Il paraît que l’avaleur n’atteint pas l’ombre des armées. Ou alors que la valeur n’attend pas le nombre des années, ce qui est peu ou prou la même chose. Sauf que parfois, c’est l’inverse qui se produit, et ce sont les années qui patientent pour juger de la qualité d’une œuvre. Principe qui semble s’appliquer dans le cas des TYRANT DISCIPLE, qui ont quand même dû patienter quatorze ans pour voir leurs efforts couronnés de succès. Formé en 2004, ce combo du nord a laissé couler le temps du sablier pour enfin pouvoir proposer ses vues sur un longue durée, alors même que leur première démo accuse le coup de douze ans d’existence. Imputez ce délai à de sempiternels problèmes de line-up et d’investissement de musiciens pas vraiment impliqués comme il aurait fallu, ou à toute autre justification, ça ne changera rien au problème, et c’est certainement avec joie que ces truands de violence nous bousculent aujourd’hui de leur Thrash à tendance Death - ou l’inverse - qui ne fait montre d’aucune pitié ou complaisance, mais de beaucoup, voire énormément de puissance. Fondé donc en 2004 du côté de Kauhajoki, les TYRANT DISCIPLE ont commencé leur carrière par une démo éponyme que j’ai déjà citée, puis en ont lâchée une autre, en 2008, Fields Of Suffering. S’ensuivit un hiatus d’une bonne décade avant que le quatuor ne puisse enfin s’exprimer dans un contexte moins réduit, et aujourd’hui, ce terrifiant et implacable Weight Of Oblivion nous harcèle de ses rythmiques concassées et de ses riffs aiguisés. Concentré de brutalité intelligente, ce premier LP se paie le luxe d’être l’un des plus efficaces et vicieux du moment, sans se départir d’affinités mélodiques assez prononcées, lui conférant une aura en dualité parfaitement délicieuse.

Ainsi, Sami Risku (chant/guitare), Kari Lehtinen (guitare), Stefan Laine (basse) et Jussi Samppala (batterie) se reposent sur un principe simple d’agression/défense pour nous rappeler au bon souvenir d’un Thrash de transformation, qui commençait alors à intégrer des éléments Death pour amplifier sa puissance de fond. Nous retrouvons donc sur les dix morceaux de ce premier jet les rythmiques puissantes du Thrash des mid eighties, les riffs de la même époque, épaissis d’une moiteur Death du tournant des nineties, pour un pèlerinage nostalgique sur les terres de violence d’autrefois, foulées aujourd’hui. Si le groupe cite volontiers quelques références pour baliser le champ de mines (SLAYER, METALLICA, MEGADETH, ANTHRAX, TESTAMENT, KREATOR, DEATH, SEPULTURA, DEATHCHAIN, SOTAJUMALA), la pertinence de leur parrainage n’est pas forcément évidente, et d’autres noms sautent aux oreilles, pour un melting-pot infernal. Un gros soupçon de WARBRINGER pour la démence passagère, un passage en revue du legs des SOILWORK et autres AT THE GATES pour la patine nordique, mais aussi une petite touche de nos NO RETURN et MASSACRA nationaux, et le compte de débauche est bon. Ou presque. Car les finlandais, en bons nordiques qu’ils sont, ne se contentent pas d’écraser les tympans pour en faire couler du cérumen mélangé au sang, et font parfois preuve de plus de malice pour nous faire souffrir de plaisir, via quelques mid-tempi placés judicieusement sur le parcours (« Blood Countess », cette pauvre comtesse Báthory doit en avoir marre qu’on dérange son fantôme sanguinaire pour lui rendre hommage).

Vous l’aurez compris, au-delà de la percussion dantesque qu’il incarne, Weight Of Oblivion tient tout autant du bloc de béton jeté sur la gueule du haut d’un toit, que d’une séance de torture-porn bon enfant dans une vieille cave moisie. Mais pas d’inquiétude à avoir, si la méchanceté musicale est votre personal bonafide, ce premier LP aura de quoi faire carburer votre enthousiasme des kilomètres durant. Carburant au super boosté de TNT, ce train qui risque de dérailler à tout moment tient bien sa trajectoire, et nous décoiffe de ses tonitruances, et ose la symphonie en riffs graves majeurs, pour tenir le haut du pavé de la vague extrême actuelle. Bourrin mais musical, ce cri primal est une ode à l’ultraviolence, métissant son agression d’une touche cosmopolite, acceptant les cultures mondiales pour en proposer un carnet de bord juste et définitif. On sent en filigrane quelques touches des bordels allemands et leur luxure Thrash jusque boutiste (« Peace of Violence », PROTECTOR et KREATOR repris par les WARFECT, sans complaisance, mais avec aisance), les bourrasques US qui arrachent les tuiles pour vous les envoyer dans la gueule (« The Great Dead One », l’un des plus ouvertement bruyants du lot), le radicalisme d’un classicisme qui permet encore d’y croire à mort (« Waste », sorte de GRIP INC. passé à la moulinette AT THE GATES et son refrain hurlé à plein poumons embrumés), et de petites choses plus syncopées et personnelles qui cavalent bon train, mais restent collées à la selle (« Cancer », mélodies et vilénie, un mariage béni).

Spirale ascendante/descendante, Weight Of Oblivion est d’un effet bœuf qui se serait libéré de son joug pour foncer dans les champs et tout renverser sur son passage. Difficile d’oublier l’impact de ces dix morceaux qui outre une cohésion globale, osent quand même légèrement varier le propos pour ne pas sombrer dans la redondance routinière. Evidemment, les idées semblent recyclées, mais il est toujours difficile d’innover en terrain Thrash/Death sans justement s’en éloigner. Ici, c’est du pur jus, de quoi remplir les intestins de sang pour faire du bon boudin, à une cadence évidemment infernale, mais qui garde son savoir-faire artisanal. Entre des guitares qui virevoltent et un chant qui décalotte (« Eternal Burn », le plus parfait équilibre entre les deux composantes depuis au moins…), des percées en blasts qui dynamisent encore plus la folie ambiante (« Bringer of Rain », avec ça, pas besoin d’incantations sioux pour faire pleuvoir le sang), et un final qui résume l’entreprise tout en la nuançant de quelques ambiances plus lourdes que la moyenne (« Funeral Veil »), l’ensemble fait office d’exutoire pour le public, mais aussi pour le groupe, qui a tout donné pour rattraper les années et se rassurer quant à la pertinence de son existence. Plus d’une décennie à ronger son frein donne sans doute des envies de meurtre, tout du moins d’en découdre, et ce premier album est l’éjaculation tant attendue après des années de frustration. A musical facial pour esthètes de la pornographie brutale, qui ne perd pas de temps à vous caresser dans le sens du poil pour vous les arracher, mais qui une fois de temps en temps, tente le coup de la tendresse pour sombrer immédiatement dans la rudesse. Weight Of Oblivion est donc un album à écouter avec un paquet de mouchoirs à portée de main, pour ne pas oublier que la musique brutale, parfois, est juste destinée à nous soulager d’une violence en désir réprimé.

Mais alors, attention. Parce que du coup, ils en foutent vraiment partout.

      

Titres de l'album :

                          1.The Great Dead One

                          2.Waste

                          3.Weight of Oblivion

                          4.Cancer

                          5.Blood Countess

                          6.Peace of Violence

                          7.Long Lives the King

                          8.Eternal Burn

                          9.Bringer of Rain

                         10.Funeral Veil

Facebook officiel

Bandcamp officiel 


par mortne2001 le 23/09/2018 à 17:30
80 %    174

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Backyard Babies

Silver & Gold

Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019 Part. II

Simony / 26/06/2019
Punk Rock

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Concerts à 7 jours

+ Gorgasm + Cenotaph

03/07 : Quartier Libre, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime beaucoup le premier album mais je suis passé à côté du deuxième. Vu le côté classique mon intérêt dépends aussi beaucoup de l'humeur du moment. Mais Willetts à retrouver un peu de voix j'ai l'impression.


Bof. Bof depuis toujours. La relève de Bolt-Thrower n'est pas assuré sur ce coup-là. Sans grand intérêt ce groupe et surtout une déception car j'en espérais beaucoup.


Le son était aussi radical que leur musique... Le genre de concerts où le circle-pit n'a pas sa place en somme, et où le public se prend juste un mur du son qui le paralyse.


Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.