Attention, pas de méprise. Nous connaissions déjà les SUM 41, mais ces ALL 41-là n’ont rien à voir. Certes, ils sont aussi américains, aiment les mélodies, et certainement le soleil, mais ne jouent pas de Néo-Punk autour d’une piscine et ne font pas non plus de blagues potaches dans les vestiaires.

Il y a donc peu de chances qu’on les retrouve sur la BO d’un teen-movie à la mode, mais il y a fort à parier qu’ils s’intègreront fort bien à la playlist des amateurs de Hard-Rock léché et d’AOR caressé. D’ailleurs, c’est simple, leur premier album pourrait incarner l’archétype du disque parfait dans les deux domaines. Bien équilibré, interprété avec la sagesse de vieux briscards et la fougue de jeunes loups, et concis dans l’approche, puisque l’éventail de nuances est développé dès les quatre premiers morceaux. Difficile de faire plus franc et honnête, mais rien de surprenant de la part d’instrumentistes de ce calibre. Car comme toute sortie des usines Frontiers, World's Best Hope n’a pas été assemblé de pièces disparates par des inconnus sur une vulgaire chaîne de montage…

Serafino Perugino, président du label italien, est connu pour aimer les supergroupes. La plupart du temps, il attend dans son bureau qu’on lui apporte sur un plateau, et parfois, il les forme lui-même, en passant quelques coups de fil.

Mais attention, la bio des ALL 41 se veut très précise et pointilleuse. Le groupe n’a pas été imaginé le cigare à la bouche en Italie, mais bien les instruments en main du côté ricain de l’océan Atlantique.

Et un petit coup d’œil au casting permet de comprendre très vite pourquoi le niveau est si relevé…

Quatuor, ALL 41 s’articule autour de Terry Brock au chant (GIANT, STRANGEWAYS), Robert Berry à la basse (THREE, ALLIANCE), Gary Pihl à la guitare (BOSTON, Sammy HAGAR, ALLIANCE) et Matt Starr au kit (Ace FREHLEY, MR BIG). Quatre fortes personnalités, et quatre musiciens au background en or, pour une association placée sous l’égide d’un Hard-Rock mélodique, mais pas mielleux pour autant. D’ailleurs, Gary Pihl ne tarit pas d’éloge sur le projet dont il fait lui-même partie…

« Tout ça a commencé avec une démo assez brute de quelques très bonnes chansons, mais à chaque fois qu’une nouvelle mouture arrivait avec la participation de chacun, j’étais bluffé ! Nous amenons tous notre bagage de « classe » dans le groupe, et je n’en peux plus d’attendre de pouvoir jouer avec ces mecs ! Robert et moi, nous connaissons depuis un bail, et Terry et Matt sont les meilleurs dans leur domaine ! »

Certes, discours promotionnel oblige, le dithyrambe est de mise. On voit mal un des musiciens mettre à mal son ensemble avant même que l’album soit sorti, mais force est de reconnaître à l’écoute de cet initial World's Best Hope, que les ALL 41 sont effectivement le meilleur espoir sur lequel le Hard-Rock et l’AOR puissent compter ! Et malgré un inévitable classicisme de composition, celles-ci dont vraiment d’un niveau époustouflant, tout en gardant cette approche humaine qui empêche le concept de plonger dans les eaux tourmentés des accouchements de géants de studio robotisés. Mais je vous en prie, la musique vous attend…

Onze morceaux, et quasiment autant de hits. C’est l’effarant constat que l’on peut dresser après quarante-cinq minutes d’écoute, constat déjà patent après une poignée de morceaux qui s’abreuvent à la source même du passé de chacun des musiciens.

Si l’empreinte d’ALLIANCE est terriblement profonde (mais avec deux membres, le contraire eut été étonnant…), les noms de STRANGEWAYS, JOURNEY ou autre TEN et HAREM SCAREM pourraient être cités comme repères, tout comme MAGNUM, SHY, et quelques monstres sacrés de la scène harmonique électrique.

Les fans d’AOR musclé et de Rock peaufiné seront aux anges, tant les mélodies sont pures et chantées de voix d’airain, parfois en duo, souvent en solo, mais toujours avec une foi indéniable en un style simple et direct, qui pourtant sait parfois s’aventurer en terrain plus escarpé, ou dans des plaines plus dégagées.

« After The Rain », met les choses au point dès le départ de son riff typiquement US, que Harry Hess et Pete Lesperance aurait pourtant pu délier de leur Canada natal, riff que l’on retrouve tout aussi dru et pointu sur « Cyanide », qui ajoute quelques claviers discrets au mid tempo pilonné, et qui sonne aussi pro et frais qu’un inédit de DIO joué par les STRANGEWAYS.

Mais pas d’inquiétude, l’ambiance change dès « Down Life’s Pages », qui transpire d’émotion, et qui nous offre la première intro soyeuse de l’album. Piano/clavier subtil et velouté, chant qui ne l’est pas moins, avec son vibrato poignant, et soudaine accélération qui ose une rythmique plus agressive, pour un tube énorme que les BALANCE auraient pu composer pour le KISS de 86/87.

« Mother Don’t Cry » n’hésite pas à plaquer la sensibilité sur le cuir de la virilité Rock, et nous berce de ses harmonies sublimes que les voix entremêlent dans une brise romantique qui contourne la mièvrerie avec beaucoup d’intelligence, et via un solo homérique flamboyant qui allume même les chandelles sur la table. Pourtant, si chaque musicien reste une référence dans son domaine, aucun n’en rajoute ou n’en fait trop, et les morceaux s’en ressentent, préférant offrir des évolutions logiques et naturelles plutôt que des démonstrations stériles et superficielles.

Dès lors, n’importe quel titre saura vous contenter, selon votre sensibilité bien sûr. Les ALL 41 jouent parfaitement le jeu de l’alternance, et font trembler les enceintes, vaciller les murs, mais aussi rassurer les âmes plus fragiles. Le jeu de construction est bâti sur un équilibre stable, proposant de ci de là un solo de wah-wah chaleureux et ludique (« Walk Alone », et son riff en cocottes funky audacieux), une ruée saignante et suintante sur Sunset lorsque le samedi soir chante ses propres louanges (« Never Back Down Again »), un rappel pour mémoire des hits du vendredi, lorsque le Billboard était envahi d’AOR et de Rock anobli (« Who Knows », oui en effet, ça peut encore marcher…), pour un film auditif qui nous ramène à notre jeunesse sans que nous réfutions notre âge…

La production, qui ne souffre pas des travers fréquents des traitements made in Frontiers, reste claire et puissante, sans vous écraser de son emphase, et s’adapte à son contenu, qui visiblement a plus que satisfait chacun des musiciens impliqués, puisque Matt Starr avoue « avoir pris beaucoup de bon temps à enregistrer cet album, qui contient pas mal de sons surprenants »

Et si rien ne l’est vraiment sur World's Best Hope, tout est quand même d’une très grande qualité, et d’une fraicheur que le professionnalisme n’a pas flétrie. Un LP qui se veut aller-retour entre les 80’s et notre époque, pour un passage en revue de tous les atouts d’un style qui n’en finira jamais de nous faire plaisir. Alors, un pour tous, tous pour un ? Oui, mais surtout, ALL 41 et one for the worldand the road !


Titres de l'album:

  1. After The Rain
  2. Cyanide
  3. Down Life's Pages
  4. Mother Don't Cry
  5. Show Me The Way
  6. Walk Alone
  7. Don't Surrender (To Love)
  8. Hero In Your Life
  9. Never Back Down Again
  10. Who Knows
  11. The World's Best Hope

Facebok officiel


par mortne2001 le 30/07/2017 à 14:20
78 %    188

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Exxxekutioner

Death Sentence

Peacemaker

Concrete and Terror

Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Khandra

There is no Division Outside Existence

Riser

Temple of Addiction

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

+ Venenum + Slægt

16/11 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Samavayo + Greenleaf

16/11 : Le Glazart, Paris (75)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

16/11 : Cc John Lennon, Limoges (87)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

Sick Of It All + The Worst Doubt + Lugosi

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Comme LeMoustre, fort agréablement surpris par cet album.


Hé hé hé !
On se croirait au bon vieux temps de VS bon dieu de dieu...
Rien que pour ce merveilleux retour dans le passé, merci Meloman.


Excellent mec, merci !


Depuis le temps que j'entends parler de New noise (et très souvent en bien) va falloir y jeter un coup d'oeil quand même... merci pour les coms !


Pas totalement metal, mais New noise est pour moi le seul bon mag aujourd'hui. De part sa ligne éditoriale ( même si on retrouve toujours un peu les mêmes groupes avec le temps) et dans lequel on retrouve souvent des dossiers ou interviews ( d'anciens de la scène, boss de label...) vraiment int(...)


Impeccable papier qui, avec un avis sur un autre site couplé à l'écoute de cet extrait, a dévié très vite vers une commande sur le site du label.
Au passage, bien vu les différences entre thrash/death et l'inverse. ici, c'est bien du thrash/death, et l'affiliation avec Scott LaTour (In(...)


C'est ça, ou faut aller sur les fanzines qui arrivent à subsister, fait par des fans pour des fans, chacun pourra trouver chaussure à son pied sur les différentes distros disponibles. Snakepit et ses ersatz (dont le Français Metal Titans au passage) dans plein de genres sont là pour ça. A un (...)


Totalement d'accord avec toi LeMoustre pour le coup. La seule chose qui m'intéresse encore dans les magazines c'est les itw pour la raison que tu donnes. Aujourd'hui y a plus vraiment de mag (metal) qui propose de bonnes chroniques... ou du moins des chroniques un peu développées. Parce qu'en 10 (...)


Sur les chroniques, et leurs vérités assénées comme étant la divine parole. ce qui est intéressant en itw avec ce type de mag, c'est qu'ils ont souvent l'artiste en face, ou au tél, alors que les fanzines/webzines c'est plus par mail, empêchant tout rebond intéressant à un propos précéde(...)


Ca c'est la bonne nouvelle du jour. Le dernier triple album était excellent.
A noter que le label finlandais Svart Records va rééditer tous les album de Swallow the sun en vinyl et ça c'est cool ;)


Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.


Je vous rejoins assez tout les deux (notamment pour les truc prog' machin et le côté mainstream) mais avec un bémol tout de même : la chronique de Charlélie Arnaud qui, en plus de nous faire découvrir des pépites méconnus, le fait avec un ton, une plume et une passion qui font plaisir à lir(...)


Oui c'est vrai que je me base sur l'ensemble de leurs parutions et ce qui était vrai à leurs débuts ne l'est plus forcément. De mon côté, je me disais que c'était moi qui avait des goûts peut-être de moins en moins "mainstream" et y trouvais de moins en moins mon compte, mais je vois que je(...)


P'tite erreur dans la news, les gars : Schammasch vient de Suisse et Der Weg einer Freiheit d'Allemagne :-)


Mouais, moyennement d'accord avec la dernière partie de la phrase de Simony, la ligne éditoriale de ce magazine étant clairement orientée prog/mou du genou et délaisse quasiment toute la scène extrême / true / thrash. S'il y a trois chroniques par numéro sur ces scènes, c'est le maximum. Au(...)


Juste monstrueux ce morceau... comme tout l'album en fait !!!


Malheureusement, c'est le genre de une qui fait vendre. Rock Hard a déjà maintes fois expliqué le dilemme auquel ils sont confrontés pour trouver le juste milieu entre coup de cœur et aspect purement mercantile, reste qu'à l'intérieur la mise en avant de certains groupes encore obscurs est to(...)


Metallica qui ressort son dernier album potable en remaster. Et cover. Décidemment la presse n'a pas fini de se prostituer pour sauver ses miches.