Quoi de nouveau sous le soleil brûlant du Metal progressif ? Le premier album d’un quintette originaire de Fredericton, Canada, qui après deux EP totalement instrumentaux se lance enfin dans le grand bain du longue durée, non sans s’être au préalable trempé les pieds dans la mer de sons du style.

Bilan préalable et en amont, instrumentistes capables, Progressif option raisonnable et mélodique, écueil de la démonstration stérile et clinique évitée, tout semble parfait, encore faut-il écouter le LP in extenso. Ce que j’ai bien évidemment fait, et que je ne regrette nullement…

Aiguillé par les conseils pertinents de mon ami local John Asher, qui me fournit régulièrement des tuyaux sur les champs de courses musicaux, je me suis donc intéressé de près à ce premier effort autoproduit qui finalement révèle bien des points forts, tout en aménageant quelques surprises pas inintéressantes du tout.

Formé en 2011 par trois étudiants de l’université St Thomas, Rodney, Alex et Adrian, dans le seul désir de passer du bon temps ensemble à jouer une musique correspondant aux gouts communs, TACTUS est bien vite devenu une entité viable lors de l’adjonction au line up d’Alec et Steve.

Une fois dans une configuration optimale, les cinq acolytes ont vite fait de dresser une liste non exhaustive de leurs passions communes, et des groupes qu’ils affectionnaient, histoire de donner une direction plus claire au projet.

Conscients que leur ouverture du Metal à d’autres styles pouvait intéresser des passionnés, les TACTUS ont procédé par étapes et n’ont pas fait languir les fans potentiels avec la promesse d’un EP éventuel, mais ont enregistré leurs compositions une par une pour se bâtir un répertoire conséquent. C’est ainsi qu’ils n’ont officiellement révélé leur existence qu’après avoir gravé leur première chanson, « Ridges », en juillet 2013.

Une fois le premier EP lancé, le chanteur Rodney et le batteur Alex suivirent leur propre chemin, et les TACTUS restants débauchèrent deux nouveaux compagnons, Jason MacKnight (ex-CRY OH CRISIS) et Ben MacLean (ex-PHARAOHS) pour compléter le second EP de leur carrière.

Le parcours continua, entre des publications constantes pour alimenter la curiosité de leur public, quelques reprises iconoclastes (« Roxanne » des POLICE), mais le but avoué était bien de finaliser la réalisation d’un premier album, ce qui est donc chose faite depuis ce mois-ci avec ce Bending Light autoproduit, qui s’il ne révolutionnera pas le petit monde fermé du Progressif et du Djent, apporte sa pas si modeste que ça contribution à l’édifice, en faisant preuve d’un bel élan mélodique et technique.

Si l’argument promotionnel vise intelligemment les fans de PERIPHERY, PROTEST THE HERO ou BETWEEN THE BURIED AND ME, d’autres références pourraient se voir ajoutées à cette liste non exhaustive, mais au petit jeu des comparaisons, nul ne sortant vainqueur, je me garderai bien de trop baliser le terrain. Disons que si ces trois repères ont été placés, c’est pour une bonne raison, pour vous permettre de délimiter le périmètre de jeu de nos cinq Canadiens qui aiment à synthétiser la puissance et la mélodie tout au long de chansons concises mais libres de ton et d’inspiration.

Violence instrumentale, délicatesse harmonique, dualité vocale entre gravité et apaisement zen, mélange de sophistication évolutive et de véhémence Djent poussée dans ses derniers retranchements Core, c’est une danse savamment élaborée à laquelle les TACTUS nous convient, et si leur nom suggère un savoureux jeu de mot entre les CACTUS et le Tarkus d’Emerson Lake and Palmer, le hasard n’a peut-être rien à y voir, ou inconsciemment…

Heavy et progressif, telle est la combinaison étalée sur les dix mesures de ce Bending Light qui en effet utilise toutes les réflexions de la lumières pour mieux éclairer les ténèbres.

Certes, le schéma est souvent similaire. Inserts brutaux dans une configuration harmonique, alternance de couches vocales antagonistes, juxtaposition de riffs ténus dans des allongements d’arpèges à l’électricité crue, on retrouve quelques systématismes d’un morceau à un autre, mais le tout est si intelligemment et finement agencé qu’on se laisse prendre au jeu.

Une guitare hispanisante par-là (« Colussus », plus CYNIC que MESHUGGAH), des cocottes Funky doublées d’une basse chaloupée par ici (« Feast Of Famine »), quelques syncopes brutales héritées d’un Mathcore pas vraiment avoué (« Goliath », qui en effet se pose en véritable géant tant en termes de durée que de puissance), de longues constructions en gigogne inspirées qui permettent quelques respirations exhalées (« Aurora », le plus symptomatique d’un Djent parfaitement digéré), en gros, une musique personnelle qui ne rechigne pas à piocher dans divers héritages pour assurer son avenir sans trop donner l’impression de lorgner sur le coffre du voisin.

Mais un véritable album de « Progressif » digne de ce nom n’en serait pas sans une longue progression approchant le quart d’heure ou plus, et les TACTUS se sont donc laissé aller lors d’une clôture aussi impressionnante que variée, « King of the Sky », qui pendant plus de quatorze minutes présente leur savoir-faire lors d’un jeu de chat et de souris savamment élaboré. On y retrouve tous leurs tics de composition, ces longues intros instrumentales typiques de leur passé pas si éloigné que ça, les plans alambiqués à la RUSH/FLOWER KINGS/SPOCK’S BEARD, qui découlent soudain sur une sauvagerie maîtrisée plus contemporaine et moins contemplative. Double grosse caisse oppressante, riffs graves mais précis, hurlements vocaux….

De là, peu importe le créneau puisque la créativité est bien présente, et entre ces nappes de claviers dignes des glorieuses eighties, ces chœurs désincarnés et ces frimas de percussions désassemblés, la sarabande étourdit sans faire perdre le fil, et se pose en digne conclusion d’un album pas encore tout à fait personnel, mais terriblement professionnel, sans être stérile, loin de là.

Intéressant début de carrière pour les Canadiens de TACTUS, qui démontrent que leur tactique pragmatique s’est avérée payante, et que la patience à décidément du bon parfois. Il reste quelques efforts à faire pour se dégager d’automatismes encore un peu trop présents, mais la base est saine et parfois très ludique (ce break presque enfantin de carnaval sur « King of the Sky » est un vrai délice), et laisse augurer de lendemains fleuris. Une façon bien à eux de filtrer la lumière, de l’infléchir, de la tordre pour lui faire adopter la forme la plus idoine pour s’insinuer dans tous les interstices, sans pour autant éclairer toutes les zones d’ombre.

Bending Light est disponible en version digitale sur leur Bandcamp, mais aussi en version physique sur leur propre site, alors ne vous gênez pas, achetez et partagez. C’est un échange de bons procédés qui satisfait tout le monde je pense.


Titres de l'album:

  1. Aurora
  2. All Roads
  3. Feast Or Famine
  4. Goliath
  5. Cardinal
  6. King Of The Sky

Site officiel

Bandcamp officiel




par mortne2001 le 07/11/2016 à 15:55
75 %    383

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes