Awakening the Masses

Primal Rage

19/11/2021

M O Music

Réveiller les masses. Les secouer. Leur faire prendre conscience. Eviter ce nouvel ordre mondial qu’elles craignent tant/espèrent tant. Mais alors, qui pour les réveiller ? Tabler sur la conscience collective nous évitant un naufrage programmé ? Espérer qu’un candidat sortira de nulle part avec un programme réaliste tenant compte des impératifs sociaux et des obligations écologiques ? L214 et ses intrusions dans les abattoirs et les élevages ? La fondation l’Abbé Pierre ? SOS Racisme, Greenpeace ? Quelques illuminés nous avertissant du danger imminent de l’apocalypse en brandissant des passages de la bible ? Non, croyez-moi, la seule force capable de fédérer tout un peuple, et même tous les peuples serais-je tenté de dire se devra d’être l’écho de millions de voix s’élevant contre l’immobilisme et ce confort rassurant d’un vieux monde consumériste à l’agonie. Cette voix se devra d’être tonitruante, vociférant, imposant ses réalités, et dynamitant les vieux restes d’une idéologie basée sur l’ignorance et le refus de faire face à la vérité. Alors…

Alors…

Alors…

Si cette voix était celle de PRIMAL RAGE ?

A chaud, comme ça, l’idée parait peut-être incongrue, pour ne pas dire ridicule, et pourtant, le groupe savoyard pourrait largement se faire le porte-étendard d’une révolution que tout le monde attend sans vraiment le savoir parfois. Il faut dire que le combo n’est pas né de la dernière pluie acide de la pandémie COVID ou du désastre Macron, mais plutôt de celles qui trempaient déjà nos paillassons d’espoirs dans les années 80. Certes, en dehors de trois démos frappées du sceau des nineties, le quintet d’Albertville d’abord quatuor n’a jamais eu l’occasion de publier un pamphlet en longue durée, mais comme patience et longueur de temps font plus que force et rage…Et bien cette maxime est quand même à prendre avec des pincettes lorsqu’on aborde leur cas.

Car si le gang a bien fait preuve de patience, il n’a en rien perdu sa rage, comme son nom le confirme, mais surtout sa musique. Plus de trente ans après sa formation, PRIMAL RAGE explose enfin de rage primale sur un premier album que les fans attendaient comme le messie Hardcore de cette année 2021…qui en avait bien besoin.

Aujourd’hui, le groupe s’articule autour de la rythmique formée par Flöw (basse) et Alex (batterie), de la paire de guitaristes David Bonvin et Ollie, et du chant infernal et vociférateur de Dav. Mais comme on le sait, les années émoussent les armes les plus affutées, et il était à craindre que la colère des musiciens ne prenne une forme un peu trop nostalgique de ces années 80 Core jusqu’à l’os. Or, dès la déflagration énorme de « Repression », plus en phase avec AGNOSTIC FRONT et SLAYER qu’avec TRUST, les doutes sont balayés comme des promesses électorales qu’on ne peut résolument tenir. Le son est gigantesque, l’attitude actuelle, la stance ferme et la position menaçante. Doté d’un son à décorner Andy Wallace lui-même, Awakening the Masses va effectivement réveiller les masses avec un bon coup de pelle sur la tronche, maculant l’oreiller des illusions de sang noir, pour mieux dessiner un avenir un peu plus…viril.

Mixé au Studio Artmusic par Sébastien Camhi (AKIAVEL, SWARM) et masterisé au Kohlekeller Studio par Kai Stahlenberg (BENIGHTED, ABORTED, POWERWOLF), Awakening the Masses est de ces albums qui replacent le Hardcore dans un contexte métallique, sans tomber dans les travers groovy du Crossover un peu trop joyeux. Et faites-moi confiance, rien n’est joyeux sur cet album, mais plutôt irascible, mécontent, en nage, en rage, et les morceaux vous explosent à la face comme des pétards de vérité un 14 juillet un peu moins festif que la moyenne. Avec un duo de guitaristes qui connaissent leur bréviaire Thrash sur le bout du médiator, PRIMAL RAGE joue sur du gravier, décolle dans les tours, négocie les virages avec l’inconscience de ceux qui n’ont pas le temps de freiner, et si la sortie de route semble menacer au moindre faux-pas, le quintet garde toujours cette lucidité rythmique qui lui fait éviter le ravin du chaos.

En tendant l’oreille de loin sur le monstrueux « Kill Yourself », on ne peut s’empêcher de penser qu’un album partagé par SLAYER et BODY COUNT aurait été une tuerie. Mais les savoyards nous en donnent un aperçu en dopant leur street rage d’une bonne dose de violence de Thrash new-yorkaise, et ne plient jamais, ni ne rompent les rangs. Pas question ici de se défiler face à ses responsabilités, parfaitement assumées par un chanteur qui hurle ses messages comme un soixante-huitard avec un porte-voix nucléaire.

On apprécie évidemment les saccades traditionnelles, mais c’est l’énergie qui se dégage de l’album qui impressionne. Assez puissant pour fournir en électricité une petite ville pendant au moins une année, Awakening the Masses maîtrise tous les secteurs de jeu, s’offre des chœurs typiques de la vague NYHC, tout en aplatissant un Heavy/Thrash méchant comme une teigne sur le monstrueux « X-Rated ». Classique dans le fond, mais comme de la lave en fusion dans la forme, ce premier album fait montre d’une expérience du métier, mais aussi d’une haine juvénile devenue ressentiment d’âge adulte qui en assez d’attendre et de croire en vain.

Les accélérations, toujours justifiées par un besoin viscéral, tombent pile au bon moment pour dégager la nuque, et le groove insufflé par la paire Flöw/Alex fait clairement regretter de ne pas expérimenter cette rage en live, le terrain de jeu préféré du groupe. Pourtant, en écoutant cet album, on a clairement le sentiment d’être dans le studio, à les regarder jouer leurs hymnes, et lorsque résonne la double grosse caisse aplatissante de « Racial Hate » ou le binaire ravageur de « Freedom Is a Lie », on se dit que MADBALL et RATM ont là des concurrents sérieux.

Trente-neuf minutes de haine Hardcore, trente-neuf minutes de Metal enragé, trente-neuf minutes d’une vie qui pourraient avoir des répercussions gigantesque sur la carrière de PRIMAL RAGE.

Alors…

Si cette voix était celle de PRIMAL RAGE ?

     

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Repression           

02. F.F.F

03. Kill Yourself

04. X-Rated   

05. Racial Hate          

06. One of the Dying

07. No Cure for Hate

08. Freedom Is a Lie 

09. Respect    

10. Awakening the Masses


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/12/2021 à 14:58
88 %    634

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Enslaved + Svalbard + Wayfarer

RBD 20/03/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : BLOODY RITUAL

Jus de cadavre 17/03/2024

Vidéos

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
The Answer 14/04 : Le Petit Bain, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

on veut du sonOu pas   

11/04/2024, 20:01

Moshimosher

Cool ! Une avant-première du prochain Burzum ! Maintenant qu'on a la pochette, on veut du son !!!

11/04/2024, 18:49

Simony

On sait où était Varg Vikernes à ce moment là ?I'm on my way to burn the shop....

11/04/2024, 15:52

grosse pute

Le karma

11/04/2024, 12:40

Jus de cadavre

C'est clair... Sans compter les archives qu'il restait là-dedans apparemment !C'est triste en tout cas, mais je ne peux m'empêcher de voir dans cet incendie une certaines ironie tout de même...

11/04/2024, 09:17

Orphan

Ouch...il y a quelques raretés qui viennent de partir en fumées

11/04/2024, 07:26

Moshimosher

Très bon groupe !!! Impatient !!!

10/04/2024, 18:55

Sphincter Desecrator

@Gargan:Vérole! Un belou! Deux-sévrien, donc. On a du se croiser, du coup. A Bressuire ou à Niort, peut-être?Effectivement, pour revenir à JINX, pas beaucoup de rescapés, a priori...

10/04/2024, 18:53

Gargan

T'es un ventrachoux haha ! Ouais, sur le tard pour un jeune belou des 80s. C'est solide, assez ricain et on trouve leur lp à pas cher, ce qui est plutôt rare dans le style. Encore un groupe éphémère, avec une partie du line-up décédé(...)

10/04/2024, 07:56

Sphincter Desecrator

Par chez moi, il y avait JINX (ex-SERVICE COMPRIS). Je n'ai pas connu à l'époque car trop jeune, mais ils ont eu leur réédition il y a quelques années. Est-ce que, parmi les vieux des années 80, certains d'entre vous connaissaient?

09/04/2024, 19:00

Saul D

Voie De fait & Shaking Street, c'est bon ça... au fait, ce ne serait pas le guitariste de Voie de Fait qui aurait fourni un logo et un nom à un groupe parisien qui se nommait "Blood wave"(avant de changer de patronyme of course)? A moins que je ne confonde...

09/04/2024, 12:55

Yajireubié

dragon moshing mad 

08/04/2024, 23:23

Gargan

Pas degueu ! Et mes petits péchés mignons, Strattson et Steel Angel (ça c’est pour la partie 3 haha)

08/04/2024, 20:48

David

Merci pour vos remarques. La prochaine vidéo traitera de Fisc, Damon Eyes, Shaking Street, Voie de fait, Vulcain et quelques autres.

08/04/2024, 19:36

Saul D

Et puis Vulcain est souvent cité, c'est un groupe qui mérite aussi de l'attention..il y a aussi Demon Eyes...

08/04/2024, 14:48

Saul D

J'allais dire exactement la même chose ( pour High power et Blasphème)...

08/04/2024, 14:25

Gargan

Y'a de quoi débattre sur la question de la "langue" du rock et du metal. C'est vrai que l'anglais passe mieux de manière générale, je me vois mal chanter en choeur "peur de l'obscurité" et c'est pas toujours év(...)

08/04/2024, 08:19

Jus de cadavre

Génial ce truc ! Fan de death old-school foncez !

07/04/2024, 19:09

Moshimosher

J'avoue que... ça ne ressemble plus à du Limbonic Art... ça en devient même assez quelconque...

06/04/2024, 21:34

Gargan

J’ai du mal à écouter ce groupe sans l’emphase des claviers de Morpheus…

06/04/2024, 16:14