Avec une pochette pareille, impossible de ne pas attirer l’œil. D’un graphisme fabuleux rappelant tout autant le Negan comics de la BD, que des petites pelloches de série B comme Monsters ou des chefs d’œuvre de la trempe de Mars Attacks ou La Guerre des Mondes, ce dessin ornant la pochette du second longue-durée des espagnols de PANDEMIA est un témoignage de qualité à lui seul, donnant méchamment envie de confier ses oreilles à ce groupe ibère après lui avoir accordé notre intérêt visuel. Et affirmer que le plaisir visuel est à la hauteur du plaisir sensoriel n’est pas exagéré, spécialement en cette période de disette Thrash assez prononcée. Je m’en plaignais d’ailleurs récemment, déplorant cette sècheresse de production made in Bay Area, qui il n’y a pas si longtemps que ça représentait un pourcentage non négligeable des sorties mensuelles, me voilà donc rassuré de voir que les amateurs de sensations fortes Thrash n’ont pas quitté le navire en voyant les rats plonger. Nonobstant cette euphorie passagère, il convient de placer les casquettes sur les bonnes têtes, et préciser que malgré d’indéniables qualités musicales, les PANDEMIA ne se veulent pas épiphanie de violence, et n’incarnent pas le renouveau d’une vague nostalgique qui a bien failli engloutir le petit monde de l’extrême ces dix dernières années. Car leur approche formelle l’est encore un peu trop, et méchamment fidèle aux préceptes énoncés par les références qu’ils aiment à citer pour se montrer sinon innovateurs, du moins un peu plus audacieux que la moyenne. Et sur Behind Enemy Lines tout est factuel et formel, mais suffisamment efficace pour contenter les accros aux décibels organisés et aux rythmiques appuyées. Ainsi, le groupe originaire de Torrelavega continue donc son petit bonhomme de chemin, et nous donne des nouvelles de son Espagne Thrash natale par le biais le plus classique qui soit.

Il faut dire qu’ils ne nous avaient pas dit grand-chose depuis la parution de leur dernier EP, Agression Desires, publié il y a déjà trois ans. Ce petit interlude se plaçait dans la plus droite lignée de Destino Letal, leur premier effort, paru lui en 2011, et qui présentait une face ibère de violence particulièrement délectable, et forte en brutalité, tout en gardant une certaine mesure dans la bousculade agencée. Et le quatuor à l’énergie retrouvée (Rober - guitare/chant, Eder - guitare, Tatu - basse et Ruben - batterie) revient donc avec une bonne bordée de morceaux puissants dans sa besace, lui permettant de se replacer sous les feux de l’actualité d’un underground qui sombre toujours avec bonheur dans les affres d’un Metal mordant et brutal, qui ne fait aucune concession à la perméabilité des modes. Behind Enemy Lines n’est donc rien de plus ni de moins qu’un des meilleurs albums de Thrash vintage du mois, par défaut certes dans une certaine mesure, ce qu’il prouve néanmoins de la moindre de ses rythmiques et du plus anecdotique de ses riffs, taillés jusqu’au bout des cordes pour reprendre le vocable des incunables parus il y a quelques décennies, et que ces musiciens se plaisent à reproduire pour notre plus grand plaisir. Leur page Facebook ne fait d’ailleurs pas grand cas de l’égide traditionnelle sous laquelle ils se placent, et cite au hasard de la mémoire les AGGRESSION, ATROPHY, DEATH ANGEL, EXODUS, DEMOLITION HAMMER, GAMA BOMB, ESTIGIA, KORZUS, HYPNOSIA, ASPID, VIOLATOR, SLAYER, HEATHEN, KREATOR, XUDEF KLAS, ou ANTHRAX, histoire de couvrir le plus de terrain possible. Et si certaines de ces allusions font mouche, d’autres relèvent plus de la passion personnelle que de l’inspiration réelle. Mais qu’à cela ne tienne, puisque le résultat est à la hauteur des ambitions, et affiche même une nouvelle impulsion transformant ces neuf nouveaux morceaux en autant de petites bombes à fragmentation.

En associant la rigueur rythmique des ASSASSIN, SLAYER et autres EXUMER, à l’intelligence Heavy des FORBIDDEN et EXODUS, les amis ibères frappent fort, en plein cœur de la cible, et nous offrent donc un album aux contours policés, mais à la furie débridée. Leur technique affutée leur permet toutes les combinaisons et possibilités, bien que leur caractère les fasse opter pour une modération de ton, que quelques blasts viennent perturber de leur énergie décuplée. On nage en pleines eaux déviantes, mais le bonheur de retomber sur un LP de Thrash bien troussé permet d’excuser quelques timidités, notamment au niveau du classicisme de riffs qui peinent à faire oublier les pierres angulaires du genre. Tout est bien ordonné, la production est propre comme un short neuf, et si la folie s’articule parfois autour de breaks plus euphoriques que la moyenne, la structure globale des titres suit à la double croche près le cahier des charges. On se reporte alors sur l’entrain d’un batteur qui n’hésite pas à multiplier les fills et autres breaks subtils, et qui se prend subitement pour un Lombardo, accordant au reste du groupe une plus grande latitude pour empiler les plans, comme sur ce foudroyant « Suicide Squad », bien plus bandant que le faux film homonyme de super-vilains pathétiques et parfaitement chiants. Mais on peut aussi s’identifier à ces soudains accès de rage qui rapprochent nos amis espagnols du jour de la furie sonique des EXUMER lorsqu’ils partent en vrille dans des délires d’invasion et d’alliance zombie, via un lapidaire « The Last Zombie Alliance », qui confère alors à l’ensemble un sympathique parfum d’innocence teenage. Et comme ils ont la décence de se lâcher au son d’un break parfaitement mosh et d’un solo digne des estimables GRIP INC, on adhère au propos et on détale comme des lapins histoire de ne pas se faire bouffer l’arrière-train.

Morceaux concis, toujours portés par des idées simples mais efficaces, attitude noble et petit grain d’ivresse qui fait du bien aux oreilles, ce second album des PANDEMIA risque en effet de déclencher une vague d’euphorie, puisqu’il symbolise à lui seul tout ce qu’on a toujours aimé dans le Thrash. Agissant comme un virus insidieux nous transformant en créatures décérébrées tout juste capables de headbanguer comme des damnées, ce LP est fortement recommandable à tous les fans de la seconde vague US des 80’s, dont il reprend le vocable à la virgule près, sans chercher à s’en éloigner. Mais en jetant notre dévolu sur ce genre de jet, on sait parfaitement à quoi s’attendre, et inutile donc de reprocher au quatuor une trop grande fidélité aux principes éprouvés. Il convient plutôt de saluer leur interprétation au biseau, et leur volonté de trouver un équilibre parfait entre accrochages Heavy et bousculades en speederie, ce qu’un titre comme « Signs Of Life » démontre de ses syncopes léchées et de ses embardées calculées. Une nouvelle pièce à verser au dossier déjà fort épais du Thrash nostalgique que personne n’a pu oublier, et surtout, l’occasion de se tirer la bourre pendant une grosse demi-heure, sans se prendre la tête, mais en la frappant contre la fenêtre. Une pochette superbe pour un album nickel, de quoi entamer ce mois de mars sous des auspices cruels. Et on ne demande rien de plus.


Titres de l'album:

  1. Behind Enemy Lines
  2. Running out of Hope
  3. Signs of Life
  4. Pandemia
  5. Chemikaze
  6. Suicide Squad
  7. The Last Zombie Alliance
  8. If I Were You...
  9. Message of Death

Facebook officiel


par mortne2001 le 12/03/2018 à 17:58
80 %    159

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Orthostat

Monolith Of Time

Obscenity

Summoning the Circle

Psy-no-ark

Nodvs Gordivs

Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + Dragunov

02/03 : Black Baron, Nancy (54)

Photo Stream

Derniers coms

Je ne vais pas paraphraser mes camarades du dessus mais j'en pense tout autant.


Merci pour ce petit clin d’œil à Heavy Sound et content de t'avoir eu au sein de l'équipe dès les tout débuts de l'aventure... et longue vie à Sleeping Church Records et Metalnews !


Rien qu'avec ces deux noms ça promet d'être très poétique en effet !


Allons allons, j'ai des gens qui m'aident bien autour de moi, tu sais de quoi je parle Jus de cadavre... c'est aussi grâce à des personnes comme toi que tout cela est possible.


Cool oui l'interview ;) Un groupe, un label et le zine... Je sais pas comment tu fais Simo ! :D


Merde, mais c'est mortel RITUALS ! J'étais complètement passé à côté... Chouette interview encore une fois et bonne continuation à Sleeping Church Records ;-)


@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)