Banished From Time

Black Cilice

10/03/2017

Iron Bonehead

Oui, on vous a fait le coup de la « révélation Raw Black » à de nombreuses reprises. Souvent l’accroche est plus consistante que le contenu lui-même, et l’aura de « mystère » entourant la sortie d’un disque encore plus farouchement nihiliste que les précédents, n’est que poudre aux yeux et brume du petit matin, pas plus opaque que celle enveloppant une campagne isolée du reste du monde.

Sauf que dans ce cas précis, cette « révélation » n’en est pas une, ou à postériori, ou « mieux vaut tard que jamais », puisque le groupe concerné existe depuis de très nombreuses années et que son following est déjà important dans l’underground.

Jugez du peu.

Sept démos, deux EP, sept splits, une compilation, et surtout, quatre longue durée qui font de ce projet une des valeurs les plus sures du circuit.

Lequel ?

Celui du Black underground le plus abrasif, mais intelligible. Car là est le talon d’Achille de ce style hermétique qui refuse tout compromis, y compris celui d’une production digne de ce nom, trop apte à mettre en valeur la linéarité du propos et le manque flagrant d’idées.

Mais le manque d’idées n’est pas un handicap notable dans le cas des/du portugais de BLACK CILICE. Pour être honnête, des idées, l’homme en a puisqu’il est seul à la barre de son navire en perdition. Et qu’il les met en exergue de disques en projets, sans dévier d’un iota de sa philosophie de départ.

BLACK CILICE, c’est un peu la coupe sombre à laquelle s’abreuvent tous les fans de Dark Black les plus absolus, mais qui souhaitent quand même comprendre quelque chose à la problématique. Elle est simple, respecter les dogmes tout en s’ouvrant sur le monde extérieur, sans pour autant renier les principes fondamentaux et minimalistes du courant.

Depuis A Corpse, a Temple, l’énigmatique leader de BLACK CILICE n’a pas vraiment modulé ses vues sur les préceptes d’un BM fort abrasif et peu complaisant, mais développe quelques accroches qui laissent présager d’une évolution certaine, accroches pas forcément perceptibles aux non-initiés. Pour eux, tous les albums se ressemblent, et Banished From Time n’apparaîtra pas foncièrement différent de Summoning The Night ou Mysteries, qui ne le seront pas forcément. Il est vrai que les nuances sont infimes, mais bien palpables pour ceux capables de déchiffrer les énigmes proposées, pourtant assez franches dans leur résolution.

Les guitares sont toujours aussi chichement mélodiques, le chant parfaitement inintelligible dans ses abysses de douleur, et la rythmique inamovible, partageant son beat entre downtempo capiteux et blasts hideux. Alors, de quoi parler en cette occurrence qui n’a déjà été écrit des dizaines de fois à propos de cet obscur projet ? Simplement que BLACK CILICE continue sa route, devenant de plus en plus fort et imposant, et soignant des disques qui s’ils s’ingénient à rendre visible l’invisible des ténèbres, s’ouvrent un peu à la lumière d’un BM moins abrupt que la moyenne des productions Raw.

Cinq morceaux, tous semblables et pourtant différenciables par touches fugaces, et quarante minutes de tir de barrage ininterrompu, dans la plus droite lignée des groupes nationaux dont BLACK CILICE fait figure de leader.

Des traces d’ADN commun avec les CANDELABRUM évidemment, l’autre marque page du Necronomicon local, mais aussi des vues partagées avec les MONS VENERIS, ou VETALA, bien que chacune de ces trois références soit valide en leur nom propre.

Cinq morceaux qu’il est difficile de dissocier d’un tout, même si les harmonies vénéneuses de « On the Verge of Madness » le place en porte-à-faux d’un presque optimisme qui nous fait nous interroger sur l’avenir de la formation.

Plus de mélodies ? Moins d’agression ? Il est certain que le chant capté à des kilomètres de sa source d’émission n’encourage guère à une adaptation aux standards du BM le plus « formel », même si ces mêmes lignes vocales semblent se rapprocher d’album en album.

Mais le fond reste le même, et l’aspect « progressif », plus concret, quoique toujours très discret.

Difficile une fois de plus de gloser sur le sens d’un LP viscéral qui se respire, qui se ressent, et qui vous touche ou vous laisse de marbre.

Il est évidemment plus intéressant de l’écouter que de le lire, mais en substance, on peut affirmer qu’il est un non-changement dans la continuité, offrant une logique évolutive quasi nulle sur la ligne de carrière de ce projet portugais.

Il sonne comme une litanie Canadienne, comme une homélie macabre Ukrainienne, mais reste d’appartenance lusophone, et profondément inscrit dans l’histoire de sa propre essence.

Je n’essaie via ce laïus ni de persuader plus en amont les convertis, ni de convertir ceux qui n’ont jamais donné leur aval. Il faut juste comprendre qu’aussi massif et indivisible soit Banished From Time, il mérite son titre à bien des égards en restant imperméable à toute influence parasite, et en continuant son travail d’opacification des mélodies pour les rendre encore plus ténébreuses.

Les cassures sont toujours placées au même endroit, les harmonies amères sont souvent sur la même tonalité, et pourtant le travail séduit, puisque dans le petit monde faisandé et cloisonné du Raw Black, la course à la malséance et à la répétitivité à outrance prend des proportions grotesques, que ce quatrième longue durée refuse en se montrant plus accessible et plus « humain » dans sa déshumanisation.

Mais tel est le concept.

Hors du temps, banni à jamais. Banni par les fans de BM qui trouveront une fois de plus la tentative ridiculement minimaliste et faussement emphatique, et banni par les fans de Raw qui penseront que l’homme derrière le nom s’est vendu aux fantômes de la concession.

Mais de mon côté, je continuerai à supporter les ambitions pas si démesurées que ça d’un homme qui a foi en sa musique, aussi impénétrable soit-elle.

Et j’affirmerai même que si Banished From Time était posé en pinacle d’un style, celui-ci pourrait retrouver des lettres de noblesse qu’il n’a jamais acquises.


Titres de l'album:

  1. Timeless Spectre
  2. On the Verge of Madness
  3. Possessed by Night Spirits
  4. Channeling Forgotten Energies
  5. Boiling Corpses

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/04/2017 à 17:46
70 %    518

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
15/04/2017, 04:36:35
Pochette absolument énorme. La classe si j'ose dire... Et chro une fois de plus excellente.

mortne2001
membre enregistré
15/04/2017, 11:41:20
C'est vrai que cette pochette à un impact visuel vraiment fort.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Antibody

mortne2001 19/10/2020

From the past

Les archives de la Mort 1984 - 1994

grinder92 14/10/2020

Livres

Livre TAPE DEALER / Chronique par David Martin

Jus de cadavre 11/10/2020

Vidéos

W.A.S.P, Bataclan 2012

grinder92 09/10/2020

Live Report

Demanufacture

Baxter 06/10/2020

From the past

Hanger Abortion

RBD 30/09/2020

Live Report

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

Live Report

Les 7 pêchés capitaux : Pierre

Simony 24/09/2020

Interview

Voyage au centre de la scène : MERCYLESS (vidéo)

Jus de cadavre 20/09/2020

Vidéos
Concerts à 7 jours
Gazpacho + Pure Reason Revolution 24/10 : Le Petit Bain, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Moshimosher

Perso, j'accroche vraiment bien avec les groupes de ce label... J'aime bien leur son ! 

21/10/2020, 00:39

Gargan

Je crois que je vais craquer... lourdissime avec une putain d'ambiance !

20/10/2020, 18:26

Saddam Mustaine

Le seul a du groupe qui était  "normal" dans sa tête je trouve, et la tête sur les épaules.Hellhammer encore aussi, meme si il a des propos ou des actions douteuses parfois.

20/10/2020, 11:41

Humungus

Bon...Première écoute (distraite je dois l'avouer...) :  Bah j'ai été foutrement déçu.Sur le moment, j'ai trouvé ça bien trop propret à mon goût.Bah oui ! Les premiers SEPULT' eux, i(...)

20/10/2020, 08:43

metalrunner

Moi je veux un no more color tour 2021 ...j ai le droit de rêver

20/10/2020, 07:50

Stink

Excellent album, découvert à sa sortie, ça fait plaisir d'en voir une chro !Je ne connaissais pas la version de Pig Blood que tu as postée, celle présente sur l'album est celle-là : https://youtu.be/(...)

19/10/2020, 23:13

Kamel

Dark TranquiLLity, s'il vous please! Sundin est parti? Ô tristesse... Mais bon Ammott sait (ou du moins a su?) faire du death mélo et Reinhold est un excellent compositeur (en tout cas, au sein d'Andromeda, j'ai jamais eu à me plaindre! (morceau au goût de(...)

19/10/2020, 21:57

RBD

Alors ça ! Qui l'aurait cru il y a quinze ans ? Ceci dit cela ressort du visionnage du DVD, qui remonte déjà à quelques années où Marky Edelmann expliquait très bien pourquoi il quittait le groupe : pour ne pas avoir à refaire un nouvel(...)

19/10/2020, 20:22

Saddam Mustaine

Dommage que Marquis soit plus de la partie...

19/10/2020, 19:45

LeMoustre

Complètement.

19/10/2020, 18:36

Buck Dancer

Tres curieux d'entendre ça ! 

19/10/2020, 15:58

Boudiou

!!!

19/10/2020, 13:22

SV_Njord

Bonjour,Je n'ai pas l'habitude de commenter mais j'aimerais juste faire un petit recapitulatif par rapport aux affirmations de Satan sur l'attitude de Necrobutcher concernant la mort de Dead. Tout d'abord c'est euronymous qui a envoy&eac(...)

19/10/2020, 11:43

LeMoustre

Ca y est : sorti en CD. Dispo sur Discogs

19/10/2020, 11:30

Saddam Mustaine

Ptdr il a fait changer son nom.

19/10/2020, 10:37

Bones

Pochette Freudienne.   

19/10/2020, 08:16

Arioch91

La chro donne envie de se pencher sur cet EP. Le paysage Thrash me paraissant tristounet ces temps-ci (Heathen, c'est qui déjà ?), ça peut le faire.Sachant que le 30 octobre y a le Mr Bungle, yalahhhhhhhhhhhh !

19/10/2020, 07:52

grinder92

@Saddam : la page Wiki de Louis Cachet : https://fr.wikipedia.org/wiki/Varg_Vikernes

19/10/2020, 07:43

Saddam Mustaine

Qui est Louis Cachet ?Sinon vous me ferrez un debrief du livre sur cette page svp. :)

18/10/2020, 19:20

POMAH

Belle pochette en effet, mais tout cela ne m'a pas l'air être de la micro-chirurgie haha   

17/10/2020, 23:06