Du chaos est né la vie telle que nous la connaissons, ou presque. C’est par ces mots simples que l’on peut résumer l’effet du fameux big-bang, que d’aucuns préfèrent jauger d’un point de vue spirituel et en attribuer le mérite à Dieu. Ce qui n’est évidemment pas le cas des musiciens de BM, qui eux préfèrent parler d’évolution logique, ou de logique infernale.

Mais le parallèle est néanmoins troublant. Car du chaos, est justement né le Black Metal, sous genre apatride qui a fini par ne pas choisir de terre d’asile pour continuer à arpenter le monde et ses enfers en toute quiétude, sans se soucier de l’opinion publique. Misanthropie ? Sélection naturelle ? Peut-être simplement du bon sens, et surtout, une indifférence manifeste envers le qu’en dira-t-on. Mais s’il est un style qui nous fait encore voyager dans des dimensions obscures et inexplorées, c’est bien celui-là…

Vous le savez, les détracteurs du genre n’ont cure de son sens aigu de l’audace. Ils préfèrent occulter (sic) le problème, et éluder les éventuelles questions d’un sempiternel silence méprisant, ou pire, d’injonctions grossières qui ne cachent aucunement la vacuité de leur raisonnement. Mais les adorateurs le savent eux, le BM est sans doute la dernière limite entre nous et le néant, mais surtout, un passage vers un autre univers, où les lois de la logique ne sont d’aucun repère. Et ça, c’est vraiment fantastique.

Fantastique, unique, personnel, audacieux, fantasmagorique, onirique, traumatique, le quatrième album du projet ORBSEVEN l’est, sans conteste. Né du cerveau fécond du multi-instrumentiste Zeven (guitare, basse, programmation, claviers, chant) fin 2004, ce concept cathartique et intimement lié à la personnalité complexe de son mentor arrive à point nommé pour donner une preuve supplémentaire de la suprématie du Black sur le petit monde de l’extrême. Et pour une raison bien simple, c’est qu’il aborde le créneau en toute naïveté, sans gimmick, sans provocation cheap, mais avec un véritable amour du style, qu’il pousse dans ses derniers retranchements pour en extirper la substantifique moelle. Après trois albums aussi différents que complémentaires dans leur démarche (The Linear Divide en 2008, Fall Below The Earth en 2012 et .ismos. en 2014), Zeven s’est décidé à revenir à des sonorités plus abrasives pour se rapprocher du cœur du problème, et nous opposer à notre propre nature fugace et futile.

Les habitués comprendront très vite que leur conteur favori s’est éloigné du Post Black Ambient et apaisant de .ismos., et qu’il s’est rapproché de ses premières œuvres, tout en continuant de défricher une dimension de terrain assez impressionnante. Et en tant que tout ou somme de ses parties, Cosmos Out Of Chaos pourrait bien incarner le meilleur album de BM toutes époques confondues. Parce qu’il se refuse à en adopter les contours les plus évidents et les tics les plus systématiques. Ici, les blasts sont d’utilité et utilisés avec parcimonie, tout comme les vocaux criards quasiment rangés au placard. La musique parle souvent d’elle-même sans interférence, et lorsque le chant se décide à rentrer en lice, il se frotte plus volontiers à la gravité d’un Death vraiment caverneux, ce qui accentue ce décalage délicieux entre le rendu et la volonté. Mais qu’il est difficile de décrire un LP qui ose cinq compositions en cinquante minutes de musique…Aussi difficile qu’expliquer scientifiquement à un profane comment la vie a émergé du néant…

Zeven ne prend pourtant aucun gant pour tenter de séduire les masses. Et si son quatrième effort débute par ses deux pistes les plus brèves, leurs dix-sept minutes cumulées ont de quoi rebuter les plus timorés, comme de faire fondre les plus exigeants et aventureux. Mais à la rigueur, découper l’analyse d’un tel travail en logique de titres qui s’enchaînent est une insulte. Une lecture linéaire de Cosmos Out Of Chaos n’est d’aucune aide tant la dimension multiple de l’inspiration est manifeste de bout en bout, et usant de ficelles incroyablement intelligentes pour parvenir à ses fins. Et tout y passe, du Post Black lancinant et agressif, au Death passif, en passant par le Black légèrement Indus, l’atmosphérique oppressant, et le mélodique nostalgique. Impossible dès lors d’établir une comparaison quelconque, même avec les entités les plus libres du courant comme DEATHSPELL OMEGA, BLUT AUS NORD ou DODECAHEDRON, sans aller trop loin au risque de se perdre dans le labyrinthe…

D’ailleurs, Zeven ne cite aucune influence, et l’écoute d’un morceau aussi novateur et risqué que « Building The Spaces (Earth Reconstruction) » justifie ce silence d’hommage. Habile construction en gigogne qui juxtapose des sonorités à la SHINING (le bon) à des textures à la NEUROSIS, ce morceau est une preuve éclatante du génie (le terme n’est pas trop fort) d’un homme qui parvient en solitaire à relever des défis qu’une horde d’autres musiciens ont affronté en vain avant lui. Au point qu’on ne sait plus trop à quel diable se vouer…Cette musique tient-elle encore du Black Metal, ou bien n’est-elle que…musique ?

La question est sans importance tant l’effet produit est patent et déstabilisant…

Musique qui toutefois peut sombrer dans les abimes d’une violence ouverte, qui frise par moments le chaos total d’une guerre entre Death à tendance Doom d’un côté de la lune et Post Black/Post Hardcore de l’autre côté de Mars. Ainsi, « Conversion Into Fire » ne prend aucune précaution, et sacrifie les structures patiemment élaborées pour proposer une version assez éprouvante d’un Ambient terriblement opaque et remontant aux origines mêmes du Post Black, lorsque celui-ci osait enfin se diluer dans ses influences externes…Une preuve supplémentaire du culot de cet homme qui réfute toute stagnation sans sacrifier sa cohérence au profit d’une originalité forcée et stérile, travers fréquent des réalisations qui souhaitent aller trop loin, trop vite…

Mais ces rythmiques qui n’obéissent qu’à des impulsions personnelles, ces riffs redondants qui répètent mais ne balbutient jamais, et cette agression sortant de nulle part caractérisant le final homérique de « This World That Is Of The Unclean » achèvent de nous convaincre du potentiel incroyable d’un LP qui couronne plus de dix années d’expérimentation de la plus belle façon qui soit, sans forcer le talent. Dix ans passés à chercher « sa » vérité, qu’il a sans doute trouvée depuis longtemps, mais que Zeven continue de peaufiner pour tutoyer les sommets d’un genre qui est décidément loin d’avoir tout dit…

Sombre, lumineux, patient, nerveux, inextricable, limpide, strident, caressant, tels sont les qualificatifs que l’on pourrait accoler à Cosmos Out Of Chaos. Animé de cinq mouvements indépendants mais aboutissant à une conclusion inévitable, ce quatrième album d’ORBSEVEN est amené à devenir un album culte, tout autant qu’un chef d’œuvre. Mais il est aussi le miroir de son thème, et peut se concevoir comme le big-bang qui va secouer l’univers du Black pour le remodeler à sa façon, histoire que la vie continue, différemment. Une genèse. Un point de départ.

Une renaissance. 


Titres de l'album:

  1. Chaotic Splendor
  2. The Descent Of Spirit Into Matter
  3. Building The Spaces (Earth Reconstruction)
  4. Conversion Into Fire
  5. This World That Is Of The Unclean

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 21/08/2017 à 14:38
97 %    264

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Temple Balls

Untamed

Starchild

Killerrobots

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.


Je n'y étais pas cette année, mais effectivement, très, très bon fest que celui-ci.
- J'ai effectivement entendu dire par quelques comparses qui eux avaient fait le déplacement que c'était l'année où il y avait le moins d'affluence. Bizarre au vu de l'affiche toujours aussi bandante.


Très beau récit, merci ! Cela donne envie. Je ne suis pas étonné de l'apathie du public Néerlandais, il paraît que ce sont les pires à travers toute l'Europe pour ça. Mais cela n'empêche pas de profiter.


Merci pour le report, ça donne envie d'y aller ! :)


Oui la pochette est superbe.