Disarray

Trivial Difference

22/06/2021

Autoproduction

Hailing from Northern Virginia, the true essence of TRIVIAL DIFFERENCE formed from the inspiration of the Thrash and Death Metal legends of the 1980s and 1990s. With blazing, harsh vocals, heavy and distorted riffs, crunchy bass lines, cruising double kick drums and screaming leads, the band set out with one message: "TRIVIAL DIFFERENCE Fucking Kills!". 

Au moins les choses sont claires, et ces virginiens posent tout à plat pour ne duper personne. Encore une grosse tranche de nostalgie made in underground donc pour cette première chronique matinale, gentiment agressive mais moyennement convaincante. Formé en 2015 en tant que trio, le groupe d’Alexandria a ensuite recruté, changé certaines pièces pour adopter aujourd’hui la forme d’un quintet, bien dans ses baskets et dans son sous-bois comme le prouve ses photos promo. C’est donc avec plaisir que je vous introduis ce matin à ces cinq musiciens (Gannon D'Amato - basse, Ian D'Amato - batterie, les deux seuls membres d’origine, Evan Scott et Michael Leyva - guitares, et Muhammad Khan - chant), à la philosophie plutôt simple, et à la musique directe. Si les influences Death sont assez difficiles à dénicher, le Thrash quant à lui est roi et domine les débats de bout en bout.

Sans vouloir déjà imposer un handicap lourd sur ce sympathique groupe, admettons immédiatement qu’il ne révolutionnera pas le petit monde encombré du vintage assumé. Son Thrash, assez générique et symptomatique des groupes de série B de la fin des années 80/début des années 90 est certes assez performant, mais manque d’ampleur et d’ambition. Il faut dire que le quintet n’est pas aidé par cette production sèche aux graves déficients, bien que la basse trouve sa place dans le déluge de décibels.

Agréable, cette musique se déguste donc sur le pouce, entre deux sorties plus importantes. Mais admettons quand même quelques accointances avec le Thrash made in Bay-Area, et des similitudes avec la référence FORBIDDEN, mais aussi avec l’ANTHRAX des années statiques State Of Euphoria. Des plans rythmiques assez efficaces assurés par les deux gardiens du temple, des riffs classiques mais bien syncopés, mais un chant assez étrange, manquant de coffre, et rapprochant parfois le tout d’un Hardcore transformé en Metal comme à la grande époque de VIRUS.

Remarques qui n’empêchent guère les TRIVIAL DIFFERENCE de jouer crânement leur carte, et de se laisser aller au gré de leur longue inspiration. Les deux premiers titres de l’album en disent donc beaucoup sur leurs ambitions de composition, avec des timings étirés, donnée qui ne garantit pourtant pas une qualité évolutive. Si « Two-Headed Snake » définit les contours d’une musique ample et riche, « Disarray » ramène vite les débats sur le terrain du classique qui dure dans le temps, mais qui ne fait preuve d’aucune audace. Heureusement, quelques autres exemples permettent d’extirper les américains de la masse, à l’image du très roublard « Fortune », qui nous ramène à la grande époque de la domination américaine des années 88/90.

       

Quelques idées de mélodies insérées au chausse-pied viennent aussi sauver l’ensemble du marasme de formalisme, mais décidément, il manque quelque chose aux virginiens pour être vraiment pris au sérieux. On se lasse assez rapidement de ce chant trop fluet qui plombe des compositions déjà légères sur le fond, le meilleur exemple étant l’efficace « Patron (Of The Moonless Night) », ruiné par des lignes vocales poussives et narquoises. Ce chant aurait pu servir pour démarquer le projet du côté de la Fusion des MORDRED ou MINDFUNK, mais l’instrumental, beaucoup trop générique empêche toute affiliation funky, ce qui plombe le concept dans les eaux du traditionalisme boueux.

On atteint parfois le fond des eaux troubles et des marais chargés de cadavres à l’occasion du déprimant « Bad Love », proto-SABBATH joué avec les pieds, qui nous agace encore un peu plus. Morceaux trop longs, absence de plan porteur, quelques rares fulgurances qui tirent vers le haut (« Humanicide (Terra Morte) »), le tout ressemble à un ACID REIGN de début de carrière sans les tics Mosh exaspérants, ou à une version mal dégrossie de nos chers ACID BATH, le génie et la vilénie en moins.

Sans être trop cruel, autant dire que Disarray met l’eau à la bouche, mais n’a pas la teneur en alcool nécessaire pour nous enivrer. « Descent Into The Ninth » fait ce qu’il peut pour laisser un bon goût dans la bouche, mais arrive un peu trop tard, et trop longtemps qui plus est. Un changement de chanteur s’impose, ainsi qu’un tri dans les idées pour permettre aux TRIVIAL DIFFERENCE de laisser une impression autre que celle d’un brouillon à peine organisé.

            

 

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Two-Headed Snake

02. Disarray

03. Fortune

04. Patron (Of The Moonless Night)

05. Bad Love

06. Humanicide (Terra Morte)

07. Closer

08. Cardiac Arrhythmia

09. Descent Into The Ninth


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 21/11/2022 à 17:00
68 %    35

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12

Hoover

C'est atroce...

29/11/2022, 20:19

metalrunner

Du megadeth chanté   par James

29/11/2022, 13:37

Dédé

Le morceau est vraiment bien , oui le chant gâche un peu 

28/11/2022, 22:51