Il paraît que l’avaleur n’atteint pas l’ombre des armées. Ou alors que la valeur n’attend pas le nombre des années, ce qui est peu ou prou la même chose. Sauf que parfois, c’est l’inverse qui se produit, et ce sont les années qui patientent pour juger de la qualité d’une œuvre. Principe qui semble s’appliquer dans le cas des TYRANT DISCIPLE, qui ont quand même dû patienter quatorze ans pour voir leurs efforts couronnés de succès. Formé en 2004, ce combo du nord a laissé couler le temps du sablier pour enfin pouvoir proposer ses vues sur un longue durée, alors même que leur première démo accuse le coup de douze ans d’existence. Imputez ce délai à de sempiternels problèmes de line-up et d’investissement de musiciens pas vraiment impliqués comme il aurait fallu, ou à toute autre justification, ça ne changera rien au problème, et c’est certainement avec joie que ces truands de violence nous bousculent aujourd’hui de leur Thrash à tendance Death - ou l’inverse - qui ne fait montre d’aucune pitié ou complaisance, mais de beaucoup, voire énormément de puissance. Fondé donc en 2004 du côté de Kauhajoki, les TYRANT DISCIPLE ont commencé leur carrière par une démo éponyme que j’ai déjà citée, puis en ont lâchée une autre, en 2008, Fields Of Suffering. S’ensuivit un hiatus d’une bonne décade avant que le quatuor ne puisse enfin s’exprimer dans un contexte moins réduit, et aujourd’hui, ce terrifiant et implacable Weight Of Oblivion nous harcèle de ses rythmiques concassées et de ses riffs aiguisés. Concentré de brutalité intelligente, ce premier LP se paie le luxe d’être l’un des plus efficaces et vicieux du moment, sans se départir d’affinités mélodiques assez prononcées, lui conférant une aura en dualité parfaitement délicieuse.

Ainsi, Sami Risku (chant/guitare), Kari Lehtinen (guitare), Stefan Laine (basse) et Jussi Samppala (batterie) se reposent sur un principe simple d’agression/défense pour nous rappeler au bon souvenir d’un Thrash de transformation, qui commençait alors à intégrer des éléments Death pour amplifier sa puissance de fond. Nous retrouvons donc sur les dix morceaux de ce premier jet les rythmiques puissantes du Thrash des mid eighties, les riffs de la même époque, épaissis d’une moiteur Death du tournant des nineties, pour un pèlerinage nostalgique sur les terres de violence d’autrefois, foulées aujourd’hui. Si le groupe cite volontiers quelques références pour baliser le champ de mines (SLAYER, METALLICA, MEGADETH, ANTHRAX, TESTAMENT, KREATOR, DEATH, SEPULTURA, DEATHCHAIN, SOTAJUMALA), la pertinence de leur parrainage n’est pas forcément évidente, et d’autres noms sautent aux oreilles, pour un melting-pot infernal. Un gros soupçon de WARBRINGER pour la démence passagère, un passage en revue du legs des SOILWORK et autres AT THE GATES pour la patine nordique, mais aussi une petite touche de nos NO RETURN et MASSACRA nationaux, et le compte de débauche est bon. Ou presque. Car les finlandais, en bons nordiques qu’ils sont, ne se contentent pas d’écraser les tympans pour en faire couler du cérumen mélangé au sang, et font parfois preuve de plus de malice pour nous faire souffrir de plaisir, via quelques mid-tempi placés judicieusement sur le parcours (« Blood Countess », cette pauvre comtesse Báthory doit en avoir marre qu’on dérange son fantôme sanguinaire pour lui rendre hommage).

Vous l’aurez compris, au-delà de la percussion dantesque qu’il incarne, Weight Of Oblivion tient tout autant du bloc de béton jeté sur la gueule du haut d’un toit, que d’une séance de torture-porn bon enfant dans une vieille cave moisie. Mais pas d’inquiétude à avoir, si la méchanceté musicale est votre personal bonafide, ce premier LP aura de quoi faire carburer votre enthousiasme des kilomètres durant. Carburant au super boosté de TNT, ce train qui risque de dérailler à tout moment tient bien sa trajectoire, et nous décoiffe de ses tonitruances, et ose la symphonie en riffs graves majeurs, pour tenir le haut du pavé de la vague extrême actuelle. Bourrin mais musical, ce cri primal est une ode à l’ultraviolence, métissant son agression d’une touche cosmopolite, acceptant les cultures mondiales pour en proposer un carnet de bord juste et définitif. On sent en filigrane quelques touches des bordels allemands et leur luxure Thrash jusque boutiste (« Peace of Violence », PROTECTOR et KREATOR repris par les WARFECT, sans complaisance, mais avec aisance), les bourrasques US qui arrachent les tuiles pour vous les envoyer dans la gueule (« The Great Dead One », l’un des plus ouvertement bruyants du lot), le radicalisme d’un classicisme qui permet encore d’y croire à mort (« Waste », sorte de GRIP INC. passé à la moulinette AT THE GATES et son refrain hurlé à plein poumons embrumés), et de petites choses plus syncopées et personnelles qui cavalent bon train, mais restent collées à la selle (« Cancer », mélodies et vilénie, un mariage béni).

Spirale ascendante/descendante, Weight Of Oblivion est d’un effet bœuf qui se serait libéré de son joug pour foncer dans les champs et tout renverser sur son passage. Difficile d’oublier l’impact de ces dix morceaux qui outre une cohésion globale, osent quand même légèrement varier le propos pour ne pas sombrer dans la redondance routinière. Evidemment, les idées semblent recyclées, mais il est toujours difficile d’innover en terrain Thrash/Death sans justement s’en éloigner. Ici, c’est du pur jus, de quoi remplir les intestins de sang pour faire du bon boudin, à une cadence évidemment infernale, mais qui garde son savoir-faire artisanal. Entre des guitares qui virevoltent et un chant qui décalotte (« Eternal Burn », le plus parfait équilibre entre les deux composantes depuis au moins…), des percées en blasts qui dynamisent encore plus la folie ambiante (« Bringer of Rain », avec ça, pas besoin d’incantations sioux pour faire pleuvoir le sang), et un final qui résume l’entreprise tout en la nuançant de quelques ambiances plus lourdes que la moyenne (« Funeral Veil »), l’ensemble fait office d’exutoire pour le public, mais aussi pour le groupe, qui a tout donné pour rattraper les années et se rassurer quant à la pertinence de son existence. Plus d’une décennie à ronger son frein donne sans doute des envies de meurtre, tout du moins d’en découdre, et ce premier album est l’éjaculation tant attendue après des années de frustration. A musical facial pour esthètes de la pornographie brutale, qui ne perd pas de temps à vous caresser dans le sens du poil pour vous les arracher, mais qui une fois de temps en temps, tente le coup de la tendresse pour sombrer immédiatement dans la rudesse. Weight Of Oblivion est donc un album à écouter avec un paquet de mouchoirs à portée de main, pour ne pas oublier que la musique brutale, parfois, est juste destinée à nous soulager d’une violence en désir réprimé.

Mais alors, attention. Parce que du coup, ils en foutent vraiment partout.

      

Titres de l'album :

                          1.The Great Dead One

                          2.Waste

                          3.Weight of Oblivion

                          4.Cancer

                          5.Blood Countess

                          6.Peace of Violence

                          7.Long Lives the King

                          8.Eternal Burn

                          9.Bringer of Rain

                         10.Funeral Veil

Facebook officiel

Bandcamp officiel 


par mortne2001 le 23/09/2018 à 17:30
80 %    47

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Benighted

Dogs Always Bite Harder Than Their Master

Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Attan

End Of

Whisker Biscuit

Kill For Beer

Morbid Messiah

Demoniac Paroxysm

Daniel Trigger

Right Turn

Black Viper

Hellions Of Fire

Ink

Whispers Of Calliope

Cultural Warfare

Warmageddon

Satan

Cruel Magic

Metallica

...And Justice For All

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Bloodshed Festival - Jour 1

Mold_Putrefaction / 01/10/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

Wyrms + Sargeist + Chaos Invocation

16/10 : Rock'n'eat, Lyon (69)

+ High On Fire + Enslaved

16/10 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

High On Fire + Enslaved

16/10 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Elder + Wo Fat + Sasquatch

18/10 : Le Glazart, Paris (75)

Moonreich + Schammasch

19/10 : Cellier De Clairvaux, Dijon (21)

Photo Stream

Derniers coms

Il sonne bien Suédois ou Néerlandais pour du Death Québécois, ça change.


Et bien rassures-toi RBD, ton report est à peine "moins pénétrant que celui d'un Mortne2001"...
Vraiment...
Bravo donc.


Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....


Les festivals estivaux sont internationaux en termes de fréquentation, et je trouve curieux que tu le découvres juste cette année Jefflonger. Et c'est bien parce que le grand public n'a pas cette "culture métal" que Mr Barbaud a réalisé quelque chose que personne n'avait su faire avant lui en (...)


Tellement content que cet album sorte enfin ! :)


Bonne nouvelle ça !


miam ! ca tartine bien comme il faut on va se regaler lundi !


Record battu donc, cela en est ahurissant, je ne vais pas employer le terme "ridicule" on me traitera de aigri, alors que je m'éclate chaque année ou j'y vais. Tant mieux pour l'orga et ceux qui ont pû se procurer le sésame. Otez moi d'un doute, le France est-elle devenu terre du Metal ? bon c'(...)


J'ai l'impression que Jaime Gomez Arellano à juste trouvé le potard des médiums...


Je me souviens qu'en 2007 les mauvaises langues disaient "ça ne marchera jamais, ce sont des amateurs". Et aujourd'hui on entend (peut-être) ces mêmes mauvaises langues critiquant le fait que ça marche trop bien. Donc j'aimerais juste comprendre quel pourrait être le bon positionnement du HF al(...)


Surprenant, ce titre, j'avais gardé le souvenir d'un premier album beaucoup plus étouffant...


@La fuite de l'enfer : j'espère VRAIMENT que le Fall Of va se relever cette année, ma première visite en 2017 m'a clairement donné envie d'y retourner ! Sinon, bah c'est cool pour le HF, même si le marché noir est déjà en pleine bourre.


C'est vraiment devenu la foire aux jambons.
Clair que cet l'évènement où l'on va désormais s'encanailler même si on ne connait que 3 groupes et demi, et encore... une chanson de chacun de ces groupes. :-)

Mais là où la com du Hellfest dit vrai, c'est qu'il y a plein d'init(...)


Y 'a quand même eu des gros soucis apparemment. Des bots ont pillés la billetterie, y a des dizaines de pass à vendre sur des sites de reventes à plus de 300 euros (au moins...). Sur le FB du Hell, ils ne répondent plus aux (nombreuses) questions / plaintes, etc... pour info ce n'était pas sur(...)


C'est proprement hallucinant !
Pas client d'un festival aussi gros (ma dernière participation date de 2008 et c'était top) mais très heureux pour l'équipe qui se défonce et arrive à maintenir son festival au top !


Le communiqué du Hellfest il y a quelques minutes :

"SOLD OUT !!! Incroyable, pour la 6ème année consécutive le Hellfest se déroulera à guichet fermé ! Encore une fois, vous avez pulvérisé nos prévisions et les 55.000 pass 3 jours classiques se sont tous écoulés en moins de (...)


Réponse : en 2h00 !


Deux heures après déjà plus rien... Le prix a doublé par rapport au début, bien content de ne plus y aller et de garder mes souvenirs "oldschool".