Bartolomé de Las Casas fut le premier homme de foi à déclarer l’universalité des droits de l’homme, il y a de cela quelques siècles. Il a aussi participé à la colonisation des Amériques aux côtés de Nicolas de Ovando , remplaçant de Christophe Colomb, mais devant la barbarie organisée de cette pratique, il se tourna vers les ordres, et intégra les dominicains, où il fut ordonné prêtre à Saint-Domingue, avant de devenir évêque de San Cristobal, ville plantée au milieu d’une province très pauvre. Il écrira un texte engagé et profondément humaniste, Très brève relation sur la destruction des Indes, dans lequel on lira ce passage :

« Les lois, les règles naturelles et les droits des hommes sont communs à toutes les nations, chrétiennes et gentilles, et quels que soient leur secte, loi, état, couleur et condition, sans aucune différence »

Ecrites il y a quelques siècles, ces lignes représentaient déjà un choc frontal pour les religions européennes actives. Mais des siècles à postériori, elles retrouvent un écho funeste dans notre époque gangrénée par l’importance mortelle que recouvre le mélange de religion et de terrorisme qui justifie des actes barbares…Alors, Casas, visionnaire ? Ou simple humaniste convaincu horrifié du sort réservé aux tribus que les colons voulaient christianiser à tout prix ?

Les deux.

Mais ce qu’il n’aurait jamais pu prévoir, c’est qu’en 2014, un homme et ses acolytes emprunteraient son nom pour produire une des musiques les plus abrasives et dissonantes d’un début de siècle.

Jackson Kovalchik vient de Brooklyn, NYC. Epaulé de Gabe Kates-Shaw à la guitare, de Liam Quinn à la batterie, et de Matt Scott à la basse et à la production, il hurle, multiplie les arrangements sonores stridents, crie, harangue, effraie, et accessoirement triture les sons les plus irritants pour produire la musique la plus agressive, la plus lourde, et la plus « inconfortable » possible.

Et dire qu’il touche au but est un délicieux euphémisme…

Déjà responsable d’un nombre conséquent de sorties (live, démo, split, enfin tous les formats possibles), CASAS nous offre donc aujourd’hui la nouvelle étape sur son chemin de croix avec cet EP/LP éponyme, qui pendant plus de trente minutes, tente de retranscrire la douleur de peuples face à l’adversité, et surtout, face à l’ignominie pseudo civilisée qui voulut de force les convertir à sa foi.

Pour ce faire, Jackson et les siens usent de toutes les armes possibles. Le feedback, évidemment, érigé en tant qu’arme de dissuasion majeure et suremployé tout au long des cinq (longues) pistes. Des riffs, les plus sombres et épais possibles, qui ne dévient que très rarement de leur trajectoire Doom/Sludge, et qui mutilent la distorsion pour la pousser dans ses derniers retranchements.

Une rythmique, à cheval entre pulsion cardiaque et litanie de mort, qui martèle des blanches blafardes sur fond de silence parfois, et souvent même, éprouvant.

Et bien sûr, un chant, époumoné, à l’agonie, qui vitupère en arrière-plan tel une armée de fantômes hantant leurs bourreaux.

Et le résultat, une fois assemblé, est comme vous l’imaginerez sans peine, assez effrayant.

Il est d’ailleurs fort bien résumé par « Hojeda's Promise », entame de plus de douze minutes qui place tous les éléments dans l’ordre, et annonce les traumas à venir. Pesanteur et oppression, claustrophobie et promesses non tenues, c’est un voyage dans le passé et à travers toutes les fausses vérités énoncées afin d’endormir la méfiance de prétendus « sauvages », pour mieux leur voler leur terre et leurs richesses.

D’où ce Doom bruitiste à tendance Sludge vraiment crade qui écorche les haut-parleurs et qui broie les tympans de dissonances et de stridences qui noient les instruments dans leur flot de bile. On pourrait même par extension parler d’une forme très primitive de BM lo-fi poussé à son extrême, si l’ambiance Hardcore des bas-fonds de Brooklyn n’exsudait pas par tous les pores…

« Malignancy, 1493 » semble résister à la pression et emprunter le même chemin, mais son final apocalyptique en blasts fatigués indique que la violence et la vilénie sous-jacente sont toujours promptes à exploser au visage de l’auditeur.

Ce même visage, sans doute tuméfié et incrédule mange soudainement en pleine face l’interlude Ambient et bruitiste « Hawk’s Bell », qui ne fait cas d’aucune musicalité pour sombrer dans le chaos d’un bruit sourd et blanc qui ne cherche qu’à provoquer et irriter.

Et le message est fort bien reçu…On pense à EINSTURZENDE NEUBAUTEN, THROBBING GRISTLE et toute la vague industrielle du début des années 80, ce que paraît confirmer implicitement «Heavy Yoke They Wore » qui relègue les premiers cris des SWANS dans les oubliettes de la tendresse urbaine.

Le leitmotiv du projet prend alors tout son sens, jouer Heavy, pour sonner le plus lourd possible. Et la superposition d’un beat énorme et lent et de strates sonores suraiguës fonctionne en ce sens, tandis que la guitare peine à imposer un motif abyssal, triste cérémonie funèbre d’une histoire qu’on ne réécrira pas.

Crescendo de violence en ruptures de rythme, et « The Rapture Of Non-Christians » d’évoquer avec horreur les exactions physiques commises à l’encontre de ces peuples colonisés, torturés et asservis, via un infâme Drone/Ambient, capable de ridiculiser les plus abjectes exactions Black/Noise de la création. Hurlements catatoniques, grondement d’arrière-plan, arythmie totale, pour un final en forme de snuff auditif qui colle vraiment la chair de poule.

Nul doute que la colère de Bartolomé de Las Casas aurait pu se matérialiser en ce chaos mécanique proposé par l’éponyme Casas. Et nul doute que la plupart d’entre vous rejetteront cet album, beaucoup trop abrasif et brut pour le plus grand dénominateur commun. Mais je ne crois pas trop m’avancer en affirmant que tel n’était pas le but de CASAS en enregistrant cette musique.

Comme le but de Bartolomé n’était pas de mettre à genoux des hommes, des femmes, des enfants, pour les plier aux lois d’un Dieu qu’ils ne reconnaissaient pas.


Titres de l'album:

  1. Hojeda's Promise
  2. Malignancy, 1493
  3. Hawk's Bell
  4. Heavy Yoke They Wore
  5. The Rapture of Non-Christians

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 10/08/2017 à 14:42
78 %    266

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Dirty Shirt

Letchology

Haunt

Mosaic Vision

Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En voilà un qui aura marqué l'esthétique du Metal, en quelques oeuvres. Il suffit parfois de peu.


C'est ce côté vite torché qui donne toute cette bestialité justement je trouve. Y a bien peu d'album Metal aussi intense et violent que Reign selon moi.


@KaneIsBack, à l'origine Reign In Blood devait durer plus longtemps que 28 minutes mais lorsque le groupe est rentré dans le studio et a branché le matos, ils ont speedé comme des malades et c'est devenu Reign In Blood. Peut être avaient-ils le feu au derche ou envie de boucler le record le plu(...)


En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.