A Mass To The Grotesque

The Troops Of Doom

31/05/2024

Alma Mater Records

Alors que les frangins Cavalera revisitent leur propre répertoire dans l’ordre chronologique, alors que le SEPULTURA de Kisser tire sa révérence, le TROOPS OF DOOM de l’ancien comparse Jairo « Tormentor » Guedz continue sur les chapeaux de roues sa jeune carrière, en regardant aussi vers le passé, mais sans nostalgie excessive. Si évidemment ce baptême rappellera bien des souvenirs aux fans de Max & co, il est devenu une autre trademark depuis 2020, l’année de formation de ce quatuor incorruptible et inoxydable.

Deux ans seulement après l’explosion d’Antichrist Reborn, le groupe brésilien revient nous achever les tympans d’un second long, très justement intitulé A Mass To The Grotesque. Une messe qui est tout sauf grotesque, et qui célèbre la bestialité du Thrash/Death lusophone, celui-là même qui s’est inspiré de SODOM, KREATOR, VENOM et HELLHAMMER pour pousser ses premiers cris.

2024, les choses n’ont pas beaucoup changé. Le paysage est toujours aussi désolé et le ton toujours aussi grognon. A peine notera-t-on une perfection dans la brutalité, qui permet aujourd’hui de soigner un hymne de l’ampleur de « Dawn of Mephisto », qui n’aurait certainement pas fait tâche sur le mythique Schizophrenia. Enregistré au studio Audio Porto de Porto Alegre, mixé et masterisé au célébrissime Morrisound Recording, de Tampa, A Mass To The Grotesque est un hommage même pas déguisé aux premières années de l’agression brésilienne, lorsque les groupes répétaient dans des locaux de fortune sur du matériel ne l’étant pas moins. On y retrouve cette sauvagerie non édulcorée, et à peine patinée par une production très vintage, et le parfum de l’écurie Cogumelo vient même nous chatouiller les naseaux.

Toujours accompagnés des trois mêmes comparses (Alexandre Oliveira - batterie, Marcelo Vasco - guitare et Alex Kafer - chant/basse), Jairo T s’en donne à cœur joie, et replonge dans les affres de sa prime jeunesse, les clous, les mines patibulaires, les t-shirts faits main, et les décibels à foison. On sent que le groupe s’est fait plaisir en restant dans cette position d’attention, sans prendre trop de risques, mais sans non plus se reposer sur des réflexes automatiques.

Le répertoire nouveau est donc aussi frais qu’un mois d’août à Rio, et si de temps à autre les influences crèvent les oreilles (« Denied Divinity », encore plus SLAYER qu’un inédit de l’époque Hell Awaits, surtout l’intro), l’ambiance est si caliente qu’on pardonne les emprunts les plus communs. D’ailleurs, en glissant sur le redoutable « The Impostor King », le spectre du SEPULTURA des années fast et pas fastes revient au galop, en fracassant ses chaînes sur le vinyle. On aime cette attitude qui n’est pas dupe, qui capitalise sur un héritage fameux sans non plus le piller sans vergogne, et en le laissant fructifier au son d’une bourse old-school dont certaines valeurs remontent en flèche.

Propre, carré, ce deuxième long est un pur produit de son époque. On sent la sueur, on sent la terreur, mais on imagine sans peine le sourire que le visage de ces musiciens a dû arborer durant l’enregistrement tant le quatuor est en pleine osmose. Aussi traditionnel qu’un vide-quincaillerie de Kerry King, suintant la violence comme un SARCOFAGO les blasphèmes, A Mass To The Grotesque est certes prévisible de la première à la dernière note, mais il n’en est pas moins savoureux.

On croque dans ce Thrash/Death à pleines dents cariées, et la douleur est si douce qu’on en redemande. Une brutalité de saison qui profite d’un mixage ad hoc du Morrisound, église défroquée de tous les malades de la vélocité des années 80/90. Le son est sec, sans rebond, les graves un peu rachitiques, mais c’est justement le but, retrouver cette essence naturelle de violence des années 1984/1987, qui s’exprime à plein régime sur le lapidaire « Faithless Requiem ».

L’option BPM en folie est évidemment prépondérante sur cet album, mais le quatuor sait aussi ralentir le rythme sans sonner moins poisseux et crasseux. Ainsi, la lourdeur de « Psalm 7:8 – God of Bizarre » vous pilonnera bien les roustons comme avait pu le faire Arise, avec ses mélodies vicieuses et son ambiance cloitrée. Tout est là, vous pouvez recompter, et si les cartouchières brillent un peu trop le neuf, l’expérience rattrape le coup. Et sur plus de huit minutes, TROOPS OF DOOM montre toute l’étendue de son savoir-faire, pour accoucher d’un nouveau « Desperate Cry », en plus vilain et déformé et surtout, plus influencé par l’arrière-garde Death Metal que par la relève Thrash encore un peu tendre.

Les brésiliens sont ce qu’ils sont. Ils sont malpolis, mais généreux. Ils sont violents, mais affectueux, et même lorsqu’ils tirent pleine bourre sur « Terror Inheritance » qui n’est rien d’autre qu’un SEPULTURA made in Morbid Visions en plus SLAYER et plus carré, la sensation est si agréable qu’on en pardonne les facilités et autres astuces.

A Mass To The Grotesque est une cérémonie donnée en l’honneur et l’horreur d’une génération de musiciens qui n’avaient rien d’autre que la rage au bide et l’envie d’être encore plus violents que leurs homologues allemands. Ici, le registre est plus précis, les riffs mieux découpés, et la rythmique exacte, mais le fond est identique. Une réelle volonté de faire progresser l’extrême vers ses extrêmes, et devenir des idoles sans l’avoir cherché. C’est ce qu’on ressent en encaissant « The Grotesque », tranche d’ultraviolence, et en se prenant en pleine face le très CELTIC FROST « Venomous Creed ».

TROOPS OF DOOM ouvre la porte des enfers, et vous laisse entrevoir quelques souvenirs d’un passé pas si lointain. Un passé bordélique, un passé sous perfusion, mais un passé légendaire vers lequel on retourne volontiers. Histoire de s’en reprendre une bonne.  

    

      

Titres de l’album :

01. Solve Et Coagula – Introduction

02. Chapels of the Unholy

03. Dawn of Mephisto

04. Denied Divinity

05. The Impostor King

06. Faithless Requiem

07. Psalm 7:8 – God of Bizarre

08. Terror Inheritance

09. The Grotesque

10. Blood upon the Throne

11. Venomous Creed


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 30/05/2024 à 19:25
82 %    102

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


LeMoustre
@89.226.39.212
05/06/2024, 07:13:13

Miam 

Commandé.

Merci pour le papier

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Je pense que DL100 causait du clip...Et là, on peut pas lui donner tort hein... ... ...

19/06/2024, 06:55

Gargan

Plutôt injuste comme commentaire, je m’attendais à qqch de super cheap alors qu’il n’en est rienet musicalement ça se tient (parfois même l’impression d’entendre du Alastis !).

18/06/2024, 22:28

Gargan

La pochette évoque un retour au sources, mais ça ne me fera pas oublier phantoms, qui reste indétrônable.

18/06/2024, 22:20

Kiss the Goat

Un renouveau dans ce qui se fait en français 

18/06/2024, 21:43

DL100

Ah ouais, quand-même... C'est hautement ridicule et pathétique là...

18/06/2024, 12:07

Gargan

Hmmm j'ai tendance à préférer cette version, c'est mal. J'ai le sentiment que c'est plus lisible et pêchu et - heureusement - le son des toms est préservé, le genre de détail qui devait persister. Vont-ils nous refaire le coup po(...)

17/06/2024, 09:04

RBD

C'est une bonne surprise. Kerry n'a eu évidemment aucun mal à bien s'entourer mais ses partenaires ont apporté une pêche supérieure aux derniers Slayer. Ce Thrash à fond est mieux inspiré que celui de "Repentless" sans(...)

16/06/2024, 18:58

Humungus

De ces deux extraits proposés, il ne ressort effectivement pas grand chose...En tous cas, beaucoup moins que sur la réédition de "Morbid visions" qui m'avait bizarrement beaucoup plu l'année dernière.En même temps, et je s(...)

16/06/2024, 08:52

Moshimosher

Franchement, très bonne surprise ! Et vraiment content pour eux qu'ils puissent continuer ! Malgré la vie, la mort continue et c'est bon !!! \m/

15/06/2024, 20:44

Arioch91

L'édition originelle est intouchable, avec un son qui lui est propre et qui l'identifie dès les premières secondes. Sans oublier ce son particulier des toms d'Igor, comme sur le Pleasure to Kill de Kreator.Avec ce réenregistrement, on est loin de (...)

15/06/2024, 19:42

Humungus

Ouais... ... ...Bah à l'écoute de ce titre, cela ressemble comme deux gouttes de foutre à NIFELHEIM hein.Et à du très bon NIFELHEIM qui plus est !De fait, étant über fan de ce groupe, j'attends cette galette avec impati(...)

15/06/2024, 09:11

Moshimosher

Bon, par contre, l'extrait me laisse dubitatif...

15/06/2024, 06:37

Moshimosher

En tant que grand fan, je suis partagé... mais bon, pourquoi pas ! Surtout que j'ai tous les albums d'Edge of Sanity (Until Eternity Ends compris) et une bonne moitié des Nightingale... donc, qui sait... s'ils sont aussi en digital, je pourrais me laisser tenter par c(...)

15/06/2024, 06:33

RBD

Les concerts ne sont qu'une partie de ce petit festival. La dernière fois il y avait des conférences, des "masterclass", un marché aux puces, etc. Ce n'est pas évoqué ici mais je m'attends à retrouver tout cela. La progra(...)

14/06/2024, 11:18

Gargan

Pas un groupe de métal « trad » pour des « états généraux », ça donne vraiment beaucoup d’envie et de crédibilité…

14/06/2024, 07:43

metalrunner

Merci pour la redécouverte Ravage in peace c est trop bon

13/06/2024, 20:13

LeMoustre

Oh la torgnole thrash !Ah oui on sent bien l'influence du Dark Fuckin' Angel période Don Doty a plein nez. Le tempo effréné, les vocalises dans l'esprit. Parfait Achat direct cash de chez cash.J'adore, tout a fait pile poil ma cam(...)

11/06/2024, 20:30

Arioch91

Écouté ce matin en mode découverte tout en bossant, pas l'idéal mais pas le choix.Au premier ressenti, j'ai pensé à un croisement endiablé entre le Darkness Descends de Dark Angel et le Pleasure to Kill de Kreator. On a connu pire (...)

11/06/2024, 12:28

Humungus

"System Shock est un sérieux prétendant au titre d’album Thrash de l’année"Itou mec !!! !!! !!!Pour ma part, je vois plus dans ce superbe album la patte des "Trois Grands Teutons" (KREATOR, DESTRUCTION &(...)

11/06/2024, 11:01

Jus de cadavre

La prod est une fois de plus monstrueuse, bordel il s'est fait attendre celui là !

11/06/2024, 08:49