Je vous ai déjà dit que j’étais adepte du tape-trading dans les nineties ? Non, pas ce procédé qui consiste à s’échanger des démos audio de par le monde avec des passionnés, celui qui consiste à s’échanger des films en VHS de par le monde avec des passionnés. La nuance est de taille, puisque l’époque est à la dématérialisation, et qu’aujourd’hui, les flims se regardent avec des fans de cyclimse sur l’écran d’un ordinateur, ou dans le meilleur des cas sur un joli bluray à l’image immaculée. Sauf que les images immaculées s’accordent très mal des débordements fauchés de séries B dont l’objectif est de couper des têtes, de montrer des nichons, et de dissimuler un script écrit avec les pieds derrière le paravent du mauvais goût. Mais ça, les VHS n’en sont pas dupes, et continuent de prôner des valeurs anciennes, à base de bandes fatiguées, de soirées du samedi passées vautré dans un canapé avec des bières et des pelloches bien pourraves. Mais je connais bien les lascars, puisque 2019 je suis toujours au rendez-vous de leurs plans foireux, depuis le séminal mais vaginal Screaming Mad Gore, en passant par la case roublarde de The New Batch l’année dernière. Et c’est sans attendre plus qu’un an que les canadiens nous en reviennent sans hache ni tronçonneuse, mais avec quelques histoires de jolies baigneuses girondes dévorées par des créatures des grands-fonds. Ainsi, le rigolard We're Gonna Need Some Bigger Riffs incarne donc ce fameux tournant du troisième album, tournant dont le trio (Andy - batterie, Jimmy - basse et Mike - chant/guitare) n’a absolument rien à foutre, puisqu’il poursuit sa carrière comme un vieux requin en plastique ses victimes dans un nanar italien des années 80. Mais on peut se la jouer dilettante dans le fond et très appliqué dans les faits, et si ce nouvel effort se focalise sur le grand large, les trois lascars ne comptent pas imiter Achab et pister la baleine pendant des heures, ni le chef Brody et flotter sur un mat pour tirer dans la tête d’un grand blanc.

Leur unique but ? Jouer du Death/Grind sur fond d’histoires un peu cheap, mais d’une façon toujours aussi efficace et sincère. Distribué digitalement par les esthètes de l’abomination de Horror Pain Gore Death Productions et physiquement par Rotten Roll Rex, We're Gonna Need Some Bigger Riffs est un foutage de gueule en bonne et due forme, et ce pour une simple raison. Les VHS n’ont pas besoin de plus gros riffs, puisqu’ils les ont déjà, et leur sens de l’humour potache à toute épreuve aura raison des vôtres, se vautrant dans la luxure d’un extrême paillard mais pointilleux, avec toujours en exergue ces plans qui font mouche, et ces couches de vocaux qui sentent bon les hurlements poussés dudit canapé. Mais les trois salopiauds, en sus de se marrer comme des veaux, n’en ont pas perdu leur art consommé pour trousser des hymnes au plaisir pas solitaire et coupable, et se jouent du monolithisme d’un style qui d’ordinaire ne supporte pas les variations, pour nous offrir sur un plateau de snacks quatorze nouveaux morceaux jouissifs et différents. Ils se répandent même parfois en jouissance incroyablement catchy, titillant le souvenir de B.O bien grasses mais médiums dans les sévices (« Death and Carnage Coming in Waves », qui bénéficie d’un petit coucou de Matt Harvey d’EXHUMED venu leur prêter main forte), ce qui laisse éclater la triste vérité à la face d’un monde médusé : oui, les VHS savent jouer, et composer, et ne sont pas que de simples barbares que les excès font marrer à condition qu’ils soient les plus graveleux possibles.

Bêtes non, méchants mais plus pour rire, les trois originaires de Thunder Bay continuent donc leur fulgurant parcours de Comic Death/Grind, et nous amusent à détourner les codes du Crust, du Heavy, pour mieux corser leurs interventions qui en sus, bénéficient d’un excellent son. Difficile en effet de ne pas craquer pour les assauts multiples de « Zombie Vs. Shark », qui rappelle le meilleur du Death/Grind le plus imperfectible, avec ses nombreux breaks, à cent miles au nord d’un simple exutoire pour crétins en manque de sexe et de violence. Pourtant, violent, cet album l’est, immanquablement, mais violent dans le bon sens, et intelligible, plus technique qu’il n’y parait (mention spéciale encore une fois à l’axe basse/batterie, hallucinant de précision analogique). Morceaux oscillant entre la grosse pièce de viande sortant de la gueule d’un requin et attaque éclair au petit matin, riffs qui s’accumulent et s’empilent comme des victimes au fond de l’océan, voix graveleuses et vicieuses, modulations, changements de cap et intensité de saison (« Voracious and Violent »), pour des accalmies passagères qui ne laissent rien augurer de bon (« Rooting for the Villain », avec en cadeau Trevor Strnad de THE BLACK DAHLIA MURDER pour rendre le tout plus lourd et crado), et de soudaines bourrasques qui mettent le frêle esquif sur le flanc (« Savage Streets », admirable d’être aussi catchy et bourrin en même temps…). En vingt-huit minutes les VHS font preuve de plus de créativité et de maturité que bon nombre de leurs collègues encore coincés au stade anal de La Mort au Large, et nous offrent le soundtrack indispensable pour apprécier Jaws comme des adolescents dégénérés. Sorte de mélange entre M.O.D et DEATHBOUND, ce We're Gonna Need Some Bigger Riffs incarne l’apogée de la brutalité bon enfant et s’articule autour de blagues Death instantanées (« Bringer of Death »), et lourdeur adulte compressée (« From the Murky Depths », qui pue les marais de la Louisiane), pour se poser en ultra brutalité souple mais densifiée, ne lasse jamais, et donne envie d’aller se baigner à minuit alors qu’un vilain requin n’attend que ça pour calmer sa faim.

Et pour mieux persuader ceux qui seraient encore dubitatifs (les inconscients…), le trio termine sur une dernière tranche de barbaque bien épaisse, qui résume leur philosophie (« Marine Monstrosity »), et nous laissent hagard, engoncé dans notre vieux canapé, nous demandant encore comment cette blonde en bikini peut être aussi conne. Que ça fait plaisir de retrouver des vieux potes pour une soirée télé, à essayer de dénicher le nanar le plus foutraque du vidéoclub imaginaire. Allez avouez-le, ça vous manque aussi non ? Alors les VHS sont les amis dont vous avez besoin pour retrouver ce bonheur innocent tout en foutant un peu le boucan.     

   

Titres de l’album :

                       1. Full Scream Ahead (Intro)

                       2. Zombie Vs. Shark

                       3. Let’s Get Gruesome

                       4. Voracious and Violent

                       5. Rooting for the Villain (Ft. Trevor Strnad)

                       6. An Old Lady and Her Crocodile

                       7. Oozing, Bubbling Black Mass

                       8. Death and Carnage Coming in Waves (Ft. Matt Harvey)

                       9. Savage Streets

                       10. Face Full of Worms

                       11. Bringer of Death

                       12. From the Murky Depths

                       13. Cruise Ship Carnage

                       14. Marine Monstrosity

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 13/10/2019 à 14:59
78 %    164

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Asphodèle

Jours Pâles

Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Je ne voudrais pas vous faire peur mais le festival ne se déroule pas sur 3 jours mais su 4, à savoir du 18 au 21 !
Et le timing n'est pas encore dispo, on sait juste qui jouera quel jour.

https://www.graspop.be/nl/line-up/schedule/vrijdag/


+1.


Enorme la pochette. Et l'album sans être une tuerie, s'écoute ma fois sans sourcilier...


JTDP +1.
Tu m'as d'ailleurs devancé de quelques minutes car tu as posté pendant que j'écrivais justement ceci :
Limite surprenant que l'on déblatère autant de la presse papier spécialisée sur la toile non ?
Preuve que cette dernière a encore tout son sens je trouve.
P(...)


Dernière phrase pleine de bon sens, mon cher. C'est quand tu vois les mags étrangers que tu comprends mieux les écarts.


"Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses"

Ah ben, je crois même que la grande majorité ne se payent pas du tout...

Pour Rock Hard et la "Metaltèque Idéale", si je ne me trompe pas, c'est surtout une opération com(...)


Clair que les 2 points faibles de Metallian sont la compétence des chroniqueurs et les questions aux ITW, faites par mail à 90%. Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses. Pour les kros, c'est pourtant pas compliqué en quelques lignes (d'aille(...)


@JTDP, +1 concernant Metallian et son aspect fanzine.

C'est clair que certaines interviews sont mal branlées et que celles du ou des groupe(s) en tête d'affiche ne sont pas plus volumineuses que d'autres.

Ce qui me dérange le plus, ce sont les chroniques d'albums.
(...)


Dans l'éternel débat des mag' papiers encore existant, de mon côté, New Noise et Rock Hard sont le haut du panier.
New Noise pour leur éclectisme qui fait vraiment du bien (j'ai, par exemple, découvert BRUTUS grâce à eux, une de mes plus belle rencontre musicale et mon meilleur concer(...)


Perso je trouve les premieres années de Rock Hard vraiment excellente, apres le magazine n'a plus innové.


J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.