faire parti des références pionnières et ultimes en Doom Trad' que sont SAINT VITUS, TROUBLE, PENTAGRAM et CANDLEMASS.Bones, tape toi t(...)

20/10/2021, 08:34

Oliv

Y'aura t'il des concerts métal  en 2022 en Europe ?? 

20/10/2021, 08:01

Bones

Sans vos commentaires enthousiastes j'avoue que je n'aurais pas spontanément cliqué sur "play".Pfouah ! Mais quel son et quelle efficacité !!! C'est vraiment très très bon !Franchement je serai attentif aux chroniques de ce(...)

19/10/2021, 22:28

Pomah

Ah ouais je plussoie je plussoie... Ce riff marteau. Sur que ca te reste dans la caboche.

19/10/2021, 20:16

Simony

N'est-ce pas ?

19/10/2021, 11:27

Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!Incontestablement une des news de l'année ça !!!Achat sans écoute !!!

19/10/2021, 09:28

Wildben

Entre cette triste nouvelle et le décès du bassiste de Bukowski, ça a vraiment été une journée de merde pour notre scène au sens large.

19/10/2021, 07:07

Moshimosher

J'apprends la nouvelle ici-même... Quel gâchis ! RIP...

18/10/2021, 23:37

Bones

Elle apparaît sur The Principle Of Evil Made Flesh. Je l'ignorais.  Bien triste fin, quoi qu'il en soit. :-(

18/10/2021, 23:08

sofs

Des loups dans les chiottes. Très fin comme nom de groupe...La musique est à l'avenant: bien chiasseuse.

18/10/2021, 21:19

Humungus

Bah merde !!!J'étais loin d'imaginer que quelqu'un comme ça faisait parti des victimes...(Oui, je sais, c'est une phrase à la con mais c'est tellement vrai)J'écoute du HAGALAZ' RUNEDANCE depuis la fin des 90s et s(...)

18/10/2021, 20:27

RBD

Ses multiples projets ne s'adressaient pas beaucoup à moi mais ce n'était pas une inconnue. Quand j'ai vu ça hier soir, je suis resté incrédule un petit moment.

18/10/2021, 18:47

Jus de cadavre

Pareil, le choc. L'album Frigga's Web a énormément tourné chez moi. Quelle tristesse.

18/10/2021, 18:45

Pomah

Épisode trop court, y'a encore tellement de chose à dire sur ce groupe fabuleux. 

18/10/2021, 16:47

Raumsog

A sa décharge il produit des oeuvres assez différentes (tout en restant un bon disciple de Beksinski quand même) mais les groupes ne semblent vouloir de lui qu'une seule chose : un gros bonhomme de 300 mètres de haut avec une serviette sur la tête (et des tou(...)

18/10/2021, 16:46

Pomah

Elle aura bercé pas mal de mes nuits d'automne, notamment avec Volven. C'est quand même con de mourir comme çà. RIP

18/10/2021, 16:41

Simony

Je ne sais pas si c'est lui mais cela ressemble étrangement à celle de Mirror Reaper de BELL WITCH ou celle de Walk Beyond the Dark de ABIGAIL WILLIAMS, de même du dernier NECROGOD et effectivement ça commence à se voir...

18/10/2021, 15:09

KRONEMBOURG

Remarque, mourir assassiné c'est très BLACK METAL ! non je plaisante, quel manque de bol.... RIP

18/10/2021, 13:44

Satan

Une des plus tristes nouvellles de l'année assurément...

18/10/2021, 12:16