Cosmogony

Helloïse

Je m’en souviens comme si c’était hier. J’étais au collège, et nous avions dans notre groupe d’amis un jeune musicien talentueux, dont le grand frère était en quelque sorte une bible musicale. Il connaissait tous les groupes, dénichait les imports, et nous rêvions en écoutant cet ami nous parler de ces disques fabuleux qui tournaient sur la platine chez lui…Malheureusement, l’homme était comme la fourmi, très peu prêteuse, et refusait catégoriquement de fixer sur nos cassettes vierges désespérées des exemples des dits vinyles extraordinaires. En insistant un peu, certains parvenaient à leurs fins, et c’est par ce moyen indirect que je pus enfin me faire les oreilles sur ce groupe dont on parlait tant à l’époque, mais que peu avaient eu la chance d’écouter. Et sans exagérer la légende, sans en rajouter pour gonfler l’anecdote, il ne fallut à HELLOÏSE qu’une minute et trente seconde pour me convaincre du caractère indispensable de sa démarche. Peu à l’époque étaient conscients que le Hard-Rock prenait un virage différent qui allait l’emmener vers les cimes des classements et l’acceptation par le grand public. Les groupes, à de rares exceptions près, étaient encore marginaux, réservés à une bande de sauvages ne comprenant à la musique et capables de supporter un volume de décibels déraisonnable. Et mis à part DEF LEPPARD et son explosif Pyromania, peu avaient déjà tenté l’hybridation entre Metal en fusion hérité de la NWOBHM et Pop plus séduisante. Il faudra attendre 1986 et la sortie de quelques LPs plus fédérateurs, l’avènement mondial de BON JOVI, EUROPE et POISON pour que la plèbe découvre que le Hard-Rock n’était pas que clous, histoires horrifiques et spandex gonflés à l’entrejambes par l’ajout astucieux d’un concombre. Mais HELLOÏSE en 1985 était un nom qui ne voulait pas dire grand-chose aux hordes métalliques, et encore moins à ceux en étant étranger. Mais les initiés, ceux faisant partie du petit cénacle savaient que Cosmogony était un petit chef d’œuvre d’ingéniosité et de séduction à peine déguisée.

HELLOÏSE  fut fondé en 1984 par le batteur Ernst van Ee, qui fut le présentateur vedette de plusieurs émissions sur Free Radio Rotterdam, et le guitariste Ben Blaauw, après leur départ de HIGHWAY CHILE pour divergences d’opinions. Ayant emprunté leur nom à Héloïse, une intellectuelle du Moyen Âge, épouse d'Abailard, dont les lettres restent un des fondements de la littérature française, le groupe se compléta vite de l’arrivée de Stan Verbraak (ex-ZEBRA) et d’Arjan Boogerds et Marchell Remeeus, respectivement guitariste et bassiste (tous deux ex-LEMMING). Un an plus tard, le groupe est le seul représentant Hard-Rock à atteindre la demi-finale du tremplin De Grote Prijs van Nederland, et signe dans la foulée un juteux contrat avec WEA. C’est ainsi que le groupe se retrouve en studio sous la houlette du producteur John Sonneveld (NORMAAL, VENGEANCE, SLEEZE BEEZ, VALENSIA et GOLDEN EARRING) pour enregistrer son premier LP, ce Cosmogony dont tous les amoureux de la mélodie n’ont jamais oublié la rencontre, un beau jour de 1985, ou un peu plus tard…Fondamentalement, et en restant objectif, cet album n’avait rien de révolutionnaire à l’époque. Il ne se voulait pas l’équivalent d’ouverture sur le grand public de la vague FM naissante, ni l’élévation intellectuelle et technique des QUEENSRYCHE ou CRIMSON GLORY. En évoluant dans un créneau assez incertain, il se mettait même à dos les férus de pur Heavy Metal qui ne le trouvaient trop abordable, tandis que les amoureux des harmonies regrettaient le parti-pris un peu trop Heavy. Mais ceux dont l’ouverture d’esprit était assez grande pour accepter que deux morceaux aussi différents que « Cosmogony » et « Run a Mile » cohabitent sur la même face à cinq minutes d’intervalle ont immédiatement adopté ce groupe hollandais étrange et magique qui en quelques minutes était capable de vous évader de votre routine scolaire trop pénible.

Comme je le disais plus en amont, HELLOÏSE n’a eu besoin que de quatre-vingt-dix secondes pour me convaincre qu’il allait devenir l’album d’une vie. Les quatre-vingt-dix premières secondes du morceau « Cosmogony », qui avec une intro, un couplet explosif, et un refrain homérique étaient capables de persuader n’importe quel hard-rockeur qu’il avait affaire à un disque d’exception. Et comme le reste du morceau était taillé dans le même Rock, il était impossible de résister à cette démonstration de savoir-faire euphorique. On pourrait d’ailleurs comparer cette prise de contact avec l’entame historique du « Future World » de PRETTY MAIDS, qui présentent tous les deux ce caractère frondeur et anthémique. Il n’est d’ailleurs pas incongru de voir en Cosmogony un mi-chemin parfait entre PRETTY MAIDS et HEIR APPARENT. L’efficacité Heavy et le sens de la mélodie Pop des premiers, et la sophistication presque progressive des seconds, pour un disque qui ne semblait admettre aucun temps faible. Immédiatement, je fus frappé par l’ampleur du son, qui semblait sortir de haut-parleurs fantômes cachés dans la pièce, inventant le 5.1 avant la lettre.

Les guitares rugissaient, la rythmique tonitruait de ses graves, la basse proéminente mais pas trop gonflait le tout, et le timbre de voix puissant et racé de Stan Verbraak envoyait les chansons vers les cimes d’un Hard-Rock mélodique descendu du paradis, ce que confirmait le hit « Broken Hearts », que les SCORPIONS auraient pu composer en compagnie de RAINBOW. Deux morceaux, la donne était sur la table, deux as, avant que bizarrement pour un album de cet acabit, une ballade ne s’invite en troisième chapitre. Et malgré sa tendresse de surface, « Run a Mile » était tout sauf une cassure romantique dispensable, ses harmonies se répandant délicatement dans nos petits cœurs déjà blessés par des amours fantasmés. Avec l’apport aux claviers de Robert-Jan Stips (SUPERSISTER, GOLDEN EARRING, THE NITS), ce sublime morceau achevait le triptyque magique et lâchait le troisième as sur la table. Des chœurs magnifiques, pour une ambiance cotonneuse propice aux rêveries les plus tendres.

Mais alors que les plus hargneux s’inquiétaient de la tournure des choses, craignant une mièvrerie persistante, le terrible « Die Hard » déboulait sans prévenir comme un mid-tempo diabolique, avec ses six minutes presque progressives. Décidément bien en place, Stan Verbraak dominait de son velouté un rythme échevelé, achevant de valider la comparaison avec le futur PRETTY MAIDS de « Yellow Rain ». Première face impeccable, ne restait plus qu’à retourner le disque pour savoir si le groupe allait maintenir la cadence, mais « Ready for the Night » avait tôt fait de nous rassurer de sa hargne raisonnable, avec encore en exergue une mélodie finaude aiguisée par un riff simple, mais persuasif. « For a Moment » temporisait légèrement AOR, avec ses synthés proéminents, réconciliant JOURNEY avec le Heavy Metal européen d’ACCEPT, avant que « Gates of Heaven » n’accélère le tempo à la manière d’un BALANCE dopé à l’énergie de Californie. Ne supportant pas les plans cliché, ne tolérant pas les baisses de régime, les néerlandais visaient le sans faute, et s’en approchaient dangereusement, lâchant en final le long et hypnotique « Hard Life », au motif plus convenu, mais au rendement vraiment effectif, encore une fois grâce à l’utilisation très intelligente des chœurs et d’arrangements sobres, mais pertinents (ces fameux claquements de doigts en gimmick facile, mais contagieux).

Musiciens brillants évitant la démonstration, chansons travaillées, utilisation incroyable de la mélodie dans un contexte clairement Heavy, tout était fait pour que cet album explose comme la référence qu’il était. Malheureusement, à l’époque, la Hollande n’était pas l’épicentre du Heavy comme l’était sa voisine l’Allemagne, et malgré le soutien d’une major comme WEA, Cosmogony ne connut qu’un succès d’estimeUn an plus tard, Polarity, toujours sur WEA confirma les qualités du groupe, avant qu’il ne disparaisse pendant des années. Il se reforma dans les années 90, lâchant coup sur coup les intéressants A Time & A Place For Everything et Fata Morgana, mais aucun des deux ne parvint à égaler la magie de ce premier album unique. Un album parfait, qui me rappelle à chaque fois ces années collège si heureuses et synonymes de découvertes précieuses que le temps n’a jamais pu effacer de sa cruauté.

          

Titres de l’album :

                       01. Cosmogony

                       02. Broken Hearts

                       03. Run a Mile

                       04. Die Hard

                       05. Ready for the Night

                       06. For a Moment

                       07. Gates of Heaven

                       08. Hard Life

Facebook officiel


par mortne2001 le 09/06/2020 à 15:36
%    559

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Helloïse
@81.207.93.97
24/06/2020, 22:24:48
Many thanks for your wonderful review!

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Bones

Mouais, mais par contre je vais rapidement le réécouter pour voir si mon approche a évolué. C'est vrai qu'il est réputé...  j'ai sans doute raté le coche.

26/01/2021, 13:14

Arioch91

@Humungus : SIC... And Destroy !   Comme disait Coluche : la politique ? C'est quand on est poli et qu'on a(...)

26/01/2021, 10:45

Arioch91

@Humungus : je confirme pour The Rack. Plusieurs fois j'ai essayé mais sans jamais accrocher.Y a des albums comme ça

26/01/2021, 07:56

Humungus

Toujours "intéressant" (SIC !!!) quand la politique s'insère ici... ... ...

26/01/2021, 07:38

Humungus

Ne pas "rentrer" dans "The rack" ?!?!Bizarre étant donné la monstruosité de cet album...Quoi qu'il en soit, je plussoie sur HAIL OF BULLETS !Pis n'oublions pas le merveilleux GRAND SUPREME BLOOD COURT non plus hein !!!(...)

26/01/2021, 07:35

Arioch91

@Bones : merci pour l'idée, vais m'écouter les trois albums de Hail of Bullets, juste histoire de rattraper mon retard concernant le père Van Drunnen.

25/01/2021, 20:12

Bones

Ce dernier Asphyx n'est pas une montagne de nouveautés mais il est super efficace. On sent les vieux briscards qui connaissent parfaitement leur affaire.Etant un gros fan de Van Drunen, je vais décortiquer ses paroles en ne doutant pas que les morceaux vont s'en tro(...)

25/01/2021, 18:39

Jus de cadavre

Ouais, ils frappent fort les anciens avec cet album ! 

25/01/2021, 18:17

LeMoustre

Chez Accuser, en période récente, c'est Demoniac qu'il faut écouter. Plus violent, sorte de Testament sous amphétamines, il est à mon humble avis le meilleur de ce que Thoms  a produite depuis Who Dominates Who. Ah, si, le premeir album est aussi (...)

25/01/2021, 17:03

LeMoustre

Opposer les casseurs qui seraient bons à expédier aux bagnes de Cayenne pour casser des cailloux et les envahisseurs du Capitole n'est pas une bonne idée. L'objectif est pas le même, les casseurs sont souvent des racailles de délinquants multiréc(...)

25/01/2021, 11:47

Stench

Très étrange à dire mais sur le titre "Tree years of famine", j'entends Overkill de "Skullkrusher". Sinon, excellent album, bien sûr !

25/01/2021, 11:46

Arioch91

Je suis fan du timbre vocal de Van Drunnen depuis le Consuming Impulse de Pestilence mais j'avoue n'avoir jamais accroché au The Rack d'Asphyx et ne me suis jamais penché sur les sorties du groupe. Pas plus pour Hail of Bullets (si je me gourre pas).Mais &ccedi(...)

25/01/2021, 11:04

Solo Necrozis

Piñata of Pus, Necro Thicc, Uteronecrotic Descent of the Divine...Haha ces titres de merde, j'en ris comme un con devant mon PC.

25/01/2021, 10:12

Simony

En tout cas, le livestream proposé samedi était une boucherie totale. Avec ou sans public, les mecs se donnent, Martin plaisantent entre les morceaux et v'là comment ça défouraille sévère. Total respect pour ces mecs qui en imposent, vraiment (...)

25/01/2021, 08:17

POMAH

L'ambiance est chaude par ici...

25/01/2021, 08:06

Humungus

J'en suis déjà à ma troisième écoute consécutive...ACHAT OBLIGATOIRE BORDEL !!! !!! !!!PS : Martin je t'aime.

25/01/2021, 04:25

Pozo (bass)

Thanks for the review!I'll put our spotify link if you wanna follow ushttps://open.spotify.com/artist/0QwY3TM6Lvo6Ba8VGC67YL

25/01/2021, 01:07

Chemikill

Parler de la musique serait déjà un gros morceau.

24/01/2021, 22:59

jtdef

Avec Joe Bidon et l'imposteur Harris ils sont mal barrés.

24/01/2021, 21:11

Gargan

J'étais sur la défensive, le hard français des 80s étant pour moi ce que l'ail est à la mauvaise haleine, mais là, effectivement, c'est nase.

24/01/2021, 20:39