Black Candy

Snake Bite Whisky

30/03/2021

Sliptrick Records

Un groupe australien de pur Hard-Rock qui débarque de nulle part, et aussitôt, la machine à fantasme s’emballe. Le nouvel AC/DC ? Les dignes successeurs de ROSE TATOO ? Les frères d’armes d’AIRBOURNE ? Mais parfois, il faut faire face à la réalité, et admettre que tous les groupes de Rock australiens ne sont pas des usines à riffs et des turbines à tubes, juste des groupes de Hard-Rock capables capitalisant sur la réputation de leur pays pour se frayer un chemin à travers le cœur et l’âme des fans. Sous ce point de vue, les SNAKE BITE WHISKY sont encore loin d’être des légendes en puissance, et se contentent jusqu’à présent de dispenser un enseignement musical à base de Rock greasy, de lyrics légèrement cliché, et d’une attitude de bikers en virée dans un club du coin. Leur dégaine ne trompe personne, ils se calent sur la ligne du parti ZODIAC MINDWARK, jouent les fiers-à-bras, mais restent encore un peu trop anonymes dans la masse pour réellement se démarquer. Petit préambule de mise au point qui ne condamne pas ce deuxième album par contumace, mais qui permettra à l’auditeur éventuel de se faire un avis en amont, sans attendre de miracle qui n’arrivera pas.

This Side Of Hell balisait le terrain avec une belle franchise, mais depuis, quelques problèmes de line-up sont venus enrayer la machine, au point que la formation d’aujourd’hui n’a plus que cinquante pour cent de rapport avec l’ancienne. Intronisant les deux petits nouveaux, Danny Sharkz à la batterie et Laggy à la guitare, toujours en soutien de Jay R. au chant et de Stacii Blake à la basse, Black Candy se veut bonbon noir et poivré qui pique la gorge, mais qui stimule les esgourdes. Basé sur des riffs qui semblent recyclés des années 80, et sur une rythmique qui évoque la vague Néo-Rock des mid eighties et des groupes comme GUNS N’ROSES ou UNCLE SAM, ce second LP des australiens sonne aussi convenu qu’une reprise de « Creep » lors d’une fête de la musique à Melun, mais procure toutefois des sensations assez agréables lorsque l’envie lui en prend. En convergence de différents genres, le quatuor se permet donc des allusions Grungy, Stoner, Country, et même Punk pour accentuer sa soif de liberté, et nous pond donc des morceaux courts et très simples, très gras aussi, mais dotés de soli ludiques qui permettent de se raccrocher au guidon de la Harley.

Enregistré au Lush Studio’s de Redcliffe, dans le Queensland, Black Candy a donc le gros son, celui qui rend la distorsion encore un peu plus sale, et qui transforme la rythmique en pulsation cardiaque au bord de l’apoplexie. Empreint de traditionalisme MOTORHEAD et ZODIAC MINDWARP, ce second effort à au moins le mérite de s’éloigner des schémas d’AC/DC et AIRBOURNE, pour emprunter des chemins de traverse dans le bush, et nous emmener à la rencontre de personnages attachants mais légèrement louches, sur fond de bande son épaisse digne d’un film de série B austral. Car si la guitare est efficace et les structures simples, le chant roublard et légèrement faux de Jay R. représente un écueil assez difficile à franchir, tant sa voix est particulière et peut se montrer rédhibitoire sur la durée.       

Mais je ne condamne pas les bonnes intentions, bien au contraire, et je loue même la variété. On sait d’expérience que le travers principal de ce genre de réalisation est son uniformité et son incapacité à changer de cap en cours de route, ce qui n’est pas le cas de ce bonbon noir qui passe en revue toutes les passions musicales des australiens. Il existe donc un large fossé qui sépare le burner introductif « Thunderbird », qu’on aurait pu retrouver sur le Rock n’Roll de MOTORHEAD, et le lourd et emphatique « Bones in the Fire », qui se traîne comme un pèlerin perdu dans le désert, et qui semble aussi résigné qu’un fan de KYUSS après un concert achevé trop tôt. Les mecs sont donc intelligents, et ont refusé la linéarité d’un Heavy Rock trop prévisible, et ce crossover de proportions appréciables est donc assez goûtu en bouche.

Avec une grosse basse qui n’hésite pas à lancer des intros qui mettent dans le bain (« Creep Show »), et de petits quickies qui accélèrent la cadence (« Dead by Dawn », un phrasé de chant intéressant et des syncopes qui dynamisent), ce second long est donc à classer dans la catégorie des surprises modérées, et des réussites tempérées. Mais l’attitude globale, l’absence de compromission, et la réelle sincérité permettent aux SNAKE BITE WHISKY de s’extirper de la masse des fidèles de l’église Hard Rock n’Roll avec brio, d’autant que certains des morceaux proposés ont tout du hit en puissance. J’en veux pour preuve le torride « Reload, Aim, Kill » et ses faux airs de shoot ’em all mis en musique, ou « Sweet Cocaine », qui s’il n’est ni « Brown Sugar » ni « Heroin » du VELVET carbure à la meth moderne et nous procure un fix généreux.

Bilan mitigé donc pour les SNAKE BITE WHISKY, qui devront encore effectuer quelques réglages avant de pouvoir éventuellement s’imposer comme leader de la nouvelle génération Hard australienne. Des efforts dans la justesse pour Jay R, des efforts de timing pour Danny Sharkz pas toujours calé à la croche, et la galère voguera avec plus de fluidité sur l’océan Rock n’Roll qui a englouti des marins plus expérimentés.  

                   

                                                                                                                                                                                                       

Titres de l’album:

01. Thunderbird

02. Raised in Hell

03. Creep Show

04. Choke

05. Bones in the Fire

06. Reload, Aim, Kill

07. Sweet Cocaine

08. Hammered

09. Dead by Dawn

10. End of the Line


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 03/07/2022 à 18:08
70 %    395

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2024 / Clisson

Jus de cadavre 15/07/2024

Live Report

Escuela Grind + BMB

RBD 08/07/2024

Live Report

The Mandrake Project Live 2024

Simony 05/07/2024

Live Report

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

On me dit dans l'oreillette que la femme de Rob (qui est française) est fan d'Indochine et qu'elle ne serait pas étrangère à cette décision de reprise... L'amour rend aveugle, mais sourd aussi apparemment.

18/07/2024, 14:59

Humungus

Monument.

18/07/2024, 13:39

Humungus

"Kirk et Rob reprennent "L'Aventurier" d'Indochine"... ... ...Le groupe qui aime à se tirer une balle dans le pied quoi !Après l'ignominie de la reprise de Johnny il y a quelques années...A la prochaine date franç(...)

18/07/2024, 09:35

Alain MASSARD

juste excellent!!!!

17/07/2024, 16:30

Tourista

''Shoot the babies in the nest, that's the real hunting''

17/07/2024, 08:37

Ivan Grozny

Pour ma part :Jeudi : Ashinhell / Immolation / Brujeria / Megadeth (aïe aïe) / Shining (le groupe norvégien) / Sodom / Cradle of FilthVendredi : Fear Factory / Savage Lands / Kanonenfieber / Satyricon / Emperor / Machine Head (la fin vite fait pour boire un coup) / (...)

17/07/2024, 01:16

Gargan

« Wher’ar’you Marshall ? » « yeahiyeaah wohooo !! »

16/07/2024, 21:51

LeMoustre

Sympa.En plus tête d'affiche au Pyrenean Open Air en septembre. Ça se loupe pas ça 

16/07/2024, 10:06

Cupcake Vanille

Ok c'est très différent de la période You Will Never Be One of Us qui était plus un mix sauvage et efficace entre un Slayer et Napalm Death. Todd Jones change encore de style vocalement, pour un truc plus vomissant rempli de glaire dans une ligne death(...)

15/07/2024, 11:11

RBD

Excellent ! Ils sont revenus tourner ce clip à la "Maison des choeurs" où nous les avions vus pour un concert inoubliable à l'automne 2023. Il s'agit d'une ancienne chapelle de style Louis XIV (mais pas baroque) accolée à l&apos(...)

11/07/2024, 16:43

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Jus de cadavre

Quand NAILS se met au Speed Thrash   ! Bah ça bastonne !

10/07/2024, 19:48

Tourista

Pardon : présent à Paname.

10/07/2024, 18:41

Tourista

Présent.  Set-list hyper solide, groupe hyper en place et son aux petits oignons. Plaisir manifeste du chanteur (malgré sa crève) et accueil formidable (est-ce une surprise ?) du public. Le plus appréciable dans la forme c'était sa gestuelle dimensionn(...)

10/07/2024, 18:40

RBD

C'est vrai qu'il se maintient bien malgré les ans. Cela me rappelle il y a fort longtemps quand j'avais vu Blaze Bailey tourner en solo peu après son départ de Maiden. Mais Bruce est à un autre niveau de charisme et de talent, c'est clair.

10/07/2024, 12:43

wolf88

salut, ce n est pas Autriche mais Australie   

08/07/2024, 18:48

LeMoustre

Tuerie intégrale.Point.

07/07/2024, 14:33

Humungus

"Je préfère d'ailleurs aller jusqu'au Rockhal plutôt que de monter à Paris où tout n'est que galère et source de stress et d'énervement".Amen !

06/07/2024, 08:19

Gargan

Ah oui ! J’espère que ce sera l’occasion pour faire quelques dates, hâte de les revoir.

06/07/2024, 08:08