Il paraît que l’avaleur n’atteint pas l’ombre des armées. Ou alors que la valeur n’attend pas le nombre des années, ce qui est peu ou prou la même chose. Sauf que parfois, c’est l’inverse qui se produit, et ce sont les années qui patientent pour juger de la qualité d’une œuvre. Principe qui semble s’appliquer dans le cas des TYRANT DISCIPLE, qui ont quand même dû patienter quatorze ans pour voir leurs efforts couronnés de succès. Formé en 2004, ce combo du nord a laissé couler le temps du sablier pour enfin pouvoir proposer ses vues sur un longue durée, alors même que leur première démo accuse le coup de douze ans d’existence. Imputez ce délai à de sempiternels problèmes de line-up et d’investissement de musiciens pas vraiment impliqués comme il aurait fallu, ou à toute autre justification, ça ne changera rien au problème, et c’est certainement avec joie que ces truands de violence nous bousculent aujourd’hui de leur Thrash à tendance Death - ou l’inverse - qui ne fait montre d’aucune pitié ou complaisance, mais de beaucoup, voire énormément de puissance. Fondé donc en 2004 du côté de Kauhajoki, les TYRANT DISCIPLE ont commencé leur carrière par une démo éponyme que j’ai déjà citée, puis en ont lâchée une autre, en 2008, Fields Of Suffering. S’ensuivit un hiatus d’une bonne décade avant que le quatuor ne puisse enfin s’exprimer dans un contexte moins réduit, et aujourd’hui, ce terrifiant et implacable Weight Of Oblivion nous harcèle de ses rythmiques concassées et de ses riffs aiguisés. Concentré de brutalité intelligente, ce premier LP se paie le luxe d’être l’un des plus efficaces et vicieux du moment, sans se départir d’affinités mélodiques assez prononcées, lui conférant une aura en dualité parfaitement délicieuse.

Ainsi, Sami Risku (chant/guitare), Kari Lehtinen (guitare), Stefan Laine (basse) et Jussi Samppala (batterie) se reposent sur un principe simple d’agression/défense pour nous rappeler au bon souvenir d’un Thrash de transformation, qui commençait alors à intégrer des éléments Death pour amplifier sa puissance de fond. Nous retrouvons donc sur les dix morceaux de ce premier jet les rythmiques puissantes du Thrash des mid eighties, les riffs de la même époque, épaissis d’une moiteur Death du tournant des nineties, pour un pèlerinage nostalgique sur les terres de violence d’autrefois, foulées aujourd’hui. Si le groupe cite volontiers quelques références pour baliser le champ de mines (SLAYER, METALLICA, MEGADETH, ANTHRAX, TESTAMENT, KREATOR, DEATH, SEPULTURA, DEATHCHAIN, SOTAJUMALA), la pertinence de leur parrainage n’est pas forcément évidente, et d’autres noms sautent aux oreilles, pour un melting-pot infernal. Un gros soupçon de WARBRINGER pour la démence passagère, un passage en revue du legs des SOILWORK et autres AT THE GATES pour la patine nordique, mais aussi une petite touche de nos NO RETURN et MASSACRA nationaux, et le compte de débauche est bon. Ou presque. Car les finlandais, en bons nordiques qu’ils sont, ne se contentent pas d’écraser les tympans pour en faire couler du cérumen mélangé au sang, et font parfois preuve de plus de malice pour nous faire souffrir de plaisir, via quelques mid-tempi placés judicieusement sur le parcours (« Blood Countess », cette pauvre comtesse Báthory doit en avoir marre qu’on dérange son fantôme sanguinaire pour lui rendre hommage).

Vous l’aurez compris, au-delà de la percussion dantesque qu’il incarne, Weight Of Oblivion tient tout autant du bloc de béton jeté sur la gueule du haut d’un toit, que d’une séance de torture-porn bon enfant dans une vieille cave moisie. Mais pas d’inquiétude à avoir, si la méchanceté musicale est votre personal bonafide, ce premier LP aura de quoi faire carburer votre enthousiasme des kilomètres durant. Carburant au super boosté de TNT, ce train qui risque de dérailler à tout moment tient bien sa trajectoire, et nous décoiffe de ses tonitruances, et ose la symphonie en riffs graves majeurs, pour tenir le haut du pavé de la vague extrême actuelle. Bourrin mais musical, ce cri primal est une ode à l’ultraviolence, métissant son agression d’une touche cosmopolite, acceptant les cultures mondiales pour en proposer un carnet de bord juste et définitif. On sent en filigrane quelques touches des bordels allemands et leur luxure Thrash jusque boutiste (« Peace of Violence », PROTECTOR et KREATOR repris par les WARFECT, sans complaisance, mais avec aisance), les bourrasques US qui arrachent les tuiles pour vous les envoyer dans la gueule (« The Great Dead One », l’un des plus ouvertement bruyants du lot), le radicalisme d’un classicisme qui permet encore d’y croire à mort (« Waste », sorte de GRIP INC. passé à la moulinette AT THE GATES et son refrain hurlé à plein poumons embrumés), et de petites choses plus syncopées et personnelles qui cavalent bon train, mais restent collées à la selle (« Cancer », mélodies et vilénie, un mariage béni).

Spirale ascendante/descendante, Weight Of Oblivion est d’un effet bœuf qui se serait libéré de son joug pour foncer dans les champs et tout renverser sur son passage. Difficile d’oublier l’impact de ces dix morceaux qui outre une cohésion globale, osent quand même légèrement varier le propos pour ne pas sombrer dans la redondance routinière. Evidemment, les idées semblent recyclées, mais il est toujours difficile d’innover en terrain Thrash/Death sans justement s’en éloigner. Ici, c’est du pur jus, de quoi remplir les intestins de sang pour faire du bon boudin, à une cadence évidemment infernale, mais qui garde son savoir-faire artisanal. Entre des guitares qui virevoltent et un chant qui décalotte (« Eternal Burn », le plus parfait équilibre entre les deux composantes depuis au moins…), des percées en blasts qui dynamisent encore plus la folie ambiante (« Bringer of Rain », avec ça, pas besoin d’incantations sioux pour faire pleuvoir le sang), et un final qui résume l’entreprise tout en la nuançant de quelques ambiances plus lourdes que la moyenne (« Funeral Veil »), l’ensemble fait office d’exutoire pour le public, mais aussi pour le groupe, qui a tout donné pour rattraper les années et se rassurer quant à la pertinence de son existence. Plus d’une décennie à ronger son frein donne sans doute des envies de meurtre, tout du moins d’en découdre, et ce premier album est l’éjaculation tant attendue après des années de frustration. A musical facial pour esthètes de la pornographie brutale, qui ne perd pas de temps à vous caresser dans le sens du poil pour vous les arracher, mais qui une fois de temps en temps, tente le coup de la tendresse pour sombrer immédiatement dans la rudesse. Weight Of Oblivion est donc un album à écouter avec un paquet de mouchoirs à portée de main, pour ne pas oublier que la musique brutale, parfois, est juste destinée à nous soulager d’une violence en désir réprimé.

Mais alors, attention. Parce que du coup, ils en foutent vraiment partout.

      

Titres de l'album :

                          1.The Great Dead One

                          2.Waste

                          3.Weight of Oblivion

                          4.Cancer

                          5.Blood Countess

                          6.Peace of Violence

                          7.Long Lives the King

                          8.Eternal Burn

                          9.Bringer of Rain

                         10.Funeral Veil

Facebook officiel

Bandcamp officiel 


par mortne2001 le 23/09/2018 à 17:30
80 %    144

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Parad1gm

Parad1gm

Laceration

Remnants

Dragon's Daughters

Tits on Fire

Ad Patres

A Brief Introduction to Human Experiments

Suzi Quatro

No Control

Beast In Black

From Hell With Love

Manowar

The Final Battle 1 (E.P)

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Crippled Black Phoenix I Villingen-Schwenningen

Simony / 16/04/2019
Cold Wave

EVERGREY - Le Gibus - Paris

Kamel / 15/04/2019
Evergrey

LA CAVE : une sélection d'albums Metal Extreme #1

Jus de cadavre / 02/04/2019
Metal Extrême

Concerts à 7 jours

+ Sortilège

19/04 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Bah c'est une pochette de Prog quoi...


Cette pochette est comment dire ... ... ...


C'est une histoire de dingue là... Je comprend pas trop le but de ce genre d'arnaque en fait... C'est pas en vendant 3 albums de groupes totalement underground qu'on fait du fric bordel !?


Une plus grande exposition à l'internationale tout simplement. Si ça marche, l'aspect financier suivra mais ce ne sera qu'une conséquence indirecte. La médiatisation prime avant tout. Pour ce qui est de leur revendication comme tu dis, si tu regardes les commentaires de cette new sur leur facebo(...)


Sans compter le fait que les mecs de Metal Bastard Enterprises (Oliver et ralf Schaffelhuber) sont ceux qui ont fait le célèbre label rip off Turbo records/Turbo Music ! mais aussi Braincrusher records, Metal age, sont aussi ceux qui ont fait un label qui sortait des groupes de RAC néo nazi nom(...)


Oui Goughy, ce sont clairement des classiques, c'est indiscutable.
Loin de moi l'idée de descendre les albums qui ont précédé ce Russian.
Je voulais dire que les journalistes avaient un peu eu tendance à les faire passer pour les "seuls" classiques des allemands. Et c'est vrai qu'Ac(...)


Je suis bien content que quelqu'un aie pu y aller. Je suis encore vert que la date dans le Midi ait été annulée deux jours avant, je la guettais depuis des mois, réservation et tout... C'est la deuxième fois que je rate Soft Kill notamment sur annulation.


Quelque chose m'échappe totalement dans la démarche : ils ont toujours revendiqué d'être "à part" et là ils signent sur un label impersonnel. Il va falloir qu'ils m'expliquent ce qui a pu les motiver à quitter un label aussi pointu que Prophecy, hormis de basses considérations financières.


Je n'ai jamais vraiment écouté Accept, à part Balls... et encore, (je ne sais même pas vraiment pourquoi en fait... c'est pas ma génération on va dire...), mais vos coms de passionnés donne envie de s'y pencher un peu plus sérieusement.


Eh ben merci à Metalnews et à toi Monsterman, vous relancez un débat que j'ai avec moi même et quelques amis sur la place de cet album dans la discographie d'Accept (avec Udo hein, restons sérieux).
Pour l'instant il est derrière le quatuor indiscutable (j'ajoute "Breaker" aux trio que t(...)


En me relisant, je me suis mal exprimé : je voulais dire que j'ai fait écouter cet album il y a 4 ou 5 ans à un vieux fan de Heavy qui était totalement passé à côté... eh bien il avait pris SA CLAQUE ! Voilà le souvenir qui revient. :-)
un album qui a sacrément bien vieilli !


Sans doute le meilleur Accept. Le plus mur, le mieux produit...
des textes monstrueux et bien plus affutés que chez la concurrence (lisez attentivement ceux de "Heaven is hell" ou "TV War")...
cet album est un must à écouter à fort volume ! Tuerie de prod !!
Souvenir d'un pote (...)


Jamais accroché à ce groupe... Et ce n'est pas leurs dernières productions qui ont pu me faire changer d'avis. Néanmoins, très chouette live-report ! Bienvenue Kamel ! :-)


Groupe vu sur la tournée d'In Search of Truth, depuis je trouve que le groupe tourne en rond se reposant trop sur la voix exceptionnelle de son chanteur. Mais en live si je peux les revoir... j'hésiterais pas une seconde.
Bienvenue à Kamel !


Bienvenue à Kamel dans l'équipe!


Je pense que ça vient du fait que le groupe "travail" (ils sont payés quoi) et que c'est donc un visa particulier qu'il faut et non un simple visa touristique. En fait si j'ai bien compris il n'y a pas eu de refus de visa mais un retard (c'est très long les délais apparemment) et du coup le grou(...)


Pourquoi ?


Quel dommage pour Gorod.

Pour une fois, j'aimerais bien savoir ce qui motive un refus de visa. Est ce que c'est parceque c'est lié à un visa de tourisme vs un visa de travail ?

ça me fait beaucoup penser au problèmes de visa qui ont fait que Morbid Angel ont du annuler (...)


Tiens, tiens... Turbo music était déjà salement réputé à l'époque. Rip-off d'un jour, rip-off toujours...


de plus en plus naïf et limite ridicule le pauvre DT...